S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Nox par jukava

[2 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Un immense merci à la fabulosifiante Alena qui ne perd pas courage malgré mon incapacité à coordonner les temps ♥
New-York – Central Park – 17 juillet 2024

Allongée au pied d’un arbre, Hermione observait le ballet des feuilles qui ondulaient sous la brise légère. Après un mois de juin absolument étouffant, les new-yorkais accueillaient avec bonheur quelques jours de répit grâce au zéphyr qui rafraichissait la ville.

- « Je ne sais pas comment tu supportes de rester là sans rien faire. » soupira Darcy qui était adossée à l’arbre, non loin d’Hermione.

- « Je profite des plaisirs simples. » lui répondit immédiatement la jeune sorcière, ce qui ne manqua pas de faire lever les yeux au ciel à son amie.

- « Mais je m’ennuie… » râla Darcy en allongeant volontairement le i et en faisant une moue boudeuse.

Hermione ne put retenir un petit rire. Darcy avait cette façon d’être parfois un peu capricieuse voire un peu agaçante, mais toujours avec une telle candeur et sincérité, qu’il était impossible d’être réellement fâchée contre elle.

- « Qu’est-ce que tu veux faire ? » demanda Hermione qui se doutait de la réponse.

- « On peut aller à Mayflower ?* J’ai envie d’une pâtisserie… »

Hermione se redressa lentement, s’étirant paresseusement tel un chat. Elle était en congés et comptait bien en profiter. Se rendre à Mayflower n’était pas dans ses plans, mais elle savait que Darcy adorait y aller. Et Hermione aimait faire plaisir à la jeune scientifique, tout simplement parce qu’elle était une de ses meilleures amies.

Darcy et Hermione s’étaient rencontrées durant ce qui était pour chacune des heures particulièrement sombres : Hermione était en exil au Sanctum Sanctorum de New-York, sous la protection de Wong, loin des siens et surtout sans plus aucun chance d’accéder au Retourneur de Temps et de tenter d’empêcher Thanos de faire disparaître la moitié de la population ; tandis que Darcy était en train de perdre espoir.

Après que ses proches et surtout Jane Foster, sa meilleure amie et mentor, avaient été snapés, elle avait doucement entamé une lente descente vers le dark web. Elle avait mis en pause son doctorat en astrophysique - de toute manière, sans Jane, qui serait là pour valider sa thèse sur les ponts Einstein-Rosen ? – et avait commencé à rechercher tout ce qu’elle pouvait apprendre sur Thanos, son armée et la bataille au Wakanda.

D’une information à l’autre, d’une théorie à un faisceau de présomptions, Darcy avait plongé, regardant en boucle les images de la Bataille de New-York, pour comprendre ce qui s’était réellement produit depuis dix ans…
Elle avait parlé avec Thor, mais, rongé par la culpabilité, il noyait sa douleur dans l’alcool et n’était pas toujours cohérent. Mais grâce à lui, elle avait eu connaissance de ce qui demeurait caché au grand public : le rôle des pierres d’Infinité, ce qui avait été tenté sur Vision, mais aussi l’existence de la Seiðr. Cette femme mystérieuse qui avait été vue luttant avec des sortes de rayons lumineux contre les Chitauris durant la Bataille de New-York et qui semblait avoir disparu.
Darcy s’était enfoncée plus profondément encore dans ses folles recherches, utilisant ses connaissances en informatique et tout ce qu’elle apprenait sur le dark web pour espionner le gouvernement, le SHIELD, le SWORD et même Damage Control.

C’est ainsi qu’elle avait découvert la vérité sur les Accords de Sokovia et ce que les médias avaient appelé « la fuite de Steve Rogers et des autres traîtres ». Elle avait retrouvé des retranscriptions partielles, et avait compris la réalité de ce qui avait divisé les Avengers.
A ce moment-là, sa réaction avait été de vouer une haine féroce à Tony Stark et au SHIELD qu’elle rendait responsables du malheur qui s’était abattu sur le monde. Elle aurait tout fait pour se venger d’eux.

Comme si le destin avait voulu la sauver de sa propre colère, c’était à ce moment-là qu’Hermione était venue la voir pour lui demander son aide.

Darcy ne la connaissait pas, mais pourtant, Hermione, elle, savait qui elle était. Parce que dans une autre réalité, désormais révolue, Darcy avait donné au patron d’Hermione des informations qui avaient permis de sauver la vie de Captain America et Bucky Barnes durant la Bataille de New-York.

