S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Assemblée Générale 2022


Chers membres d’HPF,

Nous désirons vous informer que l’Assemblée Générale 2022 aura lieu du vendredi 17 juin 22h au vendredi 24 juin 22h sur le forum.

Seuls les adhérents à l’association peuvent voter, mais tous les membres sont encouragés à venir lire et discuter.

Au plaisir de vous y voir !

Le CA
De Les membres du CA le 06/06/2022 18:39


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Juliette54, Tiiki et Bloo, qui remportent la Sélection Drabbles !

Vous pouvez dès à présent commencer vos lectures pour élire en décembre prochain vos Fictions longues préférées. Vous avez 7 mois pour découvrir 12 univers qui ont conquis les lecteurs ! Pour en savoir plus et pour suivre notre planning de lectures, rendez-vous ICI.

En juillet, on compte sur vous pour la Sélection des Animaux Fantastiques ! Avec la sortie du troisième film, c'est de circonstance, non ? Vous pouvez d'ores et déjà proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et au mois de juin, remontez aux origines de Poudlard. Nous vous proposons six textes qui mettront à l'honneur, individuellement comme collectivement, ses Fondateurs : Godric Gryffondor, Helga Poufsouffle, Rowena Serdaigle, et Salazar Serpentard. Vous avez jusqu'au 30 juin pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 05/06/2022 16:03


123ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 123e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/05/2022 17:22


Journées Reviews


Lire, écrire…

Tu as envie de lire ? De découvrir un ou une auteure ? D'échanger sur ses écrits et sur les tiens à travers quelques reviews sympathiques ?

La Journée Reviews est là pour ça, et elle aura lieu cette fois-ci du 13 au 16 mai !

Viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.

 


De le 04/05/2022 19:14


Quand on l'attaque, Marie Malfoy contre-attaque par Poupy

[57 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Oui, je sais, ca fait vraiment longtemps que j'ai pas publié de nouveaux chapitres... vai essayer de me rattraper... promis!
Chapitre 8 : que les choses soient claires, je suis brimée !

Je m’assois joyeusement à la table des gryffondors, chantant pour marquer mon enthousiasme.
Tout le monde me regarde bizarrement.
-Elle est levée ? Demande Dennis, abasourdi.
-Elle est de bonne humeur ? Rajoute un autre.
Je les regarde avec mépris avant de commencer à manger.
-Ca fait une heure qu’elle est levée. Gémit Sarah.
-C’est elle qui nous a réveillé ! Se plaint Jean.
-Mais…Comment ça se fait ?
-Y a un match du stade ! Je m’écrie, toute enthousiaste.
Air d’incompréhension.
-Et oui… Soupire Sarah. Il s’agit la du terrible secret de Marie Malfoy. Elle est fan du stade Toulousain.
-C’est pas un secret, de toute façon, c’est les meilleurs.
-A part quand ils perdent. Là, elle les insulte comme il se doit.
-Non, c’est juste que…j’explique qu’ils jouent mal.
-Mais… C’est pas du quidditch, ca !
Je le regarde, effarée.
-Bien sûr que non ! Je me moque éperdument de ce jeu de brutes sans cervelle ! Je te parle de rugby !
-Merci pour le « brute sans cervelle ». Dit quelqu’un derrière moi.
Je me retourne.
-Bonjour, professeur Potter. Je fais avec un large sourire.
J’ai un peu gaffé, là.
Il sourit.
-Je ne pense pas que l’on puisse considérer le rugby comme étant un sport délicat.
-Même moi, je ne suis pas assez stupide pour prétendre ça. Mais le rugby, c’est bien plus…fin que le quidditch.
Haussement de sourcil. Et c’est reparti comme au bal. On en avait discuter pendant un quart d’heure.
-Et a ce que je sache, aucun joueur de rugby n’a jamais disparu pendant un mois. Je rajoute.
-En moyenne, il y a un brancardé par match de rugby.
-En moyenne, deux joueurs sont obligés d’aller à l’infirmerie après un match de quidditch. Il faut donc proclamer la supériorité évidente du rugby.
-Le quidditch.
-Le rugby.
-Le quidditch.
-Le rugby.
-Le quidditch.
-Le rugby. Et de toute manière, quoi que vous fassiez, je dirai toujours le rugby une fois de plus que vous.
-Le quidditch.
-Le rugby.
-Le quidditch.
-Le rugby.
…………………………………………………………………………………………………………………………………1m30…………………………………………………….
-Le rugby
-Le quidditch.
-Le rugby. Le quiddditch.
-Le rugby.
-Ah : Vous voyez ? Vous êtes d’accord avec moi.
Petite grimace. Puis il finit par se retourner dignement avant d’aller à la table des professeurs.
-Donc, ce soir, match de rugby. Ca va saigner : Stade Toulousain contre stade Français.
Dennis jette un coup d’œil vers Sarah.
-Les parisiens. Précise-t-elle.
-J’espère qu’on va les écraser, ces sales minables ! Ca leur donnera un avant-goût pour la coupe d’Europe. On va en faire de la bouillie, de la pâtée, de la chair à saucisse !
-Heu…
-Vous voulez venir voir ?
-Mais c’est pas possible ! Les objets moldus ne fonctionnent pas à Poudlard.
-Je sais, je sais, c’est pareil à BeauxBatons à cause des ondes magiques qui détraquent tout. Mais vous pensiez bien que je n’ai pas raté les matchs du Stade sous prétexte que j’étais à l’école ! Et d’ailleurs, ma mère regardait aussi les matchs du Stade à l’école. Elle m’a montré commet trafiquer un poste de télé moldu. Maintenant, il fonctionne grâce aux ondes magiques. A ce propos, vous ne sauriez pas où je pourrais trouver une salle grande, où je pourrai mettre les affaires du parfait supporter et une télé plutôt grande ?
Dennis se retourne vers son copain avant de s’écrier :
-La salle sur demande !
-Vous allez voir, je ne connais pas de meilleur jeu.


