S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 03/07/2022 00:26


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Que la lumière soit ! par Morgane

[58 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
oO§O§Oo
Quai 9 3/4 – 10h45
oO§O§Oo


- Pour une fois on n’a pas à se presser ! un quart d’heure d’avance, c’est bien agréable. Bonjour Luna ! on peut s’installer ici ?
- Je vous gardais les places Ginny...
Sans décoller son nez de sa revue, la jeune fille se décala vers la fenêtre sous le regard interrogateur de Ron.
- Jamais tu le lis à l’endroit ton truc ?
- Ron ! dépêche toi on doit aller dans le wagon des préfets. J’aimerais bien y être avant Malefoy et sa groupie, ça nous évitera d’avoir à dire bonjour en premiers.
Le Gryffondor n’attendit donc pas la réponse de Luna et suivit Hermione en direction de la locomotive, après avoir indiqué à Harry la cabine où Neville venait de s’installer également, en compagnie des deux autres étudiantes.

Mrs Weasley faisait quelques signes à sa fille tout en devisant avec les jumeaux, sur le quai.
- je me demande pourquoi papa a dû partir si rapidement ce matin. Encore une urgence au ministère… murmura Ginny
- Je me suis abonné à la gazette cet été. Fit Neville, je voulais savoir comment avançaient les choses mais on n’a rien vu d’intéressant. Ma grand-mère semblait soulagée. Je ne comprends pas…
- Pas quoi ? questionna Luna en mordillant la plume avec laquelle elle cochait, de temps à autre, des cases sur les pages de sa revue.
- Ma grand-mère a toujours souhaité que je fasse un peu plus preuve de courage mais aujourd’hui, elle semble regretter que j’aie été présent au ministère.
Pour la première fois depuis leur arrivée, Luna baissa son magazine et fixa Harry. Celui-ci détourna le regard en fouillant dans son sac à dos à la recherche d’un objet imaginaire, regrettant de n'avoir pu saluer Mr Weasley avant son départ pour Poudlard.

- en tout cas, reprit Ginny en comprenant la gène de son ami, Fudge en personne est venu tirer mon père du lit ce matin. Maman avait l’air angoissée.
La jeune fille regarda par la fenêtre et rendit leurs sourires à ses frères.
- elle n’a rien voulu dire, bien sûr…
- J’ai hâte de me retrouver à Poudlard, murmura Harry. Loin de tout ça. C’est pénible de toujours entrer dans des pièces où les gens chuchotent et de voir le silence s’installer brusquement à notre arrivée.
Ginny gardait le nez collé contre la vitre mais finit par s’en détacher en soupirant.
- je vais voir où sont les autres.
- J’ai vu Dean Thomas dans le troisième wagon après celui-ci, intervint Luna.
La jeune fille s’éclipsa rapidement dans le couloir et Harry prit sa place près de la vitre.
Il n’eut pas le temps d’analyser ce qu’il voyait que la porte de la cabine se rouvrait brusquement sur Ginny
- Papa est là ! fit-elle à l’intention de Harry qui commençait déjà à se lever après avoir aperçu le grand homme roux sur le quai.

Tous deux se dirigèrent vers la sortie en se frayant un passage entre les étudiants et les valises et sautèrent les quelques marches du Poudlard Express avant de se diriger vers les quatre Wesaley qui apportaient à cette foule indistincte une touche de couleur vive grâce à la couleur flamboyante de leur chevelure.
Alors qu’ils se dirigeaient vers eux, Ginny surprit le regard paniqué de sa mère qui se tourna vivement vers la fenêtre de la cabine où ils se trouvaient peu avant, et qui fit brusquement volte face en se dirigeant à leur rencontre.
- maman ? commença la jeune fille, qui sentait son estomac se nouer de stress.
- Reprends ta valise ! on s’en va. Je vais chercher ton frère
- QUOI ?
D’une seule voix, les deux Gryffondor s’étaient exclamés si bruyamment que quelques regards convergèrent vers eux.
- Voyons, Molly, ma chérie… fit Mr Weasley en lui prenant le bras
- Non Arthur ! il est hors de question que mes enfants aille à l’école si…il… non !
La petite sorcière replète lançait autour d’elle des regards paniqués et Harry en éprouva à son tour une peur insidieuse. Il imita la mère de ses amis, sans trop savoir ce qu’il convenait de chercher au milieu de cette foule, tandis que leur père, plus pâle que jamais, semblait en proie à une hésitation grandissante.

