S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Stèles par Roxane-James

[5 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Playlist de l'histoire

Enable GingerCannot connect to Ginger Check your internet connection
or reload the browserDisable in this text fieldRephraseRephrase current sentenceEdit in Ginger×

HIVER

 

2. Rose        

Rose décrocha à la cinquième sonnerie. Elle savait déjà qui était au bout du fil, bien sûr. Elle l'avait lu dans ses cartes éparpillées sur le tapis persan délavé qui recouvrait le parquet de sa chambre. (En fait, elle n'avait pas besoin des cartes, elle l'avait su avant même que la figure Pendu ne fasse irruption dans son jeu). Elle était assise en tailleur au pied de son lit, un verre d'alcool à la main, sa tête appuyée contre la cuisse nue qu'Ada laissait pendre dans le vide, humant l'odeur fraîche que ses caresses avaient imprimé sur sa peau. Elle se disait qu'elle était heureuse mais que ça ne durerait pas. Ça ne durait jamais, et puis il était déjà trop tard. Alors, le téléphone avait sonné.

« Tu ne décroches pas ? » demanda Ada en tournant machinalement la tête vers le combiné archaïque qui siégeait sur sa table de chevet.

Rose compta le nombre de sonneries. Un vieux tic à l'arôme poussiéreux. Deux sonneries pour Maman. Trois pour Papa. Une pour Hugo... C'était stupide. Réconfortant. C'était comme un souvenir qu'on refusait de noyer dans la fange du présent. Rose n'avait qu'à fermer les yeux pour se revoir, enfant - mais avait-elle seulement quitté l'enfance ? - à genoux devant le téléphone du salon, sa main droite enfoncée dans la moquette qu'elle ratissait de ses ongles, attendant, attendant, attendant, que quelque chose se produise. Lorsqu'elle fut parvenue à trois, elle déposa le verre de Whisky Pur Feu qu'elle avait à la main, et la tendit vers le combiné. A quatre, Ada se redressa sur le matelas, faisant grincer les ressorts du sommier. Rose n'avait pas besoin de la regarder pour savoir qu'elle était belle, les lèvres encore rougies par ses baisers, sa peau brune se fondant dans les ombres de la pièce, ses yeux étincelant d'une intelligence vorace. Rose se demandait souvent ce qu'Ada fichait avec quelqu'un comme elle. Elle se disait qu'un jour, Ada réaliserait tout ce que Rose n'était pas, et tout ce qu'Ada était, et elle s'en irait sans dire au revoir. Quand cela arriverait, elle ne lui en voudrait pas. Elle comprendrait. D'autres l'avaient fait avant. Rose s'était elle-même quittée plus souvent qu'à son tour. Cette fois-ci, cependant, seul le visage émacié de son cousin flottait dans son esprit. D'autres prunelles se superposaient aux yeux de James. Yeux verts. Yeux mouchetés d'automne. Yeux de fer. Yeux bleus. Et puis le sien, son œil. L'accroc dans la toile d'araignée. Cela avait toujours été ainsi. Ils étaient trois, puis six, puis quatre, et le monde n'avait pas de sens. Mais peut-être n'avait-il pas besoin d'en avoir. Peut-être était-il censé être détraqué, absurde, brutal, parce qu'ils l'étaient aussi, qu'ils le désiraient dément.

« Je suis fou », murmurait Albus en souriant l'été de ses quinze ans.

Ils devaient l'être aussi, tant ils l'aimaient.

(À en mourir.)

 

« Rose ? »

Le regard intrigué d'Ada l'enveloppait d'un voile protecteur et familier. Rose regarda sa main. L'alliance sur son annulaire paraissait à sa place, comme une extension naturelle de son doigt. Tout ira bien.

La cinquième sonnerie résonna, bientôt remplacée par le grésillement caractéristique d'une communication qui s'établit. Rose pressa la paume de sa main contre son œil valide et inspira. Elle entendit son interlocuteur en faire de même de l'autre côté du fil. De l'autre côté du monde.

« Rose ? »

La voix de James était pleine de fêlures, mais dès qu'elle l'entendit, Rose fut parcourue d'un spasme d'allégresse. Enfin. Cinq ans après cet été-là, cinq ans après sa disparition, la voix de James perçait l'échafaudage silencieux qui prenait la poussière entre eux et Rose respirait. Les couleurs brûlaient plus fort derrière ses paupières closes. Elle ne demanda pas à James s'il ressentait aussi cette ivresse brutale qui lui tournait la tête. Elle le savait.

« James. »

Le prénom roula sur ses lèvres comme un sourire.

« James, où es-tu ? demanda Rose.

