S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


ET APRES par Plume Rouge

[0 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous et toutes !!

Voici ma première fanfiction dont les premières lignes ont été écrites fin 2016. 

Les aléas de la vie m'avaient fait ranger cette histoire dans mes tiroirs, mais ma plume m'a encouragé à la reprendre alors la voici.

Dites moi ce que vous en pensez. Toute critique même négative et bonne à prendre, dans le respect et la constructivité (on va dire que ce mot existe !) s'il vous plaît.

C'est un dramione pur jus avec reprises des fondamentaux : préfets en chef, 7ème année à Poudlard en hommage à mes premiers amours fanfictionnesques !!!

Tous les personnages morts dans la bataille le resterons.

Disclaimer : tous les personnages appartiennent à J.K Rowling. Je ne fais que les mettre en scène.

Bonne lecture,

Plumement vôtre, Plume Rouge

 

Hermione Jane Granger, héroïne de guerre et membre du fameux trio d'or, ou du moins ce qu'il en reste, referma d'un coup sec le livre qu'elle était en train de lire.

D'un geste rageur, elle reposa l'imposant volume sur le dessus de la pile des ouvrages qu'elle avait déjà consulté. Elle n'arrivait toujours pas à trouver l'ombre d'une piste pour ôter le sortilège d'amnésie très complexe ; qu'elle avait lancé à ses parents, avant de partir à la chasse aux horcruxes.

Complément abattue, la jeune femme s'assit sur son canapé et regarda autour d'elle.

Elle avait pensé que retourner chez elle lui ferait du bien. Mais, en fait, c'était tout le contraire. Tout ici ne fait que lui rappeler tout ce qu'elle avait dû sacrifier.

Ce sortilège qu'elle avait lancé à ses parents ne pouvait pas être levé de la même manière que celui d'amnésie classique. Le sortilège utilisé était dix fois plus puissant.

Hermione le savait et l'avait utilisé en toute connaissance de cause. A l'époque, elle ne pensait qu'à protéger ses parents des mangemorts. Mais elle n'aurait jamais pensé que personne ne connaisse le contre-sortilège approprié. Minerva Mac Gonagall, Kingsley Shacklebolt, Arthur et Molly Weasley, Mme Pomfresh, le professeur Slughorn... tous ignoraient la réponse.

Et depuis la fin de la guerre, Hermione vivait entre procès et recherches. Étant donné son statut d'héroïne de guerre ; elle avait quasiment témoigné à tous les procès à l'instar de Ron et Harry.

A l'issue du conflit, le ministère avait réalisé plus d'un million d'interrogatoires au cours de ces derniers mois. Quand aux mangemorts, la plupart avaient été retrouvés, condamnés et enfermés à vie à la prison d'Azkaban. Certains restaient malgré tout insaisissables...

Toutes les personnes, suspects, victimes, témoins, coupables, mangemorts... avaient bu du véritaserum.

Deux procès avaient cependant fait couler beaucoup d'encre : celui de Lucius et Drago Malefoy.

Les déclarations de Drago avaient été aussi choquantes que surprenantes.

    Dès son plus jeune âge, son père lui avait enseigné à coup de Doloris et d'humilations, les « valeurs » de la famille Malefoy : la suprématie du sang pur, la haine des nés-moldus. Pour un Malefoy, la faiblesse était proscrite et sévèrement punie. Le jeune Malefoy avait alors décrit toutes les horreurs vécues par lui et sa mère. Il avait déclaré, qu'il avait été marqué de force, contre sa volonté. Voldemort l'y avait contraint, par vengeance. Il avait voulu punir Lucius pour avoir faillit à sa mission : lui ramener la prophétie1 dont lui et Harry étaient l'objet.

Il avait été terrifié par la présence du mage noir au manoir.

Au vu de ses déclarations, et malgré leurs griefs ; Hermione et Harry avaient témoigné en faveur de Drago. Ce qui avait principalement permit au jeune Malefoy d'être acquitté.

Depuis la fin du conflit, il avait changé. Lui aussi n'avait pas été épargné. En apprenant que Narcissa avait sauvé Harry2, Lucius, fou de rage avait lancé sur sa femme un terrible sortilège de magie noire : le Kedevra Impera. Une variante du sortilège de mort, mais beaucoup plus redoutable. La mère de Drago a ainsi été condamnée à perdre toutes ses facultés physiques et mentales, sans qu'aucun remède ne soit possible.

Elle décéda deux mois plus tard, dans son sommeil, au manoir Malefoy.

Harry, Hermione et Ginny avaient assisté à son enterrement, par respect pour elle.

Drago en avait été très touché. Et bien qu'ils ne deviendraient pas les meilleurs amis du monde, un certain respect s'était installé entre eux quatre.

