S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le Roi, la Tour, le Fou et le Cavalier : Une histoire de Vengeance par Crushounette

[1 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Hi Everyone !!!

 

Déjà, merci beaucoup d'avoir choisi de vous plonger dans cette histoire. Désolée pour la longueur du titre, je le trouvais sympa mais abrégeons le en : Une histoire de Vengeance ou UHDV, comme vous préférez :p

 

Je me présente, je suis Malley (c'est mon nom de plumes) et j'adore écrire, je suis une (très) grande fan du monde magique, aussi, accessoirement. 

 

Pourquoi Malley ? C'est la contraction de Malfoy et Weasley (mon originalité me perdra :D)

 

Pourquoi une Fanfiction ? Parce que Severus Rogue est mon personnage préféré, parce que j'aime écrire des histoires sombres, parce que tout simplement, cette histoire me trotte dans la tête depuis mille ans au moins. Et parce que je ne suis pas encore assez courageuse pour poster mes autres histoires. Je les garde encore un peu au chaud dans mon ordinateur.

 

Je vous partage cette histoire, parce que je l'aime beaucoup et même si elle n'est pas facile à écrire tous les jours, j'ai envie qu'elle fasse ressentir à d'autres, les émotions qui me traversent en l'écrivant.

 

Vous constaterez surement que j'adore les synonymes et les descriptions, c'est ma passion :D

 

Je vais essayer d'être régulière et de poster une fois par semaine, le vendredi soir. Je ne me fixe pas d'horaires, je suis une insupportable retardataire XD

 

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et s'il y a des fautes, j'en suis désolée...

 

J'espère que cette histoire vous plaira, merci encore de vous être arrêté ici et si je ne vous ai pas encore perdu, bonne lecture à vous.

 

Malley

Note de chapitre:

Hello, voici le prologue de cette histoire.

Vous allez découvrir les bases de cette plongée dans les ténèbres aux côtés de Camille.

Ne vous laissez pas happer par la noirceur de ses désirs.

Un vieux fou à dit une fois : "On. peut trouver le bonheure même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière."

Bonne lecture à vous :)

Il faisait sombre ce soir-là, aucune étoile ne brillait dans ce ciel d’encre et la lune n’avait même pas prit la peine de se montrer. L’atmosphère était lourde, chargée d’électricité et les nuages bas annonçaient le pire orage de l’année. En ce début d’été, la guerre faisait rage outre-manche mais la France semblait avoir été épargnée. Du moins, c’était ce que pensait Hector Fawley, dernier héritier mâle d’une des 28 familles de sang-pur anglaise.




Il avait quitté l’armée des ténèbres près d’une décennie plus tôt pour se réfugier à Paris, où il avait rencontré la belle Diane Desrosiers, une juriste du département de la justice magique, de dix ans sa cadette. Entre eux, ça avait été le coup de foudre au premier regard. C’était grâce à elle qu’il avait pût intégrer le ministère. Son passé de mangemort en avait rebuté plus d’un mais le chef du département avait considéré son expérience, comme bénéfique. Il était devenu consultant, décortiquant les esprits des mages noirs qui sévissaient en France à la manière d’un profiler criminel.




Ils s’étaient mariés très vite, Diane étant enceinte de Camille, puis Sasha était arrivé, huit ans plus tard. Ils avaient pris leur temps pour le deuxième. Ils avaient vécu un peu plus de onze ans de bonheur. Onze années magnifiques qui s’achèveraient ce soir, le 24 juin 1981.




***




Les enfants étaient couchés, la maison était calme, seul le tintement des verres en cristal semblait crever le silence, lourd et pesant, qui envahissait les lieux. Diane était assise dans un fauteuil céruléen, un verre à pied serré gracieusement dans sa main diaphane. Calé dans le fauteuil jumeau, Hector la dévorait des yeux, son visage poupin à la peau d’albâtre brillait d’une douce lueur à la lumière des candélabres d’argents.




Soudain, comme un coup de tonnerre déchirant le ciel, une puissante détonation fit voler la porte en éclats. Hector se leva brusquement, saisissant sa baguette d’un geste vif et sur, il se plaça aux devants du danger pour protéger les siens. Sa femme, baguette en main, se tenait prête, cachée dans l’ombre. Le Seigneur des Ténèbres entra, de sa démarche ondulante et impériale, accompagné d’un jeune homme d’une vingtaine d’année. L’hideux Greyback rentra à leur suite, maintenant une distance avec son Maître.




