S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Un simple non-dit par Adelia

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Ceci est ma participation au concours de Narcissa sur le forum! J'ai choisi le couple Narcissa-Lucius, pour décrire en un OS leur premier baiser.

J'ai eu du mal à l'écrire mais j'espère qu'il vous plaira quand même! Après tout, l'esentiel est de participer! Je vous encourage à aller lire les autres OS des autres participants, car ils sont très bons!

Ceci est un OS que je dédie à Narcissa, pour la remercier d'avoir eu l'idée de ce concours, et pour attendre aussi tard que les retardataires postent leur fic XD
Un simple non-dit



Il était tard. Le couvre-feu était depuis longtemps passé et la lune brillait clairement, se reflétant sur le lac. Le château de Poudlard semblait plongé dans un calme et une sérénité parfaits.

Lucius Malfoy, jeune préfet de Serpentard, finissait sa ronde et se dirigeait vers sa salle et commune et par là même, vers son dortoir. Cela faisait plus de deux heures qu’il patrouillait et le jeune homme tombait de fatigue. L’entraînement de Quidditch auquel il avait participé dans l’après-midi avait contribué à le priver de toutes ses forces. Il s’acheminait avec lassitude à travers les couloirs, ne cherchant même plus à débusquer les jeunes fraudeurs qui auraient pu enfreindre le règlement.

Lorsqu’il aperçut enfin le tableau qui ornait le passage vers sa salle commune, il soupira intérieurement, souffla le mot de passe et s’imagina déjà, allongé sur son lit, les jambes étendues dans un repos bien mérité. Ce n’est que lorsque la porte se soit refermée sur lui et qu’il fut dans la salle des serpents que Lucius comprit qu’un élément parasite venait perturber son programme.

Le parasite en question était une jeune fille blonde allongée avec nonchalance sur un des confortables canapés verts de la salle qui releva la tête lorsqu’elle le vit entrer. Elle était seule, et semblait l’attendre, puisqu’elle se redressa et s’assit aussitôt. Elle tapota la place vide à côté d’elle, comme pour inviter Lucius à s’y asseoir. Réprimant l’envie d’exprimer librement son ennui et sa fatigue, il se dirigea vers elle et après un moment d’hésitation, s’assit en regardant droit devant lui. La jeune fille ne le quittait pas des yeux.

Fatigué de sentir son regard sur lui, épiant le moindre geste qu’il pourrait faire, Lucius se décida à se retourner vers la jolie blonde :

- Oui, Narcissa ? Tu as quelque chose à me dire ?

Son visage était crispé dans un sourire forcé qui n’avait rien de naturel mais la jeune fille sembla l’ignorer ou ne pas le remarquer.

- Oui, Lucius, répondit-t-elle. Un hibou a apporté ça pour toi au dîner, mais comme tu étais au Quidditch, je te l’ai pris.

Elle sortit une lettre du livre de soin aux créatures magiques posé à côté d’elle et la tendit au jeune homme. Nouveau sourire forcé.

- Merci.

Lucius se saisit de l’enveloppe et se leva, décidé à prendre rapidement congé et à se retirer dans sa chambre. Il n’avait fait que quelques pas lorsqu’il sentit qu’on le retenait. Narcissa s’était levée à son tour et avait agrippé son bras.

- Je n’ai pas droit à un ‘bonne nuit’ ?

Lucius haussa un sourcil, mi-surpris, mi-dubitatif. Narcissa se tenait devant lui, un air faussement boudeur sur son beau visage de poupée.

- Bonne nuit. A demain, répondit-t-il, estimant sa réponse plus qu’honorable en ces circonstances.

Narcissa secoua la tête, un sourire sur le visage.

- Ne crois pas t’en tirer comme ça, murmura-t-elle.

Elle se rapprocha de lui et posa ses lèvres sur la joue du jeune homme.

- Bonne nuit Lucius, glissa-t-elle à son oreille.

Le préfet se raidit et se saisit brusquement du bras de la jeune fille qui ne put retenir un cri, plus de surprise que de peur.