Bien qu'il fût terrifié par Voldemort, Lucius Malefoy était l'un de ses plus fervents partisans. Sans compter, qu'il vouait une véritable fascination à la magie noire. Il fut donc condamné à vie à la prison d'Azkaban.

Et pour la première fois de sa vie, Hermione avait ressenti de la peine et de la compassion pour son ennemi de toujours. Et bien qu'elle ne l'aurait avoué à personne, elle n'avait pu s'empêcher de se dire, que tout entre elle et Drago aurait pu être différent. Peut-être qu'ils seraient même devenus amis...

Malheureusement, ce choix lui coûta sa relation avec Ron. En apprenant qu'Hermione avait décidé d'aider Drago ; il était rentré dans une rage folle. Depuis, il ne voulait plus adresser la parole à Hermione, et la considérait même comme sa pire ennemie. Toutes les lettres envoyées par la jeune femme, depuis son départ du Terrier, étaient restées sans réponse.

Tenter de se reconstruire seule chez elle n'arrangeait pas non plus les choses. Plus les mois passaient, plus Hermione sombrait. Comme tous les jours, elle se mit à pleurer. Le téléphone la tira de ses sombres pensées. Elle sécha ses larmes et tenta de contrôler les tremblements de sa voix.

  • Allô ?

  • Allô Hermione ? C'est Harry. Quoi de neuf ?

  • Oh Harry, comment tu vas ?

  • Pas trop mal. Et toi, tu as réussi à avancer dans tes recherches ?

  • Non je n'arrive pas à trouver l'ombre d'une piste. Mais je continue.

  • Si tu as besoin de quoi que se soit, n'hésite pas, on est là Ginny et moi.

  • Je sais, mais vous ne pouvez pas m'aider pour l'instant.

    Comme tu le sens. En fait, j'ai quelque chose à te proposer... Alors, voilà, j'ai décidé de réaménager le square Grimmauld3 et de m'y installer avec Ginny et Ron. Mais, il nous manque une colocataire, alors devines à qui nous avons pensé ?

  • Ah...Harry... C'est adorable et j'aimerais beaucoup, mais...

  • Ron est au courant. Je lui en ai parlé et il a accepté, même s'il refuse toujours de t'adresser la parole.

  • Vous vous êtes réconciliés alors ?

  • Pas vraiment. Disons que l'on a eu une longue discussion et avons trouvé un terrain d'entente. Mais je ne sais pas si l'on retrouva ce que l'on avait avant. Emménager ensemble permettra peut-être de recoller les morceaux. Enfin, je l'espère...

    Tu nous manques tellement, tu sais. Ginny a vraiment besoin de toi et moi aussi. Et je doute que rester toute seule chez toi soit une bonne idée. En ce qui concerne Ron, laisse faire le temps... S'il te plaît, Mione acceptes !

  • Bien, c'est d'accord. Quand dois-je apporter mes valises ?

  • En fin d'après-midi vers...disons...17h ?

  • C'est parfait, j'y serai.

  • Je suis très heureux que tu acceptes, tu sais.

  • Merci Harry. Pour tout.

  • Mais de rien. Et ne t'inquiètes pas pour Ron. Ça ira tu verras... A toute à l'heure !

  • A toute à l'heure Harry !

Hermione raccrocha, un petit sourire aux lèvres. Peut-être était-ce un nouveau départ ?

Une heure plus tard , la jeune fille descendit de sa chambre, flanquée de son éternel sac violet brodé de perles. Avant de partir, elle fit une dernière fois le tour de sa maison. Elle arriva dans la chambre de ses parents. Une nouvelle fois, les larmes se mirent à couler le long de ses joues.

Elle ouvrit le placard de sa mère et regarda ses vêtements. Elle vit la robe bleue que celle-ci adorait porter l'été ; mais aussi son affreux pull jaune que la jeune femme avait toujours détesté. Pourtant, aujourd'hui Hermione donnerait tout pour voir sa mère le porter à nouveau.

Elle ouvrit ensuite le placard de son père et passa en revue tous ses costumes élégants et sur-mesure. Elle ne put s'empêcher de sourire en voyant la cravate bleue ornée d'un ourson, qu'elle lui avait offert pour un de ses anniversaires.

Soudain, le jeune fille fut brutalement tirée de ses souvenirs en regardant le réveil sur la table de chevet : 16h45 !!

Il fallait qu'elle se dépêche. Prise d'une impulsion soudaine, elle prit dans le placard de son père, un petit vanity. Elle y glissa la robe de sa mère, son pull ainsi que la cravate de son père. Alors qu'elle allait refermer le sac, Hermione se souvint de quelque chose.

 

  • Accio bijoux !