- Je te retrouve enfin, Hector, susurra le Lord, une colère sourde faisant vibrer sa voix.


- Comment m’avez-vous retrouvé, cracha Fawley, hargneux.


- Je dois dire qu’il m’aura fallu plus de dix ans, commença le Seigneur des Ténèbres, presque amusé. La France était une bonne cachette, je t’ai cherché à l’est. Et puis, tu t’es un peu trop fait remarquer, ajouta-t-il, un brin fier malgré l’exaspération flagrante qui le marquait.


- Que me voulez-vous, demanda le père, abruptement, comme s’il n’avait rien écouté.


- Ta fille et ta vie, répondit l’homme déjà défiguré par la magie noire.




Hector ne comptait pas se rendre sans se battre, il devait protéger sa famille, coûte que coûte, quitte à y laisser la vie. Il lança le premier sort, un puissant stupéfix qui ricocha sur celui qu’il appelait autrefois, Maître. Ce fut le signal qui déclencha les hostilités. Diane courut à travers les corridors, poursuivit par la bête à demi lupine, se protégeant des attaques par des charmes offensifs qui lui coûtaient une énergie monstre mais semblaient glisser sur son assaillant comme de l’eau sur la peau d’un strangulot. Elle puisait ses forces dans son instinct le plus primaire, la survie de ses petits. Elle grimpa les escaliers quatre à quatre, lançant un maléfice cuisant qui ne toucha, malheureusement pas, son adversaire mais la chute qui en découla lui permit de gagner quelques secondes.




En bas, dans le salon, le combat faisait rage. Le Seigneur des Ténèbres semblait plus puissant qu’avant, presque invincible. Il détournait, sans mal, les sorts que Fawley lui lançait, répliquant avec toujours plus de hargne, toujours plus de puissance. Hector fatiguait, ses membres douloureux le ralentissaient, ses réserves d’énergie diminuant inexorablement. Il n’était plus question de sauver sa peau, de rester vivant, il le sentait, sa fin était proche. Il devait simplement gagner du temps, pour Diane, pour les enfants.




Pendant que son époux se battait avec acharnement contre le Lord, Diane déboula sur le palier du premier étage. Elle entra dans la nursery et délicatement, prit son fils d’à peine dix-huit mois dans ses bras. L’enfant dormait profondément, insensible à la tempête. Elle rejoignit la chambre de sa fille mais au moment où elle ouvrit la porte, elle sentit comme un violent coup de poignard dans le ventre qui la plia en deux et une infime seconde plus tard, un rire démoniaque, un hurlement dément qui résonna dans toute la maison. Son mari était tombé. Elle n’avait plus qu’un choix pour sauver ses enfants : s’enfuir. Mais la maison possédait des protections anti-transplanage très puissantes et la seule cheminée reliait au réseau se trouvait dans le salon où gisait le corps d’Hector.




Severus contempla le funeste spectacle qui se jouait sous ses yeux. Il s’était retranché dans un coin sombre de la pièce, protégé, à l’abri du lugubre duel. Lorsque que le corps de l’ancien mangemort tomba au sol dans un bruit sourd, il sembla se réveiller, enfin, comme s’il découvrait, pour la première fois, les réels agissements de l’armée des Ténèbres. Sur ordre du Maître, il monta à l’étage, confus et rejoignis Greyback sur le palier du premier étage. Toujours bardé de ses protections, il se tint à l’écart tandis que le lycanthrope tentait d’esquiver les sorts que Diane lui lançait, son fils toujours dans les bras. Elle se battait telle une lionne, prête à tout pour protéger ses enfants.




Un instant, son attention fut détournée par une ombre, si furtive derrière cette porte à demi close, qu’il crût l’avoir rêvé. L’impatience du Seigneur des Ténèbres eut raison d’eux et dans un éclair vert spectaculaire, il fit retomber un silence de mort sur toute la maisonnée. Là où se trouvait, quelques secondes auparavant une femme pleine de panache, gisait deux corps foudroyés. Le Lord chargea Severus et Greyback de lui ramener la fille, puis, dans un nuage de fumée noire, il disparut.




