S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours - HPFanfic


D’ici 7 jours, MaPlumeAPapote et ChrisJedusor lanceront un concours où vous devrez parler d’une invention magique ! Les aurors ont d’ailleurs besoin de vous pour retrouver des brevets qui se trouvaient au ministère de la Magie mais qui ont été volés par un inventeur fou !

Le concours se déroulera sur plusieurs mois et en trois rounds. La créativité , dans votre fanfiction, sera de mise ! Votre premier écrit s’appuiera sur la réflexion. Ensuite, le deuxième texte se basera sur la création d’un sortilège, d’un objet, d’une potion ou du développement d’une étude magique. Le troisième se basera sur les résultats.»

Le début de cette aventure, en tant qu’auror stagiaire, est ouvert à tous. Vous pourrez dès lors encore vous inscrire après le début du premier round si une idée vous vient, en retard, à l’esprit ! En effet, la rédaction de votre écrit, lors de la première tâche, sera étalée sur trois semaines ! Le concours débutera officiellement le 30 janvier 2022 à 00h00. Lors de votre inscription, vous devrez choisir un niveau de difficulté qui corsera un peu plus votre aventure via des contraintes.
Intéressés à partir en mission en tant que jeune auror ? Venez rejoindre le ministère de la Magie ! Le portoloin, c’est par là ! !
Bonne chance, futurs cadets !


De le 23/01/2022 00:11


119ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 119e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 28 janvier à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 22/01/2022 10:04


Bonne année HPF !


Bonne année !

Image

L'Équipe de Modération d'HPFanfiction vous souhaite une belle année 2022 !
Qu'elle soit meilleure que les précédentes et qu'elle vous apporte ce que vous souhaitez : en particulier, de belles lectures et plein d'inspiration pour l'écriture.

Si vous souhaitez vous fixer de bonnes résolutions, plein de projets fourmillent sur le forum : le Janvier Review dont on vous a déjà parlé, le Jeu des Neuf Familles pour vos lectures de romans, BD et autres formats, Mon Défi Écriture et Mon Défi Lecture... Il y en a pour tous les goûts !

Bonne continuation sur HPF !


De Equipe de modération HPFanfiction le 06/01/2022 17:24


27éme édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 27e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 7 janvier à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 02/01/2022 21:01


Sélections du mois


L'équipe de Podiums vous souhaite une très bonne année ! ♥


Félicitations à Amnesie, Lyssa7 & Fleur d'épine, et Calixto, vos coups de cœur de l'année 2021 !

En février, c'est le moment ou jamais d'encourager Neville Londubat pour lui montrer à quel point il peut être valeureux, talentueux, et digne d'intérêt ! Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et pour cette nouvelle année 2022, préparez votre sac à dos et partez en janvier à la découverte de toutes les petites (et grandes) Créatures magiques qui peuplent ce monde ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour lire les onze textes proposés et voter ici.



De Equipe des Podiums le 01/01/2022 18:27


Janvier Reviews


reviewter [v.] intr : état résultant de l’indigestion ou de la surproduction de reviews.

Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?
Découvrez le Janvier Reviews ! Un mois entier de reviews, à consommer sans modération. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Un marathon de lecture et de reviews avec un Optimal à la clé !
À bientôt !




De le 27/12/2021 21:01


Uagadou par Toopil

[19 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

–    Frigus caligo.

Drago se lança un sortilège de fraîcheur pour la millième fois de la journée. Il étouffait. Une horloge moldue sur le mur lui indiquait avec ses « tic... tic... tic... » qu'il attendait depuis plus de 3 000 secondes sur cette chaise inconfortable, baignant dans sa sueur.

Une femme imposante à la peau sombre s'approcha enfin de lui et lui indiqua de le suivre dans un bureau exigu. La fraîcheur qui y régnait ne suffit pas à le mettre à l'aise.

–    Bonjour Monsieur Malefoy, et bienvenue en Ouganda, dit-elle avec un accent prononcé. Je m'appelle Bahija Mbabaki et je suis votre officière de probation. Autrement dit, c'est moi qui m’assurerai de l'exécution des peines qui ont été prononcées à votre encontre et qui veillerai à ce que vous ne vous retrouviez pas à nouveau à commettre des actes répréhensibles.

Elle leva enfin le nez de ses papiers pour fixer Drago quelques instants.