-      Je ne sais pas, répondit James, d'un ton confus - et Rose sut qu'il fronçait légèrement les sourcils, chassant d'un geste distrait une mèche de cheveux qui balayait son front. Un village perdu au sud de l'Angleterre. Ça s'appelle Cloverfield, je crois. Je ne sais pas ce que je fous ici, ajouta-t-il après un silence. Je me suis réveillé dans ma bagnole ce matin, en face de la mer. Il y avait des mouettes. »

Rose frissonna. Dans son dos, elle entendit Ada s'enfermer discrètement dans la salle de bain après avoir jeté un sortilège d'ébullition à la bouilloire, et placé deux sachets de thé dans des tasses ébréchées dont l'une, ornée d'un Ispolin, proclamait « Coupe du monde de Quidditch 2014 » en caractères flamboyants. Ginny la lui avait offerte pour ses neuf ans, lorsqu'elle l'avait emmenée le jour de son anniversaire au match opposant la Bulgarie et le Canada. La Bulgarie avait raflé la Coupe au plus grand bonheur de Viktor Krum, un ami de la famille qui venait ponctuellement leur rendre visite avant que les choses ne tournent mal. Rose se souvenait avoir hurlé de concert avec lui, un sourire éclatant étirant ses lèvres, tandis que Ginny applaudissait de toutes ses forces. C'était une belle soirée. Mais comme les meilleurs et les pires souvenirs, celui-ci était recouvert d'une brume au parfum de banitsa et de baklava aux amandes que toute la magie du monde n'aurait su dissiper.

« Je t'appelle depuis un Bed & Breakfast, L'Albatros. Il y avait une réservation à mon nom quand je suis arrivé. Étrange, non ?

-      Oui, répondit Rose sans vraiment le penser. Étrange. »

Il y eut un nouveau silence, puis la voix de James se fit plus claire de l'autre côté du fil :

« Je me suis dit que c'était peut-être toi. »

Rose hocha la tête. Oui, cela faisait sens. C'était peut-être elle. Le nom du village ne lui évoquait rien, pas plus que le nom de l'établissement, mais cela n'avait aucune importance. Rose avait pu décrocher le combiné à un moment la semaine dernière, composer le numéro de L'Albatros et réserver une chambre au nom de James Sirius Potter avant d'aller se recoucher, sachant sans pouvoir dire pourquoi qu'il s'y trouverait sept jours plus tard vers dix heures de la matinée. C'était des choses qui arrivaient parfois. Rose ne s'étonnait pas de ces incongruités.

« C'est possible, dit-elle.

-      Tu ne te souviens pas ? demanda James.

-      Non. Pas encore.

-      Ça te reviendra plus tard.

-      Oui », dit Rose en se levant pour enfiler sa robe de chambre étendue sur le dossier d'un fauteuil.

a te reviendra plus tard. Les miettes de mémoire enterrées, les appendices de notre enfance. Le goût de terre gorgée de larmes. Le sang sur tes chaussures, aussi. Tout te reviendra quand il le faudra. D'ailleurs, tout commence à revenir un peu. Sens-tu la vague de froid sous tes paupières ? Le souffle tiède qui caresse ta nuque ? Oui, tu l'as deviné. Ils sont là, les souvenirs, là, ils rôdent, ils attendent leur heure... Ça te reviendra plus tard. Ça finit toujours par revenir, même quand on ne veut pas.)

James toussa à l'autre bout du fil, mais sa quinte de toux sonnait faux, comme si des mots lui éraflaient la trachée plutôt qu'un reste de grippe. James se débattait souvent avec ce genre de problème, avait remarqué Rose. Adolescent, déjà, les mots le fuyaient. Ses yeux parlaient à sa place. On pouvait entretenir toutes sortes de dialogues avec eux, des dialogues d'une honnêteté fulgurante. Rose, elle, y lisait ses hontes précoces sans peine, et ses secrets aussi. Elle savait qu'il détestait ça, qu'elle voit de la sorte à travers lui, comme s'il n'était rien d'autre qu'un paquet de cartes. Pourtant, il la laissait faire. C'était Rose, et c'était James. On n'y pouvait rien. Et comme chaque fois que cela se produisait, Rose le lança sur un autre sujet. Elle savait qu'il serait vain de le pousser à cracher le morceau. James parlerait quand il serait prêt.

« Je me suis mariée, annonça-t-elle à James en s'allongeant sur son lit.

-      Oh, murmura James. Félicitations.

-      C'est tout récent, ajouta Rose. La semaine dernière seulement.

-      Tu aurais pu m'inviter, dit James d'un air faussement offusqué.

-      Je l'ai fait, répliqua Rose d'un ton placide. Tu n'as pas répondu. »

Il y eut un silence gêné, puis James répondit :

« J'ai perdu mon portable.

