S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Fêlure par jukava

[2 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Marseille – Belle de Mai – Maison des Dernier – 25 février 1945

Hermione avait l’impression désagréable d’émerger d’une sieste qui aurait duré trop longtemps. Elle inspira longuement, ouvrant les yeux avec difficultés. Depuis sa position, allongée sur une sorte de canapé, elle discernait une ombre non loin d’elle et entendait une conversation qu’elle ne comprenait pas vraiment.

A contre-jour, elle vit la silhouette se rapprocher et sentit une main fraîche sur son front avant que la personne – une femme – ne parle rapidement dans une langue qu’Hermione réalisa être du français.

L’esprit toujours embrumé, elle essaya de se relever et aussitôt quelqu’un passa son bras derrière ses épaules, pour l’aider.

- « Comment tu te sens ? » lui demanda un homme alors qu’elle se frottait les yeux avec force pour tenter de rassembler ses esprits.

A peine l’homme eut-il prononcé ces mots qu’Hermione sentit une douleur traverser son épaule gauche et y posa immédiatement la main, seulement pour rencontrer sa peau nue et encore meurtrie.

Et enfin, tout revint à la jeune sorcière : sa mission auprès des Howling Commandos en 1945 pour empêcher Steve Rogers d’être capturé par Hydra, l’altercation avec Delage, Tarcento et surtout Holdenried et la visite de Mireille Ducamp accompagnée d’autres sorciers-résistants français.
Ce qu’elle ne comprenait pas c’est ce qu’elle faisait endormie sur le sofa des Derniers alors que son Retourneur de Temps était ébréché. Aidée par Jacques, elle se redressa complètement et s’assit, perplexe.

- J’ai mal au bras… Mais ça va… » répondit-elle enfin. « Je ne comprends pas… Je me suis endormie ? »

- « Evanouie, plutôt. » intercéda le Sergent Barnes qui se tenait non loin de là avec les autres soldats. « Vous avez de la chance que Ms. Ducamp soit venue, elle a dit que Holdenried avait utilisé un sort bien plus complexe que vous ne l’aviez cru et- »

- « Oui, je me souviens maintenant. » l’interrompit Hermione. « Holdenried a doublé son Incendio d’un autre sort qui avait commencé à attaquer les os de mon bras… Mireille m’a aidé à me soigner, mais j’ai dû perdre connaissance à un moment ou un autre. » Elle regarda son bras gauche et constata avec plaisir qu’il avait repris un aspect normal et qu’elle arrivait à le bouger. « A priori, elle est quand même parvenue à me faire prendre du Poussos... »

- « Et elle t’a donné une potion pour dormir. Elle a dit que c’était obligatoire avec l’autre truc. » compléta Jacques.

Hermione hocha la tête, et expliqua :

- « Il paraît que c’est très douloureux de faire repousser les os et que c’est préférable de ne pas s’en souvenir… »

Elle vit Gabe Jones et Barnes faire une petite grimace mais ne dit rien. Réalisant soudain qu’elle avait parlé devant Marie qui semblait l’avoir veillée toute la nuit, Hermione se tourna vers Jacques et chuchota :

- « Hors de question que je lui fasse tout oublier, tu te débrouilles pour lui expliquer. »

- « Ne t’inquiète pas, elle ne dira rien. Elle a été alertée par le bruit qu’ont fait Mireille et les autres dans la nuit et ils n’étaient pas exactement discrets avec leurs baguettes… » Il haussa les épaules d’un air fataliste. « Je crois qu’en fait, elle en sait bien plus que je ne le pensais. »

Pendant qu’ils parlaient, Marie était partie dans la cuisine et revint avec du café et le reste du pain qu’Hermione avait apporté avec elle. Elle les posa sur la table du salon et de quelques gestes enjoignit la jeune sorcière et les soldats à venir se restaurer, tout en adressant ce qui ressemblait fort à des reproches à son cousin.

