S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Intermède Nocturne par Roxane-James

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Juste une petite tranche de vie avec Dorcas et Lily. 

De base, je voulais écrire un autre truc, mais elles me sont venues toutes seules. C'est vraiment pas une œuvre d'art, juste un petit moment entre ces deux-là <3

 

Intermède Nocturne

"Not knowing when the dawn will come
I open every door."
Emily Dickinson, The Complete Poems of Emily Dickinson

-      Evans ?

-      Mmmh ?

-      Tu recommences.

-      Oh ! Pardon.

Evans rougit, une main plaquée contre sa bouche. Dorcas a l'outrageuse envie de lever les yeux au ciel. A la place, elle envoie valser son manuel de Métamorphose. Vlan, dans le pif, la vieille McGonagall. Ses sortilèges de distorsion sensorielle peuvent aller se faire cuire un œuf de dragon. Dorcas n'a plus la patience de réviser ses ASPICs, et encore moins d'écouter Evans paniquer à propos de l'examen de demain en récitant on-ne-sait-quelles-formules que Dorcas était certainement censée apprendre six mois plus tôt. Le truc, quand on révise avec Lily Evans, c'est qu'on se rend compte qu'en fait, on ne sait rien du tout. Et cette pensée a le don d'affoler Dorcas quand elle réalise que dans sept heures heures tout ça - Lily Evans échevelée dans leur dortoir, les tonnes de livres ouverts sur leurs lits, et les potions de sommeil sans rêves entassées sur la table de chevet de Mary - aura disparu, remplacé par l'image d'une copie vierge qu'il faudra bien remplir.

Dorcas s'est réveillée ce matin à deux jours de la fin de sa vie. Ça pourrait aller mieux. Ça va pas fort. Oui, elle est un peu dramatique. Vous le seriez aussi si vous vous apprêtiez à passer un examen dont on vous a répété toute votre vie qu'il était essentiel de réussir si jamais vous vouliez avoir un avenir. Evans se laisse tomber sur le sol à côté d'elle, sa longue chevelure rousse se dressant en épis sur sa tête. En sept ans de vie commune et de regards en coin, Dorcas ne l'a jamais vue aussi stressée. Sauf peut-être à la veille des BUSEs, et quand Potter lui a demandé de sortir avec lui - sérieusement, cette fois - au début de l'année. Cette dernière réflexion fait grimacer Dorcas. James a bon goût, et elle, ça la fout mal. Elle se console en se disant que, de toute manière, elle n'avait aucune chance dès le départ. Bon, d'accord, ce n'est pas vraiment une consolation. N'empêche que ça aide. Un peu. Tiens, si Dorcas s'était laissée sombrer dans ses rêveries stupides, elle n'aurait jamais eu le culot de proposer un rencard à Tara Smith pour la Saint-Valentin. Et ça, Dorcas ne le regrette absolument pas.

Enfin bref. Lily Evans angoisse (ça ne change pas trop de d'habitude, mais là son niveau d'anxiété explose des records encore jamais détenus à Poudlard), Dorcas fait genre qu'elle est sereine alors qu'elle est à deux doigts de péter un câble, et Mary émet un ronflement sonore depuis le fauteuil sur lequel elle s'est endormie après s'être écriée qu'elle haïssait la Métamorphose, Dumbledore, les gens qui reniflent pendant les examens et les lundis matin. Marlène a gravement acquiescé à chacune de ses exclamations sans lever la tête de son roman policier. Contrairement à ses camarades de dortoir, elle a terminé ses exams le matin-même, n'ayant pas continué la Métamorphose après les BUSEs. Dorcas trouve que c'est une sage décision, surtout quand elle se rappelle le groin de cochon ayant poussé sur le front de Sirius Black lors d'une session pratique en Quatrième Année. Ceci dit, elle n'est pas sûre que l'incident soit un authentique accident. Marlène a l'air bien trop contente d'elle-même lorsque ce souvenir est évoqué au détour d'une discussion.

