S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Assemblée Générale 2022


Chers membres d’HPF,

Nous désirons vous informer que l’Assemblée Générale 2022 aura lieu du vendredi 17 juin 22h au vendredi 24 juin 22h sur le forum.

Seuls les adhérents à l’association peuvent voter, mais tous les membres sont encouragés à venir lire et discuter.

Au plaisir de vous y voir !

Le CA
De Les membres du CA le 06/06/2022 18:39


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Juliette54, Tiiki et Bloo, qui remportent la Sélection Drabbles !

Vous pouvez dès à présent commencer vos lectures pour élire en décembre prochain vos Fictions longues préférées. Vous avez 7 mois pour découvrir 12 univers qui ont conquis les lecteurs ! Pour en savoir plus et pour suivre notre planning de lectures, rendez-vous ICI.

En juillet, on compte sur vous pour la Sélection des Animaux Fantastiques ! Avec la sortie du troisième film, c'est de circonstance, non ? Vous pouvez d'ores et déjà proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et au mois de juin, remontez aux origines de Poudlard. Nous vous proposons six textes qui mettront à l'honneur, individuellement comme collectivement, ses Fondateurs : Godric Gryffondor, Helga Poufsouffle, Rowena Serdaigle, et Salazar Serpentard. Vous avez jusqu'au 30 juin pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 05/06/2022 16:03


Chrysalide par alice141191

[44 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

voila voila ENFIN le new chap... Dsl mais avec la maintenant hpf... Enfin voila et je remercie mes deux p'tits lecteurs-revieweurs ^__________^ C'est tout gentil ces compliments =) Et là les choses sérieuses commencent dans ce chap !! Bonne lecture donc et surtout donner moi vos avis, ça fait vraiment plaisir de se sentir lue ^^
Au bout de longues minutes, l’entrée de la grande salle m’apparaît. J’entends les bruits des conversations, mon cœur bas vite. Je me tiens droite, le buste en avant, déterminée.

J’avance, un pas, deux pas, trois pas, encore. Alors que je franchis le seuil de la porte je sens petit à petit tous les murmures cesser. Le silence. Il n’a de cesse de m’angoisser, il m’étouffe ce silence là. Je ne laisse rien paraître de mes émotions, je suis observée sous toutes les coutures, je suis passée au crible, regardée de haut en bas, de gauche a droite. Fouillée des yeux, l’examen infernal d’une bête de laboratoire. Qu’espèrent-t-ils trouver ? Je me sens oppressée. Je me sens mal, j’ai l’impression d’avoir la tête coincée dans un étau qu’on serrerait jusqu'à ce que la souffrance en devienne intenable. Pourquoi après 6 ans de réclusion je dois me trouver exposée à tant d’attentions ? Insupportable, la solitude m’a trop fragilisé, elle m’a craquelé et maintenant ces années vont me briser. J’ai peur, l’angoisse me tort les boyaux. Je ne dois pas céder, pas après tant d’effort, pas maintenant !! Je décide de ce que je veux faire, c’est moi et seulement moi ! La peur ne me paralysera pas cette fois, plus jamais elle ne me contrôlera ! Trop longtemps elle m’a dirigé, aujourd’hui ce sera MOI ! J’avance d’un pas décidé, fière, je me répète que je domine, je suis digne. Je regarde droit devant, un air dédaigneux et glacial envers eux qui ont essayé de me faire échouer. Je les déteste.

J’observe la table des Gryffondor, et j’arrive trop tard, il n’y a plus de place. La seule est en face de Black qui me regarde comme s’il venait de se prendre un seau d’eau glacée en pleine figure. Je ne comprends rien, décidément rien. Il n’empêche que je suis bien obligée et je me doute que si la place en face de Black est libre, ce n’est pas pour rien, les Maraudeurs devaient être entrain de préparer un mauvais coup et évidemment je vais déranger. Tant pis, je m’assois enfin, sans rien dire, sans un regard pour personne. Je me mure dans un profond silence qui ne laisse transparaître aucun sentiment. Championne dans ce domaine. Et j’entends de tous les côtés des murmures « Mais c’est qui ? », « Elle est nouvelle ? », « Tu l’as connais ? », « C’est bizarre, on ne nous a rien annoncé pourtant je suis persuadée de ne l’avoir jamais vu ».
Je ne supporte pas de les voir me reluquer comme ça. Ils m’agacent tous avec leur curiosité déplacée, sans compter ce Black qui me fixe toujours. Je perds mon sang-froid. En 6 ans ce sera la première fois. De toute façon je sais qu’il y aura beaucoup de « première fois en 6 ans ». Le gens sont pathétiques. Il est temps que je fasse cesser toutes leurs questions insupportables sinon j’ai bien l’impression que je devrais répéter des dizaines de fois la même chose. Il en est hors de question. Calmement je me lève, les murmures s’arrêtent et je débite froidement :

- Non, je ne suis pas nouvelle, je m’appelle Aludra Parker et je suis en septième année. Votre curiosité est calmée ?