 

Hermione sourit. Sa mère avait horreur du désordre et gare à celui ou celle qui mettait à mal l'ordre de cette dernière. Un trait de caractère dont sa fille a hérité.Aussitôt trois coffrets à bijoux sortirent du placard et se posèrent délicatement sur le lit.

Elle ouvrit le premier coffret, celui des colliers. Elle trouva rapidement ce qu'elle cherchait. Une chaîne en argent ornée d'une plume sertie de quartz et de rubis. C'était un bijou qui avait appartenu à l'arrière grand-mère de sa mère. C'était un bijou de famille.

Puis, elle ouvrit le second coffret, celui des bracelets. Sur le haut d'un amas chatoyant se trouvait un bracelet en argent avec différents pendentifs : un oiseau, une clé, une fée, un papillon et une baguette magique. La jeune brune l'attacha à son poignet. Il était vraiment magnifique. Enfin, elle ouvrit le troisième coffret, celui des bagues. Là aussi, elle mit rapidement la main sur ce qu'elle cherchait : un fin anneau en or blanc surmonté d'une belle aigue-marine, la bague de fiançailles de sa mère. Elle était un peu grande pour elle ; elle la mit à son majeur gauche.

17h15 !!! Ça y est elle était définitivement en retard. Elle rangea les coffrets d'un coup de baguette magique, ferma la maison à clé et transplana au 12 square Grimmauld.

La maison était toujours aussi sombre et décrépie que dans ses souvenirs.

Elle ouvrit le portail, remonta le perron et toqua à la vieille porte noire et éraflée. La porte s'ouvrit sur une jeune fille rousse au regard pétillant de malice mais aussi teinté d'une certaine mélancolie.

  • Enfin te voilà ! Entre ma belle !

  • Bonjour Ginny. Je suis tellement contente de te voir !

  • Je suis désolée d'être en retard. J'ai mis plus de temps que prévu pour préparer mes bagages.

  • L'essentiel c'est que tu sois là.

  • Re-bonjour Harry !! dit Hermione en apercevant le Survivant.

  • Je suis heureux que tu sois là ! Lui dit-il en l'embrassant.

  • Cette entrée est aussi sinistre que dans mes souvenirs. Au moins, le sortilège Langue-de-plomb a disparu, c'est déjà pas mal. Observa la jeune fille.

  • En revanche l'affreuse Mrs Black est toujours dans le coin... soupira Ginny d'un air résigné.

    A peine eut-elle fini sa phrase, que les longs rideaux mangés aux mites, masquant l'horrible tableau de Mrs Black s'ouvrirent à la volée.

  • Vermines ! Saletés ! Résidus de pourriture et d'abjection ! Comment osez-vous fouler le sol de ma demeure ! Traîtres ! Abo...

Ron venait de fermer brusquement les rideaux, faisant taire par la même occasion, les cris stridents du portrait.

Lorsqu'il se tourna vers eux, Hermione fut frappée par le changement qui s'était opéré chez le jeune homme. Une froideur et une inhabituelle hostilité émanaient de lui comme une aura. Quant à son regard... Quelque chose de nouveau, de sombre et d'inquiétant s'y était logé.

Pour la première fois de sa vie, Hermione ressentit de l'insécurité et un certain malaise vis-à-vis de son ex-compagnon.

  • Elle m'avait presque manquée ! Bonjour... Ronald... Dit-elle avec incertitude.

  • Tiens, tiens, tiens... On dirait que la miss je-sais-tout est en retard...

  • RON ! S'écria Ginny.

  • J'ai dit que j'étais d'accord pour qu'elle emménage ici, uniquement pour que vous me laissiez tranquille. Inutile de m'en demander plus. Quant à toi, très chère Hermione, ne comptes pas sur moi pour te souhaiter la bienvenue ou te parler. Tu n'es plus rien pour moi. D'ailleurs, je vais faire comme si tu n'étais pas là.

Sur ces mots, Ron tourna les talons et disparut au premier étage, laissant Hermione, Harry et Ginny plantés au milieu de l'entrée.

  • Hermione je suis désolé ! S'exclama Harry

  • Non ne le soit pas. À vrai dire, je m'y attendais.

  • Tu vas voir, je vais lui faire comprendre ma façon de penser à celui-ci ! s'énerva Ginny.

  • Inutile Ginny, je t'assures. Tu ne t'attendais quand même pas à ce qu'il me prenne dans ses bras non ? Ce n'est pas grave, vraiment.

  • Bon... Mais crois-moi, il ne paie rien pour attendre celui-là !! Rouspéta la jeune rousse.

  • Viens dans la cuisine, on sera plus à l'aise pour discuter. Intervint Harry.

  • Et mes bagages ?

  • Je vais dire à Kreattur de les déposer dans la chambre qu'il t'a préparé.