Durant quelques instants, la jeune scientifique avait serré dans son poing son fidèle taser et avait été à deux doigts d’en donner un avant-goût à Hermione. Mais peu à peu, en écoutant les récits détaillés des aventures temporelles de l’autre femme, Darcy avait commencé à voir s’imbriquer les pièces du puzzle devant elle : Hermione était la Seiðr et tout ce dont elle venait de lui parler était vrai.

Une fois que Darcy avait été convaincue de la véracité de ses propos, Hermione lui avait expliqué pour quelles raisons elle avait fait appel à elle : elle avait enfreint les ordres en effectuant son dernier voyage dans le temps et participé à la Bataille de New-York ; aussi son patron voulait la virer et lui effacer la mémoire.
Pour une raison qui échappait un peu à Darcy, Hermione était certaine que si elle parvenait à supprimer toutes les informations qui étaient recensées sur la Seiðr au sein de toutes les bases de données du monde, elle parviendrait à plaider sa cause auprès de son ex-Directeur ou de son Ministre.

Evidemment Darcy n’avait pas les connaissances suffisantes pour effectuer un piratage d’une telle ampleur et modifier ainsi des milliers de bases de données, mais suite à des nombreuses plongées dans le dark web, elle possédait les contacts nécessaires…
Darcy avait su que c’était tout à fait le genre de projet qui intéressait Everyone. Le groupe de hackers anonymes était défini par un crédo simple : emmerder le gouvernement, exposer les mensonges et gagner de l’argent au passage.

Heureusement pour elle, Hermione ne manquait pas de moyens financiers.

Il avait fallu plusieurs mois pour qu’Everyone se laisse convaincre par Hermione, qui altérait ses traits pour apparaître comme étant la Seiðr. Elle n’avait pas hésité à leur mentir, leur disant qu’elle était en réalité une victime d’expérimentations gouvernementales et qu’elle souhaitait vivre cachée. Loin des mauvais souvenirs de son passé.
Ni Hermione ni Darcy n’aurait su dire si Everyone avait gobé le mensonge ou s’il était tout simplement attiré par l’ampleur immense de la demande d’Hermione – et le salaire mirobolant qu’il demandait en retour.
Mais après qu’Hermione se fut délestée d’une quantité d’or qui faillit faire défaillir le pauvre cœur de Darcy, Everyone travailla durant des semaines. Puis un jour, alors que les deux jeunes femmes buvaient un thé tranquillement dans une petite échoppe de Brooklyn, Darcy avait reçu un message sur son téléphone, en provenance d’un numéro masqué qui disait simplement : « Mission complete, E. ».
Sans qu’aucune d’elles ne comprenne comment il avait opéré, Everyone avait fait disparaitre tout ce qui existait à travers le monde sur celle que l’on appelait la Seiðr. Les bases de données qu’elles fussent officielles, officieuses, publiques ou privées avaient été complétement passées au crible. Il ne restait plus aucune trace d’elle.

Après cela, c’était une Hermione armée d’une confiance toute nouvelle qui avait déposé un recours devant l’ICW pour que l’instance arbitre une décision quant à sa situation, faisant appel de son licenciement.
Après plusieurs semaines d’auditions et de procès, Hermione avait obtenu ce qui lui semblait une sentence dure mais pas aussi inique que celle de Croaker : elle était mise à la retraite d’office avec interdiction de travailler pour n’importe quel ministère ou organisation internationale qu’elle soit magique ou moldue.

C’était étrange pour une jeune femme de 33 ans de se retrouver ainsi, à la retraite et avec une très nette limitation sur ses futurs projets professionnels, mais c’était le seul moyen pour qu’elle fût autorisée à quitter le Département des Mystères sans que sa mémoire soit effacée, alors elle l’avait acceptée.

Bien évidemment, la presse et particulièrement le Daily Prophet l’avaient vilipandée, l’accusant de tourner le dos à son pays, de trahison et de tout un tas d’autres choses dont Hermione se fichait complètement. Cela faisait longtemps que Skeeter et ceux de son acabit n’avaient plus de prise sur elle. Les seules personnes dont elle se souciait étaient Harry, Ginny et les Weasley.

