S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Se jeter à l'eau par Violety

[9 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Voici ma deuxième participation à une épreuve de confort du formidable concours organisé par Catie Brogniart et Omi Brogniart, merci à elles !

Thème : Aquagym

"Votre seule tâche sera d’écrire un texte de fanfiction sur le thème de l’eau !

L’eau doit bien évidemment être un élément central de votre histoire, quelle que soit la manière dont vous l’utilisez. Vous gagnerez entre 0 et 3 points selon le respect de cette contrainte.

Petite contrainte supplémentaire : Vous devrez intégrer une référence à un personnage aquatique fictif."


Contraintes : 

- 2000 mots max ;
- Écrire et poster en cinq jours (rendu mercredi) ;
- Insérer (au moins) quatre sentiments différents (en gras) ;
- Insérer 1 seul mot de la liste de métier, en gras : composition ; culinaire ; créativité ; goût ; odorat ; passion ; organisation ; pâtisserie ; feu.

 

Note de chapitre:

J'ai eu cette idée lors d'une séance de réflexion avec Fleur d'épine, merci à elle <3. C'était enfin l'occasion pour moi d'écrire sur Harry, qui reste mon personnage préféré, mais que j'ai très peu exploité dans mes fics. J'ai pourtant tout un headcanon sur sa vie après la Bataille - vous en aurez un aperçu ici.

Merci à Lyssa pour la relecture et les encouragements o/ (et merci aux rouges pour l'enthousiasme sur notre île, vivent les rouges !)

Disclaimer : Les personnages et l'univers des sorciers appartiennent à l'autrice de Harry Potter. Ma référence fictive est Arc-en-ciel le plus beau poisson des océans, ou The rainbow fish, créé par Marcus Pfister.

Le chapitre fait 1984 mots selon ce compteur.

J'espère que ça vous plaira, bonne lecture !

Une grande maison blanche aux volets bleus, en bord de mer, « les pieds dans l’eau ». C’est grâce à Hermione qu’ils sont là. Des amis de ses parents, un couple riche sans enfants, possédent cette maison en France, au Pays basque. Ils ont accepté de la louer à bas prix « à la charmante Hermione et ses amis de l’internat ».

Des vacances en France, dans une villa si grande qu’il s’y perd presque autant qu’à Poudlard : Harry a encore du mal à y croire, lui qui n’est jamais sorti de son pays.

L’idée est venue de Parvati. Elle l'a suggéré au mois de mai, alors qu’ils révisaient les ASPICS : « Et si on partait en vacances tous ensemble ? »

« Tout ensemble », ce sont les huit Gryffondor avec qui Harry est entré à Poudlard. Il ne l’aurait jamais imaginé. S’il appréciait ses camarades, il n’avait pas fait beaucoup d’efforts pour se rapprocher d’eux. Jusqu’à cette huitième année. Il a voulu retourner à Poudlard, terminer ses études – rester encore un peu loin du monde des adultes où trop d’attentes reposaient sur lui. Ron et Hermione ne l’ont pas suivi. Harry a passé l’année avec Ginny, Neville et Luna, mais aussi avec Dean, Seamus, Parvati et Lavande. Il s'est fait des amis, des vrais, de ces camarades si longtemps côtoyés.

Une fois l’idée lancée, il a fallu trouver les dates qui arrangent tout le monde, prendre en compte les congés imposés des uns, les plans en famille des autres, les projets divers. Harry a l’impression d’être le seul à n’avoir rien prévu pour l’été ; il comptait simplement chercher un appartement, tenter d’oublier sa – deuxième – rupture avec Ginny, et attendre le début de son entraînement d’Auror. Il s’est laissé porter. Il se sent un peu coupable de ne pas avoir plus aidé.

Personne ne semble lui en tenir rigueur. Ce séjour basque se déroule de manière étonnamment harmonieuse, se dit Harry en regardant ses amis courir vers la mer, riant comme des enfants lorsque les vagues leur font perdre l’équilibre.

Lui est assis sur une serviette de plage, les doigts de pieds enfouis dans le sable chaud, des lunettes de soleil sur le nez, un livre à ses côtés. Ron s’arrête à sa hauteur, laisse tomber sa serviette de plage et retire son t-shirt.

« Dis Harry, tu peux…

- Oui, oui, je t’aide avec la crème solaire. »

Ron lâche un petit rire gêné. Lui et Seamus ont attrapé un coup de soleil dès le premier jour. Depuis, chaque baignade est précédée de ce rituel.

« Tu viens dans l’eau, aujourd’hui ? demande Ron.

- Non, je ne pense pas.

- Ok. »

Harry sent une bouffée d’affection pour son meilleur ami, qui n'insiste pas. Ron lance un « à plus, mec », et court rejoindre les autres dans l’eau.