« Non, mais tu vas le plaquer, oui ? Bordel de merde ! Mais plaque le, du con, arrêtez le !
-Elle est toujours comme ca ?
Acquiescement de Sarah.
-Mais c’est pas compliqué, putain !
Nous sommes en ce moment même dans la salle sur demande (une merveille, cette salle, faudra que je m’en rappelle) en train de voir le Stade se fait écraser par le Stade Français. 9 à 21. C’est une honte. Un désastre. J’avale une gorgée de bière avec mauvaise humeur, puis je plonge mon visage dans mon écharpe rouge et noire. Soudain, je bondis.
-Comment ça, hors-jeu ? C’est quoi, ce couillon d’arbitre qui voit des hors-jeu partout sauf là où y en a ?
- Marie, ce n’est pas si grave !
-Tu veux rire ? C’est pour ça que j’ai passé un mois à trafiquer une télé ? Pour regarder le stade se faire écraser par des salopards de parisiens ? Tous des vendus !
[désolé pour les parisiens, mais c’est parce que…rugby, tout ca….J’ai rien contre Paris ! A part le Stade Français…]
-En plus, avec un connard d’arbitre qui a des hallus ! Il doit être d’Agen, celui-là !
[désolé pour les Agenais, mais rugby, tout ça… Rien contre vous ! A part pour le rugby… Grrr….]
-Marie, ca va, ils vont se remettre au prochain match !
-Non, mais tu rigole ? On fait carrément journée porte ouverte, là ! Venez, venez ! On adore encaisser des essais !
-Marie…
-Tiens, si c’est pour les voir jouer comme des pieds, je préfère partir, va.
J’éteins le poste, finit ma bouteille de bière et m’enfonce dans mon fauteuil.
Sarah me regarde, hilare.
-Et dans cinq, quatre trois deux un…
-Et si ils se remettaient pendant la seconde mi-temps ? Peut-être qu’ils joueront moins mal ?
Et je rallume la télé.


C’est effondré sur l’épaule de Sarah que je sors de la salle sur demande (ai quand même fait un plan). On a perdu. Vingt-sept à dix-sept. Aaaaaargh !! J’arrive pas à y croire ! Ils ont super mal joué, j’en ai mal au cul ! Je reste morose pendant toute la journée, grognant devant les gens trop entreprenant qui allaient même jusqu’à me dire bonjour (indélicat, non ?).
Sarah se fout de ma gueule. Du coup, je lui rappelle le classement des Etoiles filantes, son équipe de quidditch préférée. Elle s’est aussitôt tue. Mwahahaha ! Je suis la meilleure !


Qui ose en douter ?


Je regarde autour de moi. Pourquoi Madame Maxime m’a-t-elle donné rendez-vous dans ce couloir où il n’y a rien à part un miroir ? Je passe devant le miroir en question. En plus, c’est un miroir déformant. Je le regarde… Je m’étais jamais vu sous cet angle. Je plisse un peu des yeux. Ce serait quand même pas mes yeux, non ?
-Mademoiselle Malfoy ?
-Madame Maxime ?
Je me retourne ma chère directrice se tient, regardant elle aussi le miroir.
-Ce miroir n’est-il pas splendide ? Des heures et des heures de travail…
Je la regarde comme si elle avait pété une durite.
-Heu, ca ne me dit pas pourquoi vous m’avez convoqué ici.
Elle me regarde, un sourcil haussé.
-Et bien, j’imagine que vous travaillez ardemment à la résolution de l’énigme de la tablette de pierre.
-Hein ? Ho, heu… Oui, oui. J’y pense tous les soirs, ca m’empêche de dormir.
Froncement de sourcil.
-Ne vous moquez pas de moi, Mademoiselle.
-Non, j’oserai pas.
-Vous pouvez partir, mademoiselle. Mais n’oubliez pas, la solution est parfois simple, sous nos yeux.
Je pars, un peu perplexe. Aurait-elle abusé du sortilège d’allégresse ?