Même si aucun d’entre eux ne comprenait pourquoi Hermione avait pris de tels risques et utilisé un artefact instable pour mener une mission à la place de son supérieur, les Weasley-Potter avaient serré immédiatement les rangs auprès d’Hermione. Evidemment, le fait qu’elle ne puisse rien leur expliquer n’avait pas facilité les choses, mais Hermione avait une alliée aussi inattendue qu’inébranlable à ses côtés : Molly Weasley.
Il avait fallu un regard à la matriarche pour comprendre que tout cela était lié à l’âme sœur d’Hermione et si par le passé, elle avait pu se laisser embrouiller l’esprit par les mensonges de Skeeter, cette époque était plus que révolue.

Evidemment entre le moment où Croaker l’avait licenciée et son procès, Harry n’avait cessé d’intercéder en la faveur de celle qu’il considérait comme sa sœur. Il avait tenté d’intervenir auprès de Croaker, Kingsley et du Magenmagot, mais même son aura de Sauveur du Monde Sorcier ne pouvait complètement atténuer la gravité des faits reprochés à Hermione.
Il avait tout de même réussi à obtenir la suspension du mandat d’arrêt international qui avait failli être émis à l’encontre de son amie, en rappelant qu’Hermione avait été emmenée contre son gré à New-York, auprès du Sorcier Suprême et qu’il valait mieux trouver une voie diplomatique plutôt qu’un conflit ouvert entre le Ministère de la Magie Britannique, le MACUSA et les Maîtres des Arts Mystiques.

Après son procès devant l’ICW, Hermione avait préféré s’installer pour une durée indéterminée à New-York pour étudier les Arts Mystiques, rendant fréquemment visite à ses amis en Angleterre grâce aux portails que Wong pouvait invoquer.
Cela lui avait permis de faire découvrir le monde sorcier à Darcy qui avait aussitôt été conquise. L’amitié de la jeune sorcière avait également incité Darcy à retrouver doucement goût à la vie en lâchant prise sur son amertume, et finalement de reprendre le chemin de l’université.
Au printemps 2023, elle obtint son doctorat summa cum laude, sous les applaudissements de Wong, Hermione et des Weasley-Potter qui l’avaient adoptée.

Après avoir marché un long moment dans Central Park, les deux jeunes femmes arrivèrent devant la statue du Pèlerin qui masquait l’entrée de Mayflower. Hermione tapota gentiment de sa baguette le globe terrestre qui ornait le piédestal du Pèlerin et aussitôt, celui-ci céda sa place à la statue d’un sorcier. Le globe dans la main du magicien tourna à une vitesse folle avant de cesser brusquement et la stèle s’ouvrit, sous les applaudissements de Darcy qui ne put retenir un compliment :

- « Vraiment, vous avez du style pour vos passages secrets. »

Un sourire toujours sur les lèvres, Hermione suivit son amie dans le passage étroit qui semblait s’enfoncer sous le parc et ressortir rapidement dans une rue passante et animée. Immédiatement, Darcy s’empara de la main d’Hermione et l’attira à sa suite vers l’Auberge du Nouveau Monde, l’établissement d’Oswald Kowalski, le petit fils des célèbres Jacob et Queenie Kowalski.

Profitant de la fraîcheur de la rue, tempérée en permanence par des enchantements météorologiques, les deux jeunes femmes y restèrent un long moment, se régalant de pączkis, la spécialité de la maison et de sodas de Branchiflore, qui les firent rire comme des idiotes, mais qu’elles adoraient toutes les deux.

Alors que le soleil commençait à décroitre, les deux jeunes femmes prirent tranquillement le chemin du métro pour se rendre chez Hermione. Darcy s’était donné pour mission de mettre à jour la culture américaine d’Hermione en lui faisant regarder les films qu’elle considérait être des incontournables.
La jeune sorcière, dont les parents avaient toujours préféré les livres aux écrans, se laissait faire avec plaisir, ayant même franchement apprécié les trois films de la saga Star Wars (Darcy lui avait expliqué que les autres ne comptaient pas et qu’il fallait les éviter).

- « Bon, tu te sens de quelle humeur ce soir ? » demanda Darcy alors que le métro les entrainait à toute vitesse sous la ville. « Film romantique, action, science-fiction ? »

Hermione haussa les épaules. Si elle était franche avec Darcy, elle lui aurait dit qu’elle aurait plus eu envie d’un bon livre, mais il était impossible de faire dévier la jeune scientifique quand elle avait une idée en tête.