Je me rassois lentement. Je peux maintenant espérer un peu de tranquillité. Malheureusement c’est sans compter les maraudeurs… Black, qui semble à présent réveillé, me regarde bizarrement et dit a mon intention :

- Je connais tous les Gryffondor et je ne me souviens pas de t’avoir déjà vu…
Je ne réponds rien. Que dire ?
- Tu ne réponds pas ?
- Tu ne m’as pas posé de question. Dis-je toujours aussi glaciale.
Il n’a pas l’air de comprendre cet imbécile.
- Une question ? Si tu tiens absolument à une question je vais reformuler : D’ou sors-tu ?
- D’abord je n’ai jamais dis que je tenais à ce tu me poses une question, ensuite je ne suis de toutes façons pas forcée d’y répondre et enfin je ne sors de nulle part puisque je viens à l’instant de dire que je n’étais pas nouvelle. Des problèmes auditifs ?

Je me sens étrangement apaisée, comme lorsque je tenait tête à mes parents, petite. Têtue et fière déjà. De toutes façon mes parents, très riches, me gâtaient ; je faisais ce que bon me semblait, j’avais ce que je voulais, et je ne connaissais le verbe « céder » qu’associé à mes parents. C’était bon pour eux de céder moi j’ordonnais. Je leur imposais ma vengeance, ma vengeance face à cet isolement : ils m’éloignaient des autres, du moindre contact avec d’autres personnes. Je ne sortais presque jamais, j’étais juste dans ma chambre avec des jeux. Et je ne cherchais pas à comprendre pourquoi ils tenaient tant à m’enfermer. Ils se pliaient à toutes mes volontés, ils étaient aux petits soins et m’adoraient mais en échange de ce douillet cocon moi je devais ne jamais voir personne, ne jamais sortir. Je ne sais pas pourquoi, même maintenant encore, mais en tout cas il est clair que mon entrée à Poudlard leur a causé un sacré choc : ils ne pouvaient plus me protéger ou plutôt, m’étouffer comme ils le faisaient. Et à cause d’eux j’ai eu peur des autres, comment pouvait-il en être autrement ? J’ai grandit dans une vie où il n’y avait de place que pour moi et mes parents, dans une vie où on m’a apprit que l’extérieur était mauvais, dangereux, cruel et sans pitié… A l’entrée à Poudlard, il n’y a eu aucune libération du genre « la petite fille qui découvre enfin le monde » comme dans les contes de fée, non, à l’entrée le bourrage de crâne à fait effet comme il se devait, comme ils l’avaient prévus, j’étais terrorisée. Je n’ai pas eu besoin d’eux pour m’exclure cette fois, ils avaient tellement bien programmé, tellement bien manipulé que c’est moi-même qui me suis exclus. Pourquoi ont-ils tout gâché ? Il y a forcément une raison, je trouverais. Quoi qu’il en soit je suis interrompue par Black qui dit, stupéfait :

