S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

123ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 123e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/05/2022 17:22


Journées Reviews


Lire, écrire…

Tu as envie de lire ? De découvrir un ou une auteure ? D'échanger sur ses écrits et sur les tiens à travers quelques reviews sympathiques ?

La Journée Reviews est là pour ça, et elle aura lieu cette fois-ci du 13 au 16 mai !

Viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.

 


De le 04/05/2022 19:14


29ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 29e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 6 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De Équipe des Nuits le 04/05/2022 13:35


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, AliceJeanne, ECM et Sifoell, qui remportent la Sélection Univers Alternatif !

Changement chez les Podiums : désormais, vous pourrez proposer deux fictions de moins de 5000 mots ou une fiction de plus de 5000 mots. À vos propositions pour le thème Fondateurs ! Ça se passe ici ou bien en répondant à cette news.

Il vous reste encore un mois pour proposer votre fiction longue favorite par ici ou sous cette autre news.

Et en mai, les Sélections vont 100 aucun doute faire 100sation. Les textes de 100 mots sont à l'honneur ! Onze Drabbles et recueils de drabbles vous attendent. Vous avez jusqu'au 31 mai pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 03/05/2022 07:11


122ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 122e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 23 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 06/04/2022 21:40


Sélections du mois


Une grande nouveauté fait son arrivée aux Sélections des ASPICS ! En plus des sélections mensuelles, découvrez désormais la sélection annuelle "Fictions longues".

Vous adorez une fiction, vous avez envie de partager votre coup de cœur, mais vous n'avez jamais osé ou eu l'occasion de la proposer ? C'est le moment ou jamais ! Le thème est totalement libre, la seule contrainte sera de proposer une fanfiction de minimum 50 000 mots.

Une seule proposition par personne... alors réfléchissez bien ! Vous avez jusqu'au 31 mai pour proposer votre fanfiction longue favorite en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

À très vite dans cette nouvelle aventure,

L'équipe des Podiums


De Equipe des Podiums le 02/04/2022 17:50


Le phénix doré par Morgane

[214 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

L’après midi touchait à sa fin ; Harry caressa une dernière fois Fumsek avant de quitter le bureau du directeur. Dumbledore le regarda partir, soulagé de le savoir dans l’enceinte du château, en sécurité, enfin.
Depuis deux semaines, il était en proie aux pires craintes. Il avait fini par consentir à ce que Harry rejoigne Hermione chez Ron et, bien que ne doutant pas des capacités des Weasley à le protéger, il lui sembla que les jours s’étaient allongés, multipliant d’autant le danger de voir Harry se faire tuer, ou même pire, enlever par un fidèle de Voldemort.

A présent tout était fini ; la rentrée aurait lieu le surlendemain ; Harry avait rejoint le château une journée plus tôt, à la demande de Dumbledore qui tenait à faire le point avec lui, et à lui expliquer ce qui l’attendait pour sa sixième année à Poudlard.

Il lui avait ainsi annoncé qu’il devrait renoncer à l’étude des tarots et autre procédés divinatoires mais qu’il devrait en revanche subir les cours de potions une année de plus, compte tenu de ses pitoyables et excellents résultats dans l’une et l’autre de ces matières.

Il l’avait également informé de l’arrivée de nouveaux étudiants, ce dont Harry ne fut pas surpris : à présent que Voldemort était de retour et surtout que le monde sorcier l’avait admis, il était impératif de resserrer les rangs, autrement dit de lier des amitiés, de s’unir au maximum contre l’ennemi commun pour pouvoir le vaincre. Même le choipeau était de cet avis et l’avait clairement fait savoir, lors de la répartition de l’année précédente.

S’unir contre l’ennemi commun, s’unir y compris avec les personnes qu’on affectionne peu ou pas. Harry en énuméra un certain nombre en lui-même mais il lui apparut qu’il y avait cependant des limites à ce qui était humainement supportable. Il s’engagea donc, en son nom et en celui de ses amis, à faire quelques efforts, mais se jura bien de ne pas se laisser importuner par tout ce qui porterait du vert sur sa cape… surtout si c’était blond.
Une heure plus tard il rejoignait donc la tour des Gryffondor, sa maison.