–    Je ne suis pas votre ennemie, Monsieur Malefoy. Mon but est que vous restiez éloigné des ennuis, et la meilleure façon d'y arriver est de vous épanouir dans une vie saine.

Drago retint de justesse un rictus. Encore une qui n'assumait pas ses penchants paternalistes et qui cherchait à se donner bonne conscience. Il préféra s’épargner une joute verbale et se contenta de hocher légèrement la tête.

–    Conformément aux décisions prises par le Ministère de la Magie britannique, je vais devoir récupérer votre baguette. Elle vous sera rendue dans 100 jours à compter d'aujourd'hui si tout se passe bien. Une autre de substitution vous sera prêtée lorsque vos cours le nécessiteront.

Drago inspira profondément et déposa délicatement sa baguette sur le bureau. Comme il s'y était attendu, il se sentit instantanément vulnérable. Mais après tout, c'était ce qu'ils cherchaient.

–    Merci, dit-elle en déposant sa précieuse baguette dans un boîtier en bois qu'elle scella magiquement. Comme cela vous a été expliqué, vous passerez la prochaine année à Uagadou afin de passer votre DSSA, un équivalent de vos ASPIC.

–    Je sais… ne put s’empêcher de marmonner Drago.

–    Bien. Et vos travaux d'intérêt général seront effectués au même endroit. Vous contribuerez aux tâches domestiques de l'école les week-ends et les vacances pour une durée totale de 400 heures. Il faudra voir avec votre référent à Uagadou pour le détail des tâches, précisa-t-elle. N'ayant pas de droit de visite chez votre mère, vous serez hébergé à l'école. Vous pouvez néanmoins communiquer avec vos proches mais sachez que votre courrier pourra être lu en cas de suspicion d'activités illicites. Si vous avez un rapace dédié au courrier, vous pourrez le faire héberger à la volière de l'école. Autrement vous pourrez emprunter ceux de là-bas. Pour terminer, je vous précise que vos affaires ont déjà été envoyées dans votre chambre. Est-ce bon pour vous ? Avez-vous des questions ?

Drago secoua la tête.

–    Nous pouvons donc y aller. Pourriez-vous vous placer dans le cercle rouge derrière vous ?

Il s'exécuta d'un air légèrement suspicieux. La sorcière murmura quelques paroles inaudibles et aussitôt des flammes bleues entourèrent Drago. Il sursauta, mais ne ressenti aucune brûlure.

–    Tenez, dit-elle en lui tendant un panier en osier contenant une poudre grise. Nous allons à Uagadou directement, le directeur nous attend.

Drago prit une poignée de ce qui semblait être un équivalent à de la poudre de cheminette et prononça distinctement le nom de l'école. Les flammes bleues l'enveloppèrent dès qu'il lâcha la poudre et l'aveuglèrent au point de l'obliger à fermer les yeux. Quand il les rouvrit, il se trouvait dans un gigantesque bureau aux murs recouverts de tapisseries et d'objets de décoration tous plus étranges les uns que les autres. D'immenses colonnes de pierre dorées semblaient soutenir un plafond délicatement sculpté dans la roche. Au sol, une mosaïque représentait un immense oiseau rouge et or entouré de runes. Un souffle d'air chaud balaya son visage et ses sortilèges de fraîcheur lui manquèrent déjà amèrement. Un vieil homme à la peau ébène et à la barbe grisonnante s'avança vers lui en arborant un sourire trop grand pour être sincère.

–    Monsieur Malefoy, je présume ? Ravi de vous accueillir. Pourriez-vous vous décaler de quelques pas ? J'imagine que vous ne venez pas seul.

Drago se sentit idiot de ne pas l'avoir fait plus tôt et il sortit du cercle doré incrusté dans le sol. Aussitôt, une gerbe de flammes bleues jaillit du cercle en question et Mbabaki en sortit d'un pas assuré. Elle tendit la main et serra celle du directeur.

–    Directeur Akello, comment allez-vous ?

–    Très bien, et vous-même ?

–    Bien également. J'accompagne le jeune Malefoy pour sa rentrée de demain.

–    En effet, répondit le directeur en se tournant vers Drago. J’accueillais justement notre nouvel élève. J'espère que vous avez fait bon voyage et que vous vous plairez ici, Monsieur Malefoy.

