S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Pari stupide et douche écossaise par Wynhilde

[114 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous!

Voilà, j'étais complètement sous pression toute cette semaine, à cause de l'imminente sortie du T7 (Je le répète, il n'y a AUCUN spoiler dans cette fic, pour cause, je l'ai finie le 20) et donc, j'avais vraiment besoin d'écrire.

cette fic est finie, elle comporte 7 chapitres (ça devait être un One-shot, à la base, mais on ne se refait pas je crois...) mais je ne sais pas à quel rythme je pourrais up-dater, car je n'ai pas internet chez moi... (là, je squatte un cybercafé)

Aux éventuels nouveaux lecteurs, je souhaite de passer un bon moment!

A ceux qui me connaissent déjà, je vous dois des excuses. Je n'ai pas du tout avancé Mariage Blanc. Je sais que je vous l'avais promis pour Juillet, en fait vous avez un chapitre fin Juin, et depuis, je n'ai pas avancé d'un pouce... Sorry, sorry, sorry...
Si ça vous intéresse, mon mémoire, lui progresse, mais à pas de hobbit atteint de nanisme... J'ai refait mon plan, pour le moment, j'ai écrit 60 p., mais ça n'avance pas aussi vite que je le voudrais.
Ne vous inquiétez pas, je n'oublie pas Mariage Blanc pour autant. En fait, je continue d'y penser: j'essaie de mûrir un peu mon dénouement dans ma tête avant de l'écrire, pask sinon, j'ai peur de me retrouver coincée... Voilà, voilà, encore désolée.
Ne désespérez pas, ça finira par venir. En attendant, j'espère que ceci vous divertira... ^^

Bonne Lecture!

1. Dix Gallions et un Gage… (Prologue)



Tout avait commencé par un pari stupide.
D’ailleurs, les paris sont très souvent stupides.

Mais c’était la faute de Goyle.

Drago n’y était pour rien.
Enfin presque.

o§§O§§o



Bref, ce jour là, quand il avait pénétré dans la Salle Commune des Serpentards pour y retrouver ses amis, la première phrase qui avait frappé ses oreilles était la suivante :

_ Granger ? Ouais, elle est bonne ! D’ailleurs c’est un bon coup aussi !...

Celui qui avait proféré une telle absurdité n’était nul autre que Grégory Goyle. Drago avait failli s’étouffer sur place. Avant qu’il n’ait le temps de s’asseoir, Crabbe avait demandé, un éclair d’intérêt passant dans ses yeux chassieux :

_ Ah ouais ? Comment tu le sais ?

Drago avait pris place dans un fauteuil, feignant le désintérêt total.

_ Ben je me la suis faite !

_ Non ?! s’exclama Crabbe, la surprise lui donnant l’air encore plus stupide qu’à l’habitude.

Drago n’avait pu s’empêcher de pousser un soupir navré. Ses amis ? En fait, il n’avait pas d’amis…

Goyle avait répliqué, particulièrement satisfait de son petit effet :

_ Et ouais, mon pote ! Dans la bibliothèque…

Théodore Nott avait levé un sourcil de son livre. Un sourire narquois aux lèvres, il avait déclaré suavement :

_ Mon pauvre Goyle… Je t’avais sous-estimé. Je pensais que tu ne connaissais pas l’existence du mot « bibliothèque ». Mais le jour où un type comme toi pourra s’approcher d’une fille comme Granger, les Veracrasses chanteront des romances pour que les Hippogriffes dansent des slows…

Goyle était resté la bouche grande ouverte, sans rien trouver à répliquer. C’est le moment que Blaise Zabini avait choisi pour intervenir.

_ Granger est vierge et souhaite le rester jusqu’à la fin de ses études. Et quand elle aura obtenu tous ses ASPICs avec mention Optimal, c’est à cet abruti de Weasley qu’elle offrira son corps…

Nott s’était tourné vers lui, toujours souriant :

_ Tu m’as l’air bien informé…

Zabini avait haussé les épaules avec un air de défi :

_ Y a pas de mal à se renseigner…

Cette fois, Nott avait franchement éclaté de rire.

