S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


L'éphèbe aux roses par Calixto

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Cadeau pour Chris ! 

J'ai restauré comme j'ai pu cette vieillerie XD

Alice sanglote bruyamment à ses côtés mais Evan n’a d’yeux que pour le cercueil de leur mère, élégant cercueil de bois sombre qu’on recouvre de terre. Alice sanglote incessamment, et exaspéré, le visage pâle et tordu, Priam Rosier fait taire sa fille d’un geste. Evan, silencieux, essaye de se rappeler à quoi a ressemblé le cadavre qu’on couche loin des vivants. Elle a eu des traits doux et continuellement inquiets, elle a eu… Il relève les yeux et regarde son père. On ne regarde pas les morts.

*******************************************************************

Priam Rosier montre rarement une quelconque forme de fierté envers ses enfants, mais Evan, silencieux, sait que le mince sourire qui flottait sur les lèvres de celui que les 28 Sacrés surnomment l’Aigle Noir veut tout dire. Evan vient d’être réparti à Serpentard, comme tous les Rosier avant lui. Il a sympathisé avec les frères Lestrange dès son arrivée. Priam lève son verre très haut. L’éclat du cristal se reflète dans les prunelles muettes d’Alice, raide sur sa chaise, le visage sans expression. La fillette n’a même pas un regard de son père.

*******************************************************************

Ce soir encore, Evan ne peut pas dormir. Il se tourne et se retourne dans ses draps luxueux. A l’autre bout du couloir plongé dans le noir, même trois portes fermées ne peuvent étouffer les sanglots familiers de sa petite sœur. Evan sait bien qu’Alice a peur du noir. Autrefois elle venait inévitablement frapper à sa porte, se réfugier dans son lit, et écouter son sermon agacé sur la dignité attendue des Rosier avant, d’enfin, dormir. Mais les temps ont changé. Evan est à Poudlard depuis deux ans. Il n’est plus question d’ouvrir sa porte aux sanglots d’une gamine effrayée.

 Ce soir encore, Evan ne peut pas dormir. Il pense avec une excitation secrète à son père, qu’il a aperçu, blotti en haut de l’escalier, se préparer dans le hall. Il pense à l’Aigle noir, longue silhouette sévère, recouvrir son visage d’un étrange masque d’argent et disparaitre dans la nuit. Les rumeurs disent que les Masqués défient la Mort elle-même. Son père est donc un chevalier. Ce soir encore, Evan ne peut pas dormir. Le masque d’argent dissipe les bruits persistants de sanglots.

******************************************************************

Son visage hautain figé, ignorant les regards insistants de Rabastan et Rodolphus, Evan fixe sa petite sœur se lever du tabouret et rejoindre maladroitement la table rouge et or sous les applaudissements des Gryffondor. Quelle idiote. Alice a toujours été une idiote. Evan se force à étirer ses lèvres dans un sourire appliqué. Faire bonne figure. Surtout, faire bonne figure. Il songe déjà comment, élégamment suave, il écrira dans une lettre à leur père le soir-même : Le courage est une qualité que le Lord saura apprécier, n’est-ce pas certain ? De toute façon, notre nom et notre sang prévaudront. Ces choses-là ne mentent pas.

*******************************************************************

Dans la salle commune des Serpentards, Evan écoute d’une oreille distraite les derniers persiflages. Bellatrix Black, incapable de parler de la voix calme qui aurait dû être l’apanage de celles de son rang, vocifère avec grossièreté. Elle clame aux frères Lestrange et au fils Avery, tout ouïe, à quel point le nombre de Sang de Bourbes dans cette école ne cesse d’augmenter. Evan tourne paresseusement la tête. Dans les recoins plus sombres de la salle, ceux qui ne sont pas assez purs pour revendiquer la lumière se terrent. Ils ne sont pas inintéressants. D’un coup d’œil, Evan repère les jeunes Wilkes et Mulciber, déjà avides de batailles, et puis, caché derrière un énorme livre poussiéreux, le petit batard des Prince, qui fait parler de lui. Ce vieil imbécile de Slug l’aime beaucoup. D’un autre côté, adossé à un mur avec un air soigneusement composé, un jeune qu’il compte bien signaler à son père. D’une noble famille russe, Antonin Dolohov a du potentiel. Le Lord a besoin de grossir ses rangs. Evan et les autres seront le sang neuf, la nouvelle génération.