Je sors tranquillement de mon cour de métamorphose en papotant avec Sarah quand soudain je sens quelqu’un m’agripper par le bras et me tirer. Avant même de prendre le temps de réfléchir, je me rappelle la prise de self-défense qu’on m’a apprise une fois. J’empoigne le bras responsable et fait passer le type par-dessus moi. C’est la seule prise que je connais, mais elle est super efficace, en tout ca. Le type est par terre et émit lamentablement en bulgare. Je lève les yeux et remarque Clio Finnigan qui me regarde, abasourdi. Je baisse les yeux.
-Désolé, Pieter…C’est parti tout seul.
-Aaaaaaaaouch…

Pieter a insisté pour qu’on aille dehors. Je serre la tablette de pierre contre moi. On a dit rendez-vous près du lac. Je regarde, soudain, je vois Clio en manteau. Je me pèle dans ce pays de chiotte ! Je vais vers elle, derrière moi, Pieter arrive vêtu d’un simple pull. Je le regarde, écoeuré.
-Bon, donc, si on a décidé de venir ici, c’est pour essayer de résoudre l’énigme de la tablette.
Je regarde la mienne. Des inscriptions partout, tordues.
-Ca veut rien dire du tout. Je fais remarquer.
-Ca a un sens. Dit Pieter. Et on va le retrrrouver.

Ca fait une heure qu’on planche dessus, ca me gonfle.
-Et en plus, madame Maxime m’a relancé… Je fait remarqué.
-Le professeur Flitwick m’a donné rendez-vous près du miroir déformant à coté de la Grande salle pour me dire que les solutions n’étaient pas si loin qu’on ne le pensait. S’exclame Clio en riant.
-Mon directeur aussi m’a fait le coup.
Je regarde la plaque de pierre.
-Ca n’a aucun sens, je commence à m’énerver, ca me gonfle !
Je me lève et je balance la tablette de pierre dans le lac. Tout de suite après, je me rend compte de ma connerie.
-Merde… Faut que j’aille la récupérer…
-Attends, je m’en occupe, dit seulement Pieter.
Il se lève tranquillement et plonge ses mains dans l’eau où quelques morceaux de glace flottent.
Clio et moi sommes parcouru d’un frisson en même temps.
-Hey ! Les filles ! S’exclame-t-il soudain.
-Qu’est-ce qu’il y a ?
-Venez !
On s’approche et on se penche par-dessus son épaule, perplexe.
-Regardez ca ! La…
Les mains dans l’eau, il faisait bouger la plaque.
-Là ! C’est des lettres ! S’exclame-t-il.
Je plisse les yeux. Et soudain, je vois ce qu’il veut dire, en fonction de la manière dont il aisait bouger la plaque, des lettres se formaient.
-Mais c’est vrai !
-La réfraction de l’eau… Murmure Clio.
-Donc, il faut le regarder avec quelque chose qui déforme, une plaque de verre spéciale, peut-être ? Suppose Pieter, concentré.
-Non, regarde, explique Clio, ce « a », ce « i », il n’y a pas de problème. Mais le « e », là, il est à l’envers, et c’est pareil pour le « r ».
-Donc, il faut…
-Un miroir déformant. Conclut Clio.
-Clio ! Je m’exclame, tu as bien dit que le prof de sortilège t’avait donné rendez-vous près du miroir déformant près de la Grande salle.
-Moi aussi, il m’a donné rendez-vous là… Précise Pieter.
-Et… ajoute Clio, ils l’ont installé cette année… L’an dernier, il n’était pas là.
-Ce foutu rendez-vous, c’était un indice !
On se regarde, et d’un même mouvement on se lève, je reprend ma tablette de pierre des mains de Pieter et on se met tous à courir.

« Les arbres seront la limite de ce que tu pourras approcher.
Le sol te sera interdit, seul l’air sera autorisé.
Ce qui t’est cher te sera enlevé
Et seul toi pourras le retrouver.
Les gardiens du ciel devront t’empêcher
De traverser les périples pour y arriver.
Mais n’oublie pas, le pied jamais
Le sol ne doit toucher.
Une heure devra te suffire
Pour pouvoir réussir. »
Et voilà. La deuxième épreuve, je devrai voler dans les airs au-dessus d’arbres pour aller récupérer quelque chose auquel je tiens. Cool, non ?
Quoi que, pas obligé de voler, non ? Il y aura bien des arbres ? Hum… Piste à creuser.
Enfin, bref, à partir du moment où on a compris qu’il fallait regarder le reflet de la tablette dans le grand miroir, tout a été nettement plus simple. On avait l’air malin, à tenir nos tablettes en relisant le texte pour essayer de l’apprendre par cœur. En tout cas, maintenant, l’énigme est résolue. Ca tombe plutôt bien, d’ailleurs. On est le 15 janvier. L’épreuve est quand même dans moins de trois semaines.

Trois semaines ?
Merde !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.