S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Le phénix doré par Morgane

[214 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

Harry n’eut pas l’occasion d’apercevoir à nouveau Malefoy au cours de la matinée du lendemain, qu’il passa à s’entraîner au quidditch. Il en avait été privé l’année passée et craignait fort que son niveau s’en ressente. A son grand soulagement il n’en était rien mais en revanche il prit conscience du manque qu’il avait pu éprouver et ne se résigna à descendre de son balai que lorsque la faim et l’épuisement l’y forcèrent.

L’heure tardive l’obligea à se rendre directement aux cuisines, où il retrouva Dobby, l’elfe de maison.
Celui-ci s’empressa de le servir en l’abreuvant de questions sur sa santé, ses chaussettes, son moral, ses chaussettes, ses progrès au quidditch, ses chaussettes, ses ambitions pour l’avenir et pour finir, ses chaussettes. Lorsque Harry eut mangé tout son saoul, il décida de rester un peu avec les elfes et observa de plus près l’immense cuisine qu’il avait si souvent visitée sans vraiment la connaître.

Des chaudrons et des plats de toutes sortes étaient suspendus aux hauts murs dans un miroitement de couleurs. Sur une longue et étroite table drapée d’un tissu de velours bleu nuit, les couverts en or étaient alignés, brillants comme des soleils. Harry observa la précision du rangement, admiratif, ce qui suscita chez les elfes qui l’entouraient une vive fierté.
- Vraiment, service impeccable, commenta volontairement Harry en apercevant leurs mines déjà fort réjouies. Il les observa du coin de l’œil avec un sourire et s’amusa de les voir aussitôt se pencher, leur nez touchant presque le sol, se confondant en remerciement.

- le jeune monsieur Damien nous a également complimenté tout à l’heure. Nous sommes honorés de pouvoir ainsi vous satisfaire par nos modestes services.
- Damien ?
- Oui, Harry, Monsieur. Le nouvel étudiant qui est arrivé avant vous cet été. Répondit Dobby. Il a observé votre entraînement ce matin. Il vient parfois nous rendre visite.
- Malefoy ? Interrogea Harry, de plus en plus étonné
Dobby se tordit les mains en regardant le jeune sorcier, un sourire gêné apparaissant sur son petit visage.

Harry réalisa alors : Dobby avait été l’elfe de maison des Malefoy ; sans doute pourrait-il lui en apprendre plus sur ce « Damien ». Mais il n’eut pas le temps de poser la moindre question. Dobby s’éclipsa, prétextant une tâche urgente et les autres elfes le poussèrent délicatement mais fermement vers la sortie.
Il comprit alors aisément que quelqu’un avait donné l’ordre formel à ces elfes de ne divulguer aucune information sur Malefoy. Or les elfes de maisons ne sont tenus d’obéir qu’à une seule personne : leur maître. Dumbledore lui-même avait donc donné ces indications, sans doute parce qu’il savait que Harry et Dobby se connaissaient et se rencontraient régulièrement. Pourtant, Dobby avait régulièrement outre passé ces règles, par le passé, mais aujourd’hui il semblait que l’interdiction soit assez puissante pour l’en dissuader. Harry comprit alors quel genre d’inquiétude le professeur McGonagall avait évoqué la veille.

L’après-midi était déjà bien avancé lorsque Harry rejoignit Hagrid dans le parc. Il aida celui-ci à nourrir quelques nifleurs, riant tout seul en repensant aux somptueux dégâts que ces affectueuses bêtes avaient occasionnés dans le bureau d’Ombrage, l’an passé.
Enfin, l’heure d’arrivée des étudiants fut là. Harry allait revoir Ron et Hermione et en deux journées, il avait déjà accumulé assez de choses à leur dire pour leur permettre de veiller tard.
Ceux-ci semblèrent ravis de le revoir et tous dégustèrent avec plaisir les plats servis au banquet de début d’année.
La répartition des élèves avait apportée son lot de Gryffondors qui se sentaient déjà chez eux.
Dumbledore avait, dans un bref discours, exposé à peu de choses près les mêmes informations que celles qu’il avait fournies la veille à Harry. Celui-ci répondit aux regards interrogateurs de ses amis en leur promettant de tout leur détailler dès leur arrivée dans la salle commune.