- Ron ! cria presque Mrs Weasley en apercevant son fils. Descends !
Le jeune homme obtempéra, suivi par Hermione, les yeux ronds de surprise, se demandant ce qu’il avait pu oublier ou faire de répréhensible. Le silence de Fred et Georges, près d’eux, rendait la scène angoissante.
-vacherchertesaffairesetprendscellesdetasœuronrentreàlamaison. ! fit elle en un souffle lorsque Ron fut à quelques pas d’elle.
- hein ? parle moins vite, j’ai rien compris. Fit le jeune homme roux en regardant tour à tour son père, ses frères et sa sœur.
Harry constata que l’humeur teintée de panique du petit groupe avait gagné son camarade en quelques secondes. Il était à présent de la même couleur blanchâtre que le reste de sa famille.
- mais enfin ? qu’est-ce qui se passe ? demanda Harry
- toi aussi ! tu devrais rester avec nous ! répondit Molly en se tournant vers lui.
- Allons allons ! inutile de céder à la panique !
- ARTHUR !!! je te dis qu’il est hors de ques..
- Ils seront tous sous la garde de Dumbledore. Ils ne risquent rien. Reprit l’homme d’une voix qu’il voulait apaisante mais qui trahissait ses propres doutes.
- Rien ? ils ne risquent rien ?! tu as la mémoire courte Weasley ! tempêta la petite femme. J’ai souvenir d’un rien qui a bien failli coûter la vie à ton unique fille il y a quatre ans !
Harry éprouva un profond malaise en entendant cette voix où perçaient à la fois la peur et la colère et continuait à scruter la foule, à l’image de Fred et Georges, sans savoir ce qu’il devait craindre ou espérer. Il eut une partie des réponses à ses questions en apercevant au loin le visage de Dumbledore qui dépassait d’une tête le reste des sorciers agglutinés près du train.

Il ne restait plus que cinq minutes avant le départ et Harry hésitait encore à se ruer vers la cabine où se trouvaient Luna et Neville pour y chercher sa valise, l’estomac noué, agacé de sentir ainsi la peur l’envahir sans en connaître la moindre raison.
D’un coup de coude, il avisa Hermione qui s’était avancée près de lui et fit un signe de tête vers Dumbledore. Son amie ouvrit des yeux ronds et tira Ron par la manche, tandis que Mr et Mrs Weasley continuaient à s’interroger du regard. Visiblement, ni l’un ni l’autre n’étaient convaincus de l’attitude à adopter et ils ne voyaient pas le directeur s’avancer vers eux.
- ah. Molly. Arthur. Je me doutais que je vous trouverais là. Commença-il d’une voix calme après avoir adressé un sourire de salut aux jeunes gens.
- Dumbledore ! Vous …
Harry sourit, convaincu que Mrs Wesaley faisait de gros efforts pour ne pas sauter sur place et agiter les bras en criant « nous sommes sauvééééééés », mais sa mine soulagée était toute aussi éloquente.
Le vieil homme à la barbe argentée se tourna vers ses étudiants
- Allez reprendre vos places. Je serai des vôtres pour ce trajet. J’espère pouvoir profiter de ces heures oisives pour goûter les succulentes confiseries dont vous remplissez vos poches chaque année.

Tous quatre s’exécutèrent tandis que les quatre Weasley restant sur le quai étaient entraînés un peu plus loin par Albus, le visage étrangement fermé.
- Je n’aime pas ça, je n’aime pas ça. Siffla Ginny entre ses dents.
Ron n’était pas en reste et éprouva beaucoup de difficultés à contrôler le tremblement de ses jambes jusqu’à leur retour auprès de Neville et Luna.
- Et bien ! fit Hermione en se laissant tomber sur la banquette, je crois qu’on sait à présent ce que signifie «être gagné par la panique».
Neville les dévisagea tour à tour, les yeux ronds.
- on vous a vu pâlir à vu d’œil ! fit-il enfin. Pourquoi il est là Dumbledore ? C’est la première fois que je le vois prendre le Poudlard Express.
- Moi aussi. Répondit Harry en se tordant le cou pour tenter d’apercevoir ce qui se passait à l’extérieur.