Il est plus de deux heures du matin, maintenant. Marlène est descendue dans la Salle Commune, Mary dort comme une souche, et Alice est certainement en train de fourrer sa langue dans la bouche de Frank Londubat dans quelque placard à balais du château. Résultat, Evans et elle partagent un « tête-à-tête crise existentielle oh-Merlin-que-vais-je-faire-de-ma-vie-si-jamais-je-rate-cette-épreuve », ignorant scrupuleusement les recommandations de Mme Pomfresh qui leur serine depuis des semaines qu'il-faut-dormir-huit-heures-avant-un-examen, et les conseils de dernière minute que s'échangent tous les Septième Année à la bibliothèque (« N'oublie pas de réviser telle formule, elle va forcément tomber, ça fait deux ans que personne n'a eu à l'exécuter pour les ASPICs... »).

Evans soupire. Dorcas se demande vaguement si elle aimerait bien être à la place d'Alice en ce moment-même, en train de lécher les amygdales de Potter dans une salle de classe vide. Elle balaye cette pensée impie en faisant claquer sa langue contre son palais. Il faut vraiment qu'elle aille dormir.

Forte de cette bonne résolution, Dorcas s'étire, se lève en prenant soin d'écraser tous ses parchemins où s'accumulent des notes incompréhensibles, et ne va pas se coucher.

-      Tu viens ?

Evans la regarde comme si elle avait avalé un botruc. Dorcas hausse les sourcils. Non, elle non plus ne sait pas ce qu'elle raconte. Tant pis. Est-ce qu'on a besoin de comprendre tous les mots qui sortent de notre bouche ? Vaudrait mieux pas.

-      Je viens... Où ? demande Evans d'une voix lente.

Dorcas a envie de la prendre par les épaules et de la secouer. Merlin, Evans. Faut-il toujours qu'elle pose des questions ?

-      Cuisines, répond Dorcas en faisant mine de chercher son sweatshirt tandis qu'elle observe Evans écarquiller les yeux sous l'effet de la surprise. J'ai faim.

-      Oh, fait Evans.

Elle rougit. Encore. Dorcas se mord la langue pour éviter de dire un truc stupide. Elle ne sait pas ce qui lui a pris, de proposer comme ça à Evans de l'accompagner aux Cuisines. Elle n'a pas envie de passer encore une heure à la regarder rougir, ou balbutier comme une petite fille prise en faute. Et puis elle n'a pas faim. Elle a juste besoin de sortir un peu. De s'aérer l'esprit. Toute seule. Merde.

-      D'accord, dit Evans d'un ton hésitant. Je viens.

-      Oh.

Evans cligne des yeux. Dorcas laisse tomber le sweatshirt sur lequel elle vient enfin de mettre la main. Elles se regardent, immobiles au milieu du dortoir. Evans hausse les épaules. Dorcas l'imite.

-      Okay, dit-elle. Cool. Heu... ça va pas genre... à l'encontre de tes devoirs de Préfète, ceci dit ? ajoute-t-elle d'un ton vaguement railleur.

-      Hein ? Oh.

Evans hausse de nouveau les épaules. Elle a de belles épaules. Un peu carrées, avec des taches de rousseur qui constellent sa peau pâle. Dorcas ne s'intéresse pas aux épaules d'Evans, c'est juste qu'elle porte un débardeur alors c'est difficile d'oublier qu'elles existent. Faut pas chercher.

-      Peut-être, murmure Evans. Je pourrais toujours dire que j'effectuais une ronde.

-      A deux heures du matin ? se moque Dorcas.

-      Tout le monde dort, de toute manière.

-      Oulala Evans, on se rebelle enfin ?

Dorcas regrette aussitôt ses paroles, et ça l'agace. En face d'elle, Evans rougit de nouveau, et ses yeux brillent étrangement. Elle a l'air perdue, embarrassée. Elle tire sur un fil qui dépasse de son pantalon de pyjama, et Dorcas sait qu'elle a merdé.

-      Je croyais que tu voulais que je t'accompagne, dit Evans en plantant ses yeux verts dans ceux de Dorcas avec un aplomb qu'elle n'arbore que lorsque Potter la provoque.

Dorcas déglutit.

-      Je... Oui ! Bien sûr, Evans. Ouais. Désolée, je...

-      Pourquoi... ? Tu me proposes, et ensuite tu... Je ne comprends pas, avoue enfin Evans.