*******************************************************************

Un sourire mince éclaire brièvement le beau visage d’Evan Rosier. De profil dans la lumière éclatante du jour, il a les traits d’un éphèbe grec fraichement sorti de la pierre.

- Ce que j’en pense, Rodolphus ? répond-t-il d’une voix légère qui ne lui ressemble pas. Mais que du bien, mon ami, que du bien.

Rodolphus Lestrange fait un signe de tête bref en guise d’accord. Il vient d’annoncer à son ami les projets que forment leurs familles respectives. Les Lestrange et les Rosier se disputent les filles Black. Sur suggestion de Priam Rosier, aussitôt acceptée par les Lestrange, Rodolphus, l’aîné des frères, aura Bellatrix, l’aîné des sœurs. Narcissa Black, la cadette, n’est pas une option : il se murmure que le fils Malefoy la convoite. Reste Andromeda. Rabastan et Evan feraient tous les deux leur proposition, on attendrait la préférence des Black. Evan sourit de nouveau. Au fond du parc de Poudlard illuminé par le soleil d’automne, les trois sœurs Black passent. Andromeda rit à quelque chose d’inintelligible.

Quelques semaines plus tard, Evan Rosier obtient la promesse des Black que sa cousine Andromeda serait bientôt sa fiancée.

*******************************************************************

Le temps est à l’orage. Alice s’engage sur de mauvais chemins. Evan se refuse à la contacter. Elle n’est pas rentrée au manoir familial pour les vacances, et de l’autre côté de Poudlard, de l’autre côté du gouffre qui les sépare, il voit sa sœur se mêler sans honte aux pires Gryffondor. Sangs de Bourbes, Traîtres à leur Sang, lâches. Il ne peut plus rien faire pour rattraper cette mauvaise herbe qui a décidé de s’épanouir dans la vermine.

L’arrivée du hibou l’arrache à ses pensées noires. Il déplie rapidement la lettre, la parcourt, sent l’excitation enflammer ses veines. La cérémonie d’intronisation aura lieu ce soir. Evan s’imagine s’agenouiller devant celui qu’il vénère, voir le blanc de son bras se recouvrir de la plus belle des Marques. Ce soir, il revêtira le même masque d’argent que son père. L’Aigle noir sera fier.

*******************************************************************

Ses belles chaussures cirées maculées de sang, Evan jouit sauvagement de la vie qu’il vient de prendre. La Mort, tendre mère, caresse son épaule comme pour le féliciter. Ses camarades applaudissent. Evan ne songe qu’aux prunelles rouges et fascinantes qui lui diront bientôt :

- Tu as bien fait, Evan. Je suis fier de toi.

Dans une rue crasse au-dessus d’un cadavre, les clameurs des Mangemorts étourdissent l’éphèbe fatal. Les choses basculent. Il se voit maitre du monde.

Dans une ruelle crasse, immobile, les yeux du jeune Andrew Maugrey sont vides. Un filet de sang coule au coin de sa bouche.

Il est mort de porter le même nom que son oncle.

Celui qu’on surnomme Fol-Œil a défiguré l’Aigle noir d’un sort trop bien placé, deux jours auparavant.

*******************************************************************

La fureur déforme les traits sculpturaux du visage d’Evan Rosier. Sa baguette fend l’air et la moldue hurle, frappée de plein fouet par l’Endoloris. Il ne s’arrête qu’une heure après. Convulsant de toutes parts, la malheureuse n’attend que la mort. L’éclair vert l’achève. De la sueur coulant sur son front, des plaques écarlates sur ses joues, rien ne peut calmer Evan. Il marche à grands pas, yeux écarquillés et hagards. Sa fiancée. Sa propre fiancée lui préfère un autre. Ultime affront. Il a tout pour lui. Il est riche, Mangemort en vue dans les rangs du Lord, il est beau comme un dieu antique.

