S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


J'entends par Bevy

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Notes auteurs : Coucou Bella, j’espère que tu vas bien ? J’avais cette idée en tête depuis un moment, écrire sur Alastor Maugrey, mais il me fallait un autre personnage à mettre en face de lui. Et surtout un UA qui tienne la route, car on sait qu’Alastor Maugrey meurt pendant la bataille des sept Potter. Dans cette fic, il a survécu malgré lui. J’espère que tu aimeras, bien que les thèmes abordés ne soient pas joyeux, j’ai envie d’une fin en demi-teinte. Au début, j’ai pensé à le confronter à Neville ou même Lavande, puis, je me suis dit qu’Andromeda Tonk serait parfaite pour ce rôle….

Note de chapitre:

Je passes le texte sur un pairing -12 pour les sujets abordés de façon sous entendu ( culpabilité du survivant, deuil et peut-être même le doit à l'euthanasie même si il n'y a aucune volonté politique derrière )
Ploc, ploc, ploc


Alastor tend la main. Il voudrait sentir l’eau sur la peau, soulager la chaleur qui irradie dans moindre de ses articulations, rafraichir sa peau brulante, la soif qui l’étreint. Mais tout est sombre et il se sent pâteux, fatigué, ankylosé. Le simple fait de tendre cette satanée main lui demande un effort colossal. Sans oublier la douleur, soutenable mais toujours là, toujours présente et tapie en lui, qui rend à peine supportable le moindre mouvement à froid, sans échauffement.

Il est beau, il est glorieux, le héros qui a vécu les deux guerres contre Voldemort et d’autres encore. Celui a donné de sa personne, au sens littéral pour combattre les sbires du Seigneur des Ténèbres, pour apporter la sécurité et la justice à ces concitoyens.

Souvent, Alastor voudrait être mort.


Une main fraiche vient lui mouiller le front, le haut de son crâne dégarni par les années. Les goutes glissent sur son visage et se perdent dans les cicatrices. Amères gouttelettes d’eau qui ne ravivent pas la rivière au fond du ravin. Un son, presque guttural sort de sa gorge pour réclamer à boire. Maugrey Fol œil, l’auror dont la réputation le précède, n’a pas la force de sortir de son coma cotonneux et de boire dans sa propre fiole.

La main bienveillante touche sa joue, sa peau mal rasée et une voix de femme l’appelle. La main de celle-ci soulève sa tête, avec patience et douceur et porte le verre froid à sa bouche. Alastor se réveille en sursaut, recrache le liquide froid et tente de se saisir de sa baguette. Sans difficultés, Andromeda Tonk repousse sa main.

« Nom d’un brotuc, calmez-vous Alastor !
-Arrière ! Ne me touchez pas ! »

Sans son œil magique, perdu lors de la Bataille des sept Potter, Alastor Maugrey se sent démunie. Il n’a le titre de Fol Œil que pour avoir effrayer ou intimider tout ceux qui l’ont croisé un jour. Sans une once d’agacement, Andromeda prend la bouteille sur sa table de nuit, en dévisse le bouchon devant son unique œil et en boit une longue gorgée.

« Tenez Alastor, buvez. »

Bon grès, mal grès, le vieil auror s’exécute. S’il n’avait pas vu, au fil des années, de brillantes et courageuses sorcières intégrer le service des aurors ou les autres forces de l’ordre magique. S’il n’en avait pas vu d’autres se jeter dans la mêlée d’un combat sans préparation, il aurait pesté contre « ces bonnes femmes qui nous traitent comme des mioches » pour reprendre l’expression d’Enoch Emerson, dont le dernier fait de carrière au Département de contrôle et de régularisation des créatures magiques, avait envoyé pour un long séjour à Sainte Mangouste. Ce jour-là, Enoch est dans le solarium avec ses petits-enfants. Ces piailleries ne lui manque pas et à défaut de forces physiques , Alastor ne manque de verve pour remettre le vieux pleurnichard à sa place quand il se plaint de «l’hautaine Black ».

Souvent, Alastor n’est plus que l’ombre de lui même.


A chaque fois qu’il regarde Andromeda Tonk, plusieurs choses le frappent. La ressemblance avec Nymphadora Tonk. Les mêmes yeux, le même pli rieur aux dessus de ses lèvres. Dans les premiers temps, quand la morphine coulait à plein flot dans ses veines, le vieil homme voyait Tonk. L’impulsive Tonk, avec sa maladresse et sa détermination à toute épreuve. Tonk que la guerre lui avait arraché alors qu’il était délirant, shooté par les médicomages dans son lit d’hôpital.
Tonk qui avait été le rayon de soleil de sa mère. Et le sien. Dût-il avoir un ou une favorite que son choix se serait portée sur la turbulente apprentie auror.

S’il avait eu foi en quelques divinités, Alastor aurait maudit celle-ci de l’avoir épargné et d’avoir arraché Tonk à sa mère, ses amis et son fils. A lui.

Pourtant Andromeda n’a pas sourit depuis longtemps. Elle aussi est fatiguée que lui, ternie par le deuil et la solitude. Alastor aurait aimé, d’un simple mot, d’un simple sort, retrouvée la femme fière de sa fille à la remise des diplômés de Nymphadora. Lui rendre ses couleurs, son port altier et sa beauté.