Dorcas n'est pas fan du sentiment de culpabilité qui éclot dans son ventre. Evans l'emmerde, avec sa fichue douceur, ses grands yeux verts, ses... Elle ne va quand même pas se mettre à pleurer pour si peu, si ? songe Dorcas, à mi-chemin entre l'exaspération et l'effarement tandis qu'Evans se frotte les yeux d'un air gêné.

Non. Fausse alerte. Evans est crevée, ça se voit à trois kilomètres à la ronde. Mais elle ne pleure pas. En fait, Dorcas discerne plutôt une trace de colère sur ses traits tirés. Elle tourne les talons d'un air décidé et s'en va vers son lit, ouvre ses rideaux, tire la couverture, et, d'une voix brutale, lâche :

-      Bonne nuit Meadowes.

Dorcas est partagée entre l'ébahissement et l'envie de rire. Cette dernière finit par l'emporter. Elle est pliée en deux au milieu du dortoir tandis qu'Evans la regarde d'un air mauvais et que Mary fait trembler les murs suite à un ronflement particulièrement sonore.

-      Tu trouves ça drôle ? fait Evans, en murmurant très vite entre ses dents, comme si elle se retenait de lui jeter un mauvais sort à la figure.

-      Non, hoquète Dorcas. Non, pas du tout.

-      Meadowes... C'est quoi, ton problème ?

Dorcas fait la moue en s'essuyant les yeux. Merlin. Elle n'en sait fichtrement rien.

-      J'en sais rien, Evans. C'est la fatigue, c'est tout.

Evans l'observe s'approcher d'un air sceptique, puis s'écrouler à côté d'elle sur son matelas. Dorcas ne sait même pas comment elle a titubé jusqu'au lit de Lily Evans. Maintenant, elle se trouve là, écrasant à moitié le bras de la rouquine de son poids, et elle marmonne quelque chose qui ressemble à :

-      Alors, tu viens ?

Evans la pousse hors du baldaquin sans d'autre forme de procès.

-      Non, répond-t-elle d'une voix sourde en croisant les bras sur sa poitrine alors que Dorcas se lève, sonnée. Tu te moques de moi.

Dorcas se masse le coude.

-      Non, Evans, je te jure.

Elle est surprise de la sincérité qui perce dans sa voix. Depuis quand a-t-elle envie qu'Evans passe un moment avec elle ? En sept ans de vie commune, elles n'ont jamais rien fait de la sorte. Il y avait toujours quelqu'un entre elles, une amie mutuelle ou des camarades de classe ou une pile de devoirs à rendre... Evans et elle... C'est pas compatible. On ne mélange pas l'huile et le feu, les Scroutts à pétard avec les Licornes, et le Quidditch avec les claquettes. Evans le sait. Dorcas le lit dans ses yeux, dans sa posture figée, dans l'hésitation qui illuminait ses traits tout à l'heure. Evans et Meadowes, ça n'arrive pas.

Mais il est deux heures du matin, le monde est entre parenthèses, et demain rien de tout cela n'aura plus d'importance. Alors Dorcas répète sa question :

-      Tu viens ?

Evans se ronge l'ongle du pouce. Dorcas déteste quand elle fait ça. Elle lui attrape la main, la tire hors du lit :

-      Allez Evans, on y va.

Evans la suit sans résister tandis que Dorcas la traîne hors de leur dortoir, dans l'escalier en colimaçon qui mène à la Salle Commune. Elles se tiennent toujours la main lorsqu'elles passent par le trou du Portrait sans faire gaffe à la silhouette de Marlène qui s'est endormie près de la cheminée, son roman gisant sur le sol à côté d'elle. Si elle se concentre assez, Dorcas peut sentir le pouls rapide d'Evans pulser contre ses doigts. Elle serre son poignet un peu plus fort. Evans proteste.

-      Tu me fais mal.

-      Pardon, dit Dorcas.

Elle s'attend à ce qu'Evans se dégage, mais elle se contente d'entremêler leurs doigts avec douceur, comme pour dire « là, tu vois, on peut être sympa aussi, tu sais ? » et Dorcas rit un peu.

