S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


De bois et de métal par jukava New!

[16 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Je sais que le pairing est inhabituel, mais suivez moi dans l'aventure, vous verrez que ça fera sens (enfin j'espère).

En préambule : TOUS LES EVENEMENTS DE HARRY POTTER ont été avancés de 10 ans. Harry est donc né en 1990, la Bataille de Poudlard a eu lieu en 2008 etc...

Deuxième chose : j'ai vu les films et lu les livres en VO donc j'utilise la plupart du temps les noms anglais mais j'essaie de mettre du français aussi... C'est un peu un mix, mais je ne sais plus faire autrement, j'espère que ça ne vous déroutera pas trop.

Et enfin : on doit cette idée saugrenue à Fleur qui m'a poussée à l'écrire (bon, je ne pense pas qu'elle s'attendait à ce que j'aille au delà d'un OS XD) et surtout à la fabuleuse Alena Aeterna qui bétate tout ça.

C’était à la fois si simple et si complexe que Shuri avait envie de brûler cet engin de malheur.

Avant de le placer en cryostase pour s’assurer que le Winter Soldier ne soit pas à nouveau activé, Shuri avait fait toutes les analyses nécessaires sur le moignon électronique du Sergent Barnes et en avait coupé toutes les connexions.

Maintenant, il ne lui restait qu’à comprendre comment fonctionnait son bras métallique. Enfin plutôt ce que Stark en avait laissé… Soupirant d’exaspération, Shuri s’empara de ses outils et démonta délicatement le haut du bras. C’était là que tout se jouait.
Pour maitriser sa force, sa dextérité et avoir un usage réel de ce bras en métal, il fallait que d’une façon ou d’une autre, il y ait des capteurs nerveux dans ce truc.

Elle ne pouvait pas appeler ce mécanisme rudimentaire autrement que truc ou machin. C’était un engin barbare. Les schémas robotiques nerveux du bras et de son réceptacle tels qu’elle était en train de les décomposer lui donnaient la nausée. Le bras métallique était branché directement dans le système nerveux du Sergent Barnes, avec un système de surcharge à peine existant.

En fait, Barnes ressentait exactement tout ce qui touchait le bras métallique : les coups, les balles… Sauf l’arrachage du membre lui-même. Une bien piètre consolation quand on pensait à toutes les missions qu’il avait menées à bien malgré lui pour Hydra.

- « Bast vous maudisse, Hydra ! » grogna-t-elle avant de poursuivre son démantèlement.

Elle pouvait construire un nouveau bras, cela ne serait pas le plus difficile. Elle l’équiperait de meilleurs senseurs, peut-être même de répartiteur d’énergie cinétique, comme la nouvelle combinaison de T’Challa… Elle le doterait de bien plus de détecteurs de surcharge afin que la sensibilité du Sergent Barnes puisse être affinée et qu’il soit capable de se servir de sa main gauche encore plus précisément et surtout que l’impact des coups reçus soit amoindri.
Mais malheureusement, il y avait un préalable à tout cela : il faudrait qu’elle refasse intégralement la base de la prothèse et donc qu’elle détache des chairs meurtries de Barnes les restes de ce qu’Hydra y avait implanté, pour ensuite y installer un équipement en vibranium qui puisse accueillir le nouveau bras qu’elle créerait.
Shuri soupira. Tout cela ne servirait à rien si personne ne parvenait à déprogrammer le Sergent Barnes.