- « Peut-être romantique, mais pas un triste… Quelque chose qui ait une fin heureuse. » répondit-elle.

- « Ok, donc ce ne sera pas The Time Traveler's Wife… » marmonna Darcy, visiblement en pleine réflexion. « Je proposerais bien Orgueil et Préjugés, mais tu dois l’avoir lu vingt fois… » A la petite grimace que lui fit son amie pour toute réponse, elle sut qu’elle avait sous-estimé le nombre de lectures.

Darcy resta muette un long moment – quelque chose de relativement exceptionnel pour elle – et soudain s’exclama :

- « Je sais : Crazy, Stupid, Love !» Hermione la fixa quelques instants, visiblement perplexe, aussi Darcy s’expliqua : « Plusieurs histoires qui s’entremêlent, ça finit bien et surtout il y a Ryan Gosling torse nu. » Visiblement fière de son dernier argument, elle croisa les bras, faisant inconsciemment ressortir sa généreuse poitrine.

Le sourire qu’Hermione était en train de lui adresser se fana soudain quand deux hommes s’approchèrent d’elles, leurs intentions claires rien qu’à leur démarche de conquérant.

- « Enchanté mesdemoiselles. » Darcy leva les yeux au ciel tandis qu’Hermione fixait ses pieds pour ne pas rire. « Je m’appelle Elliot et lui c’est mon pote Andrew. » déclara l’un des deux types en venant se planter tout près d’elles. « Et vous êtes ? »

- « Pas intéressées. » lâcha aussitôt Darcy en soupirant.

- « Hey miss, pas la peine d’être aussi agressive. » plaida le second. « On veut juste vous inviter à boire un verre. »

Hermione avisa Darcy qui mettait la main dans son sac à main et elle posa la main sur son bras.

- « Ce n’est peut-être pas la peine de leur présenter Taz. » intercéda-t-elle. Puis se tournant vers les deux hommes, elle ajouta : « Je suis sûre qu’ils ont compris et qu’ils vont aller voir ailleurs, n’est-ce pas, messieurs ? »

Mais visiblement, ils étaient encore plus stupides qu’Hermione ne l’avait craint. Non seulement, ils n’avaient même pas perçu la menace du taser de Darcy mais encore moins la sincérité des propos de celle-ci.
Hermione soupira. Encore deux gars, plutôt jolis à regarder, qui pensaient que les femmes aimaient paraître comme difficile à atteindre mais qu’ils finiraient par faire changer d’avis grâce à leurs jolis minois.

Heureusement, le métro s’approchait de la station de Franklin Avenue qui n’était qu’à quelques blocs de l’appartement d’Hermione. Ignorant toujours les deux types, les deux amies descendirent et rejoignirent la rue.

Au bout de quelques dizaines de mètres, elles constatèrent avec agacement que les deux hommes les suivaient, Darcy lança un regard à Hermione, l’enjoignant visiblement à utiliser sa magie pour les en dissuader, mais la rue était bondée à cette heure. Les restaurants et les bars du coin étaient pleins de la foule des soirs de semaines : de jeunes actifs qui décompressaient après une longue journée de travail.

S’approchant de son amie pour entremêler leurs bras, Darcy chuchota :

- « Si tu ne veux pas que je sorte Taz et que tu ne veux pas faire ce-que-tu-sais, on fait comment pour décoller ces deux sangsues ? »

- « On passe chercher une pizza chez Vinny’s ? » demanda Hermione avec un sourire complice.

Quelques mètres plus loin, se tenait une toute petite pizzéria familiale dont Hermione était devenue une fidèle cliente. A peine eut-elle passé la porte que le patron la héla, avant de venir la serrer dans ses bras puis de faire de même avec Darcy.

- « Mie bella ragazze ! » les complimenta-t-il. « Que puis-je faire pour vous ce soir ? »

- « Comme toujours Domenico, nous préparer une délicieuse pizza pour une soirée cinéma entre filles. » répondit Darcy avec un grand sourire.

L’homme hocha la tête et se dirigea vers la cuisine, demandant au pizzaïolo de préparer la commande habituelle de ses clientes préférées.