_ J’hallucine ! Tu as essayé de te la faire, et tu t’es pris un monumental râteau, n’est-ce pas ?

Blaise avait inspiré fortement par le nez, la mine furieuse.

_ N’importe qui se serait pris un râteau ! Moi, j’ai au moins eu le courage d’essayer…

Nott avait fait un geste évasif de ses longues mains blanches. Et il s’était tourné vers Drago.

_ Et bien, tu ne dis rien ? Est-ce que le sujet te tiendrait à cœur, par hasard ?...

Drago avait dû faire appel à tout son self-contrôle pour rester impassible et ne pas lui sauter à la gorge.

_ Je t’avouerais que tout cela me laisse assez indifférent. Et puis tu sais, aucune fille n’est capable de résister au célèbre charme maléfique des Malefoy… Granger, si je la voulais, je pourrais l’avoir, dès demain !

Zabini et Nott avaient échangé un regard ironique qui avait mis Drago particulièrement hors de lui.

_ Tu serais prêt à le parier ? avait demandé Zabini.

Les mains de Drago tremblaient de rage, mais quand il avait répondu, sa voix était ferme.

_ Disons une semaine. Une semaine, et je la mets dans mon lit.

_ Tenu.

_ Vous pariez quoi ? avait reniflé Crabbe.

_ De l’argent.

_ Un gage, avait ajouté Nott.

_ Dix Gallions, avait décidé Zabini.

Nott avait eu un sourire qui avait arraché un frisson à Drago.

_ Et si tu perds, ce dont je ne doute pas, tu iras lui faire une déclaration d’amour, à ta petite Sang-de-Bourbe, dans la Grande Salle, pendant le déjeuner… avait-il susurré.

La mâchoire de Drago s’était crispée, mais il ne pouvait plus reculer.

_ Très bien. Mais je vais gagner. Et ton gage à toi, ça sera de consoler Parkinson !...

Et puis il avait quitté la Salle Commune, l’air hautain.

Non, il n’avait pas d’amis.
Il avait des bouffons, qui lui servaient à l’occasion de souffre-douleur ou de gardes du corps. Crabbe et Goyle étaient parfaits dans ce rôle. Et sinon, il avait des rivaux.
Et des ennemis aussi, rectifia-t-il en pensant à Weasley et Potter, mais ça, ça faisait longtemps qu’il y était habitué. A la limite, il préférait.


oOo


Voilà comment ça s’était passé. Et maintenant, il lui restait moins de deux jours pour trouver une idée lumineuse et mettre Granger dans son lit. A l’impossible, nul n’est tenu. Mais après tout, personne n’avait dit qu’il devait la conquérir loyalement, n’est-ce pas ? Il était un Serpentard et les Serpentards triomphent des difficultés en les contournant, même si pour cela, ils doivent parfois emprunter un chemin particulièrement sinueux.

La voix criarde de Pansy Parkinson le ramena à la réalité.

_ Tiens, je t’ai beurré tes toasts mon Drakychou !...

Drago posa un regard froid sur la jeune fille qui l’admirait béatement. Ce n’est pas possible, pensa-t-il. Je me demande si elle se rend compte à quel point elle est pathétique… Il laissa son regard dériver jusqu’à la table des Gryffondors, pour se donner du courage. Puis il se retourna et lui adressa un sourire qu’il jugeait irrésistible. Pour Pansy, nul doute qu’il l’était.

_ Tu veux me faire plaisir ?

Elle s’étouffa presque dans sa hâte à lui répondre que c’était son plus cher désir. Drago s’efforça de ne pas rire en la voyant trépigner sur sa chaise.

_ J’ai oublié mon encrier dans mon dortoir. Va me le chercher, ordonna-t-il.

_ J’y cours, assura-t-elle de sa voix stridente.