Ce dernier ne parvint qu'à bredouiller un « merci » à peu près poli.

–    Je vais devoir y aller, informa Mbabaki. Monsieur Malefoy, nous nous verrons une fois toutes les deux semaines pour faire un point. Je vous enverrai le jour et l'heure par courrier, ne vous en faites pas. N'hésitez pas à me contacter pour toute question ou en cas de problème, dit-elle à l'adresse tant de Drago que du directeur. Monsieur Akello, je vous confie ceci, comme prévu.

Elle lui remit la boîte en bois contenant la baguette de Drago. Après quelques salutations, elle disparut à nouveau au milieu des flammes.

Le directeur se tourna vers le sorcier blond en arborant à nouveau son sourire forcé.

–    Monsieur Malefoy, venez avec moi. Je vais vous présenter la personne qui sera votre référente tout au long de votre, euh... séjour. Elle vous présentera l'école et tout ce que vous avez besoin de savoir, et elle se chargera également de vous indiquer les... tâches que vous aurez à effectuer.

Drago se contenta de hocher la tête en contenant son envie de lever les yeux au ciel. Le sorcier lui fit arpenter les couloirs d'un bâtiment qui semblait avoir été creusé directement dans la roche. De nombreuses tentures colorées recouvraient les murs, et des statues et bas-reliefs semblaient les suivre du regard. En passant dans un couloir rempli de fenêtres, Drago put apercevoir du coin de l’œil des plaines verdoyantes entourées de quelques collines, ainsi qu'un ciel bleu éclatant. Il imaginait sans peine des personnes s'extasier de manière exagérée devant ce paysage. Ils arrivèrent enfin devant une porte en bois à l'encadrement doré. Le directeur toqua et entra en entendant une voix féminine lui répondre.

–    Bonjour Miss Khan. Je vous présente Drago Malefoy, l'étudiant britannique dont je vous avais parlé.

Une jolie femme d'une trentaine d'années s'avança vers Drago, un immense, et cette fois-ci sincère, sourire sur le visage. Elle portait une robe ample en coton couleur saumon et arborait une large tresse noire qui pendant sur son épaule droite. De nombreux bijoux dorés ornaient ses mains, ses oreilles, ses cheveux et même son nez.

–    Bonjour Drago, le salua-t-elle très chaleureusement en roulant les « r ». Je m'appelle Eshani. Comment vas-tu ?

–    Bien, bredouilla-t-il par réflexe.

–    Super ! C'est moi qui m'occuperai de toi à partir de maintenant. Si tu as besoin de quoi que ce soit ici, à Uagadou, viens me voir. Mon job c'est d'accompagner les élèves pour que tout se passe bien pour eux ici. Je m'occupe principalement des plus jeunes, mais aussi des élèves transférés ou des cas un peu plus particuliers comme le tien.

–    Miss Khan, je vais devoir vous laisser. J'ai quelques courriers à préparer pour le gouvernement britannique. Monsieur Malefoy, je vous laisse entre de bonnes mains et nous nous reverrons ce soir pour le dîner. Bonne journée à vous.

–    Bonne journée Monsieur le Directeur !

–    Bonne journée.

La porte claqua derrière Akello.

–    Alors Drago, comment te sens-tu ?

–    Euh... J'ai un peu chaud, répondit Drago décontenancé par la question.

Eshani éclata de rire.

–    Tu m'étonnes ! Tu as vu comment tu es habillé ? Personne ne t’avait prévenu que le climat était un peu différent de l'Angleterre ?

–    Si mais... Je n'avais rien d'autre, répondit-il en essayant de garder sa dignité.

–    Bon. On fera du shopping plus tard. En attendant, bois-ça.

Il rattrapa de justesse une fiole remplie d'une potion bleu clair. Méfiant, il inspecta le flacon avant d'en boire le contenu. Le froid du liquide sembla se propager dans tout son corps et il se sentit revivre.

–    Avec des vêtements adaptés et la climatisation habituelle de l'école, tu ne devrais pas en avoir besoin. Mais en attendait, je t'en fournirai quelques-unes. Et je te rassure, il ne fera pas aussi chaud tous les jours !

–    Merci.