- Quoi ? Des problèmes auditifs ? Mais n’importe quoi ! Et puis ne répond pas à ma question si ça te chante de toutes façons ne crois pas que j’en suis préoccupé, simple curiosité.
Il est piqué au vif dans son orgueil, bien, très bien même, qu’il se taise si je l’ai vexé. Malheureusement il ne peut pas s’empêcher de reprendre la parole :
- N’empêche que je maintiens ce que j’ai dis : je ne t’ai jamais vu nulle part. Je suis persuadé que tu caches quelque chose c’est tout…
- Tu veux peut-être jouer les Sherlock Holmes ? En tout cas ce sera sans moi, cherche toi un autre cobaye. Et puis même si je « cachais quelque chose » comme tu dis et alors ? Tu connais le verbe « cacher » tu sais, dans « cacher » il y a l’idée de secret donc puisque tu est, soit disant, très intelligent et que tu connais la définition de « cacher » tu devrais savoir que si je « cachais quelque chose » je ne te le dirais certainement pas.
J’avoue être allée un peu loin, je l’ai vraiment pris pour un débile, ce qu’il est probablement de toutes manières, et il est certain que, forcément, il va mal le prendre. Très mal le prendre. La réaction ne tarde pas, il a l’air profondément agacé et répond de mauvaise fois :
- Comment ça « soit disant intelligent » parce que tu en doute ? C’est pathétique tu dois être une des seules.
Je le vois qui doit trouver ça inadmissible, inacceptable seulement il ne peut pas savoir quel compliment il vient de me faire : « une des seules ». Non vraiment faut que je le remercie, c’est trop gentil. Je n’ai pas le temps de parler qu’il continue :
- Et puis je signale à Mme qui se crois plus intelligente que tout le monde que c’était une simple constatation.
- Sache que tu viens de me faire un merveilleux compliment, tu as bien compris que je ne suis pas une de tes admiratrices et très loin de là puisque tu as bien dis « une des seules », peut-être es-tu un peu plus intelligent que je ne le pensais après tout ? Mais sinon il me semble que tu es très mal placé pour parler d’arrogance et puis évite de constater à haute voix la prochaine fois, ça m’incommode.
Il paraît quelques instant déconcerté et me regarde sans comprendre. Ce type ne comprend-t-il donc jamais rien ? Ça ne m’étonne pas…
- Je constate comme je veux ! S’offusque-t-il finalement.
- Réplique pitoyable, un gosse de 4 ans aurait dit la même chose.

Il est à bout de nerfs, totalement indigné, il ouvre la bouche, ne trouve rien à dire et la referme. Il reporte finalement ses yeux sur son assiette et s’acharne sur ce pauvre pudding qui n’a rien demander. J’ai diaboliquement adorée le dialogue. Enfin de la distraction, enfin je peux exprimer tout haut ce que je pense, ce que je meure d’envie de déverser. Combien fois de j’aurais voulu envoyer deux ou trois répliques bien sentis à des imbéciles du genre Black et leur clouer le bec ? Et combien de fois j’ai du me retenir ? A chaque fois j’étais terriblement frustrée de devoir ainsi me taire et m’écraser. Maintenant c’est finis, plus besoin.

Je finis de manger lentement, je me lève et part tranquillement, sans un seul regard pour ce Black.




A la table des garçons la conversation allait bon train maintenant, c’est James qui dit en premier, amusé :

- On dirait que notre cher Sirius à trouvé une adversaire à sa pointure, n’est-ce pas ?
- Quoi cette fille à ma pointure ? Alors là c’est absolument n’importe quoi ! C’est juste une petite prétentieuse qui se croit tout permis !
- Hum… Bizarrement ça aurait tendance à me rappeler quelqu’un, quelqu’un qui est assis juste à côté de moi et qui fait la gueule… Répondit James qui adorait comme à son habitude taquiner son meilleur ami parce qu’il savait que, bien sûr, celui-ci plongeait à tous les coups.