La première fois qu’Andromeda était venue le voir, encore vêtue de la robe noire qu’elle portait à l’enterrement de sa fille, elle lui avait interdit de s’excuser. De s’en vouloir. Elle avait renouvelé ses visites, d’abord contre son obstination. Lui parlant de ce qui se passait au-delà des murs de Sainte Mangouste, lui donnant des nouvelles de Potter dans son rôle de parrain, lui montrant des photos de Teddy. Au fil des visites, elle lui parlait de Tonk, de ces frasques et terreurs d’enfant, du bonheur qu’elle leur avait apporté, à elle et son mari. Du manque dans sa poitrine dans sa maison était silencieuse. De son petit-fils qui chassait la mélancolie et lui incitait à rester droite et fière, à entretenir la mémoire de ses parents pour que Teddy se souvienne de leur amour et non de leur absence dans sa vie.

Les remords ne leur rendraient pas Ted, Tonk, Rémus et les autres. Les regrets empiéteraient sur eux, survivants malgré eux. Pour cela, Alastor admire cette femme et la laisse, un peu, percer ses défenses. Quand elle lui rendait visite, l’aide-soignante, fatiguée de sa paranoïa, laissait à Andromeda le soin de l’aider à se nourrir ou à boire s’il était trop affaibli par les nombreux traitements qui diminuaient sa douleur.

La sécurité de Sainte Mangouste était devenue optimale depuis la fin de la guerre, recrutant des briseurs de sortilèges pour mettre en place les stratégies les plus impénétrables qu’ils soient et garantir la sécurité de ses patients. Sainte-Mangouste n’avait rien à envier à Gringotts. Fouille, contrôle des identités et des baguettes, sortilèges désarmant toutes les parades connues d’usurpation de l’identité. Un budget colossal pour le ministère. Quand Alastor avait lu le rapport du Ministère, remis en personne par Kingsley Shacklebol, il en aurait gloussé de joie. L’as de la paranoïa devait reconnaitre que les efforts étaient optimaux, d’autant plus que le premier ministre lui avait confié que le ministère des Mystères travaillait ardemment pour contrecarrer l’Impérium.


La nature paranoïaque d’Alastor Maugrey reprenait le dessus, telle une vielle habitude. Pourtant, l’ancien auror avait conscience du peu de valeur de sa vie. Son corps en miette ne tenait que par des soins intensifs. Sa mort apporterait peut-être quelques vengeances à ses vieux adversaires mais la plupart étaient désormais en prison ou en procès. Risquer l’anonymat d’une ancienne vie de mangemort valait il la peine de terminer à son tour en prison. Pourtant sa mort lui aurait apporté de la délivrance et n’aurait fait que de relancer avec plus d’ardeur la traque des mangemorts.

Eut-il eu son mot à dire qu’Alastor aurait refusé qu’on le maintienne à demi vivant dans son lit d’hôpital, sans espoir de guérison totale. Pour laisser le temps, l’énergie et les ressources des médicomages à d’autres personnes. Pour ne plus être une épave. Pour sombrer à son tour dans l’oubli et rejoindre ses amis tombés au combat. Maugrey ne comprenait pas comment il avait survécu, ni pourquoi. Il aurait dû être à Poudlard et se battre avec les autres. Sauver ses gosses d’une mort certaine. Porter main forte à ses confrères de l’Ordre du Phénix. Mourir dignement, au combat. Ne pas regarder sa vie s’étiolait entre ses doigts et ne pas sentir impotent. A défaut de mourir, Fol Œil aurait aimé oublier. Les souvenirs étaient plus cruels que les nombreuses douleurs et dysfonctionnement de son corps hors service. L’oubli serait une délivrance.

Souvent, Alastor voudrait ne plus se souvenir.


« L’aide-soignante vous a laisser votre goûter ! Ce fondu au chocolat à l’air…écœurant! On croirait qu’ils ont oublié le sucre...Vous préférez du thé vert ou du thé noir, Alastor ? »

Avec des gestes un peu trop maniérés pour sa chambre d'hôpital, restes de son éducation au sein de la famille Black, Andromeda lui sert une part de gâteau.

« Je n’aime pas les choses sucrés, rappelle Alastor en mâchant sa part avec bien moins d’élégance que sa visiteuse. Je passe mon tour pour le thé. Je vais passer le reste de l'après midi à vouloir pisser...
-Je n’ai pas pu vous ramener les journaux que je vous ai promis. J’en suis désolée. Remercier Teddy qui les pris pour son cahier de coloriage.
-Le fils d’Enoch lui a ramené en douce une radio. L’aide-soignante est tout à fait au courant mais ferme les yeux. Mes détecteurs de magie de mensonges manquent. Cet imbécile réclame tout et n’importe quoi à sa famille. L’autre jour, il a demandé une de ces plantes qui vous asperge de pus. Un mage noir bien avisé et doué en botanique pourrait la rendre mortelle…
-Après cet incident à Sainte Mangouste il y a des années, je doute que ça se reproduise. C’était un employé du Département des Mystères ? Je crois que vous l’avez côtoyé, Alastor ? »

Quand il ferme les yeux et tombe dans le sommeil, Alastor entends les échos de la guerre. La majorité du personnel soignant et même ses visiteurs lui renvoie le reflet de l’épave qu’il est devenu. Un héros de guerre qui a chuté. Quand Andromeda vient le voir, c’est comme une fenêtre sur le monde extérieur : Alastor s’y sent plus à sa place.
Note de fin de chapitre :

Je partage le lien de la superbe chanson de Gaétan Roussel:https://www.youtube.com/watch?v=JVRsDilJzNs !
Je sais que tu aimes beaucoup la famille Black, Bella, et j'espère que cet entretien entre Alastor et Andromeda t'auras plus. ça aurait été amusant de continuer la discussion entre ces deux là, entre l'élégance d'Andromeda qui boit son thé avec un petit doigts en l'air et Alastor qui jure autant qu'il le peut....
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.