Drago poussa un soupir de soulagement en la voyant s’éloigner. Une voix ironique se chargea de lui rappeler ce qui causait son inquiétude :

_ N’ai pas l’air si satisfait de toi… A n’en pas douter, ça sera loin d’être aussi facile avec Granger…

Drago se tourna vers Nott, qui, décidément, l’agaçait au plus haut point ces derniers jours.

_ A ce propos, tu es au courant que le temps passe ? persifla son condisciple. Il te reste à peine deux jours pour la baiser, ta Sang-de-Bourbe !...

_ Théodore… Pourquoi te sens-tu obligé de te montrer vulgaire ? rétorqua Drago en se forçant à prendre un ton détaché.

Il laissa à nouveau dériver son regard sur la table des Rouge et Or.

_ Et en ce qui concerne Granger… Figure toi que mon plan d’attaque est fin prêt, mentit-il. Ca va être une partie de plaisir – dans tous les sens du terme… Ne sois pas jaloux… je te raconterai !

Il se leva, sans laisser à l’autre le temps de répliquer.

_ Et puis si tu veux, tu peux commencer à te consoler avec Parkinson dès aujourd’hui… Je te la laisse avec plaisir !

Et il quitta la table sans un regard en arrière. En réalité, son plan commençait tout juste à germer. Heureusement, il savait très précisément où trouver ce dont il avait besoin. Il avait eu une très bonne idée, l’année précédente, en se fabriquant un double magique illégal de la clé de l’armoire à poisons de Rogue. Sans qu’il l’ait calculé – ou peut-être que si – le Trio Infernal sortit de la Grande Salle précisément en même temps que lui, et ils se retrouvèrent ensemble dans le couloir. Il leur jeta un regard plein de dépit et de rancœur. Mais aucun des trois amis ne lui prêta la moindre attention. Weasley venait de faire une blague – très drôle apparemment – et ils riaient tous aux éclats.

Drago ressentit un drôle de pincement au cœur. Il ignorait tout de cet élan chaleureux et joyeux que partageait les trois Gryffondors. Lui, quand il riait, c’était un rire froid et calculé, généralement parce qu’il se moquait de quelqu’un. Il chassa le malaise qui s’était emparé de lui, et s’obligea à penser quelque chose de positif : « Tu riras moins, ce soir, Granger, je t’en fais la promesse ». Les trois amis prirent la direction de leur dortoir, et Drago s’immobilisa malgré lui au beau milieu du couloir pour les regarder s’éloigner. Hermione était parvenue à mi-parcours, quand elle se retourna, apparemment sans raison. Elle ne riait plus, et le regard qu’elle posa sur Drago était grave, presque triste. Et puis, il crut la voir sourire. Lui sourire. Elle était loin, et il n’était pas sûr. Cela dura moins d’un quart de seconde. C’était un sourire étrange, ni moqueur, ni joyeux, presque un sourire d’excuse – de regret peut-être ?

En tout cas, c’est fort de ce sourire que Drago gagna la réserve du professeur Rogue. Il se posta devant l’armoire et l’ouvrit sans difficulté. Des centaines de petites fioles de différentes formes et couleurs remplissaient les étagères. Heureusement, elles étaient soigneusement étiquetées. Drago ne mit pas trop de temps à trouver ce qu’il cherchait. En fait, une des petites bouteilles était même légèrement sur le devant par rapport aux autres, comme si elle avait voulu que Drago la trouve. Il sourit à ce signe encourageant. Quand il referma l’armoire, il y avait prélevé deux flacons. Il lui restait une demi-heure avant son premier cours. Il n’avait pas envie de retourner dans sa chambre. Non seulement il risquait d’y tomber sur Pansy qui lui reprocherait à coup sûr son ingratitude, mais en plus il faisait beau, ce qui le décida à prendre le chemin du parc.