 Ils entrèrent dans la cuisine. Hermione eut du mal à la reconnaître tant elle était propre. Les casseroles en cuivre rutilaient. La vieille table en bois trônait toujours au centre de la pièce. Hermione remarqua la marque que Fred et Georges avaient fait avec le couteau à pain. Elle sentit une boule au fond de sa gorge.

Elle savait que Georges était retourné sur le Chemin de Traverse et avait ré-ouvert leur magasin de farces et attrapes. Ginny n'abordait pas le sujet, et ce n'est pas Hermione qui allait le faire. Elle se doutait bien de ce que pouvait ressentir son amie.

La voix de Harry la fit sursauter. 

 

  • KREATTUR !!
  • Oui Maître ? S'enquit l'elfe qui venait de se matérialiser à côté de Harry.

Lui aussi était méconnaissable. Il portait une blouse blanche à sa taille d'un blanc étincelant. Il était propre jusqu'aux poils de ses oreilles, qui ressemblaient à du coton hydrophile.

  • Peux-tu porter les bagages d'Hermione dans sa chambre s'il te plaît ?

  • Bien sûr Maître.

    Il s'inclina devant Harry et Ginny, et à la grande stupéfaction de tous, esquissa un léger salut en direction d'Hermione avant de disparaître. Hermione n'en croyait pas ses yeux.

  • Tu sais il a beaucoup changé lui aussi. Il s'est rendu compte que Harry n'est pas un si mauvais maître que ça. Le fait de lui donner le médaillon du frère de Sirius a beaucoup aidé. Il a considéré Harry avec davantage de respect. L'informa Ginny, voyant l'étonnement de son amie.

  • Oui enfin n'exagère rien, il est quand même toujours attaché à la mère de Sirius. Combien de fois je l'ai vu caresser affectueusement le portrait de cette horrible bonne femme. Il a même une photo d'elle dans son espèce de « nid ». D'ailleurs, ne l'insultes jamais en sa présence. Sauf si cela ne te dérange pas de trouver une souris morte à l'entrée de ta chambre à ton réveil. Crois-moi, ça te passe l'envie d'avaler quoi que ce soit. Ajouta le Survivant.

  • Mais... Il ne portait pas cette blouse. Elle a l'air neuve. Si tu lui as donné un vêtement, il n'est pas censé être libre ? Questionna Hermione.

  • Non, non... C'est une blouse qu'il a trouvé lui-même ; je ne sais pas comment d'ailleurs ; pour je cite « faire honneur à la très noble et très ancienne maison des Black ». Il a aussi repris le ménage un peu plus assidûment que d'habitude. Et, nette progression, il va même jusqu'à te saluer. C'est assez inattendu, je dois dire.

  • Tu m'étonnes. S'exclama la jeune fille.

C'est alors, qu'elle aperçut des plans sur le coin de la table.

  • Ce sont les nouveaux plans du square ?

  • Oui, répondit Harry. En fait, on va entièrement rénover la maison pour la rendre davantage accueillante et à notre image. Ensuite, on va totalement casser les autres étages de la maison. Il aura trois étages : le rez-de- chaussée avec un grand hall d'entrée, le salon à gauche, et la cuisine à droite. Au premier étage, il y aura les chambres : une pour moi et Ginny, une pour Ron et une pour toi, une salle de bain et des toilettes pour nous les garçons, et la même chose pour vous les filles.

  • Ça c'est mon idée ! Intervint Ginny. Harry et Ron rouspètent toujours car je prends trop de place avec mes parfums, mes crèmes et mon maquillage . Au moins, ils auront de la place.

  • Exactement ! Et ce sera plus qu'appréciable ! Répondit le jeune homme.

  • Ah les garçons ! S'exclamèrent les deux jeunes filles en riant.

  • Très drôle !! Et donc comme je disais, au deuxième étage, trois chambres d'amis, avec une salle de bain et des toilettes. Quand au quatrième, cinquième et sixième étage, on va complètement les enlever. Et enfin, sous le toit, une sorte de grenier pour entreposer ce dont nous n'avons plus besoin.

  • Mais pourquoi ne pas tout enlever ? Arrêtes moi si je me trompes, mais il n'y a que des objets sinistres et des meubles qui ne tiennent plus que par la force du Saint-Esprit !!

  • Je sais Hermione, mais c'est pour Kreattur. Je lui ai promis qu'en échange de sa contribution, il pouvait conserver un ou deux cartons de « souvenirs » ; à condition qu'ils ne soient pas dangereux. Expliqua Harry.

  • Sa contribution ?

  • Il a accepté, Merlin merci, qu'on enlève la jolie collection d'elfes empaillés qui orne l'escalier ! Et il a promis de nous aider à rénover la maison. Annonça Ginny.