 

Harry ne s’est toujours pas baigné. Matin et soir, tous les anciens Gryffondor se jettent à l’eau avec enthousiasme – baignade et farniente loin du monde sorcier anglais, c’est ce que les filles leur ont promis. Farniente incognito, mais sans baignade, pour Harry. Il n’a même pas essayé : aller dans l’eau lui semble tout à fait... Inintéressant ? Repoussant ? Angoissant ?

Le premier jour, le voyant rester sur la plage, Seamus s’est esclaffé : « Bah alors, le Survivant a peur de l’eau ? » Lavande l’a gratifié d’une tape sur la tête, Harry s’est contenté d’un vague haussement d’épaule.

Ce n’est pas qu’il a peur de l’eau, pas vraiment. Il n’arrive pas à associer la baignade à une activité agréable. Il a mis quelques jours à comprendre pourquoi. La raison n’est pas bien compliquée : Harry n’avait jamais eu l’occasion de se jeter à l’eau pour le plaisir. Les Dursley n’ont pas pris soin de lui apprendre à nager, et ne l’emmenaient pas avec eux en vacances. Les seules « baignades » auxquelles il a eu droit, enfant, étaient les cours de piscine avec l’école, pendant lesquels il passait plus de temps à éviter Dudley et sa bande qu’à s’amuser.

Arrivé à Poudlard, le lac ne lui a pas paru particulièrement attrayant. Et puis il a été forcé de s’y jeter sans savoir s’il en ressortirait, un jour froid de février, pour une compétition à laquelle il n’avait pas choisi de participer. Depuis, Harry n’a cessé de se jeter à l’eau par nécessité. Pour survivre. Pour avancer dans sa quête de destruction des Horcruxes. Il a failli en mourir, plusieurs fois.

L’eau n’a rien d’attrayant.

 

Harry attrape son livre – une aventure de pirate, qu’il a trouvée dans la maison à côté entre Arc-en-ciel le plus beau poisson des océans et un Atlas marin. Les propriétaires ont des goûts assumés. Il laisse passer quatre pages avant d'admettre qu’il ne lit pas vraiment. Il retire son t-shirt – il fait bien trop chaud pour le garder. Dans l'eau, less autres se sont lancés dans un jeu étrange, certains assis sur les épaules des autres.

Tout autour de lui, sur la plage, l’ambiance est joyeuse, détendue ; le bruit des vagues et le clapotis de l’eau offrent le parfait fond sonore pour ce tableau estival.

 

Harry ne peut s’empêcher de se sentir décalé. L’année à Poudlard lui a fait du bien, la thérapie qu’il suit sur les conseils d’Hermione avance et les vacances sont douces. Mais il se bat encore contre des pensées noires et des souvenirs tragiques. Il a parfois l’impression de s’y noyer sans rien pouvoir faire. C’est peut-être pour ça, aussi, que l’eau est si peu attrayante, tant elle lui rappelle la vague de désespoir qui menace sans cesse de le submerger.

Il ne se sent ne plus tenir en place. Il a besoin de bouger. Il jette un sort rapide pour protéger les affaires de ses amis, remet son t-shirt, enfile ses tongs, et s’éloigne sur la plage. Il ne revient que deux heures plus tard. Ses amis bronzent, lisent ou discutent. Il évite soigneusement les regards inquiets d’Hermione et Parvati. Personne ne lui pose de question.

Ils ont tous leurs moments ; chacun, chacune sait comme le monde devient parfois trop.

 

* * *

 

Un soir, ils vont prendre un verre en ville, dans un bar moldu. L’endroit est animé, enthousiaste. La bière et les cocktails coulent à flot. Ils s'installent en terrasse, elle donne droit sur la mer. Harry choisit la chaise qui tourne le dos à l’extérieur. Le jour n’est pas encore tombé et l’horizon, l’immensité de l'eau l’angoissent.

La soirée est joyeuse. Neville et les filles se retrouvèrent vite sur une piste de danse improvisée autour d’un groupe agité. Même Lavande, qui a souvent du mal avec les foules, se laisse porter le temps de deux morceaux par l’énergie bienveillante qui émane de ce public d’habitués, de jeunes et de surfeurs.

Le coin est prisé des adeptes de la vague. Entraîné par Dean qui a beaucoup de questions – il lorgne sur les planches de surf depuis le début du séjour – Harry fait connaissance avec des jeunes gens venus de tous les pays d’Europe.

