S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Qand il est temps de remmetre les pendules à l'heure... par Emmeraude

[24 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

C'est ma première fanfiction à vie, j'espère que vous apprécierez!

(Petite paranthèse: Dans cette fanfic, les personnages principaux (par là je veux dire, Hermione, Harry, Ron et Drago) sont en cinquième année. Par contre, elle ne prends pas en compte le contexte original de ce livre. L'histoire se passe comme s'il s'agissait d'une année normal pour des collégiens aussi normal que l'on peut l'être en étudiant à Poudlard)

Note: Tous les lieux, personnages, objets et tout et tout appartiennent à JKR.
Harry, Ron et Hermione mangeaient avec appétit, comme à chaque fois qu’ils revenaient d’un cours de défense contre les forces du mal. L’année était déjà bien entamée (tout comme le morceau de gâteau que Ronald engloutissait à une vitesse folle), et les feuilles colorées commençaient à tomber des arbres qui se courbaient sous les assauts répétés du vent et de la pluie. La conversation entre les trois amis n’était pas des plus intéressantes, témoignant de leur état de fatigue avancée, mais elle était entrecoupée de fous rire qui faisaient du bien à leurs âmes fourbues. Ron en était à sa troisième part de tarte au sucre quand la voix de Dumbledore s’éleva au dessus du brouhaha des élèves papotant, faisant taire tous bruits.
Il commença par se racler la gorge, s’assurant ainsi de bien avoir l’attention de toutes les personnes présentes, puis, il parla.

- Parfois, dit-il d’une voix un peu énigmatique, certains pendules se doivent d’être remis à l’heure.

L’assemblée ne pipait mots.

- Quand l’école fut créée il a de ça de nombreuses années, il n’y avait pas de maisons, tous les étudiants ne se classaient que dans une catégorie, ils étaient étudiants de Poudlard.
Vous connaissez déjà tous l’histoire qui fit se séparer cette académie, en quatre différentes catégories, je crois inutile de vous la rappeler, par contre j’aimerais que vous regardiez autour de vous et que vous y pensiez : Ce ne sont plus que des maisons, mais des camps. On dirait qu’une guerre c’est installée entre chacune ¸d’entre-elle, alors qu’elles devraient être toutes unies, différentes, mais unies par un certain lien.

Quelques élèves hochèrent la tête, d’accord avec les dires de Dumbledore, mais la plupart se regardèrent en haussant les sourcils, l’air de dire : « Devines pourquoi? ». Hermione, Ron et Harry furent de ceux-là, jetant un coup d’œil à la table de serpentards et échangeant un regard qui en disait long.

- Nous, et par là je veux dire le personnel de l’école, le ministère de la magie et moi-même, avons prit une décision pour régler, ou au moins aider, cet épineux problème. J’aurais voulu vous en parler au début de l’année, mais j’étais tenu sous le secret professionnel tant que toutes les signatures n’étaient pas unanimes à ce changement.

Des murmures parcoururent l’assemblée. Un changement? Quel changement? Certains imaginaient le pire : Les maisons seraient abolies. Déjà, les élèves passaient en revu tout ce que cela impliquerait et ils en tremblaient. Les petits de secondaire un, eux, n’échangeaient que peu de mots. Après tout, ils n’avaient que très peu connus leurs maisons, et l’attachement qu’ils avaient pour elle pouvait encore être brisé sans faire trop de dommage dans le cœur infantile.

- Ne vous éparpillez pas en amère supposition, ordonna Dumbledore en ramenant le silence qui s’était délité, les maisons resteront telles qu’elles le sont en ce moment.

Soupir de soulagement général.

- Par contre, un programme d’échange vient d’être mis sur pied. Une personne de Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard se verra temporairement placée dans une maison autre que la sienne. Les gens seront choisis objectivement, par un tirage au sort qui aura lieu dans trois jours, ici même, à l’heure du souper.

Hermione, Harry et Ron se regardèrent, horrifiés.
Dumbledore se rassit et les conversations reprirent, toutes gravitant autour du même sujet : cette brusque annonce qui venait d’être faite et qui grugeait, même trois jours avant la pige, les cœurs d’anxiété. De ci de là, on pouvait entendre quelqu’un qui avouait être bien tenté par l’aventure, mais presque tout le monde s’entendaient pour dire que c’était horrible. Tout à fait horrible.
Les trois amis se levèrent pour retourner à la salle commune de Gryffondor, leurs estomacs s’étant noués d’inquiétude, ils étaient bien incapables d’avaler quoi que ce soit d’autre.
Ils s’assirent comme des automates sur leurs divans préférés, celui juste en face du feu, et personne ne parla durant un bon moment. Hermione finit par rompre le silence.