Les sorciers s’éloignèrent du train lorsque le sifflet retentit, agitant les mains pour saluer leurs enfants qu’ils ne reverraient pas avant les vacances de Noël, au plus tôt. Harry cherchait toujours Dumbledore dans la foule
- il a dû monter par une autre porte. Indiqua Hermione, répondant ainsi à sa question muette.
Le Poudlard Express prit peu à peu de la vitesse. Tous attendirent dans un silence étonnant, l’oreille aux aguets, à l’affût du moindre signe qui puisse leur prouver que quelque chose d’anormal se déroulait.
En réponse à cette attente, la porte de leur compartiment s’ouvrit bientôt sur Dumbledore qui leur adressa un sourire en entrant. Il referma la porte sur lui tandis que les étudiants se tassaient pour lui faire de la place, avant de déclarer :
- je ne puis rien vous dire pour l’instant, mais je vous demande instamment, et ceci est très important, Harry… Ginny… et vous tous. Fit-il en les regardant tour à tour, de ne pas paniquer.
- Paniquer ? bredouilla Ron. Pourquoi paniquer ?
- Dès demain matin, vous serez tous les six excusés pour vos cours. Vous viendrez dans mon bureau où je vous fournirai les explications que je ne peux divulguer ici, pour une raison évidente de sécurité.
Harry fit le tour du compartiment d’un regard, s’attendant à voir surgir de sous leurs sièges ou de leurs valises une menace quelconque. Les doigts crispés sur sa jupe, Ginny fixait le directeur, attendant une suite.
- ne craignez rien. Je suis dans ce train, même si je puis vous assurez que c’est une précaution inutile. J‘ai bien conscience de l’angoisse dans laquelle je vous plonge par ces mystères, ajouta-t-il en soupirant tandis que Ron approuvait en secouant vigoureusement la tête, mais je vous répète que vous ne devez en aucun cas paniquer. Je dois vous laisser, à présent. Acheva-t-il en se tournant vers la porte.

Dès qu’il fut sorti, tous se regardèrent, incrédules.
- ne pas paniquer ? Fit Neville d’une voix plus aigue qu’à l’ordinaire. Il est dans le train à surveiller je ne sais quoi et on ne doit pas paniquer ? Si il nous dit ça, je suis sûr que c’est justement parce que y’a quelque chose de paniquant dans ce train.
Harry n’eut pas le cœur à ajouter qu’il n’avait jamais vu Dumbledore la mine aussi anxieuse, excepté lorsque Voldemort avait disparu avant de prendre possession de son corps, encourageant le vieux sorcier à le tuer, au ministère.
Hermione en fit de même, hésitant entre l'étonnement et l'indignation à l'idée que le Directeur lui même les autoriserait dès leur première journée à manquer des cours.

Neville ouvrit la porte, comme pour leur donner une issue de secours plus facile, en cas de nécessité. Il sourit pour s’excuser à ses amis, conscient de l’inutilité d’une telle mesure, mais le sentiment d’être enfermé lui pesait. Aucun de ses camarades ne souffla mot, sans doute parce qu’ils éprouvaient eux aussi le même besoin de voir le couloir leur offrir une échappatoire abordable.

La main de Neville se crispa sur la poignée de la porte lorsqu’une voix traînante se fit entendre à quelques mètres d’eux sur leur droite. Ses doigts, déjà malhabiles à l’ordinaire, ne purent actionner la porte pour la refermer, tant le stress les rendait moites et glissants.
- vous pouvez vous installez un peu plus loin, si vous le souhaitez. J’ai fait en sorte que cette cabine reste libre pour que vous ne soyez pas dérangé.
Harry luttait contre l’envie de pencher sa tête dans le couloir pour voir à qui Malefoy pouvait bien s’adresser pour employer ce ton doucereux et écœurant.
- ça ira, Mr Malefoy.
Tous se regardèrent brièvement en reconnaissant la voix de Dumbledore à leur gauche, à l’exception de Luna, qui jugea plus urgent de reporter la réponse au questionnaire qu’elle remplissait avant de l’oublier.
- C’est très aimable à vous d’avoir réservé ces sièges. Votre ami et moi allons y prendre place. J’ai à m’entretenir avec lui.
Les Gryffondor fixaient le couloir face à eux, s’attendant à voir passer bientôt l’un ou l’autre des sorciers qui conversaient à l’extérieur, Neville en proie à la plus grande hésitation. Fermer la porte ? La laisser ouverte ? Il interrogea ses amis du regard et décida de laisser les choses en l’état. Tandis que Drago, après avoir salué celui qu’il accompagnait, marmonna des mots indistincts en s’éloignant.
- je vous revoie à l’école. Bon voyage. Si vous avez besoin de moi…
- merci.