Il jeta à nouveau un regard vers la table des Serpentards et y observa Drago, assis à côté de son frère, l’air plus fier que jamais.
Hermione et Ron, assis face à Harry, leur tournaient le dos et n’avaient pas remarqué le nouveau venu. En revanche, les filles, assises à la table des Serpentards, n’avaient pas dû rater le moindre de ses mouvements, de son arrivée à son dernier battement de cils, et Harry aurait juré que d’ici une semaine elles auraient réussi à inventer un sort leur permettant de se faire pousser soixante-six yeux, afin de pouvoir l’observer plus attentivement.

Harry dû admettre cependant que ce nouveau Malefoy méritait en partie ces regards ; il était ce que les filles appellent « un beau mec ». II possédait en fait la classe de son père, pensa-t-il, et la jeunesse de son frère, en partie du moins. Harry imagina alors ce que pourrait être un tel mélange au niveau du caractère : la cruauté du père et la prétention du frère… Réjouissant.

Il croisa alors le regard de Drago qui le gratifia d’un sourire glacial, haussant les sourcils d’un air entendu après avoir fait un signe de tête vers son voisin.
Harry replongea dans son assiette jusqu’à la fin du dîner.
Une fois dans la salle commune, il dû attendre que Ron et Hermione soient libérés de leurs devoirs de préfets pour leur exposer la situation.

Lorsqu’il eut fini, Ron s’exclama :
- ah !! C’était donc ça !!! Drago n’a pas cessé de dire à qui voulait l’entendre que cette année promettait d’être exceptionnelle
- il a dépensé beaucoup d’énergie à hurler partout qu’un membre puissant de sa famille serait cette année à Poudlard et que tu ferais moins le malin, Harry. Ajouta Hermione. Nous pensions qu’il tentait de nous impressionner en ton absence, et de nous faire croire au retour de son père. Tu dis que Dumbledore est mécontent ?
- selon McGonagall oui. Et Dobby a dit qu’il m’avait observé ce matin.
- il t’espionne plutôt ! s’alarma Ron
- Ne nous inquiétons pas. Tant que Dumbledore est là, nous ne craignons rien, poursuivit Hermione
- déjà entendu, coupa Ron.

Hermione lui lança un regard noir, avant de reprendre
- de toutes façons, si Dumbledore ne tient pas à ce que l’on sache quel mystère se cache derrière la présence de ce Damien, nous devons lui faire confiance ; il a forcément ses raisons.
- la dernière fois que Dumbledore a eu « ses raisons » de ne rien nous dire, ça a débouché sur une catastrophe ! siffla Harry
- ah non, coupa Hermione, ça c’était la dernière fois que tu n’as pas écouté mes recommandations.
Cette phrase, pourtant si assassine, ne blessa pas Harry car son amie l’accompagna d’un sourire complice. Cependant, elle le plongea dans une tristesse qu’il avait jusque là oubliée. Il prit alors congé de ses amis et monta se coucher.

Ron fit de même en observant son emploi du temps.
- Demain matin cours de potions commun avec Serpentard, pour ne pas changer. Deux heures, ça part fort, pesta-t-il, se maudissant de n’avoir pas échoué à ses buses.
- oui ! Un Rogue et deux Malefoy ! On a droit au tiercé gagnant ! ajouta Hermione en souriant. Elle se mit vraiment à rire en voyant l’air incrédule de Ron, qui ne connaissait évidemment pas l’existence des jeux de courses de chevaux.

Le lendemain matin, l’envie de rire lui était passée. Elle éprouvait comme ses amis un trac indicible en se dirigeant vers les cachots.
A leur arrivée, ils trouvèrent un Drago rayonnant qui paradait au centre du couloir, l’air conquérant, tandis que son frère restait immobile, le dos appuyé au mur du couloir.
Les mains enfoncées dans ses poches, celui-ci dévisagea Harry, Ron et Hermione ainsi que tous les Gryffondors qui passèrent à portée de son regard. Son allure désinvolte semblait toujours convenir aux quelques filles qui se trouvaient là et Harry ne se souvenait pas de les avoir jamais vu avec autant d’étoiles dans les yeux.

