S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


L'influence des Ténèbres par Sig

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

“Vous ne pouvez pas faire ça, insista Severus Rogue.

 

-Albus, c’est un moldu, acquiesça Minerva McGonagall. 

 

-Il pratique la sorcellerie, Minerva, répliqua le directeur en fronçant les sourcils. 

 

Louis, quant à lui, se tenait à l’écart. Albus Dumbledore avait convoqué certains professeurs de l’école pour s’entretenir avec eux, et sa présence semblait plus que malvenue. Néanmoins, le directeur était convaincu de ses capacités, depuis que Louis lui avait donné accès à certains de ses souvenirs. 

Mais à présent, Severus Rogue, un grand homme mince, aux cheveux noirs mi-longs et habillé d’une longue robe aussi sombre et agrémentée d’une cape deux fois plus large, le fixait d’un regard méfiant. La vieille sorcière à ses côtés, à l’air sévère et vêtue d’une robe à motifs écossais, semblait plutôt exaspérée par le comportement de son supérieur.

 

“Severus, il connaît l’Occlumencie, ajouta Dumbledore. 

 

-Alors ce n’est pas un moldu et il vous ment depuis le début, cracha Rogue.

 

-Me pensez-vous incapable de déceler la tromperie ?” 

 

Le ton du vieux sorcier était basse, et il fallait être un imbécile pour ne pas entendre l'avertissement sous-jacent. Mais le professeur Rogue maniait tout aussi bien les mots : 

 

“Je vous pense naïf, directeur. Quand on sait que le Seigneur des Ténèbres est de retour, se permettre d’accepter un parfait inconnu dans l’enceinte de l’école est, selon moi, un acte totalement irresponsable.

 

-Ce garçon est doté d’une magie que je n’ai jamais vu auparavant, répondit Dumbledore en renonçant à relever l’irrespect du professeur. Il pourrait nous être utile. 

 

-Lui avez-vous demandé ? intervint le professeur McGonagall d’un ton égal. 

 

Au vu des regards qui la dévisagèrent, elle fit un geste vers Louis, agacée. 

 

“Avez-vous demandé à ce garçon si spécial s’il souhaite ou non nous aider ? répéta-t-elle. 

 

-Je ne sais pas comment retourner chez moi, j’imagine que je n’ai pas le choix, grimaça Louis. 

 

-Nous pouvons toujours lui jeter un sort d’Oubliette et le ramener là d’où il vient, proposa le Maître des Potions.

 

Mais Dumbledore secoua la tête négativement.

 

“Le portail qu’a ouvert M.Gray pour parvenir à mon bureau était très puissant. Il aura laissé une signature magique, et si Voldemort entend parler d’un tel pouvoir…” Ses yeux bleus perçant se posèrent un bref instant sur Severus. “Louis Gray doit rester à Poudlard. Sa survie en dépend.

 

-Bien, c’est réglé, déclara sèchement Minerva. 

 

-Oui et non, protesta Rogue en lui lançant un regard noir. C’est un moldu, et avec le Ministère de la Magie qui s'immisce à Poudlard, nous ne pouvons pas le cacher. 

 

-Alors vous suggérez de le former tel un élève sorcier ?

 

-Je pense, répondit Severus en pesant ses mots, que c’est le moyen le plus sûr, pour nous comme pour lui. La question est, bien qu’il soit capable d’une forme de sorcellerie,” Le mépris suintait à ces mots, et Louis se surprit à lui souhaiter de trébucher dans sa cape trop longue. “peut-il manier une baguette ?”

 

Le regard de Dumbledore scintilla, alors qu’il se redressait. 

 

“C’est une excellente question, Severus. Et je suis en tout point d’accord avec votre proposition, aussi je vous laisserai la tâche de tester ses capacités ainsi que de lui fournir le matériel nécessaire de première année.”

 

Le professeur Rogue avait l’air d’avoir avalé un citron entier, qui arracha un sourire à peine dissimulé à sa collègue. Louis aurait préféré la compagnie du vieux directeur, mais ce dernier s’éloignait déjà en direction de son bureau, et enfilait une lourde cape de voyage. 

 

“Directeur, peut-être serait-il plus sage que…, Severus s’interrompit au signe de main de Dumbledore. 

 

-Vous êtes le mieux placé pour cette tâche, déclara le directeur. 

 

-Et pourquoi cela ? 

 

-Ne préféreriez-vous pas avoir un oeil sur un potentiel ennemi ?”

 

Le professeur plissa les yeux, agacé d’avoir été aussi bien cerné par le vieil homme. 

 

“Très bien, siffla-t-il. Louis Gray, c’est votre nom ?”