Camille avait eu l’instinct de se cacher dans son placard, les odeurs de linges propres et de fleurs, masquant la sienne, douce et sucrée. Elle avait entendu les combats. Elle avait entendu le cri dément de l’assassin. Elle avait vu mourir sous ses yeux d’enfant, sa mère et son petit frère. Assassinés par un monstre qui avait hurlé son propre nom : Lord Voldemort. Et malgré la peur, le chagrin et la douleur, elle n’avait pu s’empêcher de penser qu’il n’était pas très malin d’hurler son nom lorsqu’on vient de commettre un meurtre.




Cette pensée fugace fut bien vite remplacée par une terreur écrasante et une colère sourde. Un sentiment nouveau prit possession de son être, une envie puissante, un besoin presque viscéral qui se fraya un chemin pour prendre racine dans son âme et dans son cœur, la vengeance.




L’esprit embrouillé par la rage et la peur, elle entendit à peine la porte du dressing exploser mais elle sentie les griffes acérées de la créature mi humaine mi loup se planter dans la chair tendre de son dos. Il la tira violemment en arrière, l’écrasant au sol. La petite fille tenta de se débattre, hurlant une douleur qui lui dévorait les sens avant de sombrer dans l’inconscient.




Severus entendit un hurlement qui lui déchira le cœur, il lança un puissant stupéfix sur la bête qui se cogna la tête contre le mur puis il effaça ses récents souvenirs et le laissa inerte sur le palier. Délicatement, il souleva la fillette dans ses bras et la déposa sur son lit. Trois grandes estafilades, profondes et sanguinolentes, barraient son dos, de la nuque au coccyx. Par chance, ou plutôt par habitude, il avait toujours sur lui un flacon de baume cicatrisant pour les blessures de ce genre. Le lycanthrope ne se contrôlait pas et il avait, à de nombreuses reprises, vu ses « collègues » souffrir de plaies sanglantes qui ne se refermaient pas. Ce cataplasme était le seul remède qui contrait les effets de cette blessure.




Lorsque Camille ouvrit les yeux, elle était dans son lit, allongée sur le ventre et la tête posée sur ses bras. Un jeune homme, aux cheveux longs aussi noirs que sa robe, s’affairait à côté d’elle. Elle sentait ses doigts froids sur sa peau, faisant diminuer la brûlure de son épiderme. Un liquide chaud coulait sur ses côtes et ses reins, dans son cou, sur ses épaules, contrastant avec la fraîcheur d’une sorte d’onguent que le sorcier semblait appliquer. La douleur s’apaisait peu à peu mais des picotements engourdissaient son corps et lui faisait tourner la tête. Elle sombra, à nouveau, dans les brumes de l’inconscience.




Elle n’entendit qu’à travers son subconscient, la voix des Aurors qui arrivaient de Londres, elle ne vit pas la fuite de Severus, laissant derrière lui le corps inerte de la bête. Elle ne vit pas non plus son arrestation.




Severus avait fui, parce qu’il était lâche, parce qu’il avait peur, parce que les premiers Aurors à être arrivés sur place étaient James et Lily. Il avait fui parce qu’il s’était rendu compte de son erreur. Il avait fui parce qu’il était trop tard. Si le Lord ne le tuait pas en rentrant, c’est cette guerre qui le ferait. Et il ne voulait plus être obligé de tuer. Il imagina ce geste comme un acte de bravoure, il pourrait en compter quelques-uns. Après tout, il venait de sauver cette gamine. Il avait laissé le flacon en verre bleuté sur la table de chevet avec une note griffonné à la hâte : « Remède contre les blessures de loup-garou à demi transformé ».




Nul doute que Lily reconnaitrait son écriture mais c’était la seule chose bien qu’il pouvait encore faire après tout le mal qu’il avait fait, qu’il leur avait fait. La trahison était impardonnable mais il ne voyait pas encore le mal à l’époque. Aujourd’hui oui et il avait peur.


 




Camille ne garda, de cette nuit-là, que les éclats de voix de l’assassin baignées par une intense lumière verte et une douleur aiguë. Mais les cicatrices de son dos lui rappelaient toujours ce spectre enfoui dans sa mémoire, comme un rêve un peu flou, un fantôme qu’elle aurait imaginé pour se protéger, cet homme en noir, comme elle l’avait surnommé. Et ce flacon de verre bleuté.

Note de fin de chapitre :

En espérant que ce prologue vous ait donné envie de lire la suite. 

Je posterais tous les vendredis soirs. 

Vous aurez les deux premiers chapitres d'un coup, puis un par semaine.

Merci de m'avoir lu et bonne journée/soirée.

À bientôt :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.