Encore un peu faible mais déterminée, Hermione alla s’asseoir et but une gorgée de la tasse de café que la Française lui avait servi. Si elle avait semblé franchement revêche la veille à Hermione, Marie montrait dorénavant une toute nouvelle facette, tout aussi protectrice, mais bien plus bienveillante.

- « Où sont le Captain et Monty ? » demanda Hermione en réalisant que seuls Gabe, Barnes et Jacques étaient avec elle.

- « Le Colonel Philipps les a convoqués ce matin. » expliqua le Sergent.

Hermione grimaça, elle espérait que son intervention n’allait pas complètement perturber le destin des Howling Commandos, sinon elle était bonne pour passer son temps à aller et venir entre les époques jusqu’à remettre les choses sur les rails.

Sauf que pour l’instant, elle était bloquée en 1945.

Espérant que ce qu’elle avait vu dans la nuit n’était que le fruit de son imagination, elle ouvrit un bouton de son col et en sortit à nouveau le Retourneur de Temps que Theodore Nott avait conçu pour Lucius Malfoy.

La fêlure était toujours présente. Ni plus grande ni plus large que dans sa mémoire.

Elle pouvait essayer de le faire fonctionner comme ça, au risque de se perdre n’importe où et n’importe quand, ou le réparer avec ce dont elle disposait dans son sac en perles soit un peu de Sorcier Collant, mais vu le peu de succès que Ron avait eu jadis avec sa baguette et ce scotch magique, elle avait de gros doutes…

La solution la plus simple et la plus évidente aurait été de lancer un Reparo, mais Andrew avait été clair : elle n’était pas supposée utiliser de sortilèges sur le Retourneur. Durant sa première mission, il lui avait été complètement interdit de se désillusionner et elle ne pouvait pas risquer de l’endommager plus.

- « Si ton truc qui s’illumine et te fait disparaître est cassé, tu ne peux pas contacter tes supérieurs autrement ? » lui demanda Gabe en s’asseyant en face d’elle.

Hermione était à un carrefour, elle ne le savait que trop. Soit elle continuait avec l’histoire que son service et elle avaient bâtie pour justifier sa présence, soit elle pouvait dire la vérité. C’était dangereux, totalement interdit, mais elle n’avait que les Commandos pour l’aider. Son gouvernement la ferait surement interner si elle n’était pas arrêtée avant par les Français pour espionnage ou autre.

- « Il faut que je vous dise quelque chose. » avoua-t-elle en mordillant sa lèvre inférieure.

- « Oh bon sang ! » soupira Barnes en s’assayant à son tour. Avisant les regards surpris des deux autres, il expliqua : « Elle fait exactement la même tête que ma petite sœur quand elle a fait quelque chose qui était expressément interdit et qu’elle s’attend à ce que je l’aide à réparer ses bêtises. »

Hermione ne put retenir un petit rire nerveux, le Sergent était bien plus perspicace qu’elle ne l’avait imaginé.

- « Je n’ai pas exactement fait de bêtise. » dit-elle en posant sa baguette sur ses genoux, comme pour se donner une contenance. « J’ai bien été envoyée en mission, par mon Ministère, pour intervenir lors de votre mission pour capturer Zola et à nouveau hier… »

- « Mais… » insista Barnes en se penchant vers elle et plantant ses yeux bleus dans ceux d’Hermione, comme pour y lire la vérité.

- « Disons que cet outil. » expliqua-t-elle en désignant le Retourneur de Temps. « Ne sert pas qu’à me déplacer dans l’espace… Il sert aussi à voyager dans le temps. »

Gabe éclata de rire, pensant qu’elle faisait une blague, Jacques la regarda avec suspicion, comme s’il n’osait pas vraiment la croire, tandis que le Sergent la fixa avec un sérieux et une intensité qui la surprirent.
Peu à peu, le rire de Gabe cessa et Jacques secoua la tête de droite à gauche.