- « Ce que tu trouves n’a pas l’air de te plaire, Shuri. » déclara simplement T’Challa en entrant dans son laboratoire, Okoye sur ses talons.
Shuri soupira à nouveau, montrant à son frère le bras démantelé comme s’il pouvait comprendre ce qu’elle y avait découvert.
- « Hydra a peut-être réussi à recréer un sérum identique à celui qui a créé Captain America et l’injecter au Sergent Barnes, mais en matière de prothèses, ils avaient des décennies de retard. Ce truc est simplement une machine à tuer, sans aucune considération pour la personne qui le porte. »
- « Tu oublies qu’il était, lui aussi, une machine à tuer. » objecta tranquillement Okoye.
- « C’est vrai, » admit la jeune scientifique. « La seule bonne nouvelle, c’est que je peux créer un nouveau bras pour lui sans trop de problèmes, ça ne sera pas le plus dur… Mais… »
- « Il faut le déprogrammer, je sais. » compléta T’Challa. « Tu as des pistes pour effacer les mots déclencheurs et supprimer la personnalité du Winter Soldier ? »
- « Aucune. » répondit Shuri, abattue. « Si j’en crois ce que Barnes m’a raconté et ce que j’ai compris du dossier du S.H.I.E.L.D. que j’avais récupéré quand toutes leurs informations ont fuité sur le net, les techniques pour le programmer sont impossibles à défaire technologiquement. C’est comme si son cerveau avait été lavé pour être courcircuité par les mots déclencheurs. Je ne peux pas tenter quoique ce soit sans endommager son cortex frontal ou son cortex temporal… Voire peut-être même les deux… »
- « C’est si profond que cela ? » demanda T’Challa, visiblement inquiet.

Sa sœur hocha la tête tristement.
- « Il a été programmé non pas par des moyens technologiques ou même avec des drogues… Toute sa programmation a reposé sur la torture. » avoua-t-elle avec dégoût.

T’Challa soupira, il avait compris que Barnes n’était qu’une marionnette d’Hydra et qu’il avait été le bouc émissaire de l’attentat qui avait mené à la mort du Roi T’Chaka, son père. Mais plus il en apprenait sur ce qui avait été la vie de Barnes depuis sa chute dans le vide en 1945, plus il se surprenait à plaindre cet homme.

- « Et les enclavés ? Ils n’ont pas des magies pour la mémoire ? » suggéra Okoye, sortant soudainement Shuri et T’Challa de leurs pensées.

Shuri se retourna brusquement vers la Dora Milaje, son visage s’éclairant.

- « Mais évidemment ! Tu es brillante Okoye ! » se retournant vers son frère, elle ajouta en inclinant : « Roi T’Challa, je demande votre permission de faire appel aux Enclaves. »
- « Tu sais bien que je vais te répondre que tu peux. » lui répondit son frère avec un sourire mi-amusé mi-résigné. « D’ailleurs, il me semble que la Grande-Bretagne nous doit une faveur ou deux depuis leur guerre… Essaie de voir avec eux. Il me semblait, la dernière fois que j’ai eu un entretien avec leur Ministre, qu’il m’a parlé de bons éléments dans leurs équipes de recherches… Comment s’appellent-ils déjà ? »
- « Les Langues-De-Plomb. » répondit aussitôt Shuri dont le visage trahissait son excitation. « Merci Okoye, tu es la meilleure Générale que les Dora Milaje n’aient jamais eue ! » conclut-elle en s’en allant rapidement de son laboratoire.

 

Il fallait qu’elle rejoigne les Chiens de Guerre, ceux qui étaient toujours chargé des missions de surveillance et de renseignements. Eux seuls connaissaient le moyen pour contacter les Enclaves, c’était un secret qu’ils gardaient jalousement.

T’Challa échangea un regard amusé avec Okoye, mais celle-ci se contenta de lever un sourcil, comme si elle le mettait au défi de contredire sa sœur.
Avec un dernier regard en arrière vers le caisson cryogénique qui contenait le Sergent Barnes, T’Challa quitta le laboratoire. Il espérait réellement que les sorciers des Enclaves pourraient faire quelque chose, car si Shuri ne parvenait pas à le déprogrammer… Cela signifiait que le Sergent Barnes resterait dans ce caisson indéfiniment.

-o-

Deux jours plus tard, alors que la famille royale prenait tranquillement son petit déjeuner au cœur du palais, une chouette franchit la fenêtre et vint se déposer devant Shuri. Celle-ci ne put retenir une exclamation de surprise qui fit sursauter l’animal, puis elle se souvint aussitôt des pratiques en cours chez les sorciers et offrit un morceau de viande à la chouette tandis qu’elle s’emparait du parchemin qui était noué à sa patte.
Ignorant totalement le protocole de la cour, Shuri ouvrit aussitôt la missive et la lut avec hâte, totalement oublieuse du regard réprobateur de sa mère qui se tenait un peu plus loin.

