S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Charmeuse de serpents par Morgane

[137 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Elle décida de relire au plus vite l’ouvrage traitant de Voldemort : une bonne dose de terreur ne lui ferait sûrement pas de mal et l’encouragerait utilement à la prudence.

Ce qu’elle fit dès le soir venu… Elle relut avec attention certains passages parfois annotés de commentaires par des sorciers inconnus.
Voldemort avait tué son père pour une raison qui n’était pas indiquée, cependant, et si l’on en croyait l’ouvrage, ce meurtre avait donné suite à bien d’autres.
Emma chercha en parcourant rapidement l’ouvrage une quelconque allusion aux serpents et ne fut pas longue à trouver son bonheur.

Voldemort, héritier de Salazar Serpentard, un sorcier dont la puissance était légendaire, parlait fourchlang, un langage qui lui permettait de se faire comprendre, et donc obéir, par les serpents.
- horreur, murmura Emma en refermant le livre d’un geste sec. Je lis ça pour me raisonner et me persuader de l’utilité de fuir cet homme et au lieu de ça j’apprends des choses qui me rendent encore plus curieuse.

Emma se demandait comment elle avait pu oublier un tel « détail » mais l’épaisseur du livre lui donnait tout de même bonne conscience. Elle ne pouvait exiger d’elle-même de pouvoir se rappeler chaque ligne de sa lecture.
Elle laissa filer quelques jours avant de retenter une excursion vers la porte majestueuse. Elle se demandait encore ce qui pouvait se cacher derrière ces sculptures mais avait conscience qu’une extrême prudence s’imposait.

Lord Voldemort, assis dans ses appartements, sentit immédiatement la présence de la jeune femme. Il lança rapidement sur la porte un sort qui la transforma en un miroir sans teint, de sorte qu’il pouvait observer sans être vu.
Emma marqua une pause en voyant la porte s’illuminer soudainement puis, après quelques secondes d’observation, constata que rien n’avait changé et approcha.

Elle resta ainsi plus d’une heure à compléter ses quelques croquis. Souvent, Voldemort se levait brusquement de son fauteuil en s’emparant de sa baguette avec la ferme intention d’en finir avec toute cette mascarade mais se reprenait aussitôt, furieux tant de l’attitude de la jeune femme que de la sienne.
Il aurait été judicieux de la tuer sur le champ. Jamais il n’avait consenti à laisser vivre quelqu’un qui l’importunait, de quelque manière que ce soit. Mais aujourd’hui, son hésitation le mettait hors de lui.

Il avait lu les études de cette généticienne en herbe et avait été surpris de constater quelle utilité elle prévoyait pour des plantes aussi simples que la mandragore.
Cette jeune femme, libérée de toute connaissance magique, avait pu voir ce que bien des sorciers avaient ignoré. Une mandragore était une plante tellement connue et banale que personne ne s’interrogeait plus sur ses pouvoirs.

Mais Emma découvrait tout ceci peu à peu sans être aveuglée par des connaissances préconçues et parfois handicapantes.
Cette moldue pourrait lui être utile, il n’en doutait pas et répugnait donc à se débarrasser d’elle pour l’instant. Cependant, il la jugeait trop curieuse, trop « rebelle ». Les autres moldus n’avaient posé aucun problème, comme prévu par Nott, mais cette fille n’hésitait pas à braver les interdits.. juste pour venir dessiner des serpents ! Si encore il s’était agi de tenter de s’évader, le jeu en aurait valu la chandelle.

Lord Voldemort n’appréciait guère que l’on ait l’outrecuidance de risquer son courroux pour quelques dessins griffonnés, même s’il s’agissait de serpents…
Il soupira de contentement en la voyant s’éloigner enfin, finalement satisfait d’avoir pu retenir son geste et donné à la jeune fille une soirée supplémentaire pour étudier et faire avancer son propre projet.

Cependant, Emma, rassurée par son expérience positive de la veille, revint le lendemain, et les jours suivants…
Voldemort constata avec effroi qu’il surveillait l’arrivée de la jeune femme, sentant la colère monter en lui plusieurs heures avant le moment habituel de son arrivée. Bientôt, il ne pourrait plus se contrôler et tuerait cette fille, mettant ainsi à mal l’avancée des recherches.