Harry finissait de ranger ses livres et regarda par la fenêtre de sa chambre, donnant sur le lac. Au loin, il apercevait la cabane d’Hagrid, les reflets de l’eau interrompus par les ombres grandissantes de quelques arbres. Il distingua également une silhouette immobile avant de se décider à rendre une visite au demi géant qu’il avait toujours plaisir à retrouver à la fin de l’été.

Il repassa donc devant la grosse Dame, offusquée de devoir céder le passage sans avoir à exiger de mot de passe puisque celui-ci n’avait pas encore été choisi, vacances obligent. Il se dirigea vers le parc, se souriant à lui-même en ressentant un plaisir immense l’envahir.
Malgré tout ce qu’il aurait à affronter, ce serait entouré de ses amis ; il se força à ne pas penser à Sirius et se promit de bientôt avouer à Ron et Hermione son espoir le plus fou : son parrain était vivant ; il le savait, il le sentait. Du moins n’admettrait-il sa mort que lorsqu’on lui en aurait apporté la preuve, à savoir son corps sans vie.
Jusque là, il préférait croire en son bonheur et ne pas se laisser envahir par le désarroi qui s’était emparé de lui au début de l’été, lui ôtant tout désir de combattre ou de rire.
Avant qu’il ait pu s’en rendre compte, ses pas l’avaient mené à l’extérieur : le parc s’étendait devant lui, magnifique en ce soir d’août.

Un jeune homme se tenait près du lac, immobile sous un frêne, observant à l’horizon ; quiconque aurait alors plongé son regard dans le sien se serait aperçu qu’il n’observait rien de particulier, si ce n’est ses propres pensées.
Harry jugea qu’il devait être un peu plus grand que lui, et bien qu’il n’ait pas la prétention d’affirmer connaître tous les étudiants de Poudlard, il lui semblait du moins ne pas avoir eu l’occasion de rencontrer celui-ci auparavant. Il fit une moue de mécontentement en découvrant ses cheveux mi-longs retenus par un lien de velours noir qui effleuraient le col vert de sa cape ; Un Serpentard… «A peine deux heures que je suis ici, et le premier être vivant que je croise, si on excepte Dumbledore et Fumsek, est un serpentard », maugréa-t-il. Il jeta un nouveau regard vers le frêne ; des cheveux blonds, presque blancs…

Il continua cependant son chemin et se dirigea vers la cabane d’Hagrid en contournant le lac et, de fait, l’inconnu qui ne bougeait toujours pas. Harry se demanda si Drago n’avait pas eu là la riche idée d’ériger une statue en l’honneur de son père, dont il était si fier, et fut soudain surpris par ses propres pensées. Que venait donc faire Drago à ce moment précis dans son esprit ? Il tourna vivement la tête vers le jeune homme qui semblait ne pas le voir, ni lui ni quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs. Il avait toujours le regard fixé vers un point indistinct et ses yeux gris bleu semblaient en cet instant plus troubles que les eaux du lac.

Son visage pâle et ses lèvres minces, dépourvues de tout sourire, achevèrent de stupéfier Harry. Celui-ci, perplexe, aurait pourtant juré que cette copie de Malefoy n’était pas Drago ; D’ailleurs, à présent qu’il pouvait le voir autrement que de dos, Harry jugea qu’il était un peu plus âgé. Et pourtant... Harry ralentit sa marche et détailla à nouveau l’étudiant. Plus aucun doute possible...A moins que Lucius ait trouvé un moyen quelconque de rajeunir, il s’agissait bien là de Drago... qui semblait quant à lui avoir trouvé le moyen de vieillir de quelques années en l’espace de deux mois.

Il entendit à sa gauche la porte de la cabane s’ouvrir puis se refermer ; des bruits de pas familiers lui indiquèrent que le garde chasse et professeur de soins aux créatures magiques venait à sa rencontre. Harry dû faire un effort pour détourner son regard vers son ami, et la stupeur que celui-ci pu lire sur son visage le stoppa net. A quelques pas de lui, Hagrid se figea ; il venait lui aussi d’apercevoir ce qui rendait Harry si suspicieux. « Ça alors… » Murmura-t-il.