- Qu’est-ce que-

Voir le visage de Lucius, il y a quelques instants de cela calme, exprimer tant de colère fit taire Narcissa. Elle se contenta de le regarder, l’air perdu. Lucius, ayant perdu tout contrôle de lui-même en raison de son état de fatigue, se pencha vers elle et siffla :

-Arrête tous ces simagrées, Narcissa, tu veux bien ? Ce n’est pas parce que nos parents veulent nous voir réaliser une union plus que profitable à tous points de vue que nous devons jouer à ce petit jeu de faux-semblants lorsque nous sommes seuls.

A ces mots, Narcissa libéra violemment son bras de l’emprise de Lucius et murmura à son tour :

- Et que veux-tu que je fasse ? Que je sois passionnément éprise de mon fiancé en public et totalement désintéressée en privé ? Que je sois différente selon les situations ? Je ne peux même pas choisir d’être comme je le souhaite ?

Lucius leva les yeux au ciel. Il n’avait envie que d’une chose : dormir, et il se trouvait entraîné dans une discussion qui menaçait de s’éterniser. Cela ne faisait qu’ajouter à son exaspération.

- D’être comme tu le souhaites ? Ou d’être comme ta famille veut que tu sois ? répliqua-t-il avec froideur.

Narcissa semblait blessée lorsqu’elle répondit d’une voix plus faible :

- C’est un crime de vouloir paraître heureuse ? C’est pourtant ce que je veux… être heureuse…

Lucius ne pu s’empêcher de se sentir touché par le visage presque désespéré de la jeune fille qui continuait à parler :

- On ne me laisse pas le choix. Je n’ai rien à dire. Je ne suis qu’un instrument dans les mains de ma famille, une marionnette que l’on manie comme cela arrange. Je n’ai pas ce que l’on pourrait appeler une vie facile, Lucius, mais je ne renonce pas pour autant à être heureuse. Je sais que je veux être heureuse avec toi, je sais que je le peux. Ne m’ôte pas tous mes espoirs ainsi… Pas toi, pas maintenant, pas ici. Notre vie ne fait que commencer mais tout autour de nous est préparé, organisé. Nous n’avons plus qu’à jouer des rôles préparés depuis notre naissance, celui d’époux heureux. C’est la seule chose qu’ils attendent de nous.

Elle marqua une pause, comme si elle cherchait à adoucir la détresse qui semblait monter de plus en plus en elle.

- Ce rôle, je ne veux pas le jouer, je veux le vivre. Pour ça, j’ai besoin de toi.

Sa voix n’était plus qu’un murmure. Elle se rapprocha du jeune homme immobile qui la regardait, le visage marqué par une intense stupéfaction. Comment une jeune fille paraissant épanouie, et à l’allure superficielle pouvait-elle se transformer en quelques instants en un être si fragile et bouleversé ? Narcissa ne le quittait pas des yeux tandis qu’elle posait une main sur son bras. Elle eu un petit sourire à la fois triste et heureux.

Lucius était comme hypnotisé par l’être frêle devant lui. Elle paraissait pourtant si forte… Son masque était tombé, elle se révélait à cet homme qu’elle ne connaissait qu’à peine. Tant de fragilité, de détresse… et d’espoir. Cette volonté inébranlable qui la possédait entièrement. Cette jeune fille aux cheveux blonds l’ensorcelait.

Lucius n’avait pas envie de la laisser continuer sa route seule. Seule, elle ne tiendrait pas. Elle avait besoin de soutien. Le poids sur ses épaules était un fardeau trop lourd pour une jeune fille de quinze ans. Un tel être ne méritait pas d’endurer tout cela.

Il se saisit de sa petite main blanche qu’il serra dans la sienne et lui sourit gentiment.

- N’aie pas peur, petite Cissa. Tu n’es pas seule. Je te promets que je ferais ce que je pourrais pour te rendre heureuse. Je préfère te voir sourire. Tu es beaucoup plus belle quand tu ries.

Narcissa sourit sous le regard de bienveillance de son fiancé. Elle se blottit contre lui, tandis qu’il la serrait dans ses grands bras d’une manière protectrice en lui caressant les cheveux. Serrée contre lui, elle murmura en un souffle :

- Je suis heureuse que ce soit toi, Lucius. Que tu sois là.

Lucius se pencha doucement vers Narcissa et déposa un simple baiser sur ses lèvres.

Un baiser comme un pacte secret, comme une promesse. Un simple non-dit entre un homme et une femme.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.