Après avoir lu et relu le parchemin, elle se tourna vers son frère et lui expliqua :
- « Tu avais raison : l’Enclave de Grande-Bretagne se sent redevable de notre nation et nous envoie une Langue-De-Plomb et un Auror – c’est une sorte de policier, si j’ai bien compris – pour lui servir d’escorte. »
- « Et ils disent quelque chose sur le cas du Sergent Barnes ? » s’enquit aussitôt T’Challa.
- « Seulement que leur Langue-De-Plomb a vu les informations disponibles en ligne et que c’est une experte dans tout ce qui est lié à la mémoire… »

Ramonda s’éclaircit la gorge pour rappeler ses enfants à leurs devoirs et à leurs rangs. Le Wakanda avait beau être un royaume très progressiste, il n’en restait pas moins un royaume. La famille royale se devait, selon la Reine Mère, d’avoir un comportement composé et exemplaire, ce qui était rarement le cas de Shuri, particulièrement quand son intérêt était piqué, et elle entraînait souvent son frère sur cette pente glissante.

- « Quand recevrons-nous cette visite ? » s’enquit calmement la matriarche.
- « A priori, aujourd’hui dans la journée. Ils sont vraiment désireux de nous apporter leur aide au plus vite. D’après la lettre, leur Ministre semble sous-entendre que les armures que nous leur avons envoyées ont joué un rôle important dans leur victoire… » répondit aussitôt Shuri. Elle réfléchit un instant et ajouta : « Considérant le décalage horaire, ils devraient être là vers 10 heures, heure du Wakanda. ».
- « Je vais faire préparer des quartiers pour que nos invités puissent être accueillis plusieurs jours. Je pense que cela sera nécessaire. » annonça Ramonda avec un léger sourire. « Je compte sur toi Shuri, pour ne pas épuiser les sorciers. Nos relations avec les Enclaves sont bonnes depuis des centaines d’années, mais nous savons aussi que leur magie et notre technologie ne se marient pas toujours bien. Il est de bon ton de rester sur tes gardes. Il ne faudrait pas qu’une de tes machines leur explose au visage. »
- « Oui, Mère » acquiesça Shuri avec un sourire qu’elle voulait d’apaisement.

Le Wakanda et les Enclaves Sorcières avaient toujours été en paix. Les sorciers comme les Wakandais se cachaient du monde et leurs ancêtres avaient vite réalisé à quel point avoir de bonnes relations entre ces deux peuples pouvaient leur être favorable.
Les Wakandais avaient plusieurs fois sollicité les sorciers, notamment concernant l’Herbe Cœur qui avait connu des périodes de maladie ou de raréfaction.
Et en retour, les sorciers n’avaient pas hésité à solliciter leurs alliés lors de conflits avec les gobelins ou plus récemment lorsqu’une guerre civile avait éclaté dans leur monde quelques années auparavant.
Même si Shuri ignorait les détails de ce conflit, elle ne doutait pas de la sincérité de la missive du Ministre et du fait que les lances et les armures en vibranium que le Wakanda avait prêtées pour protéger leur école avaient été utiles dans la bataille. Après tout, la tentative de coup d’état avait échoué et l’Enclave du Royaume-Uni n’était pas tombée sous le joug de ce pseudo-despote dont elle avait oublié le nom.

Même si des espions wakandais surveillaient sans cesse le monde afin de perpétuer le secret de leur nation, seules les Enclaves de Grande-Bretagne et des Etats-Unis ensuite étaient parvenues, au cours des siècles, à développer des liens solides avec le royaume africain.
Etrangement, ce n’était pas le cas de la communauté sorcière africaine ou même l’école de Uagadou, pourtant la seule école magique du continent, qui n’avaient que très peu de relations avec le Wakanda.
Au sein de la grande Afrique, la crainte persistait de voir ce royaume si puissant et pourtant si secret se lever et s’emparer du pouvoir des autres pays. Le Wakanda menait pourtant une politique étrangère très pacifiste et ne cessait de perpétuer leur image de pays rural et pauvre, mais leurs voisins n’étaient pas dupes...

