S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News


Bonjour à tous et à toutes,

Les modératrices d'HPFanfiction vous informent que la liste de personnages a été étoffée de deux noms :

- Isla Black

- Personnage mystère, si vous voulez maintenir l'identité de votre personnage secrète jusqu'à la fin !

 

 


De L'équipe de modération d'HPFanfiction le 17/05/2023 17:11


131ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 131e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 19 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De L'équipe des Nuits le 02/05/2023 19:01


Sélections du mois


Félicitations à AlbusDumbledore, Amnesie et Samantha Black qui remportent la Sélection CrossOver !

Pour le mois de avril, venez lire la Sélection Concours HPF ! Vous pouvez découvrir onze histoires courtes, écrites dans le cadre des concours du forum, et voter jusqu'au 30 avril ici.

Qui veut lire sur Susan Bones, sur Gwendoline la Fantasque, sur Charlie Weasley, sur la Tante Muriel... ? Qui veut lire sur tous les Personnages secondaires et tertiaires de la saga ? La sélection du mois de mai ! Vous avez jusqu'au 30 avril pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 11/04/2023 11:47


Concours : Univers Alternatifs en folie !


Comment imaginez-vous Harry Potter dans l'univers des pirates ? ou dans un jeu de téléréalité ?

Fleur d'épine vous propose un nouveau concours "Univers alternatifs en folie" afin de répondre à ces questions. Vous aurez le choix entre plusieurs catégories d'univers alternatifs : Mafia AU, Pirates AU, Singer AU, University AU, TV Réalité AU et Fandom AU. Vous pourrez ensuite proposer un (ou plusieurs) texte(s) jusqu'au dimanche 26 juin à 23h59 . N'hésitez pas aller sur le topic du forum pour toutes informations supplémentaires ici.
A très bientôt !

De le 28/03/2023 18:47


Sélections du mois


Félicitations à Labige, Polock et Tiiki qui remportent la Sélection Hermione Granger !

Pour le mois de mars, venez lire la Sélection CrossOver ! Vous pouvez découvrir ces huit histoires et voter jusqu'au 31 mars ici.

Vous ne jurez que par HPF pour lire et écrire ? Venez en avril vous régaler avec une sélection de productions hpfiennes issues de nos Concours ! Vous avez jusqu'au 31 mars pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 14/03/2023 18:30


Sélections du mois


Félicitations à Tiiki et MissCitron, qui remportent la Sélection Remus Lupin !

Pour le mois de février, venez lire la Sélection Hermione Granger ! Vous pouvez découvrir ces huit histoires et voter jusqu'au 28 février ici.

Vous aimez trop de fandoms et ne savez où donner de la tête ? Pas de panique, le mois de mars vous permettra de lire sur deux fandoms pour le prix d’une histoire avec la Sélection CrossOver ! Vous avez jusqu'au 31 mars pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 14/02/2023 10:52


Et j'ai saisi cette main tendue par Cari

[1 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Warning : Violence physique en début de chapitre

 

Il était prostré sous la table, recroquevillé comme un petit enfant les mains sur les oreilles.

La scène qui se déroulait sous ses yeux lui semblait irréelle, les mensonges avaient éclaté au grand jour et la lueur aveuglante de la vérité lui déchirait les yeux.

Ils lui avaient menti et lui... avait toujours été son bouclier ; sa douleur et sa souffrance cachées derrière son éternel masque d'indifférence. Ce dernier c'était finalement brisé après moult doloris qu'il encaissait jusqu'alors en ne laissant rien paraître. Il y avait des larmes, du sang et des gémissements qui sortaient de cette grande silhouette gisant sur le tapis.

Courageusement, ne supportant plus cette ambiance malsaine, cette ombre clouée au sol, il s'extirpa de son refuge, se leva et s'interposa face à ses bourreaux. Les mains moites, la voix rauque et la gorge nouée, il supplia pour que les sévices cessent.

Son souhait fut exaucé et un calme aussi inquiétant que celui régnant avant une tempête envahit la pièce. Même les sanglots du supplicié avaient disparu.