- « Non, ce n’est pas possible, le voyage dans le temps n’existe pas. Même chez les sorciers, Henri m’en aurait parlé. »

- « Il n’existe pas encore. » le contredit Hermione avec douceur. « Des chercheurs l’ont finalement mis au point dans les années 60… Mais normalement, on ne peut reculer que de quelques heures en restant exactement au même endroit. Mais l’artefact qui m’a été confié permet de reculer de plusieurs années et de changer de lieu. »

- « Tu es en train de nous dire que tu viens du futur ? » insista Gabe, toujours sceptique.

- « Je n’ai pas menti, je suis bien née et ai été élevée à Twickenham… » temporisa-t-elle. « Mais en 1989 et j’ai étudié à Poudlard de 2001 à 2009. »

- « Tu viens de quelle année ? » la questionna soudainement Barnes.

- « 2020. Août 2020 pour être exacte. Et je dois y retourner, je ne peux- »

- « Ta première mission, c’était vraiment pour qu’on capture Zola ? » poursuivit-il, ignorant ce qu’elle voulait dire.

Hermione prit à nouveau une longue inspiration. Barnes l’avait complètement percée à jour, elle en était certaine.

- « Qu’en pensez-vous, Sergent ? » lui retourna-t-elle, inquiète.

- « Je pense que tu peux m’appeler Bucky, vu que tu m’as sauvé la vie en m’empêchant de tomber de ce train… » lui répondit-il avec un sourire étrange, comme si elle venait de conforter ce en quoi il avait cru.

- « Mais pourquoi le Sarge ? » demanda Jones. Se retournant immédiatement vers son camarade, il ajouta : « Vous trompez pas, hein, je suis plus que content que vous ne soyez pas mort, mais… Faire un bond de 65 ans dans le passé spécialement pour un Sergent au milieu d’une telle guerre… »

- « Je suis navrée, mais je ne peux rien dire. » avoua Hermione à regret. « Je vous ai expliqué le maximum de ce que je pouvais… Si j’en dis trop, je risque de changer le cours des évènements et... »

- « De mauvaises choses arrivent aux sorciers qui essaient de changer le cours du Temps. » cita Jacques, la faisant sursauter. Il haussa les épaules et ajouta : « Henri était une vraie tête, il se destinait à la recherche… Privée ou au Ministère, il n’avait pas encore décidé… Je sais que les sorciers ont déjà essayé sans succès…Et puis Grindelwald et… » Jacques ne put poursuivre, visiblement peiné.

- « Je suis désolée, Jacques. » lui souffla Hermione en posant une main sur celles unies du Français. « Si je pouvais, je changerais cela aussi… Mais mes missions sont décidées par mes supérieurs et sont extrêmement ciblées… Et je ne peux pas en dévier… » Elle baissa la tête et ajouta, peinant à retenir ses larmes d’impuissance : « Et je ne sais même pas réparer ce foutu Retourneur de Temps... »

Un temps infini sembla s’écouler en silence, alors que les trois hommes prenaient conscience de l’ampleur de ce qu’elle venait de leur avouer. Ce fut Gabe qui le rompit finalement, d’une voix un peu incertaine, il suggéra :

- « S’il y a quelqu’un capable de réparer ton truc, c’est Morita. »

Dernier releva la tête, frottant ses yeux rougis pour ne pas sembler faible devant ses camarades.

- « On ne peut pas faire appel à Mireille ou à ton gouvernement, je suppose ? » demanda-t-il à Hermione.

Elle secoua la tête.

- « Je risque la prison à vie. Ou l’internement si j’ai de la chance… » lui répondit-elle en toute franchise.

- « Alors, il faut demander à Jim, il n’y a que lui à qui on puisse faire confiance. » conclut Bucky en se levant et en se dirigeant vers la porte. Avec un sourire qui se voulait rassurant, il ajouta : « Souhaitez-moi bonne chance, je ne sais pas ce que je vais interrompre… »

Réalisant que le soldat en question avait bénéficié d’une visite conjugale, Hermione ne put s’empêcher de sourire en retour au Sergent alors qu’il sortait de la maison.