Elles descendent aux Cuisines sans croiser personne, dans un silence presque paisible. Dorcas a la tête vide. L'odeur d'Evans flotte dans son sillage, fragrance de soleil et d'herbe fraîche, et Dorcas essaie de ne pas penser trop longtemps au contact de sa peau contre la sienne, et...

-      On va ressembler à des zombies pendant l'examen de Métamorphose, soupire Evans.

Dorcas pince les lèvres. Elle se tourne vers Evans peut-être un peu trop vite, son menton heurtant celui de la préfète dans un « crac » discordant.

-      Aïe, gémit Evans en se frottant le menton.

-      Non, Evans, fait Dorcas. Pas de ça.

-      Pardon ? réplique Evans, déconcertée.

Dorcas pose ses mains à plat sur les épaules d'Evans et la regarde droit dans les yeux.

-      On ne parle pas de demain. On peut parler de n'importe quoi, mais pas de demain, okay ?

-      Je ne...

-      Taratata, l'interrompt Dorcas en plaçant un doigt sur les lèvres de la jeune fille. Promets-le-moi.

Evans la regarde par-dessous ses cils, les joues rouges. Dorcas se rend soudain compte qu'elle a laissé son doigt sur la bouche d'Evans. Elle reste là sans rien faire. Elle se demande si Evans va la repousser comme elle repousse parfois Alice quand elle est trop envahissante. Mais Evans se contente de promettre, le doigt de Dorcas toujours appuyé contre ses lèvres. A regret, Dorcas laisse tomber sa main contre son flanc, et chatouille la poire du tableau cachant l'entrée aux Cuisines sans rien dire. Evans la suit à l'intérieur, son coude frôlant celui de Dorcas.

Elles sont tout de suite accueillies par une armée d'elfes en tabliers qui leur servent des gâteaux au chocolat, des tartes, des tasses de thé et...

-      Sérieusement, Meadowes ? Tu manges de la glace à cette heure-là ?

-      Ne me dis pas que tu n'as jamais sucé de boules au beau milieu de la nuit, Evans, rétorque Dorcas en enfonçant sa petite cuiller dans la partie « vanille ».

Elle lèche sa petite cuiller en lui offrant un sourire carnassier tandis qu'Evans se trémousse sur sa chaise, mal à l'aise, et bredouille des mots qui n'en sont pas. Son teint a viré au rouge brique. Cette couleur jure affreusement avec ses cheveux roux, mais elle a l'avantage de faire ressortir ses yeux.

-      Pardon ? fait Dorcas en suçotant l'extrémité de sa petite cuiller d'un air suggestif.

Voir Evans perdre ses moyens est un spectacle absolument grisant. Dorcas aurait pu continuer longtemps si Lily n'avait pas jeté un coup d'œil à sa bouche avant de détourner la tête d'un air gêné. Dorcas hausse les sourcils. Est-ce qu'elle a rêvé ce moment ?

-      Oh, Evans, minaude-t-elle, ne me dis pas que tu joues aux échecs avec Potter quand tu sors le retrouver la nuit.

-      Ce n'est pas comme ça ! s'exclame Evans en se tordant les mains.

-      Comme quoi ? demande Dorcas, perplexe.

-      Je... Tu... On n'a jamais... Enfin voilà, termine pauvrement Evans en baissant les yeux sur son gâteau au chocolat.

Dorcas l'observe jouer avec les miettes du gâteau sans dire un mot. Evans et Potter... Merlin, elle pensait que c'était une affaire conclue depuis Noël... La façon dont ils se regardent parfois dans les couloirs... Mais Evans ne mentirait jamais sur ce genre de trucs. Et Dorcas ne peut s'empêcher de se poser des questions qu'elle ne devrait même pas avoir en tête... Du genre, qu'est-ce que Lily sous-entend exactement, quand elle dit qu'ils « n'ont jamais... ». Jamais fait quoi, au juste ?

-      Très bien, dit-elle pour rompre le silence qui s'épaissit entre elles - et pour se distraire des pensées périlleuses qui lui traversent l'esprit.

-      Mmh, répond Lily sans oser affronter son regard.