- Je vois vraiment pas de qui tu veux parler, Remus ne fait pas la gueule. Marmonna Sirius qui faisait semblant de ne pas comprendre.
- Oh mais non pas assis à ma droite, assis à ma gauche.
- Ah et qui ça ? Parce que à part moi je vois personne d’autre à ta gauche et moi tu vois bien que je ne fais absolument pas la gueule.
- Mais oui bien sûr…
- Et puis de toute façon je vois pas pourquoi je ferais la gueule hein ? Non mais tu vois j’ai aucune raison, tout va bien.
- C’est sûr, si on mais de côté le fait que tu viens pour la première fois de ta vie de te faire magistralement écrasé par une fille.
Finalement Sirius souffla, signe de capitulation, et dit d’un air résigné :
- Mais que veux-tu, c’est pas une fille c’est… c’est…
- Si si c’est bien fille, je t’assure.
- Arrête de te foutre de moi j’ai bien vu que c’était une fille mais c’est juste qu’elle s’apparente plus à un bloc de glace oui c’est ça, un… un bloc de…
- De glace oui oui on a compris Sirius.
- Mais arrête !
- C’est que cette fille à l’air de vraiment te déstabiliser Patmol ; se moqua James, apparemment ravis de la situation.
- Mais non ! C’est toi qui me coupe sans arrêt ! C’est pas drôle James, t’as vu comment elle était non ? Vraiment je t’assure c’est une dingue. Totalement glaciale, inexpressive, c’est ahurissant : pas énervé ni agressive juste glaciale.
James sourit malicieusement, adopta immédiatement l’air de celui qui va encore sortir une bêtise et dit :
- Oh mais c’est pas notre Patmol national qui se vante de chauffer toutes les filles ? Fait nous le fondre ton bloc de glace !
- Pas envie… grommela-t-il.
- Quoi ???? Tu te sens bien, t’es sûr ? Alors c’est bien la première fois que je te vois refuser de draguer une fille. Surtout que cette fille elle est plutôt jolie faut le dire. Non, c’est vrai tu l’as bien vu au moins ? En tant qu’expert moi j’dirais qu’elle est même carrément très mignonne, oui c’est vrai, pas mal du tout cette fille…
- Bon t’as finit oui ? Je te la laisse si tu veux, pas de problème ! Va lui courir après toi, puisqu’elle siiiiii belle !
- Ah nan moi tu sais bien que je courre déjà après Lily et crois moi ça me suffit ! Et puis tu ne vas pas me faire croire que tu ne l’as trouve pas belle ! Allez vas-y dit t’en pense quoi ?
- Mouais… Bof… C’est une fille quoi… Banale…
- Arrête Sirius tu ne sais pas me mentir ! Alors ?
- Pas mal…
- Seulement ?
- Plus que pas mal…
- C’est tout ?
- James !!! Arrête ça tout de suite ! Bon elle est vraiment belle, t’es content ?
- Ah bah voilà !! Eh ben il t’en aura fallu du temps dis moi !
- Ben qu’est-ce que tu crois, je suis pas réputé pour ma simplicité, qui à dit que j’étais simple hein ?
- Oh personne et a mon avis cette fille ne l’est pas non plus !
- Pourquoi faut-il encore revenir à cette fille ? se plaignit-il.
- Parce que je sais que t’adore les filles compliquées.
- Et comment peut-tu le savoir puisque je ne suis jamais sortit avec une fille compliquée, comme tu dis ?
- C’est parce que t’as pas encore trouvé ! Mais je sais bien que t’aime la difficulté, tout avoir d’un coup, tout savoir d’un coup ça t’ennuie et c’est pour ça que ton record de relation avec une fille s’élève à même pas 1 mois.
- Ouais… Bon peut-être que t’as pas tord, tu me connais trop bien… En tout cas je peux te dire que cette fille là n’est pas mon genre.
- Et comment le sais-tu ?
- J’ai horreur d’être rabaissé comme elle l’a fait et puis tu parles de compliqué franchement je vois ce qu’elle a de compliqué, c’est juste une emmerdeuse.