Plus loin dans le parc, le professeur Mc Gonagall arrivait elle aussi à grands pas, se dirigeant vers eux. La mine sévère et le regard sombre, elle pinçait les lèvres en un rictus de colère qu’Harry lui avait rarement vu, ce dont il ne pouvait que se féliciter, connaissant la puissance et l’intransigeance de la directrice des Gryffondor.
Contre toute attente, elle leva sa baguette, qu’elle tenait serrée d’une main et releva légèrement sa robe de l’autre en approchant des rives boueuses du lac. Le jeune homme, sous le frêne, sembla enfin s’apercevoir qu’un monde existait autour de lui ; il se retourna vers le professeur et sans qu’Harry comprenne quel phénomène s’opérait, le baguette du Serpentard se matérialisa elle aussi dans sa main.

Mc Gonagall stoppa net son avancée, sans un regard pour Hagrid ni son élève, et il sembla à ces derniers que des éclairs jaillissaient de la prunelle de ses yeux. Harry eut la conviction que Drago n’hésiterait pas à attaquer le professeur et il savait que cette dernière demeurait affaiblie par les événements de la fin d’année scolaire : elle avait eu à subir un sort lancé par plusieurs sorciers peu respectueux des règles les plus élémentaires de dignité. La directrice de Gryffondor avait alors dû séjourner à Sainte Mangouste et s’aider d’une canne plusieurs semaines avant de se rétablir.

Pourtant, Harry ne comprenait pas quelle folie pouvait ainsi pousser Drago à braver un professeur ; ce dernier avait toujours fait preuve d’une couardise exemplaire. Mais il le voyait à présent lever sa baguette, un sourire se dessinant sur ses lèvres.

- Drago ?! Hurla-t-il, malgré lui.
- Lucius ??!! Coupa Hagrid, tout aussi alarmé.
Tous deux firent volte face pour se regarder, surpris l’un l’autre de leur erreur.
- MALEFOY !!!

La voix de Rogue s’était élevée par-dessus les leurs. Harry pensa aussitôt que le maître des potions n’avait pas pris beaucoup de risques. Pour sûr ! C’était bien un Malefoy, mais lequel…



Rogue accourait, le souffle court, et Harry ne parvint pas à déterminer lequel de ses deux professeurs paraissaient le plus furieux. En revanche, il perçut sans aucun doute possible sur leurs visages leur inquiétude.

- Harry… c’est bien Lucius non ? Chuchota Hagrid près de lui.
Ce dernier avait fini par retrouver l’usage de ses jambes et avait rejoint le jeune homme. Il observait encore le trio près du lac avec une telle ferveur que ses yeux étaient plissés en deux fentes. On y lisait également l’incertitude et l’étonnement.
- Hein ? Insista-t-il, c’est Malefoy ? Père je veux dire ?

Mais Harry ne savait que répondre ; il était tout aussi dérouté que lui et ne pu que murmurer en retour « il est à Azkaban, le père. Enfin normalement ».

Harry remercia le ciel que les trois autres personnes présentes continuent de l’ignorer. Sa réaction et celle de Hagrid le mettaient mal à l’aise.
Il avait toujours appelé Drago par son nom de famille. Pourquoi diable aujourd’hui fallait-il qu’il l’interpelle par son prénom ! Justement le jour où il aurait été tellement plus pratique de le nommer Malefoy, comme il en avait été le cas jusqu’alors.
Il nota également que Hagrid n’était pas en reste : jamais il n’avait parlé d’un Malefoy autrement qu’en utilisant son nom de famille. Certainement leurs doutes sur l’identité de cet inconnu les avaient-ils poussés à parler de la sorte.
Une fois n’est pas coutume, Harry regretta de ne pas avoir agit comme son professeur de potions.
Si Drago avait entendu Hagrid l’appeler Lucius, il ne manquerait pas de lancer des remarques acides à la première occasion. Et si Lucius avait entendu Harry l’appeler Drago, ce serait pire encore.

