S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Les enfants de Phantom Alley par bellatrix92

[37 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Cornelius Fudge était si dérouté par la réaction de Narcissa Malefoy qu’il faillit s’écrouler à l’atterrissage et maintint de justesse son équilibre. Son coeur battait désagréablement, la nausée l’avait gagné comme à chaque fois qu’il transplannait et plusieurs secondes s’écoulèrent même avant qu’il ne distingue l’environnement autour de lui.
Il ne faisait pas très froid, mais l’humidité était là, faisant flotter sur les lieux une brume à l’aspect mystérieux. Cornelius et Narcissa Malefoy avaient surgi sur une route de campagne entièrement bordées de haies épaisses et touffues, sauf à l’endroit où ils se trouvaient puisque celui-ci formait un croisement, entre la route en elle-même et un chemin de terre qui remontait la pente.

« Powdermill Lane – Phantom Alley » indiquaient les deux panneaux accrochés au mur de brique qui leur faisait face, ou plutôt aux deux piliers de briques qui encadraient ce chemin.
Lorsque Cornelius eut repris ses esprits et que ses yeux eurent discerné les charmes de protection qui s’estompaient peu à peu devant lui, il réalisa enfin où il se trouvait : Dans l’un des quartiers les plus secrets du monde magique, où même en temps que représentant du Ministère il n’avait encore jamais mis les pieds.

Les lieux étaient huppés, très huppés même si certaines maisons paraissaient plus modestes de chaque côté du chemin.
Sans un mot et la gorge visiblement nouée, Narcissa Malefoy l’entraîna encore à sa suite le long de Phantom Alley, en direction du manoir ancien mais coquet qui se trouvait tout au bout et se dessinait dans la brume hivernale de cette journée de novembre. Cornelius la suivit. Lui aussi se sentait très tendu mais il remarquait à présent que de l’effroi, le visage de la sorcière avait changé d’expression, affichant à présent une détermination farouche.

Narcissa Malefoy savait exactement ce qu’elle faisait et elle était bien décidée à obtenir gain de cause, plus aucun doute n’était possible, de même que sur le fait qu’elle avait pris la main sur leur duo. Elle menait, et lui exécutait. La situation avait complètement basculé en quelques minutes seulement.

Dans un éclair d’amusement, il se demanda si, dans le privé, c’était également comme cela que les choses se passaient. A force de côtoyer des hommes puissants, il avait en effet fini par se rendre compte que certains étaient littéralement menés à la baguette par leur épouse.
Narcissa Malefoy pouvait-elle faire partie de cette catégorie de femmes, insoupçonnables derrière leur apparence raffinée, mais des plus autoritaires dans leur maison ?

Non, il en doutait fortement à vrai dire. Lucius Malefoy n’était pas un simple petit chef comme ceux qu’il côtoyait au Ministère, il voulait le croire. Ce type-là aussi savait parfaitement ce qu’il faisait…

Cornelius s’accordait même à penser qu’il l’avait toujours su.
Mais Narcissa Malefoy ne devait cependant pas être un élément à négliger dans ses plans. Maintenant que, tout en marchant derrière elle, il se souvenait des bruits qui courraient sur elle, il lui semblait bien qu’il avait eu vent quelques temps auparavant d’une rumeur, selon laquelle c’est bien elle qui aurait remporté la bataille de savoir où leur fils serait scolarisé, et non Lucius Malefoy qui, disait-on, voulait envoyer son fils unique à Durmstrang.

Enfin, les deux ou trois centaines de mètres qui les séparaient du Manoir furent derrière eux et Narcissa Malefoy s’arrêta juste devant la grille. Ils n’eurent que quelques secondes à attendre.
Le portail se volatilisa devant eux, dévoilant un jardin soigneusement entretenu, juste au moment où Cornelius Fudge apercevait Ignacius Malefoy qui se tenait debout et sa baguette brandie sur le perron de sa demeure.