–    La rentrée a lieu demain. En attendant, je vais te faire visiter les lieux, te montrer ta chambre et t'expliquer comment fonctionne l'école. Tu verras, c'est un endroit très sympa, même si on travaille beaucoup. Et toi en particulier, ajouta-t-elle dans un petit rire. On croisera peut-être quelques autres élèves qui sont déjà là. Certains arrivent quelques jours avant la rentrée pour se remettre dans le bain, surtout les septièmes années comme toi.

Drago se retint de faire un commentaire et sentit que ça allait devenir une habitude. Eshani le conduisit dans toute l'école, pièce après pièce. Celle-ci était semblable à un immense palais, bel et bien construit directement dans la roche d'une immense montagne. Les murs de pierre étaient tantôt sculptés, tantôt recouverts de tapisseries et tantôt incrustés de métaux rutilants pour les pièces les mieux décorées. De grandes ouvertures laissaient circuler l'air à travers les colonnes de pierre omniprésentes. Bien qu'il fût habitué à des décors plus sobres, Drago dut admettre que l'école dégageait quelque chose de riche et d'élégant.

–    Dans cette aile se trouve les chambres des garçons, indiqua Eshani. Celles de septièmes années sont au bout de ce couloir. Tu sais laquelle est la tienne ?

–    Euh, non...

–    Pas de problème.

Elle marmonna quelques mots parmi lesquels Drago reconnu son nom, et aussitôt la poignée de l'une des pièces se mit à briller. Il écarquilla les yeux mais n'osa pas poser de question.

–    Voilà ta chambre, dit-elle d'un ton enjoué en tournant la poignée.

–    Ma chambre ? Ce n'est pas un dortoir ?

–    Non, chacun à sa chambre. Ce n'est pas comme ça à Poudlard ?

–    Non... Mais tant mieux.

–    Tes affaires sont déjà arrivées visiblement, dit-elle en désignant une grosse valise sur le lit à baldaquin qui trônait au milieu de la petite pièce. Je vais faire un tour quelques minutes, profites-en pour t'installer. Les salles de bain sont dans le couloir en face.

Il lui adressa un signe de tête de remerciement et elle quitta la pièce. Drago s'effondra aussitôt sur le lit. Il relâcha toute la pression en soufflant longuement. Il sentit des larmes monter mais serra la mâchoire pour les retenir. Il s'était promis d'affronter tout ça la tête haute, de ne pas perdre le peu de dignité qu'il lui restait. Ils ne lui prendront pas tout. Il observa la pièce autour de lui. Elle était très sombre, à peine éclairée par les rayons de lumière qui traversaient sous la porte et par la minuscule fenêtre. Il resta pensif un long moment sur son lit, ne trouvant pas le courage de sortir ses affaires.

 

Déjà, il entendit la voix d'Eshani revenir vers sa chambre.

–    Drago ? Je peux entrer ? J'aimerai te présenter quelqu'un.

–    Oui, entrez.

–    Je te présente Anir, un de nos meilleurs étudiants de septième année.

Un jeune homme à la peau mate s'avança derrière elle. Son regard perçant le jaugeait derrière ses lunettes, tandis que ses cheveux noirs bouclaient sur sa tête. Il portait une sorte de robe en lin blanche avec des broderies beiges. Il plissa les yeux en observant Drago.

–    Tu n'as pas un peu chaud dans cette tenue ?

–   Drago n'a pas encore de vêtements adaptés à notre climat, intervient immédiatement Eshani. J'irai en acheter avec lui juste après.

–    Je vois.

–    Merci de t'inquiéter pour mon bien-être, répliqua Drago sur la défensive.

Anir ne répondit pas et se contenta de l'observer. Eshani se racla la gorge et rompit le silence.

–    Bon ! Drago, je t'ai présenté Anir car c'est lui qui sera ton tuteur pour les cours de rattrapage.

–    Les cours de rattrapage ?

–    Oui, tu vas en avoir besoin. Loin de moi l'idée de penser que tu n'es pas un excellent sorcier, mais nos programmes scolaires sont très, euh, différents de ceux de Poudlard. Tu auras certainement besoin d'une formation accélérée pour certains domaines. Anir est un bon élève et il est très pédagogue, tu verras, dit-elle en souriant largement.

Drago ouvrit la bouche pour protester mais il préféra s'abstenir. Avait-il seulement son mot à dire de toute façon ? Il regarda Anir qui n'avait pas cessé de le fixer de manière inexpressive.