  • Magnifique !! Ce sera pas du luxe ! Apprécia Hermione.

  • La plus grosse partie du travail, consistera à vider les chambres. Il y en a plein, et beaucoup n'ont pas subi la purge de mon parrain et de Mrs Weasley. J'espère qu'on aura pas trop de mauvaise surprises...

  • Tu as raison Harry. Tu crois qu'il y a encore des artéfacts de magie noire ?

  • Cela ne m'étonnerait pas !! Sans compter les autres bestioles sur lesquelles on risquerait de tomber... Intervint Ginny.

  • Il faudra faire attention et surtout bien rester sur ses gardes...On ne sait pas ce qu'on pourrait trouver... Conclut Harry.


Pendant ce temps au manoir Malefoy...

  • DRAGO LUCIUS MALEFOY !!! RAMENE TES FESSES TOUT DE SUITE !!!!

  • Qu'est-ce qui se passe encore ?

  • Ce qui se passe ? Tu oses me demander ce qui se passe ? Regarde !!

    Drago regarda la jeune fille qui se tenait devant lui et fut pris d'un fou rire irrépressible.

  • Pansy, tu es...vrai-vrai-ment magni-fi-fi-fi-que ! Réussit à articuler Drago sans pouvoir s'arrêter de rire.

    La crinière brune de la jeune fille avait été remplacée par un amas de nœuds rose, orange et vert revêche et semblant impossible à coiffer.

  • Tu vas me le payer !! Enlève moi ça tout de suite ou je te jure que je te ferais regretter le jour de ta naissance !! Tempêta la jeune femme.

  • Je te jure que, cette fois-ci, ce n'est pas moi. Mais j'adore l'idée !! Répondit Drago d'un ton moqueur, les yeux encore pleins de larmes.

    Pansy se planta au pied des escaliers du premier étage et hurla :

  • BLAISE ZABINI !!!! DESCENDS DE LA-HAUT TOUT DE SUITE OU JE TE PROMETS QUE TU VAS LE REGRETTER !!!!

    Un raclement de chaise et deux minutes plus tard, Blaise descendit du premier étage.

  • Inutile de hurler si fort !! Tu as dû foutre une sacrée frousse aux paons du jardin. Fais attention c'est fragile ces bestioles. Et...

Il eu juste le temps d'apercevoir un tornade multicolore avant de se faire dévisser la tête. Pansy venait de lui asséner une claque retentissante.

  • Tu es folle ou quoi !!! Tu....Oh !! Ahahahahaha!!! Magnifique !! Blaise fût prit lui aussi d'un fou rire, rejoint illico par Drago. Devant l'air menaçant de leur amie, ils cessèrent bien vite de rire.

  • Arrête de t'énerver, c'est juste une petite blague.

  • Tu as intérêt de me dire tout de suite comment effacer cette « petite blague », avant que je ne te fasse une trace rouge sur ton autre joue. Menaça la jeune fille.

  • Ne te gênes surtout pas !! Je trouve que le rouge sied à merveille à son teint. Intervint Drago, moqueur.

  • La ferme Drago. Grogna Blaise. Détends-toi Pansy. Il suffit de te laver les cheveux avec une potion revitalisante.

  • Et peux-tu me dire où je peux trouver une potion revitalisante petit malin?

  • Chez n'importe quel antiquaire.

  • Dois-je te rappeler, espèce d'imbécile, que grâce à ta « petite blague », je ne peux pas sortir.

  • Dans ce cas, je peux t'en préparer une. Il suffit de trouver la formule. C'est très commun. Je vais aller voir à la bibliothèque. Il doit sûrement y avoir un livre là-dessus non ? Questionna Blaise.

  • Je pense. Mais tu as plus de chance de trouver quelque chose dans la bibliothèque de ma mère. Elle a plein d'ouvrages sur la beauté. Viens je vais te montrer. Répondit Drago.

Drago conduisit Blaise au deuxième étage et se dirigea vers la dernière porte à gauche du couloir.

Ils pénétrèrent dans une chambre à la décoration soigneuse et raffinée. A droite de la porte se trouvait une magnifique bibliothèque en bois de cèdre.

  • Tu devrais pouvoir trouver ton bonheur. Dit Drago à Blaise en désignant celle-ci.

  • Merci. Tu sais, tu n'es pas obligé de rester...ici...

  • Ne t'inquiètes pas Blaise, j'ai grandis ici. Où que j’aille, il y aura toujours quelque chose qui me rappelle ma mère. J'aime me retrouver dans sa chambre. Je me sens proche d'elle, tu vois...