L’homme avait les cheveux d’un blond un peu plus foncé que son frère, et ils étaient également un peu plus courts, exactement comme dans les vagues souvenirs de Cornelius.
En revanche leurs yeux gris étaient parfaitement identiques si ce n’est que ceux d’Ignacius Malefoy ne reflétaient pas tout à fait la même morgue que ceux de Lucius. Son expression était également plus avenante qu’autoritaire. Il était vêtu d’une simple mais élégante robe de sorcier gris perle, sur laquelle il n’avait visiblement pas jugé utile de jeter une cape, preuve qu’il avait sans doute passé le début de matinée à l’intérieur et n’avait pas prévu de sortir.

Cornelius le salua et le remercia de le recevoir si vite sur un ton qu’il sentit lui-même très empressé, Ignacius Malefoy les fit aussitôt entrer :
- Hortense nous attend au salon, dit-il.

Et il les laissa le précéder dans la demeure en s’effaçant devant eux. Ou plutôt, Cornelius suivit prudemment Narcissa Malefoy qui entrait devant lui dans une pièce qui, si elle était de dimensions modestes et décorée avec davantage de raffinement que de clinquant, n’en était pas moins magnifique.
C’était le hall du manoir, tout en boiseries et plafond à caissons, au mur duquel se détachait simplement deux photographies soigneusement encadrée représentant les Malefoy de la génération précédente : la première pour Abraxas et Nephtis Malefoy, et la seconde pour un jeune garçon au teint pâle, âgé visiblement d’une huitaine ou d’une dizaine d’années. « Conan Malefoy » était-il inscrit sous l’image, et ce nom n’évoquait rien cependant à Cornelius qui ne put s’empêcher d’en être un peu intrigué.

Il n’eut pourtant pas le temps de s’attarder sur la chose, car ils passèrent immédiatement au salon, dans un décors encore bien différent.
Ici les murs étaient peints d’un bleu très clair, le plafond blanc sobrement mais parfaitement mouluré et des meubles de chêne ainsi que des fauteuils d’un bleu profond étaient disposés dans la pièce, en arc de cercle autour d’une belle cheminée au feu ronronnant. Une table basse trônant au centre de l’édifice.

C’était à la place la plus proche de la cheminée que les attendait la maîtresse de maison, allongée sur une duchesse de la même couleur que le reste du mobilier. Elle se leva d’ailleurs pour les accueillir et Cornelius remarqua aussitôt qu’elle semblait souffrir d’un équilibre précaire. D’ailleurs son mari s’empressa de venir lui prendre le bras. Vu la blancheur de son teint, il y avait fort à parier que les rumeurs disaient vrai et qu’elle était d’une santé terriblement fragile. Cornelius cependant, mobilisa tous ses efforts afin de ne rien laisser paraître de son trouble. Il se contenta de la saluer chaleureusement.

Légèrement plus petite que Narcissa Malefoy, fine et très délicate mais aussi bien moins altière, Hortense Malefoy avait de longs cheveux bruns encadrant un visage pâle illuminé de deux beaux yeux noirs au regard doux comme celui d’une biche, mais aujourd’hui étrangement cernés.
Oui, Hortense Malefoy avait les traits tirés au-delà de sa beauté et Cornelius ne s’y trompait pas : cette femme-là mourrait jeune. Elle n’était d’ailleurs pas la première sang-pur qu’il voyait affligée d’une telle malédiction du sang.

Mais pour l’heure, elle le regardait en souriant avec douceur avec sa jolie bouche carmin, et elle l’invita à s’asseoir de la manière la plus douce qui soit. Cornelius se sentit charmé et prit place juste face à elle tandis que Narcissa Malefoy s’installait en face de son beau frère.
Quelques secondes plus tard, un elfe entra avec un plateau dans les bras qu’il déposa sur la table basse avant de servir tout le monde, Narcissa Malefoy en premier, puis Cornelius et ensuite le couple des hôtes :
- Merci Jaody, murmura Hortense Malefoy avec un sourire en recevant sa tasse.

L’elfe s’inclina devant elle avec déférence et, lorsque Ignacius Malefoy fut servi, il le remercia également. Cornelius en resta totalement coi mais, par politesse, il ne fit aucune remarque même si c’était bien la première fois qu’il entendait que l’on remercie un elfe.
Tous les quatre sirotèrent leur thé en silence durant quelques instants, comme si chacun ici présent avait eu conscience de la gravité de la situation.