 

Louis croisa le regard froid de l’homme, et acquiesça. Tandis que Rogue faisait demi-tour dans un mouvement de cape théâtral, le jeune homme en profita pour adresser un signe de tête au directeur. Bien qu’il n’ait pas réellement envie de suivre l’énergie angoissante du professeur de potions, il voulait remercier son aîné pour la protection qu’il voulait lui accorder. Grâce aux souvenirs qu’ils avaient partagé, l’un comme l’autre connaissait le monde de chacun, et Voldemort, tel que Dumbledore le lui avait présenté -un sorcier puissant, maléfique, sans âme- n’était pas une menace à prendre à la légère. Les démons et la magie noire semblaient ridicules à côté, songea-t-il en esquissant un sourire. 


Severus les avait menés à l’extérieur de ce qui semblait être un château en guise d’école, et marchait d’un pas rapide vers les hautes grilles qui marquaient la délimitation du parc. 

 

“Où allons-nous ? questionna Louis, ses jambes aussi longues que celles du professeur lui permettant de ne pas se faire distancer. 

 

Severus lui lança un coup d’oeil agacé puis, alors qu’ils passaient le portail, déclara :

 

“Vous fournir une baguette, si tant est que vous soyez capable d’en manier une.

 

-Pourquoi est-ce si important de manier une baguette ? répliqua Louis en imitant le ton méprisant du professeur. 

 

Le regard qu’il reçut en retour aurait par ailleurs réduit au silence n’importe quel adolescent. Mais Louis n’était plus intimidé par les mauvais caractères depuis longtemps : il se contenta donc de rendre son regard au professeur Rogue avec, en bonus, un haussement de sourcils interrogateurs.

 

“D’une telle insolence, siffla l’homme, vous allez finir à Gryffondor.

 

-Est-ce une insulte, professeur Rogue ? Ça ne répond pas à ma question.” 

 

Louis fut récompensé par un roulement d’yeux exaspérés. 

 

“Chaque sorcier, quelle que soit sa puissance, possède une baguette, et sait effectuer les sorts de base. 

 

-Et vous pensez que je saurais m’en servir.”

 

Severus l’observa un instant, son regard noir impassible. 

 

“C’est possible, murmura-t-il. Quel âge avez-vous ? 

 

-Dix neuf ans. 

 

-Alors vous ne pourrez pas suivre les cours de première année, vous feriez tâche parmis des enfants de onze ans.”

 

Louis ne put qu’acquiescer. Il n’était plus en âge d’être au lycée, mais il pourrait sûrement se fondre avec les plus vieux, s’il rasait sa barbe de trois jours et détachait ses cheveux. Bien que l’idée d’enlever son chignon si confortable dans sa nuque le rebutait totalement. Peut-être pourrait-il faire l’impasse ?

Ses pensées furent interrompues par le bras vêtu de noir que présenta Rogue devant lui. 

 

“Prenez mon bras.”

 

Louis fronça les sourcils. 

 

“Pour l’amour de Merlin…, grogna Severus avant de saisir l’épaule du jeune homme.

 

Et Louis dut cligner des yeux plusieurs fois avant de récupérer son équilibre. 

 

“Je viens de nous faire transplaner, l’informa le professeur avant qu’il n’ait pu l’interroger. C’est un mode de transport.

 

-Je vois.”

 

Ils étaient dans une petite ruelle pavée, le long de laquelle plusieurs magasins étaient encore allumés, et quelques bars étaient encore plein à craquer. Il n’était probablement pas si tard, peut-être aux environs de vingt deux heures. Même s’il avait l’impression qu’un mois s’était passé depuis qu’il avait posé son parapluie dans le hall de son appartement. 

Severus les mena jusqu’à l’un des bars, puis ils s’installèrent sur l’une des tables branlantes à l’extérieur.

 

“Qu’est-ce que je vous sers, mes p’tites sorcières ? hurla une large dame au décolleté échancré. 

 

-Bière, whisky, sans alcool ? demanda Severus à Louis.

 

Le jeune haussa les épaules. Il n’était pas difficile. 

 

“Deux whisky, déclara Rogue. 

 

-Deux Pur Feu pour la six !”

 

Sur ces mots, la serveuse se détourna et continua à prendre les commandes des autres clients. 

 

“Je reviens, fit le professeur en se levant. Mieux vaut qu’on ne me voit pas en votre compagnie chez Ollivander à cette heure tardive.”

 

Louis acquiesça sans un mot. Il n’était pas en terrain conquis, ici, et il était submergé. Il y avait un grand nombre d’énergies dans cette rue, il lui semblait même que les vibrations des sorciers étaient deux fois plus fortes que celles d’un homme lambda. Ces vagues puissantes le crispaient, épuisant son cerveau déjà fatigué par les événements.