Deux semaines s’écoulèrent sans qu’il ne parvint à se décider mais, ulcéré de constater qu’il en venait à songer à cette pimbêche même la nuit, il entreprit de trouver une façon de lui donner une leçon cuisante.
- ah tu aimes les serpents…siffla-t-il pour lui-même. et bien prépare tes feuilles, Dolly. Tu vas avoir de quoi dessiner…

Le lendemain, il attendit l’arrivée de la jeune femme en souriant froidement, pressé de mettre ses plans à exécution.
Dès qu’il la vit au bout du couloir, il ouvrit donc la porte et Emma se figea. Inutile de vouloir fuir, bien entendu, mais la jeune femme hésitait tout de même à rebrousser chemin.
- entre. Ordonna Voldemort.
Emma s’exécuta prudemment, tiraillée entre le désir de ralentir sa marche afin de rester sur ses gardes et celui de courir pour voir ce qui se trouvait derrière cette porte, enfin.

Elle entra donc et s’arrêta à quelques pas de la porte. A sa gauche, elle distinguait une vaste cheminée comparable à celle qui trônait dans sa chambre.
La pièce était bien plus vaste, cependant. Deux fenêtres aux volets entre ouverts creusaient le pan droit du mur, laissant entre elles un vaste espace de pierre dont seul le portrait d’une vieille femme venait briser la monotonie.

Face à elle, trois portes closes laissaient présager que d’autres pièces se trouvaient au-delà du mur. Son regard se posa finalement sur un canapé au haut dossier qui masquait sa vue. En face de ce canapé un autre fauteuil offrait à la cheminée un cadre confortable. Emma constata que le sol était recouvert de larges pierres, recouvertes elles-mêmes au centre de la pièce par un tapis qui devait s’étaler jusqu’à l’âtre de la cheminée, mais qu’elle ne pouvait voir à cause du canapé.

Voldemort avait fait quelques pas dans la salle et s’était tourné vers elle après s’être placé à côté du fauteuil. Son sourire carnassier ne disait rien qui vaille à la jeune fille et le claquement de la porte, dans son dos, lui fit resserrer son carnet de croquis contre sa poitrine dans un geste que nombreux de ses amis qui avaient étudié la psychologie auraient analysé comme une attitude de défense, songea-t-elle.

- approche. Murmura Voldemort en appuyant son ordre d’un geste de la main.
La jeune femme prit une grande inspiration et obtempéra, sans quitter son ravisseur des yeux.
Elle contourna le canapé et sentit à sa gauche, en direction de l’âtre, un faible mouvement. Inutile d’espérer voir surgir le père noël, songea-t-elle en hésitant à détourner le regard de Voldemort.
Mais le regard avide de celui-ci lui fit aussitôt comprendre que c’était justement là ce qu’il attendait. Il y avait quelque chose, à sa gauche, qu’il voulait lui montrer et Emma aurait parié tous ses précieux livres qu’il ne le faisait nullement pour la contenter…

Comme une enfant qui regarde un film d’horreur entre ses doigts écartés sans la permission de ses parents, Emma tourna lentement la tête, inquiète de ce qu’elle allait pouvoir trouver.
Elle laissa échapper son carnet et plaqua une main sur sa bouche : à ses pieds se trouvait un serpent immense. Mais était-ce réellement un serpent ?
Emma compta rapidement que son corps devait dépasser les trois mètres. D’une couleur blanche laiteuse, il était enroulé sur lui-même et Emma suivit des yeux le chemin jusqu’à deviner sa tête triangulaire posée sur ses anneaux.

Soudain, l’animal sentit qu’on l’observait et se redressa. Les yeux d’Emma s’agrandirent de surprise tandis que l’animal dardait sur elle un regard rouge braise que seule une pupille noire fendait.
Voldemort sourit de ravissement, pressé d’entendre la jeune femme hurler de terreur comme le faisaient tous les moldus et bon nombre de sorciers. Si elle aimait les serpents, elle en avait là un beau spécimen ! Mais il lui paraissait évident qu’Emma ne parlait pas en connaissance de cause.

Jouer avec quelques couleuvres n’était rien comparé au spectacle qu’offrait Nagini. Tout en lui respirait le danger de la chasse. Un seul de ses regards vous faisait sentir proie, inexorablement.
Nagini se déroula jusqu’à se mettre à la hauteur de la jeune femme qui lui faisait face. Sa tête au niveau de celle d’Emma, qui commençait à murmurer des « oh Mon dieu » angoissés qui mettaient Voldemort au comble du bonheur, il tenta d’analyser la situation en dardant une longue langue fourchue.

Il tourna lentement la tête vers son maître qui, en levant la main, lui enjoignit de rester immobile. Emme fixait toujours le serpent et ne vit pas ce geste. Elle sentit cependant Voldemort se déplacer et approcher d’elle. Le Lord Noir commençait à craindre que la jeune femme soit trop tétanisée pour lui offrir le spectacle qu’il attendait : la voir hurler d’horreur.
- et bien ? fit-il. Tu aimes les serpents, je crois. En voila un beau à dessiner…
Emma tourna un regard furtif vers lui en ôtant finalement sa main de devant sa bouche et observa encore Nagini.