  • Je ne sais pas ce que veut dire être proche de sa mère. La mienne n'est pas du genre maternel. C'est pour cela que je suis parti. Pour elle, je suis juste la garantie de perpétuation de la lignée Zabini. Je suis pour ainsi dire transparent. C'est bizarre... mais c'est en voyant la relation que tu avait avec ta mère, que j'ai compris que je ne pourrai jamais avoir cela avec elle. Alors, brusquement, c'est devenu comme insupportable. Je ne pouvais plus rester une minute de plus dans cette maison avec elle. Elle n'a même pas cherché à me retenir ou savoir où j'allais...

  • Je t'envie, tu sais. J'aurais aimé avoir ne serait-ce que la moitié de ce que tu as vécu avec ta mère. Ici, j'existe. Vous avez conscience de ma présence. Et ça pour moi, c'est déjà important. Je sais, ça à l'air pathétique, mais c'est vrai... Répondit Blaise.

  • Je ne vois pas en quoi cela est pathétique. Manquer d'attention, je sais ce que c'est. Sauf que pour moi, cela venait de mon père. Il ressemble à ta mère comme deux gouttes d'eau. En plus flippant peut-être...

  • Dois-je te rappeler que ma mère a eu sept maris ? Sept maris immensément riches, morts mystérieusement après le mariage... Je crois qu'entre ton père et ma mère, il est difficile de déterminer qui est le plus flippant, tu ne crois pas ? Répliqua Blaise.

  • Tu as sans doute raison...Tu sais que tu es le bienvenu ici. Tu peux rester aussi longtemps que tu veux. Tu es notre ami à moi et Pansy. Même si pour l'instant l'envie de t'étriper doit primer sur tout le reste en ce qui la concerne. Plaisanta Drago.

  • Merci... Bon voyons si on peut trouver quelque chose dans ces bouquins. Préféra changer de sujet Blaise.

Au bout de trente minutes de recherches, Drago mis enfin la main sur ce qu'ils cherchaient.

  • Je crois que c'est ce qu'il nous faut. « 1001 Potions pour sublimer vos cheveux » par Grace Charmedy. Ah voilà... Potion revitalisante page 77. Tu t'en charges ?

  • Oui, je tiens à ma joue. En plus, j'ai tout les ingrédients qu'il faut. Répondit Blaise.

  • Tant mieux !! Sortir est une épreuve ces temps-ci ! Impossible de mettre un pied dehors sans se faire prendre à parti par le premier sorcier qui passe par là... Tu crois qu'un jour on pourra aller et venir sans s'attirer la foudre de toute la population sorcière ?

  • Ça m'étonnerait beaucoup !! Les gens ne sont pas près d'oublier ce qu'il s'est passé. Peu importe que le ministère vous ai innocenté toi et Pansy. Ton père est à Azkaban, les parents de Pansy aussi. Tu as la marque des ténèbres ; et Pansy a voulu vendre Potter à Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Quand à moi, je suis l'ami des enfants des plus fidèles partisans de Tu-sais-qui, et fils d'une veuve noire. Nous sommes des méchants ; et quoi que nous fassions, nous serons toujours considérés comme tels. Il va falloir nous y habituer... Si seulement nous étions nés du bon côté de la barrière... Répondit Blaise.

  • BLAISE ZABINI, ÇA VIENS CETTE POTION OUI ?

  • Je crois que Pansy commence à perdre patience non ?

  • Drago, depuis quand Pansy est censée être patiente ? DU CALME PANSY ! J'AI TROUVÉ LA RECETTE !! ELLE SERA PRÊTE DEMAIN.

  • TU TE FICHES DE MOI ZABINI ? JE DOIS RESTER COMME ÇA JUSQU'Ã DEMAIN ? JE TE HAIS ! Vociféra Pansy.

  • Je descends la calmer avant qu'elle détruise la moitié du manoir. Je tiens à mon mobilier quand même. A tout à l'heure Blaise.

Drago laissa Blaise à sa potion et redescendit trouver Pansy. Il la retrouva dans le salon, toujours noire de colère. Drago réussit à grande peine à ne pas rire de nouveau. Inutile d'envenimer la situation.

  • J'EN AI RAS LE BOL DE VOUS DEUX ET DE VOS BLAGUES DE GAMINS!!!!

  • Pansy calmes-toi tu veux !! Inutile de te mettre dans un état pareil pour ça ! Tout sera arrangé dès demain matin. Blaise voulait simplement s'amuser un peu Pour lui aussi, c'est assez dur. Il ne dit rien mais je le connais. Il souffre beaucoup par rapport à sa mère, et il s 'inquiète pour nous deux. Sois un peu plus compréhensive s'il te plaît, d'accord ?

    En guise de réponse, Pansy regarda d'un œil noir Drago et s'assit sur le canapé les bras étroitement croisés.