Ils entendirent alors Dumbledore s’approcher tandis que l’inconnu faisait de même. S’attendant à les voir se rencontrer face à eux, Harry recula sur son siège vers Hermione, sans trop savoir pourquoi. Cependant, la longue main de Dumbledore apparut et ferma la porte d’un mouvement sec, cachant à leurs regards la scène qui se déroulait dans le couloir.
Assis face à lui, Neville sursauta au son de cette porte qui claque.
- par ici, si tu veux bien. Fit Dumbledore
- je vous suis, oui.
Cette voix d’homme semblait vaguement familière à Harry, qui cherchait déjà à qui elle pouvait appartenir. Un jeune sorcier qu’il avait déjà rencontré…
- professeur… vous êtes bien professeur n’est-ce pas ? questionna l’inconnu en avançant
- oui, répondit calmement Dumbledore.
Harry écarquilla les yeux, fixant la porte comme pour voir à travers. Qui pouvait ignorer l’identité d’Albus Dumbledore ?
- vous pourriez me dire pourquoi ce crétin s’obstine à me vouvoyer ?
Harry esquissa un sourire en entendant ce doux sobriquet, tandis que plus loin, une autre porte se refermait sur les deux sorciers, étouffant leurs voix.
- j’ai déjà entendu cett… commença Harry en se retournant.

Le spectacle qui s’offrit à lui le laissa perplexe. Assise à côté de Neville, face à Hermione, Ginny crispait les mains sur sa gorge, tirant sur son pull comme pour retrouver l’air qui lui manquait. Livide, elle glissait de son fauteuil tandis que Neville, s’apercevant de son malaise, se tournait vers elle pour la soutenir. Hermione également, assise sur le bord de son fauteuil, la dévisageait, l’air interrogateur.
- ça ne va pas ? tu as trop chaud ? Harry ! rouvre cette porte !
Il n’en fit rien, tétanisé par l’angoisse qui déformait le visage de la jeune sorcière, tandis que le frère de celle-ci se relevait brusquement pour se porter à son secours, incrédule.
- Ginny ?! cria-t-il presque, tirant Luna de sa lecture, Qu’est-ce qu’il y a ?
Celle-ci le repoussa, tremblante, cherchant Harry des yeux tandis que son visage se couvrait de sueur sous l’angoisse.
- Harry, fit elle en accrochant son regard

Elle couinait plus qu’elle ne parlait, ce qui acheva de paniquer son frère qui échangea de place avec Luna, tirant brusquement celle-ci sur son fauteuil pour se mettre à côté de sa sœur.
Ron suivit le regard de sa cadette et fixa Harry, qui commençait lui aussi à pâlir, tandis qu’Hermione les surveillait, s’attendant à les voir tous d’eux s’évanouir dans les prochaines minutes. La dernière fois qu’une telle scène avait eu lieu, c’était sous l’influence des détraqueurs, mais Hermione resta silencieuse, se refusant à questionner ses amis de peur d’accroître leur malaise.

- Harry, couina à nouveau Ginny tandis que son frère la soutenait à présent, relayant Neville
- Non… mumura le jeune homme dont la respiration s’accélérait dangereusement, en remuant négativement la tête. Non...
- Je suis sûre que si, je l’ai vu avant que la porte se ferme, murmura Ginny
- Bon ! vous nous expliquez oui ?! intervint Ron d’une voix forte, excédé de voir sa sœur dans un tel état sans pouvoir lui être d’un quelconque secours.
Ginny tira à nouveau sur son pull, en proie à une bouffée de chaleur, tandis que les oreilles de Harry se mettaient à bourdonner furieusement.
- c’est Tom. souffla alors la jeune sorcière.
-Tom ? questionna Neville
- Voldemort.
Lorsque Harry prononça ce nom interdit, sa gorge était tellement nouée qu'elle rendit sa voix rauque. Il sembla aux six amis que le temps se figeait tandis que la température plutôt clémente de ce mois d’août se glaçait soudainement.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.