Et Andromeda Black a fugué dans la nuit pour rejoindre un Sang-de-Bourbe. Elle l’aime, disent-ils. Elle souhaite l’épouser, disent-ils. Qui aurait cru que le sang Black trahirait sa pureté. Oh oui, Andromeda est une dégénérée. Mais cela n’apaise en rien Evan.

Sa marque le brûle. Ses lèvres s’étirent en un sourire dément. Le Lord l’envoie en mission.

Le sang lavera les souillures.

*******************************************************************

Incrédule, il fixe la lettre de son père. Courte et brutale, elle annonce le pire. Alice. Sa propre sœur. Qui vient de s’engager dans les rangs de l’Ordre du Phénix. Les souvenirs défilent. Alice. Il l’a toujours prise en pitié. La petite ressemblait tellement à sa mère. Il se rappelle de son visage de fillette, tout tordu de sanglots, si rond, si doux, si différent de la beauté impitoyable des Rosier, de Priam, d’Evan. Lui, digne héritier, l’a toujours protégée. Il a usé de toute son éloquence et de sa séduction pour détourner les foudres de leur père d’elle.

Et voilà que cette idiote, non contente de se fiancer à un Sang-Pur médiocre, Frank Londubat, d’être amie avec de la vermine et des opposants notoires, intègre l’Ordre en tant qu’Auror. Dans un mouvement de violence inouïe, il réduit la lettre en cendres et hurle. Les visages d’Andromeda et d’Alice se confondent. Ce soir, il sait déjà qu’il sortira massacrer en représailles.

*******************************************************************

Evan est fou. Rabastan fait ce constat calmement, presque avec indifférence. Il sent la haine qui émane de son ami en vagues glaciales et fétides, une haine qui couve derrière la peau diaphane. Depuis sa sœur, et depuis le départ d’Andromeda, Evan perd la raison.

Il se laisse glisser dans le gouffre sans fin des ténèbres de sa démence.

De sa vengeance.

Rabastan sait qu’il ne reste que ça à Evan pour ne pas s’écrouler. Il lui faut frapper aveuglément de rage et oublier la trahison au goût de larmes.

Rabastan respecte ça. Il massacre pour oublier que la femme qu’il aime lui est inaccessible. Il massacre pour oublier que Bellatrix est mariée à son frère.

Alors dans le silence, il pose sa main sur l’épaule de son ami et compatit.

Un partage de haine dans la nuit.

- C’est l’heure, dit Evan en brisant le silence, d’une voix sèche.

- Allons-y.

Ils raffermissent leur prise sur leurs baguettes et transplanent.

Le ciel est menaçant.

Rabastan inspire longuement l’air vicié de la ville pour s’en remplir les poumons. Ce soir est important.

S’ils réussissent, le Lord sera content.

Mais ils savent tous deux que la bataille sera longue et difficile. Une bataille à mort. Rien de jouissif, aucune extase, un épuisement des forces jusqu’à l’écroulement.

Reste à savoir qui sera le plus endurant.

Comme s’il devinait leurs pensées sinistres, le bleu du ciel vire au noir d’encre.

Selon la taupe, les deux frères ne devraient pas tarder à arriver. Evan a abandonné sa nonchalance de façade pour arborer un air férocement concentré. Impitoyable. C’est réellement fascinant la façon dont son visage d’éphèbe peut devenir terrifiant.

Fabian et Gidéon Prewett ont trop nargué le Lord. Par quatre fois ils ont échappé à des embuscades, et ils se font toujours plus insolents. Quasi invincibles, et ayant fait trop de dégâts dans les rangs des Mangemorts. Il est temps de leur faire payer.

Ça donnera une bonne leçon à l’Ordre.

 Un coup dur, très dur.

Le Lord le sait. C’est pour ça qu’il a envoyé ce tandem. En cas de problème, d’autres viendront en renfort. Dolohov s’est porté volontaire, il les hait. La nuit sera longue. Ils pourront bien se battre jusqu’au matin.

