S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Elle veille sur ton chez-toi par PititeCitrouille

[2 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Amie lectrice, ami lecteur,

Ce texte a été rédigé dans le cadre des prompts lancés par l'équipe de la modération de HPF Fanfiction à l'occasion du Trans HPF Month 2023.

Il répond au prompt n°18 - Nouveau prénom.

Il n'est pas impossible que ce texte soit maladroit dans sa forme. C'est en effet la première fois que j'écris sur un personnage transgenre et je ne me sens du tout légitime. Si jamais vous trouvez quelque chose qui ne convient pas, dites-le moi et je le modifierai.

CW - Pour les plus jeunes d'entre vous, je sais qu'il est très difficile de résister à la pression du groupe ; fumer était largement plus courant et admis dans les années 1980 qu'aujourd'hui, car le grand public connaissait moins les risques sur la santé. Bref, des personnages fument et il ne faut pas croire que c'est quelque chose "à faire lorsqu'on devient adulte".

 

Note de chapitre:

Le chapitre est écrit du point de vue interne de Lily, ce qui explique l'usage des pronoms qui varie au fil du texte.

Parce que ça ne devrait être que ça, pour les autres, d'écouter un coming-out trans : changer les pronoms.

En outre, je n'ai pas beaucoup travaillé le style comme ce peut être le cas pour d'autres de mes textes. Ici, je me suis surtout appliquée à faire mon autocritique.

 

La réunion avait commencé depuis quelques minutes lorsque Lily entra dans le quartier général - une longère moldue, perdue dans la campagne, achetée à dessein par Fleamont Potter.
Elle fit passer devant elle Pandora, qui n'était pas une habituée des lieux. À leurs oreilles parvinrent les tonalités des voix des différents participants.

Lily toqua et entra.
"Ah, les voilà, fit Dumbledore en ouvrant les bras. Vous avez fait bon voyage ?
- Oui, merci Professeur, sourit Lily.
- Bonjour à toutes et tous, enchaîna Pandora.
- Lily et Pandora Lovegood vont vous présenter quelque chose aujourd'hui. Prenez place, vous avez le tableau si vous le souhaitez."

Sirius leva le pouce en l'air lorsque Lily passa devant lui, et James lui pressa brièvement le coude en signe de soutien. Elle posa son sac à dos sur la table, et tandis qu'elle en sortait un petit chaudron emballé dans du papier aluminium, des gobelets et des cuillères, Pandora se présenta.
Sympathisante de l'Ordre du Phénix évidemment, Langue de Plomb, professeur universitaire d'arithmancie et magie ancienne avancée - d'où sa rencontre avec Lily. Elle avait encadré son dernier travail sur le Polynectar. Elles l'avaient fait en pensant, de manière sous-jacente, à une meilleure façon de protéger les membres de l'Ordre lorsqu'ils devaient faire des missions extérieures. Il y avait aussi tout un espace d'arithmétique combinatoire magique à explorer, les avancées scientifiques étaient prometteuses si on persistait dans cette voie avec d'autres potions de métamorphose.

Il s'agissait de la combinaison entre une composante déterministe, la potion Polynectar, et une composante statistique. Cette dernière reposait sur le constat a priori simple : le sexe est, dans la plupart des cas, déterminé génétiquement par un chromosome seul. Un sur quarante-deux, ce n'est pas beaucoup, et encore, tout ce qui est dedans n'est pas forcément utile pour caractériser le sexe. Lily avait travaillé sur une reconstitution dudit chromosome pour le sexe opposé. Elle s'était renseignée pour la biologie du problème, mais pour elle, il avait été largement plus mathématique qu'autre chose.
Et d'ailleurs, on voyait bien qu'il y avait une dimension probabiliste dans son étude, puisque certaines qualités ne passaient pas le filtre du Polynectar. Par exemple, si Lily testait sa potion avec un cheveu de James, elle ressemblait diablement à une version féminine de son mari, mais sans myopie. Pandora avait essayé de son côté le breuvage avec un cheveu de Xenophilius, elle avait conservé la forme de ses propres oreilles.

Lily et Pandora étaient davantage du côté de la théorie ; des collègues avaient appliqué leurs conclusions dans une étude cohorte à l'international, neuf mille personnes recrutées, résultats solides, conclusions approuvées par les pairs. Puis retour en Angleterre où les Langues-de-Plomb avaient muré leurs recherches, hermétiques aux tentatives de censure du gouvernement fasciste, préférant garder le flambeau au prix de leur vie plutôt que de dépraver la science en servant l'obscurantisme.