Son petit déjeuner oublié au moment même où elle avait ouvert le parchemin du Ministère, Shuri s’était empressée de retourner à son laboratoire pour compulser les éléments dont elle disposait et qu’elle souhaitait montrer aux représentants des sorciers. Elle avait tout tenté pour trouver une solution pour déprogrammer le cerveau du Sergent Barnes et le seul recours qui semblait rester était la chirurgie, mais c’était bien trop risqué. Tous les espoirs de Shuri résidaient dans la Langue-De-Plomb envoyée par le Ministère de la Magie britannique.

Lorsqu’enfin dix heures approchèrent, Shuri ne put résister à sa curiosité naturelle et emboîta le pas aux Dora Milaje et son frère lorsqu’ils montèrent dans la navette qui les emmenait à la frontière pour aller y accueillir leurs visiteurs.
Lorsqu’ils y arrivèrent W'Kabi, le chef de la tribu de la Porte, se tenait prêt avec une garde rapprochée. Il ne put retenir un sourire en coin en voyant arriver son épouse, Okoye. Celle-ci se contenta de regarder droit devant elle, elle était Générale des Dora Milaje, il fallait bien plus que la présence de son mari pour la distraire.

A exactement dix heures, un coup de vent violent balaya le sable à quelques mètres de la frontière et dans un bruit de tempête, deux personnes apparurent soudain. Le plus petite des silhouettes sembla trébucher et l’autre la rattrapa en lui passant un bras autour de la taille.

Après quelques instants, le plus grand de deux rangea un objet dans sa poche et, ils commencèrent à s’approcher de la délégation wakandaise. Shuri plissa les yeux pour mieux les distinguer.

Il y avait là un homme, de taille moyenne, les cheveux châtain clair dans un manteau d’officier gris et noir arborant l’insigne du Ministère de la magie. Il était accompagné d’une femme portant une épaisse cape noire, dont la capuche était rejetée en arrière. La seule chose que Shuri distinguait était le halo de boucles brunes qui entouraient le visage couleur caramel de la jeune femme.

Alors qu’ils arrivaient enfin à proximité de la garde wakandaise, les deux Britanniques s’inclinèrent et saluèrent le roi T’Challa, lui présentant leurs condoléances comme l’étiquette l’exigeait. Shuri ne put retenir un sourire en voyant les joues de son frère s’empourprer un peu, elle savait à quel point cette facette de sa fonction le mettait mal à l’aise. Terrasser M’Baku lors du combat pour le règne du Wakanda ne lui avait pas posé de problème, mais les révérences et le décorum le gênaient profondément.
Il n’en perdit pas sa contenance et salua ses visiteurs en croisant ses bras sur son torse et inclinant poliment la tête.

- « Votre Majesté, » s’enquit aussitôt la jeune femme. « Puis-je vous demander l’autorisation d’ôter nos uniformes afin de parer à la chaleur wakandaise ? »
Encore une fois, Shuri se retint de titiller son frère qui n’avait vraiment pas l’habitude qu’on le traite avec une telle déférence.
- « Bien entendu. » répondit-il aussitôt. « Vous êtes les invités du Wakanda et à ce titre, vous serez traités comme nos habitants. Aussi, je vous prie de bien vouloir vous adresser à moi en m’appelant T’Challa, comme tous les Wakandais. »
- « Avec plaisir, Votr-T’Challa. » accepta gracieusement l’Auror. « Je suis navré, je manque à tous mes devoirs. » s’excusa-t-il aussitôt, réalisant qu’au milieu des salutations, sa collègue et lui avaient oublier de se présenter. « Je suis l’Auror Neville Longbottom et voici la Langue-De-Plomb Hermione Granger. »