- Pourquoi avez-vous besoin de nous ? Demanda cependant rapidement Ignacius Malefoy.

Cornelius sentit sa gorge se nouer. Ignacius Malefoy se doutait bien qu’ils n’étaient pas simplement venus prendre le thé, cela n’aurait eu aucun sens.
- Hé bien… Répondit-il. Nous sommes venus vous partager une situation délicate.

Durant une seconde, il se demanda si Narcissa Malefoy n’allait pas elle-même tout leur expliquer, mais comme elle se tournait vers lui, lui faisant comprendre par la même occasion qu’il lui revenait de parler, Cornelius poursuivit, la gorge de plus en plus nouée :
- Bien. Pour commencer, je dois vous raconter ma journée d’hier…

A la vérité, il ne savait pas par où commencer et c’est ainsi qu’il se lança aussitôt dans le récit, livrant à Ignacius et Hortense Malefoy un exposé complet et fidèle des événements qui l’avaient poussé à se rendre à Azkaban, puis de ce qu’il y avait découvert.
- Enceinte ? Souffla Hortense horrifiée. Dans cet endroit maudit ?

Cornelius acquiesça gravement. A la mention de la prison, puis des mangemorts qui la peuplaient, il avait remarqué qu’une violente émotion envahissait le visage de ses deux hôtes. Cependant, les trois Malefoy le laissèrent parler jusqu’au bout sans plus l’interrompre, même si Hortense Malefoy, qui avait pâli dès la première mention d’Azkaban, se mettait légèrement à trembler et que son mari se décomposait encore plus qu’elle au fur et à mesure de son récit.

Enfin, celui-ci arriva à sa fin.
Fort heureusement pour Cornelius, qui ne savait pas comment aborder le vif du sujet avec le couple, Narcissa Malefoy prit le relais à ce moment précis :
- Si je suis venue vous voir, dit-elle gravement. C’est que je suis désespérée et que je ne sais comment gérer la situation moi-même.
- Tu attends que nous prenions en charge ce bébé, devina Hortense Malefoy sur un ton dans lequel il était impossible de déterminer si elle était terrifiée, surprise ou horrifiée par la perspective.
- Oui, avoua Narcissa Malefoy. Je sais que cela peut paraître très audacieux, mais même si je suis sa plus proche parente, j’ai peur de ce qui va suivre si je le prends en charge.
- Tu crains des représailles ? Demanda Ignacius Malefoy.
- Sur Lucius ou moi-même, oui, répondit Narcissa la sorcière. Mais surtout, je crains ce qui pourrait advenir pour cet enfant, car tout le monde saura qui il est et… Je ne suis pas sûre que Lucius soit prêt à endosser son éducation.

Ni Ignacius, ni Hortense Malefoy ne répondirent rien à cela. Un lourd silence s’installa entre eux et Cornelius sentit avec horreur la tension qui animait le trio de Malefoy.
Puis, soudain, Ignacius reprit la parole :
- Ce bébé à naître, dit-il en s’adressant à Cornelius. Êtes-vous sûr qu’il est bien celui de Bellatrix et Rodolphus Lestrange ?
- Ce bébé est de sang-pur, répondit Cornelius. Cela je peux vous le jurer. En plusieurs années, il n’y a eu aucun changement de cellules, les détraqueurs me l’ont confirmé.

À ces mots, Hortense Malefoy fut prise d’un frisson qui la secoua des pieds à la tête :
- Pourquoi nous demander à nous, Narcissa ? Souffla t-elle à l’adresse de sa belle-sœur.
- Parce que j’ai en vous plus de confiance qu’en quiconque, répondit Narcissa Malefoy. Et parce que je sais que durant des années, vous avez tenté d’avoir des enfants à tout prix…

Cornelius se rendit compte qu’elle aussi avait perdu toute son assurance et qu’elle peinait véritablement à formuler sa demande de manière argumentée. Lui-même aurait bien pris le relais mais il ne savait plus quoi dire.
Pendant ce temps, en face d’eux, le couple échangeait un long regard encore indéchiffrable.
- C’est vrai oui, répondit soudain Hortense Malefoy sans même les regarder et comme pour elle-même.