L'auditoire écoutait, attentif.
Oui, l'idée était excellente, on allait pouvoir dérouter un certain nombre de Mangemorts, pendant un certain temps.
Restaient le problème pratique de la fabrication, excessivement dure - encore plus que celle du Polynectar classique, mais on faisait confiance à Lily, le coût prohibitif des ingrédients, une conservation encore peu optimisée. Il allait falloir utiliser cette nouvelle application de manière raisonnée.
Tout le monde était encore motivé. On aimait participer à l'Ordre mais on aimait aussi rester vivant.

***
"Evans, je peux te poser une question ?"

Lily allait prendre l'air dehors avec Mary et Marlene, ses amies de toujours. Les deux allumèrent une cigarette - Mary pour toujours occuper ses mains et croyant aussi que ça lui coupait la faim, Marlene parce que ça faisait rock, pression sociale pour les deux.
Il y avait du vent et les fumeurs se retrouvaient dans la grange attenante. À cause de l'obscurité, elles n'avaient pas vu Edgar Jones.

"Tiens, prends mon feu, proposa Marlene.
- Merci."

Il alluma sa cigarette. Lily suivait des yeux le point rougeâtre et finit par distinguer la silhouette dans la pénombre.

"Dans ta cohorte, il y avait forcément des personnes intersexes.
- Oui. On a drastiquement simplifié la présentation.
J'ai dû développer mes résultats pour que la potion fonctionne sur toutes les variations sexuelles, gonadiques, chromosomiques et hormonales, sans distinction. C'était une généralisation, au sens mathématique. Le but est de faire de la probabilité pour tendre vers l'autre côté du spectre, et pas de donner un résultat bête et méchant qui se confond avec les définitions normées des mots femme et homme.
D'ailleurs, les résultats sont à peine un peu moins concluants sur les intersexes. 97,4% de régression sur la loi pour eux versus 97,6% de régression sur la loi pour des personnes non-intersexes. Pour moi, ce n'est même pas sûr que ce soit parce qu'ils sont intersexes. C'est juste le tirage statistique, on est dans l'incertitude autour, sur une autre cohorte on serait dedans aussi. Et c'est pour ça que le résultat est toujours présenté avec son incertitude, mais de même, on voulait simplifier... Dans le papier que nous allons publier, on dira qu'on ne peut pas conclure sur une telle distinction.
- Hey, Evans, c'était juste une question. Ne te perds pas dans tes explications, que personne ne comprend, coupa gentiment Edgar."

Marlène rit. Puis il y eut un silence, interrompu par leur souffle, qui exhalait cette odeur écœurante que Lily détestait. Elle était un peu en retrait, le vent balayait pour elle la fumée. Marlene et Mary avaient fait attention à se mettre dans le bon sens - l'amitié dans ses moindres recoins.

"Je t'ai posé la question parce que tu appelles ça Polynectar hermaphrodite et sur le coup, j'ai eu très peur.
- Je ne pensais pas à mal, dit Lily. J'ai préféré mettre ce nom-là plutôt qu'un nom qui se réfère à des identités de genre, parce que je ne trouve pas très aimable de reprendre des termes qui ne m'appartiennent pas pour cette potion.
- Très aimable, en effet, répondit Edgar, sans que Lily ne perçut s'il y avait de l'ironie ou non dans son propos."
Ceci commença à la faire paniquer ; elle était trop perfectionniste pour ne pas laisser passer quelque chose qui aurait pu blesser quelqu'un, même sans le vouloir. Toutefois, Edgar prit les devants pour expliciter son raisonnement.
"Je me moque un peu de toi, Evans, c'est tout. C'est très bien au contraire que tu aies développé cette potion y compris pour les intersexes, qui ne seront donc pas exclus de la protection pour cette lutte. Je trouve ça juste dommage que tu n'en as pas parlé si clairement lors de ta présentation. Mais il y a quelque chose d'évident pour la suite, ça me fait un peu sourire.
- Ah, j'ai compris, enchaîna Marlene. Tu penses à l'après, littéralement.
- Écoute ta collègue, fit Edgar avec un signe de tête.
- La collègue doit y aller. Mission à six heures demain matin. Salut !"

Elle fit un bisou près des lèvres de Mary.
"Je reste encore un peu, dit cette dernière.
- À toute, ma petite ballerine.
- À toute !"

Marlene tapota sa cigarette et transplana.

"Je comprends, dit Lily.
- Pour ?
- Pour le fait que de ne pas parler des personnes intersexes n'avait rien à voir avec le fait de simplifier la présentation. J'aurais en effet pu dire tout simplement ce que je viens te dire, moins l'aspect mathématique.
- Oui, voilà.
- Je ferai un correctif lors de la prochaine réunion."