Hermione hasarda un regard dehors et soupira : il semblait qu’enfin les deux énergumènes avaient compris le message et laissé tomber. Elle échangea un regard complice avec Darcy. C’était loin d’être la première fois qu’elles se faisaient ainsi aborder et si Darcy était toujours prompte à vouloir régler les choses à coup de taser, Hermione avait tendance à préférer la manière douce.

Une pizza dans les mains, une bouteille de chianti « Cadeau de la maison ! » dans l’autre, Darcy et Hermione se dirigèrent vers l’appartement de cette dernière pour enfin pouvoir se détendre en regardant le film promis.

Alors qu’elle agitait sa baguette devant sa porte pour en défaire les sortilèges de protection qu’elle mettait en place dès qu’elle sortait de chez elle, Hermione fronça les sourcils. Elle avait l’impression que quelqu’un s’était introduit chez elle. Quelqu’un qui y était autorisé.

Cela réduisait la liste des suspects à : Bucky, Wong, Sam, Darcy et évidemment sa famille en Angleterre. Sauf que les Weasley-Potter étaient attendus la semaine suivante, ses parents ne seraient jamais venus à l’improviste et Darcy avait été avec elle toute la journée… Si elle ajoutait à cela le fait que Sam et Bucky étaient en mission Merlin seul savait où pour au moins encore une semaine, il ne restait plus qu’un choix : Wong.

- « Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demanda Darcy en sentant l’hésitation de son amie.

- « Je pense que notre soirée entre filles va s’élargir d’un Sorcier Suprême... » répondit Hermione en entrouvrant la porte.

- « Wong ? Super ! Il adore les rom-com. » s’enthousiasma Darcy tandis qu’Hermione poussait la porte et pénétrait dans l’appartement.

Mais alors qu’elle s’était attendue à trouver Wong en train de lire sur son canapé comme cela était déjà arrivé de nombreuses fois, Hermione découvrit son appartement, nimbé de la lueur de dizaines de bougies et où Bucky faisait les cent pas devant la table basse.

- « Buck ? » s’étonna-t-elle, ne comprenant rien à la situation.

Derrière elle, la jeune sorcière entendit Darcy hoqueter de surprise, puis immédiatement, sur un ton presque timide qu’Hermione lui avait rarement entendu, elle souffla :

- « Oh merde ! Faites comme si je n’étais pas là. » Elle posa la pizza sur le sol non loin de la porte, ôta des mains d’une Hermione complètement hébétée la bouteille de chianti et ajouta : « Je ne suis déjà plus là d’ailleurs. » avant de s’éclipser.

Hermione fixait Bucky qui s’était figé lorsqu’elle avait passé la porte. Il portait un pantalon noir et une chemise habillée et elle eut soudain l’impression d’avoir oublié quelque chose.

L’anniversaire de Bucky était en mars, le sien en septembre et ils fêteraient leur première année en tant que couple début décembre… Elle ne comprenait rien.

Doucement, comprenant visiblement qu’elle ne parvenait pas à lire la situation, Bucky s’approcha et lui tendit la main, l’attirant avec lui vers le salon. Il fit gentiment pivoter Hermione et l’aida à s’asseoir sur la table basse avant de poser un genou à terre, leurs visages désormais à la même hauteur.

Bucky lut dans l’expression de son aimée l’instant exact où elle comprit ses intentions, elle pâlit visiblement. Elle leva ensuite une main incertaine et du bout des doigts, effleura sa clavicule droite, l’endroit qui la désignait comme l’âme sœur de Bucky.

Bucky lui sourit et prit son autre main entre les siennes.

Il avait répété mille fois ce qu’il voulait dire, mais alors qu’il fixait les prunelles brunes d’Hermione, tout sembla s’être envolé en fumée.

Il ferma les yeux un instant et laissa les souvenirs lui revenir. Steve et lui faisant les quatre-cents coups à Brooklyn. Son enrôlement, la guerre. Et surtout sa première rencontre avec Hermione, dans l’hiver glacé des Alpes autrichiennes. Leur seconde rencontre, où elle avait dévoilé qui elle était vraiment. Puis la Valkyrie que Steve et lui avaient choisi de plonger dans la glace pour épargner la population. Son retour à la vie en 2011. La Bataille de New-York. La première fois qu’il s’était avoué qu’il avait un faible pour elle et surtout leur premier baiser.
Puis il avait été snapé et était revenu à la vie en pleine bataille, incertain, encore une fois, de ce que serait le sort du monde. Mais elle avait tenu parole.
Lorsque les choses s’étaient calmées, après les obsèques de Stark, le départ de Steve dans le passé et le reste, Hermione était venue retrouver Bucky, comme elle le lui avait promis.
Leur relation ne s’était pas immédiatement renouée. Il s’était écoulé plus de dix ans pour lui, dont cinq durant lesquels il avait été considéré comme mort et pour Hermione, une seule année, mais ô combien éprouvante. Il aurait été inconvenant pour Bucky de reprendre les évènements là où ils s’étaient arrêtés pour lui, sans prendre en compte les souhaits d’Hermione.