Il s'agissait là seulement d'une douce et cruelle illusion. Lentement, la baguette du bourreau se releva et un bref instant il croisa son regard - prunelle de jade contre prunelle anthracite - avant de recevoir ce sort impardonnable.

La douleur envahit chaque cellule de son corps, insupportable et insoutenable, il tenta d'y rester stoïque comme lui le faisait mais il n'y arriva pas longtemps, son visage se crispa, ses genoux tremblèrent puis ployèrent sous son faible poids avant de se retrouver brutalement au sol, les larmes dévalant ses joues et son corps secoué de spasmes.

Jamais il n'avait eu si mal de sa vie.

Il entendit un « non ! » étouffé derrière lui, la grande silhouette se dépliant péniblement, chancelante.

Les bourreaux furent surpris et la douleur cessa.

Il entendit le bruit d'un bois qu'on brise puis que l'on jette au loin.

Il se relevât puis s'assit péniblement et se retrouva devant une main tendue.

Il régnait un silence lourd. Il savait que s'il choisissait de saisir cette main tendue, il ne pourrait plus repartir en arrière, il ne pourrait plus choisir la facilité et devra faire face aux conséquences de ses actes... et vivre avec.

Il allait devoir choisir entre son devoir guidé par sa raison et son intelligence ou par son cœur guidé par l'inconscient et la peur de le perdre lui.

Avait-il réellement envie de revivre dans le mensonge ? De faire comme si rien ne s'était passé ? De fermer les yeux en se bouchant les oreilles ?

« Ce qui a été vu ne peut être oublié » pense a-t-il.

Il devait choisir entre sa famille et... sa famille.

En cet instant présent ou tout pouvait basculer et changer de manière irrémédiable, a qui faisait-il réellement et sincèrement confiance ?

En eux ou en lui ?

Il se retrouva brusquement sur ses deux pieds et fut immédiatement traîné vers la porte d'entrée puis vers la rue. La main qui serrait la sienne le faisait avec poigne malgré le tremblement de ses doigts, elle lui faisait un peu mal.

Ils étaient dehors, courant à toute vitesse sous la pluie battante, trébuchant, glissant parfois. Le but étant de s'éloigner au plus vite de cette maison de l'horreur.

Pour lui ce fut si rapide et en même temps il voyait la scène comme au ralenti : il lui agrippait la main, le regard surpris de ses parents, de son frère, les sorts qui fusaient touchant toujours son frère (mais jamais lui), ses mêmes parents vociférant, hurlants et les poursuivant un instant puis abandonnant la course. Abandonnant tout espoir. Abandonnant leurs fils, leurs héritiers et donc leur avenir.

L'avenir de leur famille venait brusquement de s'écrouler en emportant tout sur son passage : leurs allégeances, leur légitimité, leur autorité, leurs idéaux, leur aspiration, leur statut social ainsi que leur réputation sociale. En un mot : tout venait de s'effondrer tel un château de carte.

Ils allaient se battre pour récupérer celui qui devait redorer le blason familial.

Les deux jeunes gens coururent ce qui lui sembla une éternité, parcourant une distance qui lui sembla sans fin avant de ralentir et de s'arrêter, son aîné lui empruntant sa baguette et réalisant un drôle de salut avec.

Les vociférations étaient revenues, elles se rapprochaient, quand un drôle de bus violet à double impériale se matérialisa non loin d'eux, en manquant de massacrer le mobilier urbain.

Il était exténué, son souffle était erratique et il avait un point de côté.

Et comment lui, si mal en point, pouvait-il encore avoir cette force et cette énergie alors qu'il s'était évanoui sous la douleur un moment plus tôt.

Il sentit son frère se raidir quand il les repérât : ils n'étaient plus qu'à quelques mètres.

- Bienvenue dans le...

Le contrôleur n'eut pas le temps de finir sa phrase que son grand frère le poussa à l'intérieur et le suivi. Il précisa qu'il n'y avait qu'eux deux en suppliant de fermer rapidement les portes.