Edgar hocha la tête.

"C'est la moindre des choses. Personne ne parle des intersexes, ou alors en si mal.
- Même parfois dans les communautés qui se veulent plus ouvertes, pointa Mary timidement.
- Le progrès, c'est d'abord représenter plus souvent, parler plus souvent, acculturer les esprits pour balayer les stéréotypes. C'est le plus dur. C'est dur de faire passer des lois, mais c'est parfois faisable. Mais une loi n'éloigne pas les stéréotypes.
- Quand j'étais petite, mon père disait que les droits que l'on croit acquis ne le sont jamais, et qu'il faut toujours lutter pour les conserver, se souvint Lily.
- Oui, il y a aussi de ça, acquiesça Edgar.
- Mon père ne parlait pas de luttes sociétales, plutôt de luttes sociales, se crut-elle obligée de rectifier.
- J'avais compris, Evans. Il n'y a pas de combat qui soit moins valable qu'un autre. Juste des combats à mener. Même si personnellement je trouverais sympathique, pour ne pas dire poli ou civilisé, qu'on s'entende tous. Une question de respect mutuel, a minima."

Il y a eu un bruissement de vent et Lily plongea son cou dans son gilet. Mary regardait ailleurs, son port de tête altier tourné vers la grange, où la lumière du porche était encore allumée.

"Et ce qui te faisait sourire tout-à-l'heure ? se rappela Lily.
- Je suis moi-même intersexe, d'abord. Et femme trans, ensuite."

À la lumière de cette dernière affirmation, Lily comprit ce à quoi pouvait servir sa potion.

"Je ne te demande pas de me donner ton Polynectar, il y a de quoi faire déjà avec. Mais quand ton papier sera publié et la guerre finie, ça pourrait être une idée comme une autre de ne pas laisser ton travail devenir seulement un moyen de faire progresser les mathématiques magiques. Si tu vois ce que je veux dire.
- Je vois ce que tu veux dire.
- Bien."

Elles commencèrent à se diriger vers le centre de la cour de ferme, là où se trouvait un magnifique puits.


"Si je puis me permettre, tu viens de dire que tu es une femme trans, donc, à moins que je ne m'emmêle les pinceaux... Tu n'es pas vraiment Edgar, si ? demanda Lily.
- Non. Mais j'aime bien être Edgar pour l'Ordre. Je n'ai pas besoin de ton Polynectar pour l’Ordre, je suis déjà couverte ici. Et puis si je crève pour l'Ordre, les Mangemorts n'auront eu qu'Edgar. Mon moi, mon vrai moi, reste chez moi – c’est là où j’aurais besoin de ton Polynectar. On n’est pas tout-à-fait dans le même monde, Evans.
- Personnellement, maintenant que je sais ça de toi, ça me ferait bizarre de ne pas te genrer correctement, dit Mary.
- Garde les anciennes habitudes. En plus, ça m'évite de savoir qui est transphobe dans l'Ordre. Ça ne me prend pas de charge mentale, comme ça. Focus sur l'Ordre. On verra ce qu'il en reste après. Et en plus, comme ma révélation est encore un peu récente - enfin, disons que je n'ai mis que tardivement le bon mot sur ce qui me convenait, je ne sais pas encore quel prénom me sied le mieux. Quitte à avoir le privilège de choisir mon prénom, ajouta-t-elle d'un ton acerbe, autant qu'il me plaise, et colle à ma personnalité. En tout cas, merci pour le test tout-à-l'heure, Evans, franchement ce sera ce qui se fera de mieux en termes de transition."

Elles rejoignirent James et Peter, assis sur la margelle du puits. Ils félicitèrent chaleureusement Lily, James la prit dans ses bras un instant.

"En vérité, je prends toutes les idées de prénoms féminins, ajouta Edgar en aparté en direction de Mary.
- Ton vrai toi est chez toi, tu as dit. Tu connais Hestia, déesse du foyer ? Hestia veille sur toi.
- Non, c'est trop perché. J’ai dit que je réfléchissais à un prénom, je n'ai pas dit que je voulais un prénom qui sonne intelligent et fort capital culturel. Mais toi, tu es une artiste, alors tu ne raisonnes pas comme moi."

Elles sourirent toutes les deux. Mary souffla plus haut la fumée de sa cigarette.

 

***
La mort de Mary, quelques jours plus tard, ne fut que le symptôme du début de la fin, la grande fin. Elle laissa un vide immense dans l'Ordre car elle en était une membre extrêmement investie, l'une des plus jeunes et une personnalité rare, timide mais courageuse, et capable d'abandonner une carrière de danseuse pour se jeter dans la guerre alors sans espoir.