Harry secoua la tête comme pour se dégager de cette emberlification de pensées. Il en perdait son latin.
Cependant le trio, près du lac, demeurait comme suspendu dans le temps : Rogue était à présent à la hauteur de la directrice des Gryffondor, baguette parée, lui aussi.
L’inconnu baissa sa garde et accorda un regard au nouvel arrivant.
- Le directeur vous fait mander, Malefoy. Il vous attend dans son bureau.
Malefoy bougea autant que le frêne derrière lui.
- J’ai cru comprendre qu’il vous y attendait séance tenante. Ajouta Rogue dans un souffle, mâchoire serrée.

Le jeune homme blond abaissa lentement sa baguette et la glissa dans une poche intérieure de sa cape.
Il se dirigea paisiblement vers le château, passant entre les deux professeurs qui lui faisaient face et qui avaient également fait disparaître leurs baguettes. Arrivé à leur hauteur, il ralentit le pas et Harry l’entendit s’adresser à eux d’une voix lente.
- Et bien, Minerva, vous n’auriez- pas… mais le son de sa voix se perdit et Harry ne put saisir la fin de sa phrase.
Il eut un rictus de dégoût en entendant cette voix traînante. Mais cela ne l’aidait pas : Lucius et Drago étaient semblables en tout, même dans leur façon de s’exprimer. Entendre ce bout de phrase ne lui apportait que deux renseignements : cet inconnu était un Malefoy, et un Malefoy peu respectueux de ses aînés puisqu’il se permettait d’appeler le professeur de métamorphose par son prénom.
Mais enfin, cela ne constituait pas une grande trouvaille. Il eut été étonnant qu’un Malefoy ne soit pas pourvu de tous les défauts et donc, de celui-ci également.

Rogue et McGonagall semblèrent enfin se soucier de leur présence.
Cette dernière s’avança vers eux, tandis que Rogue, après avoir gratifié Harry de son regard le plus méprisant, s’en retourna vers le château.

- et bien et bien, l’année scolaire n’est pas encore commencée et nous voila déjà au bord de la crise de nerfs, commença-t-elle dans un souffle. Hagrid, j’ai à vous parler.
Mais Hagrid ne semblait pas en état de lui répondre, ni même de l’entendre, du reste. Il restait la mine pantoise, bouche bée, regardant au loin l’immense porte par laquelle venait de disparaître les deux hommes.

- Hagrid ! L’interpella-t-elle. Fermez donc la bouche, vous aurez l’air moins ébahi.
L’immense garde chasse baissa les yeux vers elle et pointant son gros index calleux vers la porte :
- Mais… le .. enfin… balbutiait-il pitoyablement. Malefoy... le blond là !! C’est qui ?!
- Allons chez vous, si vous voulez bien, ajouta-t-elle avec un sourire. Je vais vous expliquer de quoi il retourne devant un bon thé, si cela ne vous dérange pas. J’en ai grand besoin. Potter, je ne sais si je suis la mieux placée pour vous apporter les réponses aux questions que vous vous posez, mais j’imagine sans peine que vous trouverez d’ici ce soir un moyen de découvrir vous-même ce que vous désirez, en encourant évidemment le plus de dangers possibles. J’estime donc qu’il est envisageable de vous laisser entendre ce que j’ai à dire, si vous n’avez pas d’objections à faire.

Quelle question ! Aucune objection bien sûr ! Harry ne prit même pas la peine de répondre et emboîta le pas aux adultes qui entrèrent dans la cabane, à l’orée de la forêt.
Il s’installa dans un grand fauteuil qui aurait pu contenir trois étudiants de son gabarit sans peine, tandis que Minerva se laissait tomber dans un autre. S’affaler était le mot qui convenait le mieux à la façon dont elle prit place, ce qui étonna Harry, habitué à la voir rester digne et fière en toute occasion.

Hagrid devait éprouver le même étonnement si on en jugeait son haussement de sourcils mais s’affaira à préparer le thé, en ne quittant pas des yeux la grande femme, assise face à lui.
Enfin il s’installa à son tour et, se penchant par-dessus la table, servit la boisson chaude à McGonagall qui en dégusta une longue gorgée avant de se ressaisir.

Elle se redressa alors et après un soupir commença :
- vous devez savoir que de nouveaux arrivants se trouvent ou se trouveront d’ici peu dans l’enceinte de l’école.
Hagrid aquiesca, imité par Harry.
- Mais cui là, c’est pas un nouveau, intervint-il.
- laissez moi poursuivre Hagrid.