La jeune femme à ses côtés se contenta de sourire alors qu’elle enlevait sa cape, révélant une simple jupe pantalon gris clair qui s’arrêtait à mi mollet et un chemisier en cotonnade légère. Elle amassa ses cheveux entre ses mains et les attacha en un chignon hâtif dont s’échappaient quelques boucles rebelles.
Devant les yeux plus qu’étonnés des Wakandais, la Langue-De-Plomb glissa sa cape puis l’uniforme de son collègue dans un petit sac orné de perles qui pendait à son poignet.
- « Oh ! Il va falloir que vous m’appreniez tout sur ce sac ! » ne put s’empêcher de s’exclamer Shuri en voyant que la petite besace semblait être capable de contenir bien plus que son apparence ne le laissait supposer.
La Britannique lui adressa un sourire et expliqua :
- « C’est un Sortilège d’Expansion Indétectable. Nous pouvons en parler, Princesse, mais je ne suis pas certaine que la magie requise et votre technologie puissent se mêler… »
- « Vous avez sans doute raison, Ms Granger, » répondit Shuri en l’accompagnant vers le vaisseau qui les ramènerait vers le palais. « Mais il n’empêche que ma curiosité est piquée et j’aimerai beaucoup voir ce que mes instruments de mesure peuvent trouver comme résultats en scannant ce petit sac. »

Le retour dans l’appareil wakandais fut rapide et les deux chercheuses semblaient déjà avoir établi une réelle complicité.
Neville ne put retenir un sourire. Dès qu’Hermione rencontrait quelqu’un qui pouvait stimuler son intellect, elle oubliait complétement le monde qui l’entourait. Il jeta un œil autour de lui. La tribu de la Porte les avait laissé entrer sans problème sur le territoire wakandais mais il sentait que les Dora Milaje le scrutaient.
Il avait lu le dossier sur la Garde Royale wakandaise. Les Dora Milaje était un corps exclusivement composé de femmes qui appartenaient à toutes les tribus qui formaient le pays. Lorsqu’elles intégraient la garde, elles se rasaient le crâne et revetissaient une tenue rouge et or qui les distinguaient des autres Wakandais.

Il devait avouer qu’il avait été moins impressionné par la tribu de la Porte car même s’ils avaient des rhinocéros de combat et des capes bleues qui étaient réputées pour leur résistance grâce au vibranium avec lequel elles étaient tissés, les Dora Milaje avaient l’air d’être des guerrières beaucoup plus farouches et déterminées.

Les Dora Milaje semblaient sur leurs gardes. Considérant que leur Roi T’Chaka avait été assassiné peu de temps auparavant, Neville ne les comprenait que trop. Hermione et lui avaient volontairement rangé leurs baguettes dans des holsters attachés à leurs avant-bras et ne les sortiraient que si c’était absolument nécessaire.

Kingsley avait été clair : le Wakanda était une nation amie de la Grande-Bretagne depuis longtemps, il n’y avait aucune raison que cela change. Neville était simplement là pour assurer la sécurité d’Hermione car elle devait travailler sur un cas que le Wakanda leur avait signalé comme dangereux.
Hermione avait protesté bien sûr, arguant qu’elle saurait se protéger seule, mais Kingsley n’en avait pas démordu. Héroïne de guerre ou pas, un Langue-De-Plomb ne partait jamais en mission en dehors du pays sans être accompagné d’au moins un Auror.
Le regard de Neville croisa un instant celui du Roi T’Challa qui semblait être aussi amusé que lui de voir la Princesse Shuri et Hermione déjà abîmées dans une conversation sur la théorie magique et la capacité d’adaptation du vibranium.

Après les formalités protocolaires de présentation à la Reine Mère, la visite rapide du palais royal et l’installation dans leurs quartiers respectifs, Neville et Hermione déjeunèrent avec la famille royale. Le repas était à la fois très simple et délicieux. Comme l’avait précisé T’Challa, le Wakanda était un royaume très progressiste et avant la fin du repas, tous les participants, y compris les Dora Milaje présentes à table, se tutoyaient, à l’exception bien sûr de la Reine Mère qu’il aurait été inconvenant de tutoyer à son âge.