Et la discussion changea finalement de sujet…




Je m’assoie confortablement dans un fauteuil de la salle commune, je suis réellement soulagée de quitter enfin cette oppressante salle si vaste qui me condamnait à subir et affronter tous ces gens. Ça faisait longtemps que je n’y étais pas allée. Habituellement je mangeais tout simplement aux cuisines comme ça je ne voyais personne et personne ne me voyait. Et de la même façon, jamais je ne restais à la salle commune. Jamais. Pareil pour le parc, j’y allais souvent quand il faisait très froid, qu’il n’y avait personne. Ou alors, j’étais la plupart du temps entrain de promener dans les couloirs à explorer inlassablement, et quelques fois même je m’asseyais dans les salles de classe vides pour m’entraîner ou juste me reposer. M’entraîner à quoi ? A un peu tout en fait… Beaucoup à la magie en particulier, souvent, très souvent. J’avais pris l’habitude de subir plus de 2 heures d’entraînements par jour, quand c’était possible. Je n’avais que ça à faire de toute façon, si bien que j’étais très largement en avance sur le programme. A vrai dire je m’étais d’ailleurs penchées sur des sorts extrêmement difficiles qui n’étaient pas prévu à l’apprentissage au cours de notre scolarité…

Il me fallait bien un objectif qui me maintienne en vie, un but. Une vie sans but n’aurait servit à rien, et je suis persuadée que ça m’aurait été parfaitement insupportable. Alors quand je réussissais ce que je m’étais fixée, je visais plus haut, toujours et encore plus haut à chaque fois si bien que j’ai atteins un niveau largement supérieur la moyenne. Mais je ne pouvais en aucune façon le montrer en classe car on m’aurait remarqué. Ils se seraient tous mis à me regarder. Et puis, de toute manière les profs ne m’interrogeaient que rarement. Au début on m’encourageait à participer à l’orale, à progresser et à prendre la parole mais quand ils se sont lassés quand ils ont remarqué que je n’avais aucune envie de faire d’efforts. D’après eux je ne veux pas travailler, normal qu’ils pensent tous ça puisque je me suis tant efforcée de leur montrer des performances très moyennes voir médiocres. Je devais à tout pris me fondre dans masse. J’ai été plusieurs fois sermonné à propos de ma passivité mais ça n’a servis à rien : il ont abandonné. Et puis tous ces sermons ne réussissaient qu’à me souffrir encore plus, ils croyaient tous que je n’étais qu’une fainéante, tellement banale que j’en devenais bonne à rien, douée en rien. Ils ne me l’ont jamais dit explicitement mais je ne l’ai que trop bien compris. Il m’ont même demandé si je me rendais compte de la chance que j’avais d’être sorcière et que je devais en profiter, un peu plus et je n’aurais pas été étonnée qu’ils croient que je préfère être moldue ! Et ils se trompaient tous !! J’aurais tellement voulu montrer de quoi j’étais capable, montrer que moi aussi j’avais des capacités, que moi aussi je réussissais et même mieux que les autres ! Je voulais les impressionner. J’ai tellement de fois faillis céder, ma baguette dans la main, devant la classe… Sans compter que, une fois que l’on réussis si bien quelque chose, le rater devient plus dur que le réussir. Ce n’était pas possible et maintenant si. Vivement demain, lundi.

Quoi qu’il en soit ma faiblesse reste et demeurera les duels… Personne contre qui me battre, je ne peux pas m’entraîner contre un mur malheureusement. Heureusement vu la grande diversité de sorts que je connais, j’ai un grand avantage et puis aussi l’attitude, un de mes meilleurs atout. Je ne sais que trop bien employer les façades pour déstabiliser l’adversaire. Je sais paraître glaciale mieux que personne, c’est d’ailleurs certainement l’expression que je réussis le mieux après la passivité. Celui-là forcément je le maîtrise totalement vu que je l’employais chaque jour c’est d’ailleurs très utile lors des duels. Mais je préfère largement les regards de pur haine, ça doit être tellement plaisant d’observer les réactions les gens. Je n’en ai pas eu l’occasion pour l’instant mais je compte bien y remédier et rapidement. Je vais mettre à profit cet apprentissage, des heures d’auto-observation devant un miroir, j’ai du faire des sacrifices pour apprendre tout ça, j’ai tellement horreur des miroirs. Ce reflet de mon image ça me crispe, ça m’énerve, dire qu’un miroir arrive à me rendre folle de rage, dégoûtée ou simplement déçu. D’après ces stupides superstitions j’en serais à un total de plus de 70 ans de malheur.

Enfin j’aime beaucoup toutes ces attitudes, j’aime être sournoise, hautaines, dédaigneuse. Je ne sais pas comment les autres réagiraient si j’essayais. Quoi qu’il en soit ces heures m’étaient nécessaires pour libérer ce que je ressentais sans qu’on ne le voit.


Pour en revenir au duel je pense que je n’aurais pas de mal quand aux déplacements souples et agiles, ce qui risque d’être plus dur c’est surtout les réflexes. J’ai quand même un énorme avantage par rapport aux autres : les sorts informulés. J’ai commencé l’apprentissage il y a trois ans et je n’ai pas arrêté de m’entraîner. Au début je n’y arrivais pas du tout, longtemps je n’ai eu aucun résultat mais, loin de me décourager, ce nouveau défi m’a poussé à me documenter. J’ai lu des ouvrages qui donnaient des conseils, principalement sur la concentration, l’état mental et j’ai finis par voir naître mes premiers sorts informulés. Après ça, j’ai été tellement heureuse de cet exploit que je n’ai pas arrêté de tenter d’en apprendre d’autres encore et encore. Et j’avais de quoi faire vu le temps qu’il faut pour maîtriser chaque sort, vu la complexité de la tâche : le travail est énorme. Peu n’importait de toutes façons le temps qu’il fallait puisque je n’avais que ça. J’ai finis par y arriver de mieux en mieux à force d’entraînement et plus j’en apprenais moins je mettais de temps à les assimiler. J’ai finis par acquérir la technique et aujourd’hui, je mets beaucoup moins de temps à apprendre un sort.

Finalement je décide de lire, je sors un livre de mon sac et commence ma lecture… Je plonge dans un autre univers, j’ai encore un peu de tranquillité. Et puis au moins je sais quoi faire… Je peux rester des heures et des heures sans bouger, avec mon livre ouvert.

Je suis tellement absorbée par ma lecture que j’en oublie le déjeuner et dévore chaque mot avec avidité. L’après-midi doit être bien entamé déjà quand j’entends vaguement une voix lointaine m’appeler. J’émerge, et reprends peu à peu mes esprits quand je me retourne et me retrouve nez à nez avec Black. Qu’est-ce qu’il fou là lui ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.