 

“Et voici, déclara la serveuse en plaçant devant lui et la chaise vide de Rogue deux verres de whisky. 

 

-Merci.”

 

Il fut gratifié d’un large sourire chaleureux, puis il dut lâcher sa respiration qu’il avait bloquée dans sa gorge. L’énergie des sorciers était vraiment puissante. Dire qu’il n’était pas habitué était un euphémisme. 

Les mains à plat sur la texture collante et mal lavée de la table en vieux bois, il tenta de faire le vide dans ses pensées. Mais malheureusement, il fut interrompu par le raclement de la chaise, annonçant le retour du potionniste. Il grimaça sans même ouvrir les yeux. 

 

“Un problème ? demanda la voix doucereuse. 

 

Louis secoua la tête, plongeant son visage dans ses longs doigts osseux. 

 

“Vos énergies…, murmura-t-il. C’est chaotique.”

 

Severus le dévisagea, impassible. Devant lui, il avait déposé un petit sac en toile qui contenait quelques longues boîtes.

 

“Chaotique ? répéta-t-il.

 

Bien que son ton laissait entendre un pur dédain, Louis y décelait une pointe de curiosité. Les vibrations du professeur lui étaient bien moins hostiles, aussi, alors il prit la peine de formuler une réponse compréhensible. 

 

“Les vibrations des sorciers sont plus puissantes et plus envahissantes que celles d’un homme normal. J’ai du mal à m’y habituer.

 

-Vous ressentez les vibrations qui émanent de nous ? Comment ? 

 

-C’est une aura, une sorte de sentiment énergétique qui vous représente. Par exemple, la vôtre est lourde, sombre, mais chaleureuse et ronde : je sais que je peux me fier à vous mais je ne dois pas envahir votre sphère privée.”

 

Severus plissa les yeux, les lèvres pincées.

 

“Et vous pouvez deviner n’importe quelle personne de cette manière ?”

 

Louis réfléchit un instant. 

 

“Oui, qu’elle soit morte ou vivante. Mais les animaux sont plus difficiles à comprendre, c’est un peu aléatoire.

 

-Un animal n’est pas une personne, fit remarquer Rogue, un brin moqueur. 

 

-Vous seriez surpris, répliqua Louis avec un sourire entendu. Que m’avez-vous apporté ?”

 

Severus sortit devant lui plusieurs écrins, tous de cuir noir, très simplistes. 

 

“Ollivander, le fabricant de baguettes, m’a proposé quelques baguettes en se fiant à la description que je lui ai faite de vous."

 

Au regard que Louis lui lança, le professeur soupira. 

 

“Je vous ai décrit objectivement, je ne tiens pas à faire exploser Poudlard, merci bien.”

 

Cette fois, la remarque fit rire le jeune homme.

 

“Y a-t-il une règle, un rituel précis à respecter pour choisir ?”

 

Severus haussa les épaules. 

 

“Comme le disent les fabricants, “C’est la baguette qui choisit son sorcier.”, déclara-t-il en prenant une gorgée de whisky.

 

Louis acquiesça silencieusement. Il plaça sa main gauche -celle qu’il utilisait pour le tirage des cartes d’oracle-, et la laissa s’imprégner des différentes vibrations qui émanaient des boîtes. 

Les énergies étaient subtiles, s’enroulaient autour de sa main, palpitaient contre sa paume, toutes d’une intensité et d’une manière tellement distincte qu’elles en devenaient incomparables. Jusqu’à ce que ses doigts passent sur la dernière, à sa droite. Il ressentit un courant électrique se diffuser dans son bras à la vitesse de la lumière, et l’écrin se mit à scintiller comme s’il était recouvert de milliers d’étoiles. 

 

“Et bien, je n’étais pas certain que ça marcherait, fit remarquer Rogue, qui avait gardé le silence tout du long. 

 

-C’est surprenant, souffla Louis. 

 

Il ouvrit délicatement la boite, et en sortit le long bout de bois, d’un noir ébène d’une simplicité déconcertante. Seule une élégante épaisseur fondue dans la baguette indiquait le manche, d’une douceur et d’une chaleur que Louis n’avait jamais ressentie en touchant un objet. La baguette se calait parfaitement dans sa paume, comme si elle y avait toujours été, et le jeune homme ne put empêcher un sourire béat de s’étaler sur son visage. Severus ricana, puis rangea le reste des boîtes inutilisées dans le petit sac. 

 

“Demain, un emploi du temps vous sera fourni. Comme je vous l’ai dit, il serait maladroit de vous placer dans une classe de premières années, alors je pense que vous ferez partie d’une maison et aurez des cours particuliers avec chacun des enseignants. Je m’entretiendrai avec eux à ce propos.”

 

Louis hocha la tête. Il replaça la baguette avec précaution et referma l’écrin.