Il se tourna vers Hermione qui, à son grand soulagement, n’avait aucune étoile où que ce soit mais faisait manifestement de gros efforts pour ne pas sauter à la gorge de Drago. Il avait en effet eu le temps d’agresser une demie douzaine de personnes et de faire au moins autant d’allusions à la condition d’Hermione sans pour autant prendre le risque d’utiliser les termes « sang de bourbe » en présence de tant de témoins Gryffondors.

Rogue ouvrit brusquement la porte du cachot et leur ordonna d’entrer d’un ton sec.
Les deux Malefoy entrèrent en derniers et Hermione remarqua qu’ils échangèrent quelques mots avec le professeur. En passant devant elle, Drago affichait un sourire méprisant et lui murmura :
- bonne chance Granger, et prends garde à ce qu’aucun poison ne te touche.
- reste au loin, et tout se passera bien, répondit elle, vu que tu es le seul véritable poison présent ici.
Le sourire du Serpentard se figea, mais il ne répondit pas.
L’aîné des Malefoy souriait lui aussi et semblait avoir entendu la remarque d’Hermione. Elle imagina aussitôt quelle vengeance il envisageait mais se rassura en se disant que ses capacités à se défendre n’étaient plus à prouver.

- Miss Granger, intervint Rogue, vous tiendrez salon ailleurs que dans ma classe. Cinq points en moins pour Gryffondor.
Drago éclata d’un rire sonore.
- Et c’est parti… songea Hermione. A savoir lequel des trois gagnera la coupe de la course au plus poison.


Hermione était décidée à ne donner aucune occasion à Rogue d’ôter d’autres points à sa maison. Elle se tourna résolument vers le professeur qui faisait apparaître d’un léger mouvement de poignet la liste des ingrédients qu’ils allaient devoir utiliser pour fabriquer par groupe de deux leur potion lorsque des coups frappés à la porte se firent entendre. Sur l’invitation de Rogue, l’élève entra.

Il était livide, tremblant et balbutia des excuses inaudibles en avançant vers l’estrade.
- Vous seriez vous égaré, Londubat ?
- Non monsieur, je... j’ai… enfin le professeur McGonagall vous transmet ce mot, expliquant les raisons de mon retard. Acheva-t-il dans un souffle.
Rogue lui arracha le papier des mains sans le quitter des yeux et, surpris de le voir se diriger vers le fond de la salle, ajouta :
- Londubat… les serres se trouvent encore à l’extérieur du château. Vous devriez vous y rendre au plus vite avant que l’un de mes chaudrons n’ait à subir votre incompétence.
Les rires des Serpentards empêchèrent quiconque d’entendre la réponse de Neville qui dut répéter :
- je suis admis en cours de potion, monsieur. J’ai réussi l’examen dans cette matière.
Il avait annoncé cela d’une voix presque suppliante, comme s’il priait le ciel de ne pas avoir à redire une telle énormité.

Neville forcé de revendiquer son droit à rester en cours de potions ; il y avait de quoi sourire et Harry trouva l’affaire plutôt cocasse en voyant Rogue ouvrir et fermer la bouche sans pouvoir se décider à émettre un son.
- vous ?
- Oui. Mais le mot que vous tenez vous l’expliquera, m’a dit le profess...
- bien bien ! Installez vous ! coupa Rogue. Dix points de moins pour votre retard, donc, et j’en ôte également vingt pour l’audace dont vous avez fait preuve en osant tricher à votre examen l’an passé.

Harry ouvrit la bouche mais il se ravisa en voyant Hermione froncer les sourcils. Neville n’avait jamais été doué pour préparer les potions et il n’avait réussi ses buses que grâce à ses connaissances en botanique qui lui avaient permis d’utiliser les bons ingrédients lors de l’examen. C’était plus dû à la chance qu’à un véritable savoir mais il n’avait sûrement pas triché ! Si l’on pouvait considérer que le fait d’assister à ce genre de cours était une chance, bien sûr.