McGonagall acheva de boire son thé et s’enfonça un peu dans son fauteuil. Après un dernier soupir, elle continua :
- il va donc y avoir au sein de Poudlard des étudiants de toutes origines. Certains arriveront avec les premières années et suivront la scolarité normalement réservée aux sorciers de notre pays. D’autres en revanche ont déjà une solide formation derrière eux.
Elle marqua une pause durant laquelle Harry enregistra cette dernière indication. Une solide formation… à voir la mine sérieuse qu’elle affichait tout à l’heure près du lac, Harry ne doutait pas une seconde de la « solide formation » de l’inconnu.

- Cependant, certaines personnes, en âge de quitter l’école, poursuivront ici leurs études afin de se spécialiser ou de parfaire leurs connaissances dans des domaines peu ou pas étudiés dans leurs propres écoles. Ceci est valable dans les autres pays : certains étudiants de notre école, après avoir obtenus leurs ASPIC se trouveront cette année à Durmstrang ou Beauxbatons pour y étudier des matières spécifiques.

Harry se souvint des paroles tenues par Drago dans le train qui les menait à Poudlard, l’année de la coupe des trois sorciers. Karkaroff, le directeur de l’époque de Durmstrang était un ami de son père. Et pour cause, c’était un mangemort mais il s’était enfui à la fin de l’année, apeuré par le retour de son ancien maître. Drago avait alors dit à qui voulait l'entendre que dans cette école, avec ce directeur, la magie noire était étudiée, contrairement à ce qui avait cours avec Dumbledore.

- ainsi, je crois savoir que la personne que vous avez vue tout à l’heure n’est autre que le frère aîné de Drago, premier fils de Lucius, qui a achevé ses études depuis à présent un an, à Durmstrang. Il sera parmi nous pour étudier notamment la préparation des potions, la métamorphose et les enchantements. Acheva McGonagall.

Elle se tourna vers Harry et ajouta :
- je ne saurais trop vous recommander, Potter, de rester le plus loin possible de cet individu. Notre directeur n’a que peu de secrets pour moi, compte tenu de mon statut dans cette école et de notre confiance mutuelle, et ce depuis de longues années.
- ça se comprend ! intervint Hagrid qui vouait un profond respect et une grande admiration à la directrice des Gryffondors. Celle-ci sourit en rougissant légèrement et poursuivit :
- Cependant, au sujet de cet étudiant, il est resté très évasif. Vous en savez en effet aujourd’hui presque autant que moi et je ne vous cache pas que l’attitude du professeur Dumbledore me plonge dans l’inquiétude. Malgré ses protestations et ses réponses négatives aux plus insistantes de mes questions, je sens qu’il n’est guère enchanté de voir ici ce nouvel étudiant. Je l’ai surpris la semaine passée en train de l’observer de façon appuyée.
Elle s’interrompit alors, gênée d’en avoir trop dit.
- Bref ! Je ne sais pas véritablement ce que cet étudiant vient faire ici et je vous recommande donc une vigilance constante.

Harry ne put retenir un rire en pensant à Maugrey Fol œil, dont c’était là la devise préférée. Le professeur lui rendit son sourire en comprenant fort bien ce à quoi le jeune homme pensait à l'instant et se leva.
- Je vous quitte à présent. Bonne soirée à vous deux et Potter, pour une fois, tenez compte de mes recommandations.
Elle s’apprêtait à sortir lorsque Hagrid, toujours assis et pensif, ajouta, presque pour lui-même.
- j’ignorais que Malefoy avait deux fils….
- Moi aussi Hagrid, moi aussi…
McGonagall quitta la cabane sur ces derniers mots et laissa Harry et Hagrid devant leur thé froid.

Crokdur s’étira sur son oreiller de la taille d’un divan et bâilla bruyamment, les tirant de leur torpeur. Hagrid débarrassa la table d’un geste et Harry ne trouva rien à dire de plus que
- et bah ! Un Malefoy de plus. Ça va devenir irrespirable d’ici peu de temps...

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.