 

“Où vais-je dormir ?

 

-Sûrement dans l’un des appartements privés libres, réservé normalement aux professeurs.

 

-Et ensuite, je devrais habiter avec les autres élèves ? 

 

-Exactement. Vous n’êtes en aucun cas autorisé à retourner dans ces appartements, et vous devrez vous fondre parmi les autres enfants.

 

-Parfait, soupira Louis. 

 

Sur ces mots, il avala le reste de sa boisson alcoolisée, savourant la brûlure chaude et familière -le jeune homme, bien que solitaire, n’était pas étranger aux soirées étudiantes-. Il n’aimait pas l’idée, et n’avait de toute manière jamais aimé les internats. Sa façon de vivre était trop étrange, trop calme et trop spirituelle pour qu’un groupe d’adolescents de dix sept ans puisse comprendre son besoin de paix. Il pourrait dire adieu à ses longues séances de méditation, et sentait déjà qu’il aurait besoin de cacher ses pierres… Ses pierres ! 

 

“Ah, merde ! s’exclama-t-il en palpant ses poches. 

 

Heureusement, il avait pensé à glisser sa précieuse sélénite, son petit cristal de roche, et sa tourmaline. Mais le reste était bien au chaud, à Londres. 

 

“Qu’est-ce que c’est ?”

 

La voix de Severus fit relever le visage de Louis, qui observait les trois pierres dans la paume de sa main d’un air profondément malheureux. 

 

“Tourmaline, sélénite, cristal de roche, répondit-il en les montrant tour à tour au professeur. 

 

-Ah, les fameux accessoires de magie moldue, ricana l’homme en croisant les bras. 

 

-Accessoires ?”

 

Le ton faussement innocent du jeune homme mettait au défi le sorcier de répéter son affront. 

 

“Il n’y a pas une once de magie dans vos cailloux, M.Gray.”

 

Louis acquiesça lentement, prenant une grande inspiration. Laisser voir son irritation ne ferait qu’accroître le mépris du professeur. Ainsi, il expliqua d’un ton calme : 

 

“Chaque pierre a une énergie, et des propriétés qui lui sont propres. Nous sommes plus ou moins enclin à les ressentir.”

 

Severus haussa les sourcils, visiblement peu convaincu. Néanmoins, il tendit la main en avant, paume vers le haut. Il attendait manifestement que Louis lui confie l’une de ses précieuses pierres. Le jeune homme pinça les lèvres : l’énergie du professeur allait les salir, mais tant pis, il pourrait toujours les nettoyer après coup. 

 

“Une pierre ne se prête pas, car lorsqu’elle appartient à quelqu’un, elle s’adapte à son propriétaire, indiqua-t-il en déposant son cristal de roche dans la main tendue. 

 

Severus se contenta d’acquiescer, alors qu’il refermait ses doigts sur la surface froide, aux angles pointus, dont la transparence était parfois parcourue d’éclairs argentés. 

L’homme la tourna plusieurs fois entre ses longs doigts, l’étudiant, l’analysant de son regard aussi sombre qu’une obsidienne. Il finit par la tenir entre ses deux mains, et ferma ses yeux, une intense concentration crispant ses traits pâles. 

Louis approuvait : le sorcier avait, malgré sa première réaction de rejet, fait preuve de curiosité. C’était le premier pas, et cela lui suffisait amplement. 

 

“Il y a effectivement quelque chose, déclara soudainement Rogue. 

 

Il libéra le cristal, et le tendit à Louis. 

 

“C’est différent de la sorcellerie traditionnelle, c’est évident, continua-t-il. Je ne saurais parler de magie, mais je ne peux que remarquer cette…

 

-Cette vibration. Vous êtes sensible à ce que le cristal dégage, décrivez-moi ce que vous ressentez.”

 

Severus faillit l’envoyer sur les roses, mais le regard gris-bleu intelligent, serein, et loin d’être immature et enfantin, lui rappela que Louis Gray n’était pas un étudiant. Qu’il était capable de tenir une conversation, qu’il était curieux et respectueux, qu’il était loin, mais alors à des années-lumières de ce que pouvait être un adolescent de Poudlard. 

 

“Je dirais que c’est subtil, mais sauvage et brut.” 

 

Louis acquiesça, enjoignant le professeur à continuer. 

 

“Cela part de la main, du poignet, remonte jusqu’à la tête. Un peu comme de la magie sans baguette… Ce qui en est, en fin de compte.”

 

Severus releva les yeux sur Louis, un intérêt certain dans son regard sombre. 

 

“J’aimerais étudier ceci. Vous viendrez à mon bureau demain soir, après le dîner."

 

Le jeune homme sourit.

 

“C’est noté.”

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.