Neville se dirigeait vers Harry et Hermione lorsque Rogue prit à nouveau la parole
- oooh non ! Londubat, puisque vous voila si expert en préparation de potions, vous pourrez sans nul doute vous passer des bons conseils de Miss Je Sais Tout ! Placez vous avec Potter qui possède à peu de choses près vos hautes capacités. Granger ! ajouta-t-il avec un sourire glacé avant de se tourner à nouveau vers le tableau, vous vous mettrez avec Malefoy.

Harry serra les dents. Ce bonhomme répugnant savait parfaitement comment les mettre à bout de nerf. Envoyer Hermione travailler avec Malefoy était un très bon moyen de se venger d’eux. Rogue savait parfaitement qu’Hermione était une cible facile pour les sorciers de sang pur. Les deux heures qui suivaient s’annonçaient fort mal.
Cependant, Hermione regardait toujours le professeur, l’air incrédule. Lorsque celui-ci ce fut retourné, il enleva à nouveau cinq points à la jeune fille pour sa lenteur d’exécution, mais elle ne bougea toujours pas.
- Je vous ai dit de vous mettre à côté de Malefoy miss Granger ! siffla Rogue, irrité de ne pas la voir se déplacer
- j’ai bien compris professeur, mais lequel ? demanda-t-elle en rougissant jusqu’à la racine des cheveux.
Toute la salle partit d’un grand rire à l’exception de quelques Gryffondors. Drago semblait sur le point de s’évanouir, écarlate d’avoir trop ri en si peu de temps.
- Celui-ci, indiqua Rogue avec un sourire doucereux, en montrant Damien du doigt. Les rires cessèrent aussitôt et les regards convergèrent vers ce dernier. Les filles ne trouvaient plus matière à rire et lançaient à Hermione des regards courroucés.

Celle-ci déménagea donc à côté du Serpentard dont les yeux brillaient encore d’avoir tant ri de son hésitation.
- Et bien miss Je Sais Tout, nous allons vite voir si votre réputation est à la hauteur de vos compétences. Murmura-t-il lorsqu’elle fut installée.
Hermione l’ignora superbement en réprimant un frisson inexplicable et se concentra sur son travail, ce qui lui parut un exercice fort complexe vu les circonstances. Malefoy ne daigna pas bouger de sa place et elle dut aller chercher elle-même tous les ingrédients de la liste. Il ne l’aida pas plus à les préparer. Il se contenta de l’observer. Hermione résolut de prendre également en charge le rangement, persuadée que son binôme ne lèverait pas le petit doigt. Se dirigeant vers l’armoire, elle se rendit alors compte de son attitude et eut honte d’elle-même. Pas une seule fois elle n’avait osé regarder Malefoy en face. Elle ne comprenait pas pourquoi la présence de cet individu la mettait si mal à l’aise. Il était étonnant que celui-ci n’ait d’ailleurs pas encore trouvé prétexte à l’accuser de lâcheté.

De retour à sa table, elle releva la tête au dessus de son chaudron pour regarder l’aîné des Malefoy. Un frisson lui parcourut le dos, remontant de ses reins jusqu’à sa nuque. Il l’observait de ses yeux bleu clair, les bras toujours croisés devant lui, appuyé sur la table derrière eux. Son regard était bien plus intense que celui de Drago. Et ce bleu moucheté de gris troubla la jeune fille, à son grand mécontentement. Elle refusa cependant de baisser les yeux.