Le duo Evan-Rabastan a toujours fonctionné comme une mécanique bien huilée. Et ce soir leur haine va les transcender.

Evan y voit un exutoire, deux visages infâmes qui cristallisent à eux seuls celui, insolent, de l’Ordre. Celui de ces résistants qui ont pris sa sœur, qui ont embrigadé Alice. Et des traîtres à leur sang, comme Andromeda. Il s’acharnera sur eux, Rabastan le sait. Evan lui a dit dans un frémissement de fureur qu’il veut les défigurer. Peindre de sang leur courage, et en faire un exemple. Evan bouge ; deux silhouettes émergent de la maison.

L’adrénaline électrise Rabastan : c’est eux.

Fabian et Gidéon, deux hommes à la carrure massive, aux cheveux si roux qu’ils se détachent dans l’obscurité.

Evan et Rabastan se regardent

C’est l’heure de tuer.

*******************************************************************

Deux heures après, dans les flammes qui dévorent la maison des frères Prewett, Evan est jeté à corps perdu dans la bataille contre des Aurors.

Ceux-ci perdent du terrain. Survolté, transcendé, il les tue les uns après les autres. Leurs cadavres s’empilent sur le sol, viennent rejoindre ceux de Fabian et Gidéon.

Les flammes brûlent la robe d’Evan, mais il ne sent rien.

C’est là qu’il le voit. L’Auror se dresse, roc, menaçant, ses yeux pleins de la même haine qu’on lit dans ceux d’Evan.

- Fol Œil, dit-il, et un rire effroyable lui échappe. Si tu savais, le nombre de fois que j’ai imaginé ce face à face. C’est ta dernière heure.

Le combat est terrible. Maugrey est bien le plus dangereux des Aurors. Il ne fait preuve d’aucune pitié. Comme le Mangemort. Les sorts fusent dans la fumée. Mais la rage d’Evan est bien plus grande que celle de l’Auror. La magie noire pulse, ravage, détruit tout. Fol-Œil doit reculer.

Evan, le visage illuminé par les lueurs flamboyantes du feu, éclate à nouveau de rire. La haine déborde. Il ne peut éviter un sort de l’Auror, qui lui laisse une grande estafilade. Mais l’Auror, lui, ne peut éviter le sort d’Evan, qui le fouette en plein visage. Il tombe dans un hurlement. Il tient à deux mains son nez sanglant auquel il manque toute une partie.

Evan rit de plus belle.

La bouche de Fol-Œil se tord lorsqu’il gronde :

- Démon !

Avec dans le regard la promesse de meurtre.

Evan, ombre noire, disparait dans les flammes.

*******************************************************************

Le meurtre des Prewett fait beaucoup de bruit. Le Lord est très heureux de la vague sanglante de découragement qui s’est abattue sur la résistance. La nouvelle de la mutilation de Fol-Œil a circulé aussi, se répandant comme une trainée de poudre. Humiliante pour celui qu’on appelait le meilleur ennemi des Mangemorts et jubilatoire pour ceux-ci. Priam Rosier, apprenant le doux goût de la vengeance qu’avait exécuté son fils pour lui, lui a signifié sa fierté.

Evan rentre dans le cercle très étroit des fidèles du Lord.

*******************************************************************

Elle s’appelle Clio.

Elle rit trop.

Ça l’agace un peu. Heureusement que c’est fugace.

Elle se blottit contre lui, elle cherche ses lèvres avec ses yeux moqueurs, et finit par s’endormir dans un soupir. Il la regarde. Il ne dort pas. Ce soir, il a tué et torturé, comme tous les soirs. Il se sent curieusement vide.

Le plafond tangue et la lune luit. Il commence son face à face avec la nuit. Elle respire fort. Il se demande quel est son vrai nom. Son corps nu, jeune et blanc, le dégoute soudain, alangui dans les draps, comme si elle était en paix.