Dès le repas terminé, Hermione et Neville suivirent Shuri vers son laboratoire.
Si Hermione semblait impressionnée des équipements dont disposait la Princesse, Neville était tout simplement perdu.
Il écoutait d’une oreille distraite la Princesse qui présentait à Hermione tous ses équipements et les réponses pour le moins enthousiastes de celle-ci tandis que lui se contentait de parcourir la salle, admirant un instant la vue sur le royaume que lui conféraient les hautes fenêtres du laboratoire. Le Wakanda était vraiment un endroit féérique.
Incroyablement chaud se dit Neville en lançant discrètement un sortilège rafraichissant sur ses bottes de combat, mais vraiment magnifique.
Alors que son regard continuait à observer la salle, il aperçut ce qui ressemblait vaguement à un de ces sarcophages qu’il avait vus sur les rapports d’excavation de Gringotts lors de leurs opérations en Egypte. Curieux, il ne put s’empêcher de s’approcher et sursauta presque lorsqu’il discerna un corps à l’intérieur.
- « Hermione… » appela-t-il calmement.
- « Ah ! » s’exclama Shuri sans surprise. « Je vois que Neville a trouvé notre patient. »

Aussitôt, les deux jeunes femmes se rapprochèrent de lui et Neville ne put retenir cette impression d’avoir été pris en faute.

- « Je suis navré, Princesse, je- »
- « C’est Shuri. Comme te l’a dit mon frère, le Wakanda est un royaume moderne, même si le monde nous voit comme un pays du tiers monde… Et notre famille royale n’y fait pas exception. Les titres et les courbettes, c’est seulement pour l’image… » le taquina-t-elle avec un sourire.
Neville hocha la tête et reprit :
- « C’est lui, le fameux Winter Soldier ? » Neville prit quelques instants pour l’examiner. « Il a l’air… Si normal. »
- « D’une certaine façon, il l’est. » répondit Hermione en s’approchant pour le regarder elle aussi. Il avait l’air simplement endormi, presque inoffensif, mais elle savait que les apparences étaient souvent si trompeuses.
- « Oui, » renchérit Shuri. « Il serait normal, si Hydra n’avait pas implanté ces mots dans son esprit et s’il ne se transformait pas en machine à tuer dès qu’il passe sous leur contrôle. »
- « Tu peux me montrer ce que tu as trouvé sur ses scans cérébraux et sur la façon dont ces mots lui ont été implantés ? Je dois avouer que les archives du S.H.I.E.L.D. étaient assez brumeuses sur le sujet. J’ai bien compris dans leurs rapports les dégâts causés par le Winter Soldier et qu’il était en fait l’ami d’enfance de Captain America, mais je n’ai pas saisi la façon dont il a pu être modifié. » s’enquit Hermione, sa curiosité piquée.

De quelques gestes, Shuri fit apparaître, à l’immense surprise de Neville, des informations qui défilaient sur un écran qu’une projection depuis son bracelet Kimoyo venait de créer.
Heureusement qu’Hermione semblait ravie de découvrir toute cette technologie car Neville devait avouer qu’il se ne sentait pas à sa place. Peut-être qu’il aurait mieux valu qu’un Auror Né de Moldus accompagne Hermione plutôt que lui. Il avait beau être ami avec Hermione depuis quinze ans et s’être fait expliquer de nombreux aspects du monde moldu, il avait l’impression que le Wakanda était bien au-delà du niveau Optimal des ASPICS…

Alors que les deux jeunes femmes faisaient défiler les données devant elle, elles ne cessaient d’échanger des propos qui, en toutes autres circonstances, auraient fait tiquer Neville. Elles parlaient d’électrochocs, de cortex endommagé, de chemin neuronaux restaurables et d’autres notions qui auraient inquiété Neville s’il n’avait été pas ami avec Hermione.

Tandis que Ron et Harry étaient entrés immédiatement à l’Académie des Aurors à peine Voldemort vaincu, Neville avait préféré retourner à Poudlard. Il avait eu envie d’avoir une vraie septième année, où il pourrait étudier, mais aussi prendre le temps d’enfin profiter de sa jeunesse sans avoir à se soucier de Voldemort, de Harry, d’un évadé d’Azkaban ou de cerbères. Juste une année normale…

Il avait été ravi d’apprendre qu’Hermione retournait elle aussi à Poudlard. Accompagnés de seulement quelques autres camarades qui avaient décidé comme eux de revenir, ils avaient passé une huitième année à se comporter comme des élèves normaux, comme ils auraient dû le faire auparavant.
Enfin presque normaux, on ne balaie pas sept années d’aventures et une guerre d’un simple geste de la main. Neville avait vite appris durant leur année qu’Hermione et lui avaient bien plus en commun qu’ils ne le pensaient.
Certainement car quelque chose dans leurs vies se faisait dorénavant écho. Les parents d’Hermione ne se souvenaient pas d’elle, ils vivaient en Australie, complètement ignorants qu’elle avait créé leur nouvelle vie de toutes pièces. Hermione se sentaient infiniment coupable de ce qu’elle leur avait fait même si c’était pour les protéger.
Et de son côté Neville avait des parents qui ne le reconnaissaient plus vraiment depuis longtemps. Sa mère lui souriait, parfois, lui donnait un papier de bonbon, souvent, et quand il avait de la chance, il lui semblait voir une lueur de reconnaissance passer dans les yeux de son père.

Après une soirée un peu trop arrosée, Hermione et Neville avaient fini par pleurer dans les bras l’un de l’autre, tous deux peinés de ce que l’autre avait à endurer.
Alors, en bons Gryffondors qu’ils étaient, plutôt que de rester abattus, ils s’étaient jetés à corps perdu dans des recherches pour résoudre leurs problèmes. Hermione était persuadée que les médecins de Ste Mangouste auraient pu faire mieux pour le traitement de Alice et Frank Longbottom, peut-être en y adjoignant des soins moldus.
Alors, ils avaient travaillé sans relâche, à la fois sur la façon dont on pouvait restaurer les souvenirs qui avaient été effacés que sur les moyens de contourner les effets du Doloris. Ils avaient travaillé main dans la main et lorsqu’ils avaient passé leurs ASPICS, chacun avait choisi un chemin.
Hermione, celui de poursuivre ses recherches en tant que Langue-De-Plomb, Neville celui d’attraper les Lestrange pour s’emparer de leurs baguettes.
Il avait un infime espoir qu’un rituel qu’il avait vu dans un livre assez obscur datant du Moyen-Âge ne lui permette, à défaut de retrouver ses parents, d’au moins d’alléger leurs souffrances.
Et pour ce rituel, il lui fallait toutes les baguettes qui avaient servi à torturer ses parents. Il avait déjà celle de Bellatrix – qu’Hermione n’avait été que trop heureuse de lui remettre – et celle de Crouch Jr que le Ministère avait conservé suite à ses crimes lors du Tournoi des Trois Sorciers. Il lui manquait celles des frères Lestrange qui continuaient à éviter la capture, plus de huit ans après la fin de la guerre.

Hermione avait mené sa mission à bien, elle avait réussi à reconstruire les souvenirs de ses parents. Wendell et Monica Wilkins avaient cessé d’exister et laissé à nouveau la place à Walter et Mary Granger après bien des difficultés. Neville avait encore deux obstacles devant lui, mais il était déterminé. Et puis s’il en croyait la technologie qu’elle déployait, peut être que Shuri pourrait l’aider d’une façon ou d’une autre à traquer les Lestrange.

- « Je pense qu’il va falloir que j’étudie ces données très attentivement. J’aurai peut-être besoin aussi de prendre attache auprès des Médicomages de Ste Mangouste. Je voudrais voir s’ils ont des choses probantes à me préconiser. » expliquait Hermione à Shuri qui semblait boire ses paroles.

Laissant les deux jeunes femmes à leurs explications, Neville se glissa vers le balcon du laboratoire qui surplombait les grandes étendues de Wakanda. Si Neville avait pu choisir, il aurait préféré venir au Wakanda en plein hiver au lieu du mois de juillet, mais Kingsley avait été clair : il fallait aider les Wakandais le plus rapidement et le plus efficacement possible.

Note de fin de chapitre :

Alors, pas trop perdu.e.s ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.