Il se réfugia sous un arbre qui le dissimulait en partie aux regards et sortit les deux fioles de sa cape. Il examina la première avec attention, la déboucha pour la respirer. Une odeur de muguet, qu’il reconnut pour être le parfum de sa mère, quelque chose de plus diffus, comme la senteur de terre mouillée d’un sous-bois en automne, et une fragrance différente encore, qu’il n’arrivait pas à définir. Il referma la petite bouteille avec attention. L’étiquette indiquait « Amortentia ». Il s’agissait du plus puissant des philtres d’amour. Il n’ouvrit pas l’autre flacon. Cette deuxième potion s’intitulait « Elixir d’Aphrodite ». Une potion de désir, très concentrée mais limitée dans le temps, et qui, contrairement à « Amortentia » n’agissait que sur les sens, et non sur les sentiments.

Drago resta un instant dubitatif en soupesant les deux bouteilles, se demandant de quelle potion il userait. Un mélange des deux ? Non, ça pouvait être dangereux. Tester Amortentia sur Granger était une idée fort plaisante mais… quelque part, ça lui faisait presque peur. Le problème avec les philtres d’amour, c’est qu’une fois le processus lancé, on ne maîtrisait plus rien. Et puis, par ailleurs, ça lui semblait quelque peu… déloyal. Il ne lui vint pas à l’esprit que l’usage de l’Elixir d’Aphrodite l’était tout autant. Mais il savait qu’avec Amortentia, la jeune fille ne pourrait pas lutter. Et une victoire sans combat n’était guère satisfaisante. Drago fit la moue. Non, ce n’était pas vraiment ça qui l’arrêtait, car il n’aurait pas plus de mérite à conquérir Granger avec l’Elixir d’Aphrodite qu’avec Amortentia. Mais… Il ne l’aurait sans doute pas formulé en ces termes, mais en fait, ça le gênait de faire tomber Granger irrémédiablement amoureuse de lui pour une simple affaire de sexe. Car c’était bien de cela qu’il s’agissait, n’est-ce pas ? une simple affaire de sexe. Il haussa les épaules. C’était peut-être de sexe qu’il s’agissait, mais cette affaire était tout, sauf simple. Le mal qu’il risquait de causer à Hermione en lui faisant absorber cette potion semblait disproportionné par rapport aux bénéfices que lui-même en retirerait. Bref, il avait la sensation que l’amour était un sentiment qui le dépassait totalement, mais qu’il ne devait pas le… le « salir » avec ses petites manigances. Très clairement, il sentait que forcer Granger à tomber amoureuse de lui grâce à une potion, trafiquer ses sentiments en fait, c’était mal. Non qu’il se soit jamais réellement soucié de savoir si ce qu’il faisait était bien ou mal, pas plus qu’il se souciait du bien-être de Granger d’ailleurs, mais…

« Oh et puis ça suffit ! Assez tergiversé ! Je n’ai pas besoin de me justifier ! J’utiliserai l’Elixir, un point c’est tout !... » Drago se sentit instantanément mieux cette décision une fois prise. Ça ne lui ressemblait pas de se tourmenter ainsi pour des broutilles telles que le choix d’une potion. Et le plus difficile restait à faire. Il ne savait toujours pas comment faire pour se retrouver seul avec Granger afin de lui administrer la potion et profiter de ses effets. L’horloge retentit ; on l’entendait même du parc, à condition de ne pas trop s’éloigner. Drago sauta sur ses pieds. Il ne fallait pas qu’il arrive après l’heure au cours de Rogue, ou bien celui-ci risquait de vouloir lire dans son esprit ce qui avait motivé son retard, et de découvrir ainsi comment il avait piraté son armoire… Et ça, c’était sûrement bien pire que de devoir dix Gallions à Zabini ou de répondre au gage de Nott… Drago se rappela soudainement que ledit gage était une déclaration d’amour à Hermione, en public, et il avala sa salive avec difficulté. En fait, il ne savait pas qu’est-ce qui était le pire… Et il espérait qu’il n’aurait jamais à le découvrir.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.