- Mathématiquement parlant, commença-t-elle d’une toute petite voix, il n’y a que peu de probabilité que l’un de nous se fasse expulser dans une autre maison. Et encore moins que cela ne soit à Serpentard…
- … Hermione, la coupa Ron, très peu de chance, c’est déjà beaucoup trop.

Elle se tut, tout à fait d’accord avec ces dires, sans ne vraiment vouloir l’avouer.

- Dumbledore ne nous a pas donné beaucoup de détails, quand on y pense, avança-t-elle, dans l’espoir de détendre au moins un peu l’atmosphère, avec toujours la même petite voix. On ne sait même pas comment sera déterminé où iront les volontaires…
- … Pas les volontaires, les victimes, la reprit Harry, d’une voix morbide.
- Oui, oui, accepta-t-elle, énervée, en agitant la main, quoi qu’il en soit, on ne sait pas où elles seront envoyées…
- … Eh! Mais j’y pense!, dit Ron, tout à coup un peu plus joyeux, si l’un de nous part, il y a quelqu’un qui viendra aussi ici, ça veut dire! J’espère que ce sera un Serpentard… quand on en aura finit avec lui, il ne pourra plus jamais s’asseoir sans…
- Ron!, le réprimanda Hermione! Nous allons l’accueillir comme il faut!
- Hermione, expliqua Ron comme on parlerait à un enfant de bas âge, un serpentard…
- Tu ne comprends donc pas le but de l’échange? Familiariser avec ceux des autres maisons!

Les deux obstinés se disputèrent un moment, ne se trouvant pas de terrain d’entente. Ils finirent par se laisser tomber sur le dossier de leur fauteuil respectif, à court d’arguments, mais surtout à court d’énergie. Harry n’avait même pas suivit l’échange, son regard se perdait dans les flammes rougeâtre du feu qui brulait dans l’âtre de la cheminée. « Ce sera peut-être une des dernières fois que je le verrai pour je ne sais combien de temps », pensa-t-il avec un pincement au cœur.

- On ne sait pas combien de temps le pauvre qui sera pigé restera dans l’autre maison, dit-il sans quitter le feu des yeux. Peut-être une ou deux semaines seulement.
- C’est bien assez pour se retrouver à l’infirmerie pour deux ou trois mois, élucida Ron d’un ton morbide.

Hermione resta silencieuse. Déjà, les gens commençaient à revenir dans la salle commune, l’estomac remplit et un sujet sur les lèvres : L’échange.

- Je vais me coucher, dit-elle aux deux garçons.

Elle n’en pouvait plus d’entendre parler de ça.



*o*O*0*0*O*o*



Les trois jours passèrent à une vitesse effarante et, après ce qui ne leurs sembla que quelques instants seulement, ils se retrouvèrent cloués sur leurs chaises, dans la grande salle, une fourchette à la main et une assiette vide devant eux (sauf pour Ron, bien sur, il ne faut pas trop lui en demander…). Rares étaient ceux qui mangeaient, et les conversations, portant d’ailleurs toutes sur le même sujet, battaient leur plein.
Durant le laps de temps qui s’était écoulés, pas une minute ne s’était passé sans que, en marchant des les couloirs, on n’entende des gens qui discutaient entre eux, fébrilement, anticipant déjà ce qui allait se passer, et se posant milles et unes questions. La « Qui ce sera? » revenait très souvent, mais le « Pour combien de temps? » Était assez fréquent aussi.
Un groupe de septième année avait même partit toute une affaire, ressemblant à s’y méprendre à une loterie. Les gens devaient miser sur une personne qui serait déplacée et mettre une certaine somme. S’ils gagnaient, ils recevraient le double de leur mise. S’il pouvait de plus deviner dans quelle maison elle serait envoyée, il avait le triple de leur argent en gain. Presque tout le monde s’était essayé, rajoutant une pression supplémentaire. En plus du traditionnel : « N’importe qui mais pas moi », s’ajoutait le : « Et de préférence, un tel, dans telle maison »
Ron s’était essayé, il avait misé sur Ginny. Après tout, avait-il expliqué à Harry et à Hermione qui eux, s’étaient abstenus, après ce qui lui était arrivé à sa première année à Poudlard, elle avait peut-être assez de malchance pour tomber sur ça aussi.
L’apprenant, Ginny était entrée dans une colère noire et, depuis, le trio ne pouvait l’approcher sans qu’elle ne parte dans un océan de cheveux roux.
Les cours c’étaient déroulés plus ou moins comme avant, mais on pouvait ressentir la fébrilité des élèves dans le moindre petit mouvement de baguette. Ron avait réussit à transformer les cheveux de Harry en épis de maïs en lançant de travers le nouveau sort de « Juminio », alias : Montres-moi ta vraie nature. (Il avait du passer une heure à l’infirmerie avant que madame Pomfresh ne trouve l’élixir adéquat, tout en lançant des : « On ne me paye pas pour soigner des légumes… »)

Quoi qu’il en soit, ils se retrouvèrent tous dans la grande salle trois jours exactement plus tard (Ginny le plus loin possible de Ron). Après plus ou moins vingt minutes, Dumbledore remarqua bien que tout le monde n’attendait qu’une chose : Son discours.
Alors il se leva. Son regard parcourut l’assemblée muette, suspendue (au sens figuré, bien sur) à ses lèvres.