Dorcas a la subite envie de balancer son assiette sur le sol pour la forcer à lever la tête vers elle. Elle se contente de la lui voler, et sourit en remarquant l'éclair d'indignation qui fuse dans les yeux verts de la Préfète quand elle comprend que Dorcas est en train de lui subtiliser son dessert.

-      Rends-moi ça, Meadowes !

-      Viens la chercher, la taquine Dorcas.

-      Oh par Merlin ! s'exclame Lily, exaspérée. On dirait James !

Dorcas fait la grimace - décidément, entendre le prénom dans la bouche d'Evans ne lui plaît pas du tout - et Lily plaque ses deux mains contre sa bouche, l'air horrifiée.

-      Pardon, dit-elle précipitamment. Je suis désolée, Meadowes.

Dorcas plisse les yeux. Hein ?

-      Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas... Je...

-      Mais de quoi tu parles, Evans ?

-      C'est juste... Est-ce que tu me détestes ? lances soudainement Evans, les yeux remplis de larmes.

Dorcas reste interdite.

-      Parce que... A cause de Ja... de Potter et moi. Ecoute, je sais... Je sais que vous êtes sortis ensemble pendant deux ans, et je ne voulais pas... Je n'ai jamais voulu... me mettre entre vous... Je pensais que... Et t'accuser de lui ressembler, c'est vraiment stupide de ma part, pardon... Je...

-      Evans, dit lentement Dorcas à mesure qu'elle comprend où elle essaye d'en venir. Evans, calme-toi.

-      Je suis désolée, Meadowes, halète Lily d'un air éperdu.

-      Je ne suis pas en colère contre toi, la coupe Dorcas d'un ton abrupt. Et je ne te déteste pas.

-      C'est juste que... Je pensais... Tu as toujours été froide avec moi depuis que j'ai accepté de sortir avec lui, murmure Evans en entortillant une mèche de cheveux roux autour de son index.

Dorcas se râcle la gorge. Oh. Elle ne pensait pas vivre une soirée pareille. Et elle ne pensait pas que Lily Evans se préoccupait de ce qu'elle, Dorcas Meadowes, pouvait bien penser de leur couple. Et elle ne pensait pas que Lily Evans faisait attention à elle. L'idée lui paraît ridicule. Alors elle rit. Puis, face à l'expression paniquée de la Préfète, elle tâche de reprendre contenance.

-      Ahem... Ecoute, Evans... Tu ne t'es pas mise entre Potter et moi, okay ?

-      Je...

-      Non, attends, laisse-moi finir, reprend Dorcas en agitant sa petite cuiller d'un air autoritaire. James et moi, c'était fun, c'est vrai. On s'entend bien. Oui, c'est un sale petit con, et oui, on est sortis ensemble à un moment. Bon. Très bien. Mais Potter... James... Ecoute, Evans. On... Je n'étais pas amoureuse de lui, d'accord ? Et lui non plus, d'ailleurs.

Evans fronce les sourcils. Dorcas soupire. Elle a la flemme de tout expliquer. Les fous-rires avec James, ses premiers émois d'adolescente, sa déception en réalisant qu'elle n'était pas « comme les autres » et que, même si elle aimait beaucoup James, elle ne l'Aimerait jamais comme il fallait. Parce que Dorcas aimait les filles. Les aime toujours. Parfois. Des fois. Certaines filles. James a été la première personne à savoir et... Oh, ça lui a fait un choc. Mais il a fini par comprendre. Alors ils sont restés amis, James gardant précieusement le secret de Dorcas et se confiant en retour... sur Lily. Ses sentiments pour elle. Un truc réel, contre lequel Dorcas n'a pas de prise. Le genre de truc qu'elle voudrait vivre. Maintenant, les gens voient James et Dorcas comme un « ancien couple, des exs ». Mais ils ont toujours été autres. Amis. Les premiers amants l'un de l'autre, la première déception, le premier réconfort. Ils ont franchi certaines étapes ensemble. Dorcas aime James. Beaucoup. Pourtant, parfois elle ne peut pas s'empêcher de le détester car il possède tout ce qu'elle voudrait avoir. Et peut-être qu'elle devrait avoir honte de... ça. De cette amertume qui lui retourne l'estomac, quand elle n'y fait pas gaffe. Mais elle n'y peut rien. Alors merde. Tant pis. Oui, elle est jalouse. Non, elle ne déteste pas James. C'est la vie. Elle prendra sa revanche. Voilà.