Alors, ils avaient pris le temps de refaire connaissance. Bucky avait compris à quel point elle avait raison quand elle avait parlé de quelque chose de bien plus grand qu’eux : le Blip, la victoire contre Thanos était immense à l’aune de ce que les vies de Bucky ou Steve avaient pu représenter.
Même si Hermione ne pouvait pas révéler exactement en quoi consistait son ancien travail – qu’elle avait perdu à cause de sa dernière mission – Bucky en savait assez pour comprendre que cela visait à vaincre Thanos et il ne lui en fallait pas plus.
Après que Bucky eut évoqué le fait que Steve avait préféré retrouver Peggy dans le passé, Hermione lui avait demandé s’il ne souhaitait pas faire de même, retourner vivre dans l’époque qui aurait dû être la sienne si les évènements s’étaient déroulés autrement.

Mais il l’avait vite détrompée, pour lui, c’était ici qu’était sa place, avec elle. Alors qu’il avait pensé que ses paroles toucheraient la jeune femme et lui permettraient de comprendre la sincérité des sentiments qu’il avait pour elle, Hermione avait éclaté en sanglots.

Immédiatement, Bucky l’avait prise dans ses bras, se repaissant de la douce odeur de ses cheveux. C’était alors que, rongée par la culpabilité de lui avoir cachée jusqu’alors, Hermione lui avait parlé de leurs marques.

Après la mission d’Hermione en 2012 et ses conseils sibyllins sur un nouveau miroir et le livre de runes qu’elle lui avait laissé, Bucky avait fini par découvrir les quelques runes qui couraient le long de ses côtes. Mais naïvement, il avait pensé que c’était une sorte d’enchantement qu’Hermione avait déposé sur lui, pour le protéger.

Mais lorsqu’elle lui avait avoué que ces marques indiquaient qu’ils étaient âmes sœurs, Bucky n’avait pu s’empêcher de paniquer. Heureusement, Hermione avait eu plus de temps que lui pour se faire à l’idée et avait gardé la tête froide.
Elle lui avait détaillé chaque information qu’elle avait pu dénicher : la rareté de ce phénomène, le fait qu’il n’y ait de mémoire de sorcier pas d’âmes sœurs sorciers/moldu recensées, et surtout, ce qu’elle avait trouvé récemment à Kamar Taj : que des âmes sœurs pouvaient également avoir des relations platoniques. Il se souvenait que le rouge était monté aux joues de la jeune femme quand elle lui avait expliqué que les relations charnelles n’étaient en aucun cas une obligation.

Ils avaient cessé de se voir durant quelques temps après cela. Bucky avait eu besoin de digérer l’information et les Flagsmashers avaient menacé le fragile équilibre mondial. Sans compter sur ce crétin de John Walker qui s’était pris pour Captain America.

Mais après une longue introspection, Bucky avait réalisé que rien de ce que lui avait dit Hermione n’avait d’impact sur ce qu’il ressentait. Il aimait parler avec elle, passer du temps ensemble, lui faire découvrir New-York et… Et l’envie d’embrasser à nouveau ses lèvres si douces l’avait saisi tant de fois qu’il en avait perdu le compte.

Il s’en souvenait comme si c’était hier, il s’était simplement présenté chez elle, complètement à l’improviste, espérant qu’elle ne lui en voudrait pas de son long silence.
Elle avait ouvert la porte, emmitouflée dans une robe de chambre, le nez visiblement rougi par des larmes mais avait prié Bucky d’entrer.
Sur les conseils de Darcy, elle regardait LaLaLand, lorsque Bucky avait frappé. Elle en était à ce passage où les personnages avaient compris que leur vie aurait pu être heureuse ensemble, mais qu’ils auraient dû sacrifier leurs rêves pour cela.