- Je crois que la plupart d’entre vous attendent avec un peu d’impatience ce moment.

Étrangement, il n’eut pas de murmure pour appuyer ses paroles. Tous ne se concentraient que sur les mouvements lents et calmes de ses lèvres.

- D’abord, il me faut éclairer certains points. Les élèves pigés resteront trois mois dans la maison où ils iront. Ces dernières seront choisies simplement, l’élève pigera un nom, autre que la sienne, et les trois autres passeront à leur tour, de façon à ce que chaque maison accueille un nouveau.
Ron se tourna vers Harry et murmura:

- Un an à l’infirmerie…

Il ne répondit pas et Hermione lui fit signe de se taire en mettant un doigt sur ses lèvres.

- Je crois que certains ont hâte de savoir qui seront les heureux élus, alors nous allons tout de suite procédés à la pige.

Hermione regarda autour d’elle. Beaucoup d’anxiété se peignait sur les visages des gens l’entourant. Elle risqua un regard vers la table des Serpentards et vit que Drago Malefoy avait l’air sur de lui. Il parlait avec Crabbe et Goyle, elle ne l’entendait pas, mais devinait ses dires, il devait discourir sur son père et ses relations, et le fait que celui-ci l’ait assuré qu’il n’aurait pas à se mêler aux « sang-de-bourbe » des autres maisons. Il leva la tête soudain et leurs regards se rencontrèrent. Elle soutint le sien un instant, puis reporta son attention à Dumbledore. L’air supérieur du Malefoy lui donnait des frissons de dégout.

Dumbledore arborait un petit sourire coquin, comme lui seul savait les faires. Devant lui, il y avait maintenant quatre boîtes, respectivement rouge, verte, bleue et jaune.

Il brandit sa baguette et la plongea dans une des boîtes, la jaune, ne faisant qu’effleurer son contenue. Tout le monde retenait leur souffle, surtout ceux assis autour de la table des Poufsouffle. Finalement, Dumbledore ressortit sa baguette. Un petit papier y collait, retenue par ce qui ressemblait à une glue bleue d’une électrique luminosité. Le directeur de l’école prit le bout de parchemin entre son index et son pouce, et le retira de ce qui le retenait à la baguette. Le silence était complet, tous semblaient angoissés, même ceux qui n’appartenait pas à cette maison-là.
Dumbledore lu le nom, d’abord sans un bruit, puis d’une vois haute, claire et intelligible.

- Eleanor Branstom!

On entendit le gémissement de la jeune adolescente de deuxième année, tout de suite couvert par les exclamations réjouit de ceux qui avaient « évité le pire ».
Albus fit signe à la pauvre exilée de venir en avant. Elle se leva, les jambes aussi molles que du coton, et s’exécuta, l’air hagard et non-loin des larmes. Quand elle fut à ses côtés, il recommença le même manège que pour découvrir la condamnée des Poufsouffle, mais cette fois dans la boîte bleutée des Serdaigle.
À nouveau, l’attention était complète
Il ressortit le nom de la même façon, et en lu le contenue.

- Luna Lovegood!

Cette fois les exclamations réjouis furent encore plus longue que pour Eleanor. Il faut dire que rare étaient ceux qui plaignait cette jeune fille étrange, dont les oreilles étaient assorties de radis. Luna s’avança, l’air assez heureux, vers Dumbledore comme l’avait fait la deuxième année avant elle. Elle lança un sourire radieux à l’ensemble des élèves. Apparemment, ce petit changement la rendait plus bien joyeuse.
Encore une fois, il plongea sa baguette magique dans une boîte, la verte cette fois-là.
Hermione jeta encore un coup d’œil à la table des serpentards, l’estomac noué. « Pas Drago, pas Drago » se répétait-elle, de peur qu’il ne se retrouve chez les Gryffondor. Il lui sembla qu’il pensait comme elle, malgré l’air hautain qu’il affichait.

- Pansy Parkinson.

Longue plainte. Pansy Parkinson? Il n’y avait pas qu’elle qui était malheureuse, toutes les autres maisons répugnaient à l’accueillir. Elle se leva et se rendit près de Dumbledore. Son visage déconfit et hargneux.
Finalement, Dumbledore plongea sa baguette dans la boîte rouge et or. Autour d’Harry, la tension était immense. Le directeur de l’école prit le morceau de papier qui collait à sa baguette. Personne n’osait bouger un muscle. Sauf Ron, qui murmura entre ses dents :

- Et la victime sera…

- Hermione Granger!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.