-O-

- « Donc, je n’ai pas le droit de demander ce que c’est, ni pourquoi elle est là, mais je dois réparer ce truc très fragile et très important ? » résuma Morita en suivant le Sergent Barnes vers le domicile des Dernier.

- « Je peux juste te dire qu’après avoir sauvé ma peau la dernière fois, c’est celle de Steve qu’elle a sauvée cette nuit. » concéda Bucky en essayant de faire se hâter Morita.

Celui-ci était visiblement perplexe, mais depuis des mois qu’il parcourait l’Europe avec Cap et le Sarge, il avait parfaitement confiance en eux, il se contenterait donc de réparer le mystérieux objet qu’avait utilisé la sorcière pour leur faire faux bond en février. Il cuisinerait Dernier ou Gabe plus tard, il était sûr qu’il obtiendrait plus de réponses.

Ils pénétrèrent dans la maison qui servait de Quartier Général à la majeure partie des Howling Commandos et Jim salua rapidement ses camarades. Il avisa aussitôt la jeune femme qu’il avait vue quelques mois plus tôt. Elle n’avait pas changé : des cheveux bouclés, de grands yeux expressifs, une peau couleur café au lait et une lèvre qu’elle mordillait frénétiquement.

Peu enclin à évoquer la sorcellerie – en laquelle il ne croyait toujours pas vraiment malgré les affirmations de Jacques et ce à quoi il avait assisté – Jim demanda qu’on lui montrer rapidement ce qu’il était supposé réparer.
Tirant une chaîne de sous son chemisier, la jeune femme, qui lui fut présentée comme se nommant Hermione, déposa sur la table le plus étrange sablier que Jim n’ait jamais vu.
Grâce à un reflet du soleil, il aperçut exactement pourquoi il avait été appelé : une fissure, aussi fine qu’un cheveu, courait sur la partie supérieure de l’objet. Il se pencha et l’examina attentivement. Il prit l’objet entre ses doigts et l’observa sous tous les angles, soulagé de constater qu’il n’y avait qu’une seule réparation à effectuer.

- « Ce serait plus facile si vous enleviez la chaîne, Miss. » suggéra-t-il en faisant pivoter à nouveau l’objet pour remettre la fêlure en face de lui.

- « Non, pas possible. » se contenta-t-elle de dire en essayant de se positionner de manière à donner du mou à la chaîne. « C’est interdit. »

Morita la regarda d’un air visiblement dubitatif et fut étonné, lorsqu’il se tourna vers le Sergent, de voir celui-ci hocher la tête, en signe de compréhension. Qu’est-ce que pouvait bien être ce truc qui justifie que cette fille y soit attachée ainsi et surtout qui justifie qu’on l'ait dérangé alors qu’il avait du temps à rattraper avec son épouse. Jim soupira et après de longues minutes d’examen déclara :

- « Je ne peux pas atteindre la température de fusion du verre. Et je ne le tenterai même pas avec votre visage aussi près. » Il lança un regard agacé à Hermione qui demeura impassible. Elle ne quitterait pas son collier, hors de question. « Par contre, je suis sûr que je pourrais trouver un morceau de verre qui convienne dans une radio à lampe. » Il se leva et se dirigea vers la porte, à la surprise de tous. « Je reviens, j’ai vu une radio cassée dans la maison où Janet et moi on loge. »

Bucky fixait Hermione avec curiosité : quand elle s’était penchée un peu plus tôt pour consoler Jacques, il avait vu quelque chose près du col de son chemisier. Il avait craint la présence d’un autre artefact ou une quelconque mauvaise surprise, mais pendant que Morita avait examiné le Retourneur de Temps, il avait réalisé ce dont il s’agissait en réalité : quelque chose était écrit sur sa peau.

Il savait que ce n’était vraiment pas correct de sa part et que sa mère lui tirerait sûrement les oreilles voire pire pour ce qu’il s’apprêtait à faire, mais il s’approcha doucement de la jeune femme, de manière à la surplomber et ainsi voir dans son décolleté.