    Soudain, un superbe hibou noir toqua à une des vitres du salon.

  • Neptune !! Ce n'est pas trop tôt !! Je commençais à trouver le temps long.

  • Je t'ai déjà dit que je ne voulais pas que ton hibou se balade dans le manoir. Il va encore en mettre partout et casser tout ce qui se trouve sur son passage !! Tu ne m’écoutes jamais Pansy, ça devient pénible.

  • Ah tu vois comme c'est énervant. C'est exactement ce que j'ai ressenti face à cette petite blague de Blaise. Quand à Neptune, il est très propre. Et auquel cas, il y aurait une petite tâche, ce n'est pas toi qui fait le ménage. Ce sont tes domestiques, alors je ne vois pas en quoi cela te gênes.

  • Dois-je te rappeler que tu vis sous mon toit ? C'est mon manoir et je ne tolères pas que l'on ne respectes pas ma maison. TON Neptune m'a quand même cassé trois vases, dont le préféré de ma mère. Il a recrépi le canapé du salon de fientes. Les domestiques ont mis quatre jours pour arriver à nettoyer le canapé. Alors merci, mais ton hibou est une vraie catastrophe ambulante. Quand au fait, que ce sont mes domestiques qui font le ménage ; ce n'est pas une raison ! Ils ont suffisamment à faire pour entretenir le manoir. Et, je te rappelle qu'ils ont des noms : Eva, Tom, Felicia, Marvin et Alex. Ce ne sont pas des noms compliqués à retenir. Répondit Drago d'un ton sec.

  • Inutile d'être aussi pompeux. Désormais, j'irai ouvrir à Neptune directement dans ma chambre. Mais depuis quand es-tu aussi respectueux avec tes domestiques ? Avant, tu ne leur adressait la parole que pour leur donner des ordres. Pourquoi ce brusque changement de comportement ?

  • Je ne veux plus ressembler à mon père. Pendant des années et des années, je devais me comporter en Malefoy. Mais aujourd'hui, je n'ai plus à contrôler mes faits et gestes pour lui plaire. J'essaie de changer, de faire ce que moi je veux faire, de dire ce que moi je veux dire. Je ne veux plus dire ou faire quoi que ce soit parce que je le dois. Et puis, ma mère a toujours été très respectueuse et polie envers eux. Alors je veux aussi changer pour qu'elle soit fière de moi.

  • Je pense comprendre. Je croyais aussi que le fait de ne plus être obligée de vivre et de me comporter comme une Parkinson changerait quelque chose... Mais en fait non. Ce que je dis, fais ou penses ne change pas. Je suis toujours la même Pansy Parkinson : fière, hautaine, lâche et peureuse. Je ne vois vraiment pas comment toi et Blaise avaient pu continuer à être mes amis.

  • Sûrement à cause de ton charmant caractère et de ta somptueuse chevelure !!

  • Drago, ne recommences pas... Menaça Pansy.

     

  • D'accord, d'accord, j’arrête ! Tu ne te vois pas de façon très claire tu sais. Fière et hautaine, oui c'est assez vrai. Lâche et peureuse, je ne vois pas en quoi tu peux l'être. Commenta Drago .

  • Eh bien pour commencer, je n'ai pas su tenir tête à mes parents. Ensuite, j'ai voulu livrer Potter au Seigneur des ténèbres. Enfin, je restes cloîtré ici pour éviter de me faire lapider par le premier sorcier que je croise. C'est ce que l'on appelle de la lâcheté et de la peur. Tu devrais jeter un coup d’œil au dictionnaire, j'ai l'impression que ton intellect est salement amoché...

  • Merci de te préoccuper de mon intellect, Pansy. Certes, tu n'aurais pas dû vouloir livrer Potter à Celui-dont- on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Mais personne ne sait comment il va réagir quand sa vie est en jeu. Quelqu'un d'autre aurait pu réagir comme toi. Moi aussi je suis lâche et peureux. J'ai accepté la marque des ténèbres, de tuer Dumbledore... Et crois-moi, la population sorcière a autant envie de te lapider que moi et Blaise. Cette guerre a été horrible et destructrice. Il va falloir du temps pour que les choses s'apaisent.

  • Il va bien falloir sortir un jour. On ne pas vivre comme des ermites pendant dix ans quand même ! Parfois, j'ai envie d'être à la place de Weasley ou Potter voir même Granger...

  • Hein ?!?!?!?! Tu me la refais ? Toi Pansy Parkinson, envieuse d'Hermione Granger ? Alors là j'en crois pas mes oreilles !!

  • Moi non plus, je n'aurais jamais cru pouvoir dire çà, un jour. Pourtant, c'est vrai. Eux, ils peuvent sortir en plein jour. Ils sont les héros de l'histoire. Ils sont adulés par la population sorcière. Vive le trio d'or !! Les sauveurs du monde !!