Elle avait dit cela d’une telle manière que Bucky avait eu l’impression qu’elle parlait d’eux et non pas de Sebastian et Mia, les personnages.

Si jamais il avait encore eu des doutes sur ce qu’il ressentait pour Hermione à cet instant, tout s’était envolé. Il avait pris le visage de la jeune femme entre ses mains et doucement, avait abaissé ses lèvres sur les siennes.

Revenant au présent et à Hermione dont l’agitation semblait croître à chaque seconde qui passait, Bucky sortit de sa poche une petite boîte de velours qu’il ouvrit doucement, découvrant la bague de fiançailles qui avait appartenu à sa mère.

Il vit le regard d’Hermione s’embuer alors qu’elle secouait la tête comme pour signifier que ce n’était pas possible. Il connaissait parfaitement les doutes d’Hermione, elle s’en était ouverte à plusieurs reprises mais semblait demeurer sourde à toutes les tentatives de Bucky pour la rassurer.

- « Je sais que tu penses que tout va trop vite. » concéda Bucky en essuyant une larme qui avait coulé de l’œil de la jeune femme. « Et on peut avoir des fiançailles aussi longues que tu le souhaites, je m’en fiche. » Elle lui fit un faible sourire et ce fut tout l’encouragement dont Bucky avait besoin pour poursuivre : « Je connais tes réticences par cœur et je vais y répondre, pour ce que j’espère sera la dernière fois : Non, je ne confonds pas amour et reconnaissance. Si je tombais amoureux de tous ceux qui m’ont sauvé la vie, j’aurais sûrement épousé Steve en novembre 43. » Cela arracha un petit rire à Hermione, qui mit du baume au cœur de Bucky. « Je ne t’aime pas non plus parce que tu as cette marque en haut-elfique et que j’ai des runes dans le dos. Ces signes sont là c’est un fait, mais c’est toi que j’aime, pas quelques mots inventés par Tolkien. » Il sortit la bague de l’écrin et l’approcha de la main gauche d’Hermione et murmura : « Je t’aime parce que tu es toi. Et parce que je ne veux pas vivre sans toi. » Leurs lèvres à quelques millimètres les unes des autres, il murmura : « Tu veux bien m’épouser ? »

La gorge serrée de sanglots, Hermione ne put que hocher la tête avant d’embrasser Bucky avec ferveur. Elle savait au fond d’elle qu’elle ne serait jamais capable d’éprouver pour quiconque ce qu’elle ressentait pour Bucky, mais elle n’avait pas voulu qu’il se sente piégé dans leur relation ou pire qu’il se croit redevable parce qu’elle lui avait sauvé la vie.
En seulement quelques phrases, il avait jeté aux orties toutes les craintes qui rongeaient encore Hermione.

Interrompant leur baiser quelques instants, elle prit une inspiration saccadée et répondit :

- « Je t’aime plus que je ne saurais le dire. Oui. Mille fois oui. »

Elle sentit Bucky glisser la bague à son doigt et aussitôt la serrer contre lui avant de se lever, l’entrainant avec lui et la portant comme si elle était légère comme une plume.
Ignorant la pizza désormais froide qui traînait près de la porte d’entrée, Bucky prit la direction de la chambre, bien décidé à célébrer leurs fiançailles de la manière la plus agréable qui soit. Alors qu’ils s’apprêtaient à franchir la porte, Hermione eut soudain un éclair de lucidité, et demanda :

- « Les bougies sont ensorcelées ? »

- « Non. » répondit Bucky avec une grimace. Il n’avait pas exactement l’intention de déclencher un incendie dans l’appartement de sa fiancée.

Avec un sourire, Hermione sortit sa baguette et en faisant un petit geste du poignet dit :

- « Nox. »

Toutes les bougies s’éteignirent, ne laissant dans l’appartement que la lumière de la rue qui filtrait faiblement par les fenêtres.
Bucky sourit dans la pénombre. Décidément, il adorait être tombé amoureux d’une sorcière.

Note de fin de chapitre :

*Everyone est un collectif de hackers/activistes dont j’ai emprunté le nom à la série « Elementary » mais dont j'ai changé le mode de fonctionnement (Everyone se fait rémunérer en videos où il humilie Sherlock :D)

*le quartier sorcier de Mayflower, son emplacement, la façon d’y entrer et la pâtisserie des Kowalski ont entièrement été empruntés avec son autorisation à Sifoell.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.