Il avait beau se raisonner et se dire que ce n’étaient pas les seins d’Hermione qu’il cherchait à distinguer mais cette étrange écriture, il se sentait comme un pervers. Et lorsqu’enfin il se plaça derrière elle et qu’il aperçut la dentelle de ses sous-vêtements, il se maudit intérieurement. Pourquoi fallait-il qu’en plus elle ait des courbes à damner un saint ?
Mais sa curiosité était plus forte que lui et s’assurant que ni Gabe ni Dernier ne le regardaient, il se pencha un peu plus pour parvenir à lire ce qui était visiblement enchâssé sous la peau de la jeune femme.

Les formes étaient étranges et elles rappelèrent immédiatement quelque chose à Bucky. Il dut faire un effort, mais tout lui revint : le Hobbit. Ce livre dont il avait adoré l’univers et qui l’avait poussé à faire tant de recherches… Il ne savait pas exactement ce qui était inscrit, mais les caractères étaient du haut-elfique, une des langues inventées par Tolkien, il en était certain…

A cet instant, Morita fit irruption dans la maison, sa casquette devant lui. Bucky s’éloigna rapidement de sa position pour éviter tout soupçon et s’approcha de son camarade.

- « Tu as trouvé ce que tu cherchais ? » s’enquit-il alors qu’il connaissait parfaitement la réponse.

- « Une ampoule entière, plusieurs ampoules brisées et mes outils. » répondit Morita en sortant de sa poche ce qui ressemblait à une pochette pour contenir des instruments chirurgicaux. Il se tourna vers Hermione et demanda avec un certain agacement : « Toujours pas prête à enlever le collier, Princesse ? »

Hermione ignora la petite pique et posa sa tête sur la table, étirant la chaîne au maximum avant de poser le Retourneur de Temps le plus loin possible.

- « Hey, Jim. Je t’assure qu’elle est digne de confiance. » intervint Jacques pour détendre l’autre soldat.

- « Je suis là parce que je vous fais confiance, à vous. » expliqua Morita en désignant Barnes puis Jones et enfin Dernier. « Mais certainement pas à elle. »

Mais il avait beau être sur ses gardes, Jim n’en était pas moins en mission. Il s’attela aussitôt à la tâche, utilisant ses outils pour mesurer la courbure du verre, la longueur de la fêlure et ainsi trier les morceaux de verre qu’il avait ramenés pour évincer ceux qui n’étaient pas compatibles avec la réparation.

Au bout de ce qui sembla une éternité à Hermione qui avait toujours la tête couchée sur la table du salon des Dernier, Morita fit un petit bruit de contentement et se tourna vers elle, avec entre ses doigts, un morceau de verre large d’à peine un ou deux centimètres et qui semblait avoir la courbure exacte du sablier fendu de son Retourneur de Temps.

Aussitôt le soldat se mit au travail et avec une délicatesse incroyable, commença à apposer le morceau de verre sur le sablier, le calant contre les éléments métalliques du centre et des bords de l’artefact.
Il était en plein travail lorsque Monty et le Captain America revinrent enfin de leur entretien avec le Colonel Philipps. Heureusement, Jacques les entendit arriver et alla les accueillir, leur faisant signe de faire silence pour ne pas déconcentrer Morita.

La sueur perlait sur le front du soldat tandis qu’il plaçait un dernier morceau de verre pour stabiliser sa réparation. Il ne savait pas exactement pourquoi il était aussi important qu’il aide cette fille, mais il n’avait pas envie de faillir.
Il donna quelques petits coups avec le dos de son petit tournevis pour que les morceaux de verre se calent bien les uns par rapport aux autres et il releva enfin la tête en soufflant de soulagement. Cela avait été bien plus difficile qu’il ne l’avait craint.

- « Bien joué, Morita ! » lui lança Cap en posant une main sur son épaule, le faisant sursauter.