Il y a quelque chose de rassurant et d’énergisant à la fois, de pouvoir faire une rencontre sans arrière-pensée, sans crainte qu’on le reconnaisse, qu’on lui pose des questions intrusives, qu’on lui parle de la guerre. Ces jeunes ont son âge et ont pour la plupart échappé aux tragédies qui les ont frappés si tôt, lui et ses amis. Leur parler est rafraîchissant.

À l'un d’eux, en particulier. Il s’appelle Aaron, il estt blond, néerlandais, les yeux gris et la peau constellée de taches de rousseur. Il parle de surf avec tant d’enthousiasme que Harry ne se lasse pas de l’écouter. Lui à qui l’idée de foncer vers des vagues semble si absurde, se reconnait dans l’amour du sport qui émane du jeune homme. Il se sent irrémédiablement attiré par les étoiles qui brillent dans ses yeux, et entend dans son discours les sensations, l’adrénaline qu’il ne trouve qu’en vol.

Ron et Hermione sont les premiers à quitter le bar, Seamus et Lavande suivent, Neville et Parvati se rendent dans une boîte de nuit avec un groupe de français qui « a-do-rent l’accent anglais ». Dean part le dernier, après un sourire entendu à l’intention d’Harry. Aaron et lui sont toujours assis sur la terrasse. Ils sont presque seuls, la musique a baissé, laissant entendre le bruit des vagues en contrebas.

« Ne le dis pas aux autres, dit Aaron sur le ton de la confidence, mais parfois, je fais exprès de tomber.

- Oh ! Pourquoi ?

- Pour la vague. Pour me laisser engloutir. C’est génial de dompter la vague. Mais, parfois… J’ai juste envie de lâcher prise. La sensation de liberté, sous l’eau… C’est incomparable, tu ne crois pas ? »

D’abord, Harry ne répond rien.

Puis il lâche dans un souffle :

« J’ai très envie de t’embrasser. »

* * *

 

Harry est réveillé par les premiers rayons du soleil. Il est dans un lit inconnu, un corps chaud à côté du sien.

Il se redresse, remet ses lunettes. Il observe un moment Aaron, étalé sur le vente, ses cheveux blonds ébouriffés, le contraste avec sa peau tannée par le soleil, ses fesses rebondies. Il sourit. Encore une chose à laquelle il ne s’attendait pas.

Quand il sort dans la rue, après avoir laissé un mot avec le numéro de la maison, l’air est encore vaguement frais, mais le soleil tape déjà. Il y a peu de monde ; il croise un éboueur, une vieille dame accompagnée d’un chien tout aussi beau. Plutôt que de transplaner, il décide de rentrer à pieds.

Le chemin du retour passe par la plage où ils ont leur habitude. Il n'y a personne. Cette fois, Harry regarde la mer face à face, droit dans les yeux. Puis, mû par une inspiration soudaine, il se déshabille à toute vitesse, court – et se jette à l’eau.

L’océan est froid. Il a envie de ressortir immédiatement – la sensation fait remonter des souvenirs désagréables. Mais le ressac d’une vague l’amène plus loin. Il souffle, calmement, essayant d'atténuer la panique qui l'envahit peu à peu. Harry se rend compte qu’il flotte. Cela le calme. 

Peu assuré, il tente quelques mouvements de brasse avec les bras ; il avance. La mer est encore tranquille. Il se concentre sur sa respiration, sur ses mouvements. Battre des pieds ; ouvrir grand les bras, les ramener sur son torse, fendre l’eau en avant… Et recommencer.

Harry nage.

Il éclate de rire, tant la situation lui parait incongrue. Les battements de son cœur ralentissent. Le soleil réchauffe sa tête, son corps, il n’a plus si froid. Il sent l'eau glisser sur sa peau, le porter et le retenir à la fois. La sensation est délicieuse. Il a l’envie soudaine de se mettre sur le dos, de se contorsionner dans tous les sens, d’expérimenter la légèreté de son corps sous l’eau. Il aurait presque envie de chanter, de danser. Il retrouve un plaisir qu'il connaît en vol, lorsqu'il lui semble que seul le vent l'entoure et peut l'emmener n'importe où. Face à lui, l'horizon n'est plus si angoissante ; elle est accueillante. 

Il rit encore ; il lui semble replonger dans un état d’innocence qu’il n’a pas connu. 

Flottant, le visage tourné vers le soleil matinal, Harry se sent libre.

Note de fin de chapitre :

Note : J'ai conscience que le format contraint de 2000 mots était trop court pour tout ce que j'ai voulu raconter, que peut-être les choses vont trop vite et que j'aurais dû en faire moins.

 

Merci d'avoir lu !

Les quatre sentiments (au moins) évoqués :

- se sentir coupable ;

- la gêne ;

- l'angoisse ;

- se sentir décalé.

Et il y en a bien d'autres... ;)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.