  • N'en sois pas si sûre. Tu sais, mon père était quelqu'un d'important et nous avions souvent affaire aux journalistes. Ce n'est pas agréable de devoir tout le temps faire attention à ce que tu déclares, ce que tu portes, ce que tu fais. Moi aussi j'envie leur statut de héros, mais à mon avis, nous sommes plus tranquilles qu'eux.

  • En même temps, avec toutes les barrières magiques qui entourent le manoir, rien ni personne ne peut passer, pas même une mouche. Ironisa Pansy.

  • Si tu continues, je te jure que j'enlève le Passeur de ton cher Neptune. Déclara Drago en pointant du doigt la minuscule boule jaune sur la patte du hibou.

  • Çà t'arrangerai hein ? Je suis sûr que tu serais mort de rire en le voyant s'écraser contre les barrières, n'est- ce pas ?

  • Tu n'as pas idée !! Au fait c'est quoi cette lettre ? Demanda Drago.

  • C'est une réponse du Ministère que j'attendais. Tu te rends compte, j'ai fait la demande, il y a un mois !! Ils auraient pu me répondre avant quand même !! S'exclama Pansy en déchirant l'enveloppe. Seulement !! Ils exagèrent !! Je me demandes pourquoi il leur faut autant de temps.

  • Autant de temps pour faire quoi ? Questionna Drago

  • Pour me restituer le manoir. Je leur ai demandé où en étaient les recherches.

  • Les recherches ?

  • Oui les recherches. Étant donné que mes parents sont des mangemorts, qui faisaient partie du cercle restreint de Tu-sais-qui, le Ministère fouille le manoir de fond en comble. Il regorge de magie noire, tu peux me croire !! Mon père adorait les objets ensorcelés ou maléfiques. Enfin tu vois le genre ?

  • Oh que oui !! Mais c'est bizarre que cela prenne autant de temps... Moi cela n'a pris que trois semaines. Il faut dire que mise à part la chambre secrète de mon père, il n'y avait rien d'autre. J'avoue que cela m'a surpris, mais l'avantage c'est que je ne risque pas de me faire étouffer par un oreiller maléfique dans mon sommeil ! Répondit Drago.

  • Dommage, ça me ferait des vacances. Rigola Pansy. Mais bon, j'aimerais le récupérer assez vite quand même...

  • Pourquoi ? Tu n'a plus rien à te mettre ? Ou tu es à court de maquillage ?

  • Très drôle, vraiment !! Non Drago, tu n'y est pas du tout. En fait, je voudrais le revendre assez vite. Histoire de me débarrasser de mon ancienne vie. Je n'ai aucun bon souvenir là-bas. Ni même de l'attachement alors autant m'en débarrasser. Répondit la jeune femme.

  • Tu as de l'espoir. Je me demande qui voudrait d'un manoir d'anciens mangemorts !!

  • Sait-on jamais...Commenta Pansy.

  • Mais où comptes-tu aller ensuite si tu n'as plus d'endroit où habiter ?

  • Je trouverai une maison pas trop grande dans un coin sympa. Je suis peut-être fille de mangemorts, mais riche. Ne t'en fais pas je ne resterais pas éternellement ici. Je risque de ne pas pouvoir me retenir de vous arracher la tête.

  • Voilà qui me rassures !! Non sérieusement Pansy, tu restes ici, le temps qu'il faut. Rien ne presse. Et même si tu m’agaces prodigieusement, j'aime bien votre compagnie. Toi et Blaise, vous êtes mes seuls amis. Et, je suis heureux de ne pas être tout seul.

  • Tu deviens trop gentil Drago, attention !! D'ailleurs, si tu es si gentil que ça, acceptes que Neptune puisse aller ou bon lui semble dans le manoir, s'il-te-plaîîîîîîîît ? Supplia Pansy.

  • Ne me force pas à revenir sur mes paroles. Hors de question !! Ramènes-moi cette bestiole dans sa cage tout de suite où je le stupéfit !! Menaça Drago

  • Ah, je me disais bien aussi ! Chassez le Malefoy, il revient au galop. J'y vais râleur !!

Drago regarda Pansy disparaître dans les escaliers. Sa coiffure était vraiment affreuse !! Blaise avait mis le paquet sur ce coup là.

 

Note de fin de chapitre :

1 Tome 5, Harry Potter et l'ordre du phénix


2 Tome 7, Harry Potter et les reliques de la mort : Narcissa a aidé Harry dans la forêt interdite, en affirmant à Voldemort que Harry était mort, après que Harry lui ai assuré que Drago était toujours vivant


3 Nom originel dans la version anglaise

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.