-      Mes hiboux ne t'ont pas non plus trouvé.

-      Tu sais bien que j'ai horreur de ces sales bêtes.

-      Ni mes lettres moldues.

-      J'ai déménagé. Treize fois.

-      Ni mes emails.

-      Je n'ai plus d'ordinateur, je vis pratiquement dans ma voiture.

-      Ni mes Patronus.

-      Tu n'as jamais été capable d'en produire de parlants.

-      James.

-      Pardon, murmura James. Je suis désolé, Rose. 

-      Je sais, soupira Rose. Je sais. »

Ada s'activait désormais dans la cuisine. Rose entendait le cliquetis du grille-pain qui se met en branle et le bruit des portes de placard qui s'ouvrent et se referment dans un nuage de magie. Le tintement d'une petite cuiller contre une assiette en porcelaine précéda le chuintement de la radio. Rose esquissa un sourire tandis que I'll Be There des Jackson 5 retentissait dans l'appartement. « You and I must make a pact... We must bring salvation back... Where there is love, I'll be there... I'll reach out my hand to you... I'll have faith in all you do... Just call my name and I'll be there... » Combien de fois Ada et elle avaient-elles dansé sur cette chanson en préparant le petit-déjeuner ? Pas assez pour qu'elle s'en lasse, en tout cas.

Oh, pourvu que nous dansions toujours, toi et moi, mon amour.

« Elle s'appelle Ada, reprit-elle d'une voix égale. Je pense que tu l'aimerais bien.

-      Ah oui ? Pourquoi ? »

Parce qu'elle ressemble un peu à Lily. Ou à Albus. Ou à ce que nous étions, ensemble, à ce que nous sommes encore. Elle ressemble aux bons jours.

« Je ne sais pas », mentit Rose. « C'est juste une impression, c'est tout. »

Elle se rongea les ongles. Un énième réflexe qui avait survécu à la dilatation des ans. Hugo le faisait aussi, parfois. Peut-être ce genre de tic courait-il dans le sang.

« Elle illustre des comics et elle écoute Queen en boucle », ajouta-t-elle après un instant de réflexion. « Elle m'a proposé de l'épouser dans les toilettes d'un cinéma. La première fois qu'elle m'a embrassée, elle portait une salopette jaune fluo. Elle sait cracher du feu à la Moldue. C'est un as aux échecs, pire que mon père sauf que contrairement à lui, elle prend un malin plaisir à écraser ses adversaires. Un jour, elle a assommé le commentateur d'un match de Quidditch en lui envoyant un cognard dans la figure. Elle dit qu'elle n'a pas fait exprès, mais elle sourit un peu trop fort quand elle en parle. Elle a lu tous les romans de Stephen King en moins de deux semaines, même ma mère était impressionnée.  

-       C'est lequel, son préféré ?

-      Christine.

-      Elle a l'air cool, dit James.

-      Elle l'est », assura Rose.

Elle pouvait entendre le sourire de James dans son silence. Le même ornait ses lèvres. Un sourire qui rappelait ceux de cet été-là, dans sa splendide innocence et sa gaieté foudroyante. Avant le reste.

Avant la pluie. Les stèles gelées. L'hiver. Et, peu à peu, la mémoire qui s'effrite entre leurs doigts malades.

« Rose ?

-      Oui, James ?

-      On va se revoir, n'est-ce pas ? »

 

Rose hocha la tête. Cinq ans. Elle comprenait la question de James. Elle comprenait les interrogations qui se cachaient derrière les inflexions légères de sa voix, et la simplicité apparente d'une telle demande. Es-tu prête ? Et moi ? Suis-je prêt à me souvenir ? Sommes-nous prêts à revenir ? Et elle savait aussi que, quelles que soient ses intentions, leur volonté n'aurait aucun poids dans l'équation que la vie leur soumettait. Ils devaient le faire, c'est tout. Ils se l'étaient juré. De toute manière, le destin les poussait déjà dans le ravin. Il était trop tard pour reculer. James s'était réveillé ce matin à Cloverfield, et il l'avait appelée. Rose avait su qu'il l'appellerait, et elle avait répondu. Dans quelques heures, ou quelques minutes seulement, Hugo et Scorpius se mettraient en chemin. Peut-être étaient-ils déjà en route sans le savoir. Peut-être étaient-ils déjà en route il y a dix ans. Peut-être avaient-ils toujours été en route, dès le départ. 

Note de fin de chapitre :

Le prochain chapitre est centré sur Scorpius. Je préviens en revanche qu'il y a une scène de sexe dans le prochain chapitre, et qu'elle est assez glauque. 

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.