Ses oreilles bourdonnaient tellement avec sa course folle qu'il n'entendit même pas l'adresse donnée par son frère. Ledit frère paya en sortant des pièces cachées dans la doublure de sa veste en cuir élimée, tout en surveillant les silhouettes qui gesticulaient au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient tous les deux. Il les perdu de vue au moment où le Magicobus disparu dans un bruit sonore avant de reprendre son itinéraire sur une paisible route qui serpentait au travers d'une forêt.

Le contrôleur semblait âgé, bien qu'il les lorgnât du coin de l'œil, il ne dit rien, s'installa dans un siège et déplia la Gazette du sorcier. Il ne leur adressa la parole que pour dire qu'ils atteindraient leur destination dans environs deux heures, le bus étant plutôt plein.

- Il fait beau, les gens en profitent pour voyager, marmonna-t-il dans sa moustache grise, avant de se replonger dans sa lecture. 

C'était assez ironique à entendre au vu de la pluie qui s'était abattue sur Londres mais il s'agissait en réalité d'une masse orageuse qui ne faisait que rincer la Grande Bretagne, entre deux vagues de chaleur. Depuis le début du mois de juin, il avait fait exceptionnellement chaud.

"Enfin, je l'ai extirpé de là !" songeât le plus âgé tout en essayant de s'installer confortablement, ce qui s'avéra impossible au vu de la douleur qu'il ressentait. "Ils n'y sont vraiment pas allés de main morte, ce coup-ci.  Je douille sévère là ! Mais je ne dois rien lui montrer pour ne pas l'inquiéter"

Le bus fit une incroyable embardée qui accentua sa souffrance. Ses plaies à vif ne supporteraient pas un tel traitement bien longtemps.

Il rendit sa baguette à son jeune frère. Celui-ci la repris sans dire un mot. Soudain l’expression d’indifférence neutre qu'arborait habituellement son visage se durcit considérablement alors qu'il contemplait sa baguette. Son regard de jade vira au vert de gris orageux et, dans un accès de fureur inhabituel et incontrôlé, jeta son catalyseur par la fenêtre en hurlant :

- Famille de merde ! Je VOUS DÉTESTE ! JE NE VEUX PLUS RIEN AVOIR AFFAIRE AVEC VOUS !

Son geste semblait l'avoir calmé. Son acolyte en était étonné : des deux, c'était lui, le colérique.

Son vis à vis se rassis sans croiser son regard puis se mura dans le silence. Lui s’abîma dans la contemplation du paysage qui défilait au gré des détonations et des changements de paysages du véhicule magique. C'est ainsi qu'il reconnut un paysage de plus en plus familier : ils arrivaient dans le Pays de Galles.

Le contrôleur leur fit signe que c'était leur tour. Le bus magique les déposât à quelques encablures de leur destination.

Des trombes d'eau s'abattaient sur eux. La pluie londonienne n'était rien comparée au déluge qu'ils subissaient. 

Le plus âgé se mit en marche, attrapant la main du plus jeune au passage, longeant un mur d'enceinte assez élevé, essayant de masquer ses difficultés grandissantes pour avancer et le cadet le suivi machinalement, jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent devant le portique une grille noire ouvragée.

Ils se trouvaient devant un élégant manoir d'où filtrait une lueur chaleureuse au-delà des vitraux. 

Ils étaient tous deux trempés, glacés et douloureux. Sans lâcher sa main et en lui souriant, la grande ombre poussa le portail et s'engagea dans l'allée bordée d'arbres avant d'utiliser le lourd heurtoir fixé à la porte.

Cette dernière s'ouvrit sur une petite femme replète et souriante :

- Entrez, dit-elle simplement en ouvrant la porte et en s'effaçant pour les laisser passer.

Ils pénétrèrent dans un vestibule agréablement décoré et empli d'une chaleur salvatrice.

Le plus jeune n'en revenait pas !

Il l'avait fait !

Instinctivement, il avait saisi cette main tremblante et croisé ce regard gris où subsistait une lueur d'espoir.

Ils l'avaient fait !

Regulus Black avait saisi la main de son aîné, Sirius Black, et fuit sa famille dysfonctionnelle.

 

 

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.