Ignacius Malefoy acquiesça lentement au regard très insistant qu’elle lui lançait, et répondit tout en se tournant vers eux, mais sans quitter sa femme des yeux :
- On peut tenter… D’après ce que vous nous racontez, la survie de cet enfant n’est pas du tout assurée, mais on peut tenter…

Bien qu’ils ne les regardent pas, Cornelius pouvait clairement voir dans les yeux du couple l’espoir qui le disputait à la peur. Il pouvait presque ressentir la tempête intérieure qui les habitait, depuis qu’avec Narcissa Malefoy ils leur avaient révélé la situation des Lestrange.
- Hortense a déjà perdu deux bébés et sa santé en a sérieusement pris un coup, ajouta Ignacius d’une voix encore incertaine. Vous le voyez bien. La voir s’enfermer chez nous ne surprendra donc personne…
- D’autant que nous se sommes pas sortis en public ensemble depuis plusieurs mois, fit remarquer la jeune femme. Oui, je pense que c’est la meilleure chose à faire
- Comment cela ? Demanda Cornelius soudain effrayé, mais également intrigué par la manière que le couple avait de communiquer entre eux sans même formuler leurs pensées.

Cette fois-ci, Ignacius Malefoy se tourna franchement vers lui et le fixa d’un air presque féroce :
- Nous acceptons, dit-il. Nous nous occuperons de cet enfant s’il survit et nous ferons tout notre possible en ce sens.
- Merci… Soufflèrent en même temps Cornelius et Narcissa Malefoy.
- Mais nous mettons une condition, répondit brusquement Ignacius.
- Laquelle ? Demanda Narcissa Malefoy, dont la voix n’était plus qu’un souffle et qui paraissait soudain sur le point de s’évanouir.

C’est Hortense Malefoy qui lui répondit, avec plus de douceur que son mari certes, mais avec la même fermeté implacable :
- L’enfant sera le notre, dit-elle. Et personne ne saura jamais rien de ses origines.

Le soupir de soulagement que poussa l’épouse de Lucius Malefoy les fit tous sursauter et, durant un instant, Cornelius craignit qu’elle ne s’effondre effectivement.
- Donc, ajouta Hortense Malefoy. Ignacius propose que je m’enferme et que je fasse mine de souffrir d’une affection quelconque. C’est ce que je ferai, tout en laissant entendre à de proches amies que j’ai de bonnes raisons d’essayer de me préserver, si nécessaire. Mais à vrai dire, je crois que cela ira comme cela, personne ne s’étonne jamais de ne pas me voir sortir pour être honnête. Je ne devrais pas avoir à feindre grand-chose, d’autant que personne n’a prévu de venir me visiter ces jours-ci.

Le ton sur lequel elle parlait aurait pu paraître léger mais aucun d’eux ne s’y trompait et certainement pas Cornelius. C’était comme si l’espoir de voir un de ses vœux se réaliser avait soudain revigoré Hortense Malefoy et ses joues se coloraient à présent. Cependant, il n’était pas difficile de deviner que cet accès d’excitation se paierait rapidement et, surtout, qu’un échec pouvait achever de la briser totalement.

Le silence s’installait de nouveau et les trois Malefoy se regardèrent d’un air grave, l’angoisse planant sur chacun de leurs visages.

Finalement, ce fut Cornelius qui reprit la parole :
- Il ne reste donc plus qu’à attendre.
- Attendre, et espérer que tout se passe bien, souffla Hortense Malefoy d’une voix qu’elle tentait visiblement de garder assurée.

Car elle tremblait et, en cela, elle exprimait la crainte profonde qui était devenue la leur à tous les quatre. Cornelius réalisait à présent pleinement à quel point ce qu’il venait de demander au couple était une folie. Cette histoire n’avait pas la moindre chance de connaître une fin heureuse...
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.