-      Je suis lesbienne, Evans, dit-elle enfin en regardant droit devant elle pour se donner l'air assuré.

-      Oh.

-      Oh, répète Dorcas d'un air amusé - mais en réalité, elle n'en mène pas large. Ça veut dire que je suis attirée par les filles, ajoute-t-elle pour faire bonne mesure.

-       Merci, répond Lily d'un air vaguement agacé, je sais ce que ça veut dire, je ne suis pas aussi niaise que ce que tu as l'air de penser.

Dorcas esquisse un sourire. Lily y répond timidement.

-      Donc, James et toi, c'est pour ça que vous avez rompu ? demande Lily.

-      Ouais. Tu n'as rien à voir avec la choucroute.

C'est un petit mensonge de papier de soie. Il ne fait pas mal. Pas trop. Lily jette un coup d'œil intrigué à son gâteau au chocolat, comme s'il recelait un secret qu'elle mourait d'envie de découvrir.

-      Est-ce que... Est-ce que tu as déjà embrassé une fille ? demanda Lily, à voix basse.

-      Heu.

La question prend Dorcas par surprise. Evans rougit, comme si elle venait de dire une bêtise.

-      Ouais, répond Dorcas en inclinant la tête sur le côté. Une fois.

-      C'était... C'était bien ?

Les lèvres de Lily ont la forme d'un cœur. Dorcas se mord l'intérieur de la bouche. Arrête, se morigène-t-elle. Arrête, avec tes délires bizarres, Meadowes. C'est de Lily Evans, dont il est question. Tu n'aimes même pas Lily Evans. Tu la trouves chiante, avec son insigne de Préfète, ses bonnes notes, ses rougissements à répétition et sa gentillesse à deux noises...

-      Mmmh. Oui. Bien. Correct. Heu... Je veux dire, c'était cool. Pourquoi ?

-      Oh, répond Lily. Parce que... Parce que je me suis toujours demandé... Enfin, voilà.

-      Tu... Tu t'es toujours demandé si c'était cool d'embrasser une fille ? répète Dorcas, perdue.

-      Oui. Ça, et d'autres choses.

-      D'autres choses ?

-      Oui, dit Lily dans un petit rire. Je ne sais pas, moi... Sortir avec une fille, par exemple ?

-      Tu... Quoi ? Mais... James ?

-      Eh bien quoi, James ? réplique Lily d'un ton confus.

-      Tu... Je croyais que tu étais amoureuse de James, réplique Dorcas d'un ton vif.

-      Oui, et alors ? On peut aimer quelqu'un et savoir qu'on peut être attiré par d'autres choses. D'autres gens.

-      Evans...

-      Mmmh ?

-      Evans, est-ce que tu aimes les filles ?

A son grand désarroi, Lily éclate de rire.

-      Tu veux dire... Est-ce que je suis attirée par les filles ? Oui, Meadowes. Les filles... Les garçons... Aucune importance. Pas vrai ?

-      Aucune importance, répète Dorcas, éberluée. Ouais. D'accord.

-      J'aime James, reprend Lily. Beaucoup. Mais ça ne change rien au fait que... Je suis moi, conclue-t-elle en levant les bras en l'air.

Le regard vert de Lily accroche le sien, et... Merde. Dorcas maudit son stupide cœur de tomber dans le panneau. Mais Lily lui sourit, un vrai sourire, chaud, délicat, qui lui fout des paillettes dans les yeux, et Dorcas se dit qu'elle est vraiment très jolie, Lily, et que c'est injuste... Injuste...

Et puis elle a une idée. Une très mauvaise idée. Elle s'en fiche.

-      Tu veux essayer ? De m'embrasser, je veux dire.

Pendant un bref instant, elle croit que Lily va se mettre à hurler. Qu'elle va la contempler avec dégoût, et s'enfuir à toutes jambes vers leur dortoir. A la place de ça, Lily fronce les sourcils :

-      J'ai un petit-ami, dit-elle doucement. Je ne peux pas faire ça.

-      Ah. Oui. Bien sûr. D'accord. C'était... C'était bête. Excuse-moi.