–    Dans ce cas, merci Anir, dit-il en insistant sur chaque mot.

–    On ne me laisse pas le choix à moi non plus.

–    Anir, s'il-te-plaît, soupira Eshani. Tu sais qu'il va en avoir besoin et que tu es très bien placé pour le faire. Et puis si tu souhaites devenir professeur, il va falloir t'entraîner, non ?

Le sorcier la foudroya du regard.

–    Tu n'es pas obligée de répéter ça à tout le monde ! Et puis je ne sais pas encore si c'est ce que je veux faire…

–    Il n'y a pas de honte à avoir ! Et puis, tu ferais un excellent professeur.

–    Ce n'est pas en me flattant que j'accepterai, dit-il en croisant les bras.

Il y eu un silence de quelques secondes.

–    Bien ! C'est bon, tu as gagné, je m'en occuperai sérieusement, dit Anir en levant les yeux au ciel. Mais au moindre problème tu désignes quelqu'un d'autre.

–    On verra, on verra, dit Eshani qui semblait aux anges.

–    Vraiment honoré, grinça Drago.

Ils l'ignorèrent et Eshani remercia Anir avant d'emmener Drago à l'extérieur de l'école.

Celle-ci était entourée de brume et paraissaient, de loin, flotter sur un nuage. Ils marchèrent longuement sur un sentier qui s’éloignait du bâtiment et s'enfonçait vers un petit bosquet. Arrivés sous les arbres, ils transplanèrent jusqu'à un petit village qui devait être sorcier, au vu des enseignes qui lévitaient ou des décorations qui changeaient de forme et de couleurs en fonction des personnes qui passaient. Eshani le conduisit à une boutique de vêtements sorciers. Il s'avança parmi les modèles. Lui qui ne jurait que par le noir, ils étaient tous plus colorés les uns que les autres. Devant son indécision Eshani entreprit de lui conseiller des couleurs et des coupes qui lui convenaient. Il opta pour plusieurs tenues bleues ou vertes foncées, mais dû également se résoudre à acheter des vêtements gris, kaki et même bleu clair.

–    Tu devrais t'habiller plus souvent en clair pourtant, ça ne te va pas si mal, lui assura-t-elle devant son air désespéré.

Il se contenta d'un haussement d'épaules et paya ses achats.

–    Comme tu es majeur, tu peux te rendre à ce village quand tu veux en dehors des heures de cours ou de travail. En revanche, tant que tu n'as pas ta baguette, tu devras être accompagné. Tu peux me demander à moi ou bien à Anir, ou n'importe qui d'au moins 17 ans. Bon, il commence à se faire tard et j'ai faim. On rentre manger ?

–    Ça me va.

–    Je te laisse poser tes affaires et on se retrouve au hall principal ? Tu arriveras à retrouver ton chemin ?

–    Oui, ça devrait aller.

 

Quelques instants plus tard, Drago se retrouva à patienter dans un immense hall au milieu duquel trônait une fontaine qui coulait paisiblement. Il s'assit sur un banc en pierre et vit bientôt défiler les premiers élèves qui se rendaient à la salle à manger où étaient servis les repas. Il souhaita du plus profond de son être devenir invisible lorsqu'il vit tous les regards braqués sur lui. Il devait effectivement sortir du lot, avec ses vêtements inadaptés – il ne s'était pas encore résolu à se changer – et sa peau blanche comme du lait de vache. Même si, entre la chaleur et son malaise, il allait bien finir par devenir aussi rouge qu'une écrevisse. C'est avec un immense soulagement qu'il entendit la voix d'Eshani qui l'appelait. Sa joie disparue aussitôt lorsqu'il aperçut Anir et trois autres élèves derrière elle. Il comprit qu'elle tentait de l'intégrer aux autres étudiants, ce qui, selon lui, n'était pas indispensable à sa survie. Il se contenta cependant de saluer poliment les élèves et de suivre tout le monde jusqu'aux tables de banquet gigantesques qui s'étiraient le long d'une salle tout aussi immense. Plusieurs dizaines de personnes se trouvaient déjà assises, mais elles remplissaient à peine le début de la salle. Drago fut surpris de voir ce qui semblait être les professeurs s’asseoir aux mêmes tables que les élèves, juste un peu à l’écart. Il fut également heureux de constater que la plupart s’exprimaient dans un anglais très correct. Il s'assit à côté d'Eshani et en face d'Anir, qui préféra discuter avec ses amis. Fidèle à elle-même, Eshani s'adressa d'un ton enjoué à ces derniers.