- il est magnifique. Souffla-t-elle.
Derrière elle, Voldemort marqua un temps d’arrêt. Magnifique ? Nagini ?? Terrible, effrayant, envoûtant si on veut… mais pas magnifique !
- Il pourrait de tuer en une fraction de seconde ! siffla Voldemort d’une voix où pointait la déception, ce que nota Emma.
- il y a dans certains déserts, répondit-elle, des serpents pas plus gros qu’un stylo qui le pourraient aussi. Je peux le toucher ?

Sa question, à brûle pourpoint, sidéra Voldemort qui ne savait pas, une fois de plus, s’il devait rire ou hurler de la situation.
Comme il ne répondait pas, Emma se tourna vers lui et retint un rire en le voyant la mine si déçue.
- il était plutôt censé te faire peur ! persifla-t-il, encore plus agacé de s’entendre «avouer» son erreur.
Emma se mit alors à rire, surprenant Nagini qui déroula encore son long corps vers elle.
- il aurait donc fallu me montrer une araignée, ou une sauterelle. Indiqua-t-elle avant de se tourner à nouveau vers l’âtre. J’ai horreur des insectes.

Emma tendit alors prudemment les deux mains vers l’animal et, immobile, attendit que celui-ci vienne de lui-même chercher le contact. Devant le silence de son maître, le serpent approcha et les mains d’Emma purent caresser ce qui lui tenait lieu de cou.
Passant ses mains sous sa gueule, Emma glissa donc ses doigts sur le « ventre » de l’animal, observant ses yeux aux couleurs envoûtantes dans le même temps.
- il est magnifique. Répéta-t-elle au grand mécontentement de Voldemort. J’adore ses yeux !

Le sorcier se crispa un peu plus derrière elle et s’apprêtait à lui ordonner de sortir lorsqu’elle se tourna vivement vers lui.
- mais au fait !! Vous parlez la langue des serpents !! je l’ai lu
- fourchelang, reconnut Voldmeort qui sentait le danger venir et dardait autour de lui un œil anxieux, vérifiant que nul témoin ne pouvait le surprendre en pareille situation de disgrâce.
- vous pourriez lui dire ? qu’il est magnifique ! de ma part. S’il vous plait !
Le sourire enthousiaste de la jeune femme le sidéra.

Lui ! Lord Voldemort ! Le plus puissant et le plus craint des sorciers au monde ! Dire à un serpent qu’il est « magnifique » à la demande d’une moldue ?! Il y avait de quoi faire rire dans les chaumières et à coup sûr, si Potter avait appris ça, il en serait mort étouffé; au moins un point positif, songea-t-il en tentant de réfréner la fureur qui naissait en lui.
- Tu n’as pas idée, fit il d’une voix haineuse, de la personne à qui tu t’adresses. Comment oses-tu seulement même me…

Trois coups secs furent portés à la porte, interrompant Voldemort qui ne vit pas Emma se tétaniser d’effroi au son de sa voix glacée.
- entrez ! ordonna-t-il d’un ton hargneux.
Lucius Malefoy fit son apparition et s’inclina légèrement avant de s’immobiliser à la vue d’Emma.
- Vous voudrez bien, fit Voldemort à son intention, donner à cette fille les documents concernant Nagini et son venin. Ça pourrait être utile.
- sans faute maître. Acquiesça Malefoy. Vous lui avez donc donné l’occasion d’en voir un spécimen, pour ses recherches ?
- comme vous voyez, oui. Mais à présent, fit Voldemort en se tournant vers Emma et en lui montrant la porte, elle a vu...

La jeune femme, après avoir ramassé son carnet de croquis d’une main fébrile, s’éclipsa sans mot dire et surtout sans un regard pour Voldemort dont elle ne pouvait de toute façon pas voir les yeux, cachés derrière ses verres sombres.
Lucius fut enchanté de sentir la terreur émaner de la jeune femme lorsqu’elle passa à pas pressés à côté de lui. Quoi que son maître ait pu dire ou faire, cette moldue en était bouleversée et apeurée.

Quelques heures plus tard, seul face à Nagini, Voldemort repassait les événements de la journée et ne pouvait se détacher du souvenir du sourire ébahi et du regard admiratif d’Emma.
- ça t’a plus hein, qu’elle te regarde avec cet air d’adoration ? railla-t-il à l’intention du serpent qui ne comprit pas ces mots prononcés dans un langage humain. Elle a dit, reprit-il en fourchelang tandis que Nagini se redressait, attentif, que tu étais magnifique…
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.