Lily hausse les épaules. Elles retournent à leurs tasses de thé dans un silence méditatif. Dorcas essaie vaguement de se noyer dans son English Breakfast. Ses joues sont brûlantes, et elle n'a pas besoin de lever la tête pour savoir que Lily la fixe de l'autre côté de la table en bois. Merlin, elle n'aurait jamais dû faire ça, comment a-t-elle pu être aussi stupide ?

-      Tu sais quoi ? dit soudain Lily d'un ton décidé. Je pense qu'on devrait le faire.

La petite cuiller de Dorcas tombe sur le sol dans un fracas métallique. De quoi... ?

-      Hein ?

-      C'est comme tu as dit tout à l'heure, continue Lily d'un air buté. Cette nuit, c'est juste nous. On ne parle pas de demain. On n'est même pas obligées de parler. Si tu veux, je ne m'en souviendrais même pas. C'est... C'est un « intermède », voilà. L'intermède Meadowes et Evans, d'accord ?

-      Evans...

-      Oui ?

-      Evans, ce n'est pas une bonne idée, dit Dorcas sans en penser un mot.

-      Si, dit Lily. Si, c'est une très bonne idée.

Lily s'est levée. Elle contourne la table et vient se poster devant Dorcas, les bras croisés sur sa poitrine. La bretelle gauche de son débardeur retombe négligemment sur son bras, mais Lily n'a pas l'air de s'en soucier. Elle attend la réponse Dorcas, un refus, un rire moqueur. Quand rien ne vient, elle la tire par la main comme Dorcas l'a fait tout à l'heure et pose ses mains à plat sur les épaules de Dorcas. Leurs mentons se touchent presque. Si Dorcas baisse les yeux, juste un peu, elle peut apercevoir les prémices d'un bleu sur celui de Lily. Elle devine que le sien arbore la même tache verdâtre. Elle sourit quand Lily pose un doigt sur ses lèvres. Tu veux jouer ? Dorcas incline la tête. Montre-moi. Le souffle de Lily caresse le visage de Dorcas. Chocolat, dentifrice à la fraise, thé aux épices. Lily penche la tête vers elle, et Dorcas n'y tient plus. Elle embrasse le doigt que Lily a posé sur ses lèvres, puis ouvre la bouche plus grand, suçotant le bout de son index comme elle l'a fait avec sa petite cuiller. Elle frémit lorsque Lily émet un petit cri de surprise avant de la regarder faire, les yeux grands ouverts, les joues roses. Lily s'agrippe à elle de son autre main, tandis que Dorcas abandonne un instant son doigt pour se concentrer sur les épaules de Lily. Elle y dépose une traînée de baisers, remonte lentement dans la nuque de Lily qui rejette sa tête en arrière, les lèvres entrouvertes, les yeux fermés. Tu es belle, pense Dorcas en l'attirant plus près d'elle, jusqu'à ce que leurs corps se touchent, qu'elle sente la chaleur de Lily à travers son pyjama, son souffle court dévaler sa peau moite. Dorcas plonge ses doigts dans la chevelure de Lily et tire doucement, comme pour dire Je suis là, regarde, je suis là. Lily gémit, et Dorcas perd pied. L'instant d'après, elle la repousse contre la table de la cuisine, embrassant désespérément ses clavicules, marquant son cou, aspirant son lobe d'oreille entre ses dents, puis les lèvres de Lily s'écrasent contre les siennes et... Oh. C'est mouillé, disgracieux lorsque leurs langues se trouvent, mais Dorcas s'en fout. Lily Evans ploie contre elle, soupire contre ses lèvres, et Dorcas frissonne quand elle entend son nom rouler dans la gorge de Lily. Elle murmure le sien en retour. Lily. Lily. Lily. Lily écarte les cuisses dans une invitation. Viens, plus près, viens. Approche. Dorcas obtempère, et elles s'embrassent encore, encore, encore. Lily...

C'est brouillon, frénétique, insensé, et ça ne résistera pas à la nuit, mais Dorcas s'en fiche. Elle est heureuse, et tant pis pour demain. La vie attendra, juste cette fois.

Note de fin de chapitre :

:) voilà

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.