Chacun tenta de faire son deuil à sa manière.

***
En marchant jusqu'au cimetière, elle savait qu'elle était sûre de son choix, de qui elle était, de la façon dont elle voulait qu'on l'appelle.
Sirius était devant le portillon avec James, tous deux l'air harassé, les yeux soulignés de grosses cernes. Ils soutenaient Lily qui pleurait en gros sanglots interminables.
"J'ai toujours su que t'étais pas vraiment Ed d'Edgar mais plutôt Ed d'Edeline, commença Sirius d'une voix étranglée par un fond de tristesse.
- Lui, renchérit James en posant sa main sur l'épaule de Sirius, il a un détecteur à filles, c'est pour ça qu'il dit ça."
Ils se regardèrent tous, avec leur sourire creux et leur rire ravalé et leurs paupières pleines d'abattement. James et Sirius osaient toujours les blagues les plus minables dans les circonstances les plus désolantes. C'était leur arme, en quelque sorte.
"Je prendrai Edeline en deuxième prénom, alors. Ça fera Hestia Edeline Jones.
- Ça claque du tonnerre de Zeus, répondit Sirius.
- C'est elle qui... elle s'arrêta pour fermer les yeux et déglutir. Qui a trouvé... Enfin, proposé..."

James se passa la main dans les cheveux en grimaçant sous l'effet d'une douleur sourde, tandis que les pleurs de Lily repartirent de plus belle.


"Euh... N'hésite pas... Blagues de mauvais goûts... Tu me dis, hein ? tenta Sirius, incapable de parler correctement sous le joug de l'émotion."

Hestia ne put que hocher la tête en réponse.
Sirius n'était pas très tactile, mais elle avait l'air d'avoir besoin de soutien, et James venait de s'effondrer sur l'épaule de Lily. Il osa ouvrir ses bras, invitant Hestia d'un signe de tête. Elle se jeta sur son épaule, incapable plus longtemps de retenir les larmes qui coulaient de derrière ses yeux pourtant fermés très fort.
"Tu vas y arriver, murmura Sirius, revenant à son sérieux. Tu es très courageuse et quoi qu'il arrive, chez les Maraudeurs et chez les filles, tu auras toujours une place, si tu en as besoin.
- Ne t'inquiète pas, murmura-t-elle, j'ai trouvé mon havre de paix chez moi. Hestia veille sur mon chez-moi, a dit Mary. Et c’est vrai qu’il n’y a pas de lieu plus accueillant, bienveillant et tolérant que la colocation où j’habite."

 

 

 

 

Note de fin de chapitre :

Dans mon univers intérieur, j'ai pensé à ce Polynectar il y a bien, bien longtemps, qui est un principe sans lequel il ne tiendrait tout simplement pas. Si l'utilisation initiale de cette potion vous intéresse, vous pouvez aller faire un tour sur ma fic longue actuelle ici. Comme suggéré, elle ne parle pas de transidentité.

En revanche, j'ai grandi depuis que je suis habitée par cet univers intérieur :) que je développe au fur et à mesure de mes émotions, de mes apprentissages, de mes coères, et justement, j'ai appris plein de choses et j'ai aussi été touchée par plein de choses. Notamment, j'ai beaucoup pensé, et je me suis dit au terme de mes réflexions qu'il y avait deux développements ce j'avais d'abord imaginé :

- Penser qu'une potion permet de passer d'un sexe à l'autre, c'est éluder les variations que ce soit au niveau des chromosomes, des hormones, des gonades, des organes génitaux, autrement dit c'est éluder les intersexes.

- Pourquoi cette potion ne devrait-elle servir qu'à cacher des membres de l'Ordre, dans une sorte de remake de l'envolée des sept Potter sur leur balai ? A partir du moment où une personne désire avoir une apparence qui se conforme à son genre lorsqu'elle est trans, cette potion présente l'avantage incomparable sur le Polynectar classique, qui demande d'aborber le cheveu de quelqu'un d'autre, qu'on peut avoir sa propre apparence en prenant un cheveu à soi.

C'est un petit peu ça que je viens de mettre au clair avec ce personnage de Hestia Edeline Jones, qui, pour le coup, ne peuplait pas mon univers. Je l'intègre aujourd'hui et nous verrons où elle nous mènera.

C'est tout l'intérêt, à mon sens, de la table de prompts, que d'inciter à représenter plus de personnes qui sortent de la "normalité", mot détesté de ma part, mais qui a le mérite d'être bien clair sur ce qu'il couvre.

A bientôt,

Piti

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.