Il affichait un léger sourire, digne de la Joconde, qu’elle ne parvenait pas à traduire. Se moquait-il d’elle ou bien se félicitait-il de la voir ainsi dans l’embarras, elle n’aurait su le dire mais il était certain que son état de stress n’avait pu lui échapper. De toute façon, ces raisons étaient sensiblement équivalentes, estimait-elle.
- Tu as mis une goutte de venin en trop et il fallait brasser dans le sens inverse. Dit-il. Il semble donc que la légende ne soit que légende…

Hermione n’eut pas l’occasion de répondre. Rogue, qui avait entendu cette remarque, avançait vers eux. Penché au dessus du chaudron dont il examina le contenu, il donna dix points au Serpentard pour « ses capacités d’observation incontestables » et en retira cinq à Hermione pour « son erreur digne d’une première année ». Damien étouffa un rire en la regardant s’empourprer, ne la quittant pas des yeux un instant. Hermione ne cilla pas et soutint son regard. Elle eut donc l’occasion de le voir sourire vraiment, ce qui n’avait pas été le cas jusqu’alors. Il lui sembla soudain que le frisson qui l’avait parcouru de bas en haut à peine cinq minutes avant faisait le chemin inverse sur son dos et ceci la mit au bord de la crise de nerfs.

Lorsqu’elle sortit du cachot, Harry et Ron durent accélérer le pas pour la rejoindre. Elle fulminait.
- Pourtant ça a été non ? Il a pas dit grand-chose… questionna Ron qui avait perdu la majorité des choses, occupé à travailler à l’autre bout de la classe.
- pas dit grand-chose ?! Cette espèce de prétentieux agit comme si le savoir universel résidait en ses mains ! Il est plus hautain que Drago, si c’est possible, c’est vraiment un… une espèce de… Elle acheva sa phrase par un grognement en agitant le poing férocement.

Harry et Ron échangèrent un regard surpris : jamais ils n’avaient vu Hermione dans cet état. Harry répondit prudemment, c'est-à-dire sans qu’Hermione le sache, à l’interrogation muette de Ron en expliquant :
- il a critiqué sa potion en disant qu’elle avait commis des erreurs…
- ha bah forcément, grimaça Ron, ça a pas dû lui plaire.

Et c’était le moins qu’on puisse dire. La jeune sorcière était d’une humeur de dragon et se voir dans cet état ne faisait qu’ajouter à sa colère car elle savait bien elle, sans pouvoir l’avouer à ses amis, que ce qui la bouleversait n’était pas tant l’attitude de Damien que la nervosité qu’elle éprouvait lorsqu’il se situait à moins de trois mètres d’elle.

Il fallait bien admettre que ce Malefoy était différent des deux autres, en pire. Drago était depuis son arrivée à Poudlard un ennemi pénible à supporter mais jamais elle n’avait eu peur de lui. Elle est ses amis savaient qu’ils devaient s’en méfier, mais n’avaient jamais véritablement appréhendé un cours seulement parcequ’il s’y trouvait.
Lorsque, en fin d’année, elle avait eu à affronter à leur côté une bande de Mangemorts dont faisait partie Lucius, elle n’avait pas non plus failli à son devoir. Bien sûr elle avait eut peur ! Mais pas plus de ces yeux là que de ceux des autres cagoulés, face à elle.
Elle résolu donc de partir en cours d’enchantements comme on part à la guerre, mais l’ennemi, cette fois, étaient ses propres « sentiments ».

Il était hors de question qu’elle se laisse impressionner par ce Malefoy, résolut-elle. Elle ne tremblerait pas davantage devant lui que devant Drago ou Lucius, bien que ce dernier soit assez puissant et malfaisant pour effrayer une étudiante comme elle.
En début d’après midi, en attendant devant la salle de classe, elle se répétait à elle-même, comme pour s’en convaincre, qu’elle ne frémirait plus en apercevant Malefoy, tentant de se raisonner en considérant qu’elle était à l’abri de toute attaque dans l’enceinte du château et sous la responsabilité d’un professeur.

Le fait est qu’Hermione était trop rationnelle et maîtresse d’elle-même pour imaginer qu’il existe d’autres attaques que les mauvais sorts ou les paroles blessantes. Des attaques qui vous emprisonnent les sens et vous lient au plus profond de votre âme. Hermione n’avait pas compris que ces frissons étaient totalement étrangers à l’appréhension ou au stress qu’elle avait pu connaître jusqu’alors, et qu’elle aurait bien du mal à lutter contre. Ou peut-être l’avait-elle justement trop bien compris…

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.