S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Celle qui n'était pas par Amnesie

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +

Andromeda Black avait pour Patronus un caméléon. Sa sœur l'avait cafeté à leurs parents et annonçait à qui voulait l'entendre le pathétique exploit. Un délicat et ridicule caméléon.

 

Mais Ted Tonks était passé par là, et avait dit de sa voix si grave : « le caméléon est un reptile. » Et alors ? Alors, comme le serpent. Et peut-être que Salazar Serpentard parlait aussi caméléon.

 

Ce jour-là, Andromeda avait pensé avoir trouvé l'homme qui accepterait d'être avec celle qui n'était pas. Elle s'était trompée, car il ne savait pas cela : caméléon est un langage opaque.

Elle s'était fondue chez les Moldus. Elle s'était abandonnée dans la bravoure et la rébellion comme on se faufile entre les vagues. La douceur et la chaleur étaient ses nouveaux fards. Andromeda glissait entre ses identités plus facilement qu'en buvant du Polynectar.

 

Alors...

-          J'ai l'impression de ne pas te connaitre, lui avoua Ted lorsqu'elle se mit à jardiner.

Il faut dire aussi que le monde lui imposait mille identités. Tu es une Black. Tu es une femme. Tu es bête. Tu es ma femme. Tu n'es plus ma sœur. Tu es morte. Tu es mère. Tu es veuve. Tu es sans enfant. Tu es morte.

 

Elle était des choses, des gens, mais elle n'était pas des sentiments. Andromeda ne se souvenait pas avoir dit une seule fois : « je suis heureuse » ; « je suis triste » ; « je suis amoureuse », tout simplement.

 

Et son indécision identitaire rejaillit immanquablement sur sa progéniture.

 

Ironie, Nymphadora lui disait qu'elle ne la comprenait pas, qu'elle n'avait jamais eu à se sentir menacée, détestée pour ce qu'elle était ; qu'elle était, elle, au moins, qu'elle avait un visage.

-     Je ne sais même plus qui je suis, Maman, pleura-t-elle un jour de ses quinze ans.

-     Tu es spéciale.

Nymphadora avait tout de même choisi d'être Tonks. Puis Lupin. Puis Morte.

 

Peut-être qu'à force de ne pas être, ou d'être tout, peut-être Andromeda était-elle devenue incapable de les sauver. Peut-être n'avait-elle plus de prise sur le monde. Pourtant, elle avait essayé.

 

Elle voulut le suivre dans sa fuite. S'adapter pour survivre, c'était elle, après tout.

-     Je suis un caméléon, tu te souviens ? Tu ne trouveras jamais meilleure alliée pour passer inaperçu. On sera deux fugitifs, comme dans ton film moldu. Bonnie and Clyde.

-     Andromeda...

-     Ted ?

-     Nympadora a besoin de sa mère.

 

Elle voulut la retenir.

-     Ne pars pas. Reste pour lui.

-     Tu t'occuperas de lui. Tu es sa grand-mère.

-     Je suis ta mère.

-     Je sais, Maman, mais... Je dois y aller. Je me trahirais, autrement. Tu comprends ?

Elle ne comprenait pas. Andromeda s'était trahie toute sa vie. C'est ainsi qu'elle était devenue l'une des dernières survivantes de la famille Black.

 

Ne restait que Narcissa, Narcissa qu'elle avait retrouvée au Square Grimmaurd. Le petit Teddy à ses pieds dessinait sur la vieille tapisserie. Elles s'étaient réconciliées car elle devait être sœur.  

Narcissa suivait du bout de ses doigts fins ridés les fils dorés les liant tous sur le tissu. Elle s'arrêta sur la brûlure qui noircit sa peau pâle.

-     Entre toutes... murmura-t-elle, j'étais persuadée que tu resterais. Tu semblais si... à ta place. Là.

À la place des cendres.

-     Alors quoi ? dit-elle encore. Tu faisais semblant ?

-     Non. C'était moi. C'était moi à chaque fois.

Narcissa était l'apparence. Bellatrix était l'exhibition obscène. Andromeda était différente chaque fois, et pourquoi cela était-il si invraisemblable ? Car la vie change les hommes et les femmes, dans le monde - loin du monde des Black, là où il faut être pleinement.

C'était l'obsession de la pureté. Pureté du Sang, de l'identité. Pureté de la volonté, intransigeante ; illusion car la confusion gagne Toujours, même les plus Purs.

 

Lorsque Druella lui avait ordonné de démontrer son exploit raté, Andromeda avait tremblé. Bella ricanait. Cissy papillonnait. L'argent perça le noir, découpa les ténèbres du manoir, prit forme, doucement, hésita, amorça un caméléon, s'envola en un élégant faucon. On applaudit.

Le lendemain - et cela nul ne le sut - le Patronus devint corbeau. Puis plus tard, blaireau. Il traversa le bestiaire comme la femme traversait les hivers.

 

Et le dernier hiver, les souvenirs l'ayant quittée, Andromeda ne parvint à le conjurer. Ne restait que l'argent de ses cheveux, de sa bague et du lac gelé. Elle était, plus anonyme qu'elle ne l'avait jamais été. Elle était, et pour la première fois, elle était, simplement, heureuse.     

Note de fin de chapitre :

Voilà, j’espère que ce court texte vous a plu ! Je l’avais écrit il y a longtemps et je n’ai jamais réussi à le finir, puis je l’ai retrouvé et j’ai eu envie de le retravailler. Alors cette Andromeda n’est peut-être pas exactement canon, c’est vraiment ma vision du personnage et je serais curieuse de connaitre votre avis dessus.


Et si cet OS vous a plu, vous pouvez retrouver mes autres textes sur la famille Black dans ma série « Une vieille tapisserie ».



(Andromeda et Ted)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.