Elle est si laide. Il se demande pourquoi il la paye. Pour faire comme les camarades. Ou pour trouver un exutoire à cette nausée qui monte en lui. Evan fronce le nez, et son si beau visage se tord dans le noir. Clio s’endort vite après l’extase, comme tous les soirs. Sans se l’expliquer, Evan voudrait soudain la réveiller et la faire hurler. Voire disparaitre cette paix insolente. Quel droit y a-t-elle ? S’il est damné, alors il emportera les autres misérables dans l’Enfer avec lui. Il voudrait la voir supplier et pleurer sous les Doloris, et sentir ce vide se tapir au fond de son ventre. Ses lèvres qui l’ont baisé deviendraient méconnaissables à crier de douleur.

Cette pensée le satisfait. Il revoit les visages sans noms des victimes sur le sol, au milieu du sang et du reste. Il entend comme dans un rêve les rires et le silence qui suit, et puis les camarades et lui sortent et vont fêter ça. Ça doit être Mulciber qui a lancé l’idée. Cet imbécile a toujours aimé les putains.

Evan en revient toujours à cette petite brune aux yeux de fer. Clio, un nom court et faux. Il la regarde encore un long moment sans rien dire, le corps nu immobile et repu de plaisir, il écoute le vide et puis il se lève et il part.

*******************************************************************

Il contemple l’agonie d’un Moldu anonyme, toujours pas rassasié de cette colère dévorante, (cette bête féroce qui déchire ses entrailles, quand il pense à Alice, à Andromeda, à toute la haine qu’il ressent) lorsque Mulciber crie à côté de lui. Evan fait volte-face. Il reconnait aussitôt l’Auror à la tête du groupe qui s’avance vers eux. Il savait qu’il finirait par l’affronter de nouveau. Fol-Œil veut sa vengeance.

L’esprit embrumé par une nouvelle bouffée de haine, Evan se précipite en avant. Il se délecte de la peur et du mélange de répulsion et de fascination qu’il lit dans les regards de ses ennemis. Il sait que sa jeunesse et sa beauté sont des armes à utiliser.Il ne laisse pas le temps au plus jeune des Aurors de se ressaisir et lance l’Avada avec un plaisir non dissimulé. Fol-Œil fait un pas en avant. Evan se demande s’il a formé sa sœur. La haine pulse plus fort dans ses côtes.

A côté de lui, Avery et le jeune Rogue se battent contre deux membres de l’Ordre, Wilkes… avec amertume, Evan réalise que Wilkes gise au sol, le corps trop raide pour laisser des doutes sur son état. Mulciber affronte une jeune femme masquée. Il se demande si c’est Alice. Ou la Sang-de-Bourbe Evans, ou Mc Kinnon, ou Meadows.

 Il aurait voulu toutes les massacrer de ses mains.

Il ne voit pas venir le sort de Fol-Œil, et perd l’équilibre. Il a à peine le temps d’esquiver le deuxième. Il voit flou de rage. De son côté, Fol-Œil a l’air mû par une colère monstrueuse. La vengeance, la vengeance… Evan a le bref souvenir de son neveu face contre terre dans une ruelle. Il veut rire. Son rire meurt sur ses lèvres.

 Il attaque à coups d’Impardonnables et d’autres sorts que le Lord lui a enseigné. Fol-Œil, le visage en sang, riposte par un maléfice si puissant que Evan sent ses jambes vaciller sous lui. Il roule à terre, lance à l’aveugle un Endoloris qui touche un Auror, se relève péniblement, et hésite devant la jeune femme qui se dresse, en garde, face à lui. Si c’était Alice ? L’hésitation le fait chanceler une maigre seconde. Evan rassemble sa haine, ferme son esprit, n’hésite plus. La jeune femme s’effondre, inerte, son masque tombant à terre, son visage se couvrant de taches noires. Tout à la contemplation de ce visage, Evan ne voit pas l’éclair vert qui le frappe dans le dos.

Il s’écroule sous le regard moqueur et triomphant de Fol-Œil.

Dans une ruelle crasse, au-dessus d'un cadavre, les clameurs de l'Ordre ont fait fuir les Mangemorts et étourdissent l'Auror riant. Les choses basculent. Evan ne sera pas le maitre du monde. Il est le cadavre.

Les roses se fanent.

Note de fin de chapitre :

Un avis ? :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.