- « Je savais bien que si quelqu’un était capable de réparer ce truc, c’était toi ! » s’enjoua Jones en se frottant les mains.

- « Je vous remercie, Mr Morita. » lui dit la jeune femme en se massant le cou.

- « Hey les gars, ne me surestimez pas, j’ai juste essayé de réparer ce machin, je ne sais même pas s’il va marcher… »

- « Tu as un moyen de faire un test, Hermione ? » s’enquit Jacques.

Elle secoua la tête avant de hausser les épaules.

- « Soit ce qu’a fait Mr Morita fonctionne et je rentre chez moi, soit… Aucune idée. »

- « Et comment on saura que tu es bien arrivée ? » s’inquiéta Monty, qui appréciait réellement sa compatriote. A la mine déconfite de la jeune femme, il lâcha un « Oh. » à la fois empli de déception et de fatalisme.

Hermione se leva, ramassa son petit sac en perles, sa veste et s’arma de tout son courage avant de déclarer :

- « Messieurs, ce fut un honneur de collaborer avec vous. » déclara-t-elle un peu solennellement.
Elle prit le Retourneur de Temps entre ses mains et le régla délicatement. La réparation devait tenir suffisamment longtemps pour qu’elle rentre.
Lorsqu’elle eut fini avec l’artefact, elle releva la tête et fut étonnée de voir Dernier s’approcher d’elle, posant une main amicale sur son épaule avant de lui dire tout bas quelques mots de soutien qui la touchèrent sincèrement. Gabe suivit immédiatement, lui serrant la main avec chaleur et l’enjoignant de venir lui rendre visite, quand elle le voudrait, insistant sur le n’importe quand à tel point qu’Hermione se demanda s’il n’allait pas tout raconter dès qu’elle serait partie.
Morita se contenta d’un petit signe de tête avant de s’éclipser rejoindre son épouse, ayant compris que si Monty et Cap avaient vu Philipps, leur permission touchait à inexorablement à sa fin. Monty la salua, la faisant sourire en lui disant que si elle tenait sa promesse à Jones et qu’elle allait le voir aux USA, ce serait seulement après qu’ils aient bu un thé ensemble, entre Anglais. Steve Rogers lui dit au revoir à sa manière, à la fois reconnaissante et un peu gênée. Hermione se demanda un instant comment celui qui un jour provoquerait la scission des Avengers pouvait être aussi guindé, mais balaya rapidement l’idée de son esprit.
Barnes la salua en dernier, il la fixa à nouveau de ce regard qui semblait vouloir lire dans son âme et Hermione lui fit un petit sourire qui se voulait rassurant. Elle reprit le Retourneur de Temps entre ses mains, vérifia le réglage et inspira longuement pour calmer son cœur qui battait la chamade.

- « Hey Hermione ! » Elle releva la tête, surprise que Bucky l’interpelle ainsi. « La prochaine fois qu’on se voit, tu me diras tout sur les elfes, d’accord ? Je suis sûre que tu en sais bien plus que moi. »

- « Les elfes ? » bégaya Hermione qui se demandait si c’était une tactique pour qu’elle oublie à quel point elle était au bord du précipice.

A l’immense surprise de la jeune sorcière, les joues du Sergent s’empourprèrent et il se contenta d’ajouter, visiblement gêné :

- « Je croyais juste que les sorciers et les elfes étaient amis. Comme dans le Hobbit… Laisse tomber. »

- « Je n’ai jamais lu le Hobbit et nos elfes sont très loin de ceux de Tolkien… » bredouilla Hermione, complètement perdue. « Mais promis, la prochaine fois, je te parlerai des elfes de maison. » conclut-elle toujours plus que perplexe avant d’enfin lâcher la goupille du Retourneur de Temps et de disparaître dans un immense éclat lumineux.

Note de fin de chapitre :

Un immense merci à la fabuleuse Alena pour ses corrections et merci d'avance pour les kudos et les commentaires que vous penserez à me laisser ♥
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.