–    Drago vient d'arriver à Uagadou. Il vient de Poudlard et fait sa dernière année ici. Il sera donc avec vous !

–    Oh, euh... bienvenue, bredouilla maladroitement une fille chétive qui portait d'immenses lunettes. Je m'appelle Judy.

–    Enchanté.

–   Moi c'est Kaja, enchaîna une jeune fille à côté d'elle qui parlait d'une voix forte. Et lui là, c'est Chanda.

Le garçon en question fit un signe de tête à Drago qui lui répondit de la même manière.

–    Poudlard c'est au Royaume-Uni c'est ça ? continua Kaja. Je crois qu’on n’a jamais eu de transfert d'étudiants qui venait de là-bas...

Judy secoua la tête.

–    Comment ça se fait que t'es arrivé là ?

Voilà. C'est ce moment que redoutait Drago. C'est pour cette raison qu'il ne comptait pas sociabiliser de toute son année. Heureusement, Anir intervint.

–    Il y a eu une guerre là-bas je te rappelle. J'imagine que c'est pour ça que tu viens ici, non ?

Drago se demanda quelle pouvait être la logique évidente qu'il semblait y trouver, mais cette raison lui convenait parfaitement. Et puis, techniquement, c'était la vérité. Il se dépêcha donc d'acquiescer en priant pour qu'on ne lui en demande pas plus.

–    C'était vraiment la guerre ? Ça se passait comment ?

–    Kaja ! Tu ne peux pas lui demander ça comme ça, s'agaça Eshani.

–    Il n’est pas obligé de me répondre s’il ne veut pas, grommela la concernée.

La conversation s'orienta ensuite vers la reprise des cours et Drago fut ravi de pouvoir se plonger uniquement dans son repas. Ce dernier lui demandait de toute façon beaucoup d'attention, car il n'avait absolument aucune idée de quels étaient les plats présentés devant lui. Il fixa longuement une cuisse de poulet et se décida à y goûter en se disant qu'après tout « du poulet, c'est du poulet » et qu'il ne prenait pas trop de risques. Il observa du coin de l’œil ce que mangeaient ses voisins et tenta de goûter quelques plats qui lui semblaient les plus comestibles. Au moment de se servir ce qui lui semblait être des pommes de terre au paprika, Judy l'interrompit.

–    Si tu viens d'Angleterre, je te déconseille ça. Je pense que tu n'es pas habitué au piment...

–    Mais Judy, râla Chanda. Il fallait le laisser faire ! J'attendais ça depuis tout à l'heure...

–    Ce n'est pas très gentil de ta part, marmonna-t-elle.

–    Ça va, dit-il en levant les yeux au ciel. Il faut bien qu'il s'y habitue s'il passe l'année ici.

Drago remercia intérieurement Judy pour lui avoir épargné une humiliation publique et décida qu'il avait suffisamment tenté d'expériences culinaires pour ce soir.

 

Une fois le repas terminé, les élèves quittèrent petit à petit la table.

–    On se fait une soirée avant d'aller se coucher ?

–    Pas ce soir, Kaja. On a cours demain je te rappelle, répondit Anir.

–   Justement, on a besoin de se détendre un peu avant de se remettre dedans ! Surtout toi.

–   C'est sûr que toi, tu n’as pas vraiment besoin de te détendre, ricana Chanda.

–    Justement, vous devriez prendre exemple. Bon, on se retrouve dans la salle de repos habituelle ? Il faut que je passe par ma chambre avant.

–    Ok pour moi.

–    Je vais te suivre, Kaja.

–    Bon, bon... C'est d'accord. Mais à 23h je suis au lit.

–    Ce n’est pas comme si on pouvait t'en empêcher.

Alors que tous commencèrent à se lever et à partir, Kaja se tourna vers Drago.

–    Tu es invité aussi, viens !

Il hésita à décliner mais elle avait déjà tourné les talons. Il soupira mais se résigna à les suivre afin de ne pas se mettre tout le monde à dos dès le premier jour.

Ils s'installèrent dans une petite salle entièrement recouverte de tapis, de coussins et de petites tables basses ouvragées. Une fois tout le monde arrivé, Anir ferma la porte et murmura quelque chose qui enclencha un verrou.

–    C'est quoi cette salle ? ne put s'empêcher de demander Drago.

–    Ça ? Ben, c'est une salle commune, répondit Kaja hébétée. Vous n'en aviez pas à Poudlard ?

–    Si... Mais on ne peut pas s'isoler comme ça.

–    Ah bon ? Pourquoi ?

–    Aucune idée, admit-il.

Chanda sortit une bouteille en verre remplie d'un liquide laiteux. Il sortit également plusieurs objets qui ressemblaient à des boutons et d'un geste assuré posa la main sur chacun d'entre eux tour à tour pour les transformer en verres. Drago observa attentivement la manipulation et une pensée s'imposa à lui. Ils faisaient de la magie sans baguette. Au quotidien. Et avec une aisance remarquable. Il comprit alors plusieurs choses. La première était la raison pour laquelle ils avaient décidé de l'envoyé aussi loin de chez lui, dans la seule école où son interdiction de baguette ne serait pas problématique. La deuxième était la raison pour laquelle Eshani avait demandé à Anir de lui donner des cours de rattrapage. Et la dernière fut la perspective de la quantité de travail qui l'attendait pour parvenir au niveau de sorciers habitués à faire de la magie sans baguette depuis des années. Toutes ces idées lui donnèrent le tournis et il préféra s’asseoir.

–    Tiens, dit Chanda en lui tendant un verre. Oui c'est bien de l'alcool, ajouta-t-il devant son regard suspicieux. Mais ce n'est pas très fort ne t'en fait pas. Tant que tu ne bois pas autant que Kaja et moi ça devrait aller.

–    D'accord... Merci.

Il but son verre du bout des lèvres. Le goût lui parut aigre mais il continua de siroter très lentement. Il observa les attitudes enjouées de ses nouveaux camarades et écouta attentivement pour recueillir toutes les informations utiles à son adaptation.

–    En tout cas, euh... Comment tu t'appelles déjà ? demanda Kaja.

–    Drago.

–    En tout cas Drago, tu n’as pas l'air bavard. C'est le fait d'être ici qui te met mal à l'aise ou c'est à cause des choses que tu as vécues en Angleterre ?

–    Non mais toi alors ! réagit Anir en levant les yeux au ciel. Tu peux faire plus délicat ou tu es à ton maximum ?

–    Mais quoi ? J'essaye de briser la glace ! Il a l'air tout coincé là !

–    Et c'est censé le mettre à l'aise cette question ?

–    Ben je ne sais pas moi, mais au moins je tente des trucs... Il faut bien qu'on en apprenne un peu plus sur lui. C'est quoi ton nom de famille par exemple ?

–    Malefoy, répondit Drago automatiquement.

–    Ok, comme ça au moins quand les profs t’appelleront on saura qu'ils parlent de toi !

–    « Malefoy », réfléchit Anir. Ça me dit quelque chose...

La tension de Drago remonta en flèche. Après tout, même à l'autre bout de la planète, ils avaient certainement eu des détails concernant la guerre qui venait de s'achever. Les yeux d'Anir ne tardèrent pas à s'écarquiller et Drago blêmit en devinant ce qui l'attendait.

–    Attends... Drago Malefoy ? Tu ne serais pas de cette famille de partisans de...

Il s'interrompit en voyant le visage sombre de Drago. Plus un bruit ne se fit dans la pièce.

–    Si, répondit-il gravement. Et si je suis là, c'est qu'on m'y a envoyé. Une peine de justice, pour payer pour ce que j'ai fait.

Personne n'osa répondre. Il se leva, finit son verre et le posa sur une table.

–    Voilà, maintenant vous savez tout. Merci pour le verre.

Il sortit de la pièce, dans un silence toujours plus lourd. Il remonta dans sa chambre – non sans se perdre une fois ou deux – et s'affala une nouvelle fois sur le lit. L’année allait être très longue.

Note de fin de chapitre :

Note : j'écris en français car c'est la seule langue que je maîtrise suffisemment, mais